Sorcelleries

Note: 2.33/5
(2.33/5 pour 9 avis)

Trois sorcières, Fébris, Brygia et Sortilega, qui vivent dans la même maison, reçoivent par erreur un bébé issu d’une plantation de choux dirigée par la fée Titania…


Auteurs espagnols La BD au féminin Sorcières

Trois sorcières, Fébris, Brygia et Sortilega, qui vivent dans la même maison, reçoivent par erreur un bébé issu d’une plantation de choux dirigée par la fée Titania… Ce bébé fée, Hazel, va bousculer leur vie surtout que débarquent à l’improviste leur nièce Panacea et son abruti de mari, Rex, ainsi que leur fille Hécate. Incarnation du monde moderne et de ses dérives, Rex ne comprend pas qu’aucun poste de télévision ne soit présent dans la maison et décide alors d’imposer le petit écran dans la vie des sorcières dépasées ! Pendant ce temps , Titania, la reine des fées, tente de retrouver la trace de Hazel sans savoir que celle-ci est hébergée par des sorcières, ennemies héréditaires des fées. Mais tous sepréparent à la grande fête de Walpurgis qui réunit le gratin des créatures de l’autre monde dont les fées et les sorcières ! Un savant cocktail d’humour, de tendresse avec une dose d’ironie sur notre société pour cette série grand public. Une occasion de se moquer du monde moderne et de ses dérives, épinglant au passage la médiatisation à outrance et le règne de la consommation.

Scénariste
Dessinateur
Editeur
Genre / Public / Type
Date de parution 11 Janvier 2008
Statut histoire Une histoire par tome 3 tomes parus
Couverture de la série Sorcelleries
Les notes (9)
Cliquez pour lire les avis

11/01/2008 | iannick
Modifier


L'avatar du posteur Noirdésir

Un seul tome (le premier de la série) me suffira, je n’irai probablement pas plus loin, car je n’ai pas trouvé matière à m’emballer. L’histoire reste convenue, et aurait pu ou dû être un peu plus drôle pour entretenir l’attention du lecteur. En effet, cela semblait partir sur quelque chose de plus délirant. Les trois sorcières, en particulier, avaient un potentiel de mauvaise foi et de « bagarre » à mieux exploiter (même si on n’est pas dans le même registre que Radada). Je n’ai par contre pas trouvé trop d’intérêt aux fées, et les dialogues en pseudos vers des personnages de cet univers ne sont ni convaincants ni « utiles ». Je n’irai pas plus loin donc. Ma note réelle pour cet album serait 2,5/5, surtout pour son début et quelques dialogues entre les sorcières.

14/03/2015 (modifier)
Par Canarde
Note: 2/5
L'avatar du posteur Canarde

Eh bien moi j'ai ri. Mais c'est quand même le bordel. Je n'ai réussi à lire aucun des tomes en entier, la couleur est vraiment laide, le dessin trop touffu, et il n'y a jamais une minute de silence: les dialogues sont drôles mais parasitent la compréhension générale. Pour moi c'est une faute de l'éditeur: c'est plein de bonnes choses mais on n'arrive pas à s'y retrouver: les numéros entre le chat et le crapaud sont pas mal, les personnages des tantes sont très biens, mais l'histoire, on n'y comprend rien, il y a trop à voir dans chaque case, bref, ça soule. Il faudrait juste refaire un scénario d'attaque, ménager quelques silences, et ce serait parfait. Conclusion: sans scénario, on est mort.

07/02/2015 (modifier)
Par Ro
Note: 3/5
L'avatar du posteur Ro

Je vois ici que la série a été peu appréciée. Je peux le comprendre mais moi j'ai plutôt accroché. C'est une série d'humour délirante et un peu fouillis. Du coup, il faut aimer et surtout accrocher sous peine de trouver ça lourd et confus. Moi j'ai bien aimé grâce au graphisme, aux personnages et à l'ambiance générale de cartoon un peu loufoque. J'ai eu du mal à reconnaître le trait de Guarnido qui est très loin de celui de Blacksad même si on y retrouve la même expressivité et le même dynamisme. L'encrage est ici beaucoup moins fin et les décors plus vides. Mais j'aime quand même beaucoup même si le style est différent. J'aime aussi la galerie des personnages. Des trois sorcières visiblement inspirées de celles de Terry Pratchett jusqu'aux fées assez cruches, en passant par la petite fée amusante, l'hystérique petite cousine Hécate et la très sexy Panacea. Il n'y a que le bellâtre Rex que je trouve plus pénible qu'amusant, et la plus vieille des sorcières, Fébris, qui manque d'intérêt à mes yeux et ne me fait pas rire. Donc, même si j'ai rarement ri et que c'est parfois un peu lourd et trop fouillis, j'ai accroché à l'ambiance de cette série que j'ai trouvée amusante et divertissante. J'ai passé un bon moment de lecture sur les trois tomes actuellement parus.

26/04/2013 (modifier)
Par Gaston
Note: 2/5
L'avatar du posteur Gaston

J'aime bien le dessin de cette série et c'est pratiquement la seule chose que j'ai aimée. Il est dynamique et j'aime bien comment le dessinateur dessine les personnages. En revanche, le scénario ne m'a pas du tout intéressé. J'ai essayé d'être indulgent et je ne m'attendais pas à lire un chef d'œuvre, mais malgré tous mes efforts je ne suis pas rentré dans les deux histoires. Je trouve que c'est trop caricaturé et que les scenarii tournent en rond. Le plus gros problème de cette bande dessinée c'est que les personnages n'ont aucune personnalité et ne semblent avoir qu'un trait de caractère (le meilleur exemple est le beau-fils qui est chiant juste pour être chiant). Cela devient vite lourd et sans intérêt.

17/12/2012 (modifier)
L'avatar du posteur Mac Arthur

Cette série bénéficiait d’un a priori positif dans mon esprit. En cause, le dessin très expressif et sympathique de Juanjo Guarnido et le fait que les scénarios étaient assuré par Teresa Valero, qui n’est autre que l’épouse de Juan Diaz Canales, le scénariste de Blacksad. J’ai bien déchanté depuis, étant péniblement parvenu au terme de ces deux insipides albums. Tout d’abord (commençons par le moins négatif), si le trait de Guarnido est dynamique et sympathique, il tombe très vite dans le caricatural sans âme et ses décors se résument vraiment à trop peu de chose. Par exemple, l’antre d’une sorcière recèle dans mon imaginaire de mille et une fioles, de toiles d’araignées, de meubles étranges, baroques, de créatures étranges, d’alambics, etc. Chez Guarnido, le décor se résume bien souvent à un fond blanc. Ensuite, et c’est le gros point faible, les scénarios de Teresa Valero sont un ramassis de mauvais clichés. Je croyais trouver une histoire fantastique et humoristique, je n’ai trouvé ni l’un ni l’autre. L’humour n’a jamais fait mouche, du fait de dialogues mal écrits (problème de traduction ?) et de caricatures trop faciles (le très présent beau-fils humain avide qui tente d’implanter la culture télé dans ce monde de sorcières me gonfle furieusement, et ne m’amuse jamais). Le côté aventure fantastique pêche par un rythme très décousu, des personnages peu ou mal développés, et une intrigue simpliste au possible. La narration prend tant de place qu’elle ne laisse plus beaucoup de place ni à l’action ni à l’humour de situation. Un bon exemple de ces dialogues ratés, ce sont les échanges verbaux en rime des fées. Dans cette catégorie, les références me ramènent soit vers les auteurs classiques (Molière, La Fontaine, Rostand), soit, à l’époque actuelle, vers la merveilleuse série « De Cape et de Crocs ». En comparaison, « Sorcelleries » est incroyablement médiocre. Des rimes de mirliton et des vers au nombre de pied aléatoire sont la règle pour ces auteurs (ou du moins leur traducteur). Finalement, sans réel rejet de ma part, je dois confesser m’être cruellement ennuyé à la lecture de ces insipides aventures. Bof, et encore, grâce au dessin.

16/10/2009 (modifier)
Par Pierig
Note: 2/5
L'avatar du posteur Pierig

Sans vouloir être médisant sur cette série, je ne suis pas certain qu’elle aurait été publiée telle quelle sans être appuyée par le talent graphique de Guarnido. Car franchement, ce premier opus ne montre rien de bien probant au niveau du scénario. C’est plutôt long, poussif et assez inintéressant, voire barbant. Bon ok, c’est un tome d’introduction et, à ce titre, elle remplit son rôle d’introduire les personnages et la situation. A défaut d’originalité, ça aurait pu verser dans l’humour . . . même pas. On a droit à un pastiche des travers de notre société de consommation (télévision entre autre). C’est bien gentil tout ça mais lorsque je me plonge dans un livre, c’est justement pour voir autre chose. En l’état, il est difficile d’avoir un avis définitif sur une série mais lorsqu’un premier tome ne donne pas envie de lire la suite, c’est déjà un signe.

04/11/2008 (modifier)
Par Tetsuo
Note: 3/5

Je pense que cette série s'adresse à un lectorat jeune. Je ne sais si ce premier tome atteint son objectif, car la lecture est assez abondante (personnages, lieux,...) mais l'histoire reste accessible et facile à suivre. N'oublions pas que différents niveau de lecture sont présents dans nombres d'albums et ce qui nous parait difficile parfois ne l'est pas du tout pour les jeunes... croyez-en votre expérience personnelle de lecture enfantine ! Bon, trêve de digression, j'ai trouvé le tout sympathique avec une bonne mise en place et un dessin toujours aussi somptueux de Guarnido (peut-être un peu en dessous de Blacksad il est vrai). Les personnages sont attachants, différenciés, parfaitement croqué. Ce n'est pas révolutionnaire, mais cette lecture reste à un bon niveau avec parfois quelques longueurs. L'histoire est sans prétention, juste prétexte à nous faire découvrir un nouvel univers et à nous faire passer un bon moment. Et puis, beaucoup de petits détails amusants parsèment l'album, comme par exemple lors de la fête de Walpurgis qui n'a lieu qu'une fois par siècle, on aperçoit respectivement Spiderman, Jason (Halloween), Frankeinstein, l'homme invisible, Mickael Jackson, Freddy (le gars des Griffes de la nuit), un alien, Hannibal Lecter,... bref c'est rigolo. Une lecture détente.

07/05/2008 (modifier)
Par iannick
Note: 3/5
L'avatar du posteur iannick

Houla ! Quel choc ! Certes, ce n’était pas une surprise pour moi de découvrir la nouvelle série, « Sorcelleries », de Juanjo Guarnido car je l’avais aperçue sur le site de Dargaud et parce que l’auteur avait montré quelques planches lors de sa venue à Amiens dans le cadre d’une soirée débat. Mais tout de même, ça fait un choc de le voir changer de registre en réalisant un album très différent de Blacksad ! Avec cette série, les motivations principales de Juanjo Guarnido est de faire plaisir au jeune lectorat et de prendre de temps en temps quelques distances vis-à-vis de « Blacksad ». Pour « Sorcelleries », Juanjo Guarnido s’allie avec Térésa Valéro au scénario. Ces deux auteurs nous présentent une bd mélangeant l’humour et le fantastique. L’histoire nous conte les péripéties de trois sorcières, Fébris, Brygia et Sortilega, qui vont adopter un bébé fée au moment où elles accueillent leur nièce Panacea et sa petite famille… Le récit m’est apparu très rythmé, je ne me suis pas ennuyé. Cependant, j’avoue que cette histoire est tout de même orientée pour les adolescents mais pas pour les plus jeunes ! En effet, la bd comporte des références sur le monde des magies et des médias qui risquent de déconcerter les jeunes lecteurs. De plus, le scénario m’est apparu assez complexe car il traite deux histoires parallèles. Ce premier tome, « le ballet des mémés » sert surtout à nous présenter les principaux protagonistes, à critiquer les médias et à critiquer avec humour notre société de consommation Le récit est, à mon avis, jonglé d’un peu trop de dialogues. D’ailleurs, j’ai senti quelques difficultés de la part de la Guarnido de les mettre en place : de nombreuses bulles sont disposées entre des cases au point que j’ai eu quelques difficultés à trouver le bon sens de lecture. Quant à l’humour employé, je dois reconnaître que je n’ai pas du tout rigolé mais j’ai aimé les moments de conflits entre les trois sorcières. D’ailleurs, elles me sont apparus attachantes ces trois mémés ! Graphiquement, sans le nom de Guarnido sur la couverture et la présence de certains animaux dans cette histoire, il est assez difficile de reconnaître le trait de l’auteur de « Blacksad ». C’est surtout au niveau de la mise en couleurs que se situe la grosse différence entre « Blacksad » et « Sorcelleries » puisque la nouvelle série n’est pas aquarellée (à l’origine, ce n’est pas Juanjo Guarnido qui devait s’occuper de la mise en couleurs de « Sorcelleries »). Malgré cela, les tons ont judicieusement choisis et sont agréables à contempler. Les personnages sont très expressifs et j’ai eu la sensation qu’ils sortaient tout droit d’un dessin de Walt Disney ! (D’ailleurs, l’auteur a travaillé dans un studio animé en tant que sous-traitant pour Walt Disney). La narration m’a semblé très correcte malgré la densité du scénario de Térésa Valéro. J’espère qu’avec « Sorcelleries » Juanjo Guarnido trouvera son public car sa nouvelle bd déconcertera les fans de « Blacksad » (scénario moins « adulte ») et ne s’adresse pas, à mon avis, aux très jeunes lecteurs. Le premier tome de la série est très dense, on ne s’ennuie pas ! Les trois principaux protagonistes (les sorcières) me sont apparus assez attachants. Le dessin de Guarnido est agréable à contempler, les attitudes des personnages m’ont semblées issues d’un dessin animé de Walt Disney ! Cependant, malgré de nombreuses qualités, je m’arrête sur ce premier tome car je ne suis pas adepte d’histoire de sorcières et parce que je trouve le scénario trop léger.

11/01/2008 (MAJ le 24/01/2008) (modifier)
Par ArzaK
Note: 2/5

Bof, clairement... Première chose, si vous cherchez du Blacksad, passez votre chemin, si Guarnido avait signé cet album sous un pseudo, jamais je n'aurais reconnu le trait du dessinateur. Comme le dit le posteur précédent, ce n'est clairement pas le même public qui est visé, avec "Sorcelleries", Guarnido concurrence plutôt des séries adolescentes comme Le Collège Invisible ou Monster Allergy. Sorcelleries est-elle une bonne série jeunesse ? Difficile à dire avec ce premier tome qui souffre de plusieurs défauts majeurs : une mise en place assez fastidieuse, des personnages parfois trop grotesques et une intrigue vite expédiée qui se conclu de manière brouillonne avant la page 48... Les choses peuvent s'arranger, car le dernier défaut est typique des tomes 1 qui cherchent à raconter une histoire complète... mais j'ai un peu du mal avec cet univers un peu trop passe-partout...

24/01/2008 (modifier)