Connectez-vous pour cacher cette bannière publicitaire.

D'air pur et d'eau fraîche

Note: 3.25/5
(3.25/5 pour 4 avis)

Sur fond de western, une aventure humaine poignante malgré son cynisme…


1816 - 1871 : De la chute du Premier Empire à la Commune La Boite à Bulles [USA] - Rocky Mountains States - Les Rocheuses

Joshua est le fils d’un trappeur. Il vit, avec ses parents et sa petite sœur, une existence difficile, perdu dans la nature. Une existence rendue d’autant plus difficile, que son ivrogne de père dilapide le fruit de la vente des peaux dans les bordels et les saloons et exprime violemment ses frustrations sur sa femme et ses enfants. Joshua se retrouve brutalement orphelin après l’attaque de la maison familiale par des indiens Commence alors pour lui, une existence encore plus précaire où il doit apprendre à subsister par ses propres moyens, sans argent, sans domicile, totalement immergé dans la nature sauvage, avec ce qu’elle a de magnifique et de cruel. Le sort s’acharne sur cet homme sans instruction, vivant en marge d’une société pourtant déjà frustre adaptée à un environnement difficile. Texte : Editeur.

Scénariste
Dessinateur
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution 07 Juin 2012
Statut histoire One shot 1 tome paru
Couverture de la série D'air pur et d'eau fraîche
Les notes (4)
Cliquez pour lire les avis

25/05/2012 | Alix
Modifier


Par Erik
Note: 3/5
L'avatar du posteur Erik

C'est un album totalement muet qui utilise des images de choses pour exprimer une parole qui est alors à deviner. Quelques fois, c'est simple mais pas toujours d'où une difficulté à la compréhension au sens de ce récit. Pour le reste, c'est un western dans la plus grande tradition de ces familles de pionniers en proie à des indiens ne faisant pas de quartier. On va suivre le destin d'un jeune homme fils d'un trappeur qui se retrouve brutalement orphelin. Il va devoir survivre sans un sou et vivre d'air pur et d'eau fraîche. La fin ne m'a pas totalement convaincu. J'aurais aimé avoir des explications notamment quant à la soeur qu'il croît reconnaître. Par ailleurs, je me pose la question si c'est bien lui l'indien que l'on voit tout à la fin. Il est vrai que je ne comprends pas bien la transition. Il y a du rythme et la lecture s'avère plaisante malgré une histoire qui ne manque pas de cynisme.

29/03/2014 (modifier)
Par Spooky
Note: 3/5
L'avatar du posteur Spooky

Effectivement cet album peut être déroutant. Il oscille la plupart du temps entre drôlerie, drame social et familial, mais aussi le quotidien morne de cet homme qui essaie de survivre, puis de fonder une famille sans perdre le souvenir de sa soeur. Et au final il est difficile de trancher, y compris à la fin de l'album, qui se veut un prolongement de l'histoire principale... Ce qui est sûr c'est que le dessin de Pero est très agréable, fin et expressif, et qu'il s'exprime aussi bien dans les grands espaces que dans les scènes plus intimes. Il s'agit là d'un roman graphique dans son acceptation la plus stricte, presque clinique tellement l'auteur s'efface derrière son histoire.

09/04/2013 (modifier)
L'avatar du posteur Mac Arthur

Je ne sais pas trop comment appréhender cet album… J’en ai bien aimé la lecture, qui est d’autant plus aisée que l’album est muet, mais les péripéties vécues par le personnage principal sont tellement sinistres que j’ai fini par, parfois, en rire (quand son chien bouffe ses doigts, par exemple)… et je ne crois pas que c’était l’objectif recherché. D’un point de vue technique, l’album est bien réalisé. Le dessin manque parfois un peu de précision (j’ai dû y regarder à deux fois lorsque les raquettes de marche ont été montrées pour la première fois, par exemple) mais il est toutefois bien lisible et expressif. L’absence de dialogue est palliée à l’occasion par de petits dessins… qui ne sont pas toujours utiles tant la technique du muet est bien maîtrisée. Le découpage est bien pensé avec ces chapitres qui s’ouvrent sur la cabane de notre homme des bois, une cabane qui évolue avec le temps. Un agréable moment de lecture mais le récit est si triste que je ne sais s’il faut en rire ou en pleurer…

16/07/2012 (modifier)
Par Alix
Note: 4/5
L'avatar du posteur Alix

Le titre nous laisse imaginer une histoire légère et champêtre, mais les premières pages nous font vite déchanter : c’est noir, c’est dur comme la vie en montagne, et c’est crasseux comme les hommes hantant les saloons du village du coin. On ressent presque un soulagement quand Joshua échappe bien malgré lui à son bourreau de père, et cette sensation de liberté qu’il ressent est contagieuse et infecte le lecteur… mais les éléments reprennent le dessus, et nous rappellent que la vie sauvage ne pardonne pas grand-chose, et forge le caractère… le fiston finit par ressembler à son père, et la boucle est bouclée. Bien vu, et touchant sur la fin. La narration se veut muette, ce qui est intéressant, mais l’auteur utilise par ci par là des symboles pour clarifier certains passages (voir exemples dans la galerie), ce que l’on peut voir comme un semi-échec narratif. Bon, cela ne m’a pas du tout gâché ma lecture, mais ce genre de procédé me laisse toujours dubitatif… Le dessin est superbe. Il retranscrit parfaitement l’action, et surtout nous transporte dans la nature et les montagnes nord-américaines… le tout dans un noir et blanc élégant. Une histoire qui se lit facilement (comme un verre d’eau fraiche !), et qui m’a beaucoup plu et touché. A découvrir.

25/05/2012 (modifier)