Les Amis de Saltiel

Note: 3/5
(3/5 pour 2 avis)

Les aventures de Saltiel, un sympathique et rondouillard photographe.


Davodeau Les Roux ! Péchés de jeunesse Photographie

Saltiel, photographe rondouillard et sympathique, est voisin d'un artiste névrosé. Douglas ne se remet pas d'un traumatisme subit durant la guerre d'Algérie. Surviennent deux étrangers qui semblent avoir déja rencontré cet "homme qui n'aimait pas les arbres"

Scénariste
Dessinateur
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution Janvier 1992
Statut histoire Série terminée 3 tomes parus
Couverture de la série Les Amis de Saltiel
Les notes (2)
Cliquez pour lire les avis

28/01/2009 | Mac Arthur
Modifier


Par L'Ymagier
Note: 3/5

Voici une dizaine d’années, j’ai fait l’acquisition –en une fois- des trois tomes de cette série. Etaient-ce vraiment les débuts de Davodeau ? A vrai dire, je n’en sais rien. Toujours est-il qu’au début des années 90, il était une sorte d’auteur en « développement ». Mais ce dernier fut rapide car déjà au troisième opus –2 ans donc après le premier- Davodeau faisait montre d’une « patte » sûre qui allait en faire une valeur reconnue de la BD. Trois opus donc. Le premier est une sorte de policier/thriller réalisé comme un one-shot. Mais la suite est autre. Davodeau ouvre une autre porte de son art et nous offre une réelle narration faite de sensibilité. Il s’occupe plus de la psychologie de ses personnages ainsi que de leurs relations. Cet intérêt pour les personnes se confirmera par la suite et sera –pour moi- une sorte de fer de lance de son œuvre. Une série pas mal réalisée, qui montre déjà l’étendue en devenir de l’art de cet auteur. J’aime bien.

11/10/2011 (modifier)
L'avatar du posteur Mac Arthur

Première oeuvre (si je ne me trompe) d'un Etienne Davodeau encore balbutiant (nous sommes au début des années '90), les Amis de Saltiel posent déjà les balises de son oeuvre : l'étude, l'analyse de personnages dans ce qu'ils ont d'humain et de fragile. Le dessin est encore hésitant mais progressera très vite (quelle différence entre le premier et le troisième tome !!), les intrigues sont encore un peu maladroite mais les protagonistes sont déjà furieusement sympathiques et attachants. Au fil des albums, les intrigues tendront d'ailleurs à se simplifier et Etienne Davodeau se consacrera de plus en plus à la psychologie des personnages et aux petits faits de la vie quotidienne, domaines dans lesquels il excelle. J'avoue un faible pour "Les Naufrageurs", dans lequel l'auteur exploite déjà l'idée de vacances entre vieux amis, idée qu'il reprendra pour Quelques jours avec un menteur. Grand fan d'Etienne Davodeau, ce ne sont cependant pas les albums que je conseillerai à un nouveau lecteur mais si vous désirez compléter votre collection, ces albums ne font pas tache dans l'oeuvre de l'auteur, à condition de les considérer comme des oeuvres de jeunesse.

28/01/2009 (modifier)