Le Sourire du clown

Note: 3.09/5
(3.09/5 pour 33 avis)

Intrigue puissante sur fond de chronique sociale.


Banlieue Cirque & Saltimbanques

"Voyageant à travers le pays avec leur spectacle de rue dans l'espoir d'apporter un peu de rire et d'émotion aux passants, Grocko et Clock sont menés jusqu'à la cité des Hauts-Vents, d'une tristesse étonnante. C'est là, au milieu des tours HLM que Grocko est assassiné, retrouvé avec une balle dans la tête, tirée par une mère hystérique devant les yeux de son jeune fils, Djin. Traumatisé, le jeune garçon, alors âgé de huit ans, ne parle plus, ni son visage d'ailleurs, paralysé par le crime de sa mère et devenu totalement inexpressif. Retour d'un duo étonnant, qui a déjà collaboré pour Le Pouvoir des innocents. Le premier livre d'un récit en trois tomes".

Scénariste
Dessinateur
Editeur
Genre / Public / Type
Date de parution Novembre 2005
Statut histoire Série terminée 3 tomes parus
Couverture de la série Le Sourire du clown
Les notes (33)
Cliquez pour lire les avis

21/11/2005 | sylver
Modifier


Par karibou
Note: 2/5

Ennuyeux... Il y a un fond social, mais plan-plan. Il y a des flashbacks mais qui compliquent plus les choses. Il y a des erreurs de chronologie. J'apprécie Brunschwig mais là ce n'est pas pour moi.

06/07/2018 (modifier)
L'avatar du posteur Noirdésir

Luc Brunschwig concocte souvent des scénarios alambiqués, pour retomber finalement sur ses pieds. Mais ici, si c’est encore le cas, j’ai trouvé l’effort un peu vain. En effet, j’ai lu certains passages sans enthousiasme, il aurait fallu je pense élaguer un peu. Et surtout, une fois les tenants et aboutissants éclairés, en fin de troisième album (cela s’éclaircit dans la seconde moitié de cet album), je me suis dit : « tout ça pour ça… ». Car, finalement, le cœur, le nœud de l’intrigue m’ont paru un peu décevants, quelconques… A cette relative déception s’ajoutent une série de choses selon moi improbables. Le rôle et la personnalité du curé (je ne spoilerai pas), l’indépendance de la jeune conductrice de bus. Mais aussi cette cité où tout se déroule, située sur un plateau, accessible par une route en lacets escarpés (et que des jeunes bloquent plusieurs jours sans que les « autorités » n’interviennent !). Enfin, il y a une erreur il me semble au début, puisque la première page nous dit que l’action se situe en 1994, et le clown qui est tué ce jour meurt en 1989 (voir l’inscription sur sa tombe quelques pages plus loin) ? Bref, un triptyque qui se laisse lire, mais poussivement parfois, et que j’ai trouvé quelque peu décevant. Reste le dessin de Hirn, en aquarelle visiblement, qui est plutôt bon.

26/08/2017 (modifier)
Par Montane
Note: 4/5

C'est l'histoire d'une banlieue, comme celles qui ont fait l'actualité ces dernières années. Une banlieue coupée de tout ou presque où se concentre la misère sociale, les populations immigrées. Et au milieu de tout cela surgit un duo de clowns qui tentent de redonner le sourire à toute une population. Seulement voilà, l'arrivée de ce duo de comiques est vue d'un très mauvais œil par le curé du coin, un curé au mœurs étranges qui ressemble bien plus à un grand gourou qu'à un curé traditionnel, et ce d'autant qu'il s'appuie sur des gens au casier judiciaire bien fourni. Un beau jour quelqu'un appuie sur la détente; un clown décède sous les yeux d'un enfant qui restera traumatisé à jamais au point d'en perdre la parole. On croise aussi un journaliste rayé qui prend du galon au fil de l'histoire au point de se muer en enquêteur qui au final mettra à jour le profil du tueur ainsi que celui du commanditaire du crime. Le tout raconté en près de trois tomes et 200 pages avec de nombreux flash backs, qui éclaireront peu à peu le lecteur sur cette véritable affaire criminelle. Cette série est une véritable réussite. Même si cette histoires d'un ecclésiastique allié à des repris de justice pourra manquer de crédibilité. Mais après tout, pourquoi pas, l'église catholique n'a t- elle pas été ébranlée par de nombreux scandales? Le dessin de Laurent Hirn est superbe, les couleurs utilisées également et servent à merveille un récit dense et foisonnant. Un récit qui nous montre que le rire reste finalement une des meilleures armes contre la misère et le malheur, bien plus que la croyance en une divinité abstraite. Une vraie réussite!

21/12/2015 (modifier)
Par sloane
Note: 3/5
L'avatar du posteur sloane

Voilà une série en trois tomes d'où je ressort un peu mitigé qui m'a procurée un bon moment de lecture mais toutefois compliquée. Tout se passe dans une cité et j'ai pas mal aimé le fait qu'on ne nous ait pas infligé tous les clichés habituels. Le scénario est tortueux à souhait et parfois il demande un peu de concentration, les nombreux flashbacks n'aidant pas toujours à bien suivre l'intrigue. Certains aspects m'empêchent de mettre une note supérieure. Par exemple le fait que cette cité soit perchée sur une sorte de nid d'aigle reliée au reste du monde par une seule et unique route de montagne. Le dessin est très plaisant, parfois un peu dépouillé. Le scénario extrêmement bien monté, l'est sans doute trop bien. Je reste mitigé donc.

10/09/2014 (modifier)
Par fab11
Note: 3/5

Le Sourire du Clown est une série originale et qui n'est pas inintéressante mais qui a tout de même réussi à me lasser. Ce thriller en trois tomes aurait pu être à mon avis beaucoup mieux, même si je n'ai jamais eu l'intention d'arrêter ma lecture. L'histoire commençait plutôt bien, un clown itinérant est abattu dans une cité de province par la mère d'un jeune garçon de cette même cité. A partir de ce meurtre des événements étranges et violents vont faire leur apparition dans cette cité sensible. Malgré un scénario du talentueux Luc Brunschwig je n'ai pas réussi à accrocher avec cette série, car j'ai trouvé l'histoire assez improbable et je pourrais rajouter peu crédible. L'intrigue devient, à partir du tome deux, de moins en moins prenante, malgré quelques bonnes idées scénaristiques. J'ai trouvé intéressant le fait d'aborder le malaise et la violence qui règne dans cette cité, ce qui reflète bien la réalité. De plus il est intéressant de signaler que le tome un de cette série est paru en 2005 au moment même où les cités françaises s'embrasaient à la suite de la mort de deux jeunes issus d'un quartier difficile de Clichy sous Bois. Drôle de coïncidence n'est-ce pas ? Le dessin de Laurent Hirn est agréable et plutôt réussi et c'est celui-ci qui me permet de mettre la note de 3/5 à cette modeste série. Alors les fans d'histoires se déroulant dans les "técis" peuvent se ruer sur cette trilogie, les autres peuvent passer leur chemin.

11/02/2014 (modifier)

Un premier tome lourdingue et plutôt soporifique, un deuxième juste ennuyeux, et un troisième faussement psychologique où les pseudo-révélations n'en sont pas. J'ai trouvé cette série simpliste, faussement d'actualité, et inutilement alambiqué. On est vraiment très loin d'un Holmes, du même scénariste, et je ne comprends pas le succès (d'estime) qu'a pu avoir cette BD...

19/07/2013 (modifier)
Par Jérem
Note: 3/5

Le (très pertinent) avis d’Alix reflète parfaitement mon ressenti après la lecture de cette trilogie, je vais donc être concis. Le Sourire du clown est vraiment en deçà des grandes séries du génial Luc Brunschwig comme Le Pouvoir des innocents, L'Esprit de Warren ou Holmes. Je suis donc un peu déçu car j’attends toujours énormément de ce scénariste. Le scénario est plutôt bon, intéressant et bien construit mais parfois inutilement tortueux. Le gros problème de la série, c’est le manque de crédibilité de l’histoire et des personnages. Je trouve ces derniers un peu stéréotypés et leurs névroses trop peu crédibles. La fin n’est pas une grande réussite. Côté dessins, c’est joli et coloré, très en contraste avec l’ambiance dure et sociale du récit. Au final, Le Sourire du clown est une bonne série, agréable à lire mais les défauts évoqués plus haut m’empêchent de mettre plus de 3 étoiles. A découvrir.

14/02/2013 (modifier)
Par Puma
Note: 4/5

Entre 3/5 & 4/5, je laisse assez généreusement le 4 ! D'abord pour le graphisme de qualité. Ensuite pour le récit prenant... même s'il ne tient pas la route ! (Ce qui m'a hésité à mettre un 3). Le personnage du curé ... aye aye aye... vraiment du n'importe quoi, comme la scène de la messe finale ! A se demander si le scénariste a un problème personnel récurent ou une revanche à prendre avec l'Eglise ! De ce point de vue, le scénar perd fortement en pertinence et en crédibilité ! Mais dans son ensemble, il y a une arche qui se lit avec fluidité et une certaine cohérence même si on ne peut y adhérer. Et avec les talents du graphiste, soyons bon prince, je laisse le 4.

23/07/2012 (modifier)
Par Alix
Note: 3/5
L'avatar du posteur Alix

Je réécris mon avis après relecture des 3 tomes… et je baisse ma note. J’adore généralement ce que fait Luc Brunschwig, il est selon moi l’un des scénaristes les plus doués de sa génération… mais « Le Sourire du clown » est sans doute sa série qui m’a le plus déçu. La faute principalement à un manque de crédibilité de l’ensemble. J’ai eu du mal à croire en cette histoire, que je trouve certes bien construite mais tordue à souhait. Je n’ai jamais réussi à croire en ce curé taré, en ses projets suspects, en ses méthodes. Je n’ai pas cru en cette banlieue complètement isolée du reste du pays, telle une oasis impénétrable. Enfin je n’ai pas cru à ce final, qui se rapproche plus d’une farce que d’une fable sociale sérieuse et réaliste. De plus je trouve la narration inutilement compliquée. Je n’ai rien contre le procédé qui consiste à effectuer des flashbacks pour dévoiler une intrigue au compte goutte, mais à condition de ne pas en abuser. Le fait qu’aucune distinction graphique ne soit faite entre les différentes époques n’arrange rien, et a rendu ma lecture laborieuse et un peu usante. Malgré tout ça, j’ai fini les 3 tomes sans trop me forcer, et ce récit contient quand même de nombreuses qualités. J’aime son côté « fable sociale », son propos intelligent, son dessin, et son intrigue finalement assez captivante. Mais j’ai eu du mal à complètement y croire, ce qui a un peu gâché ma lecture. Dommage !

20/01/2008 (MAJ le 19/11/2010) (modifier)

J'avais été bien accroché par le début : rapide, sec, efficace... style coup de poing, réussi. Après le prologue, la suite restait encore prometteuse : la cité, le personnage du prêtre qui semble rapidement louche (pour ne pas dire pas très catholique...) surtout quand on découvre un bout de ses motivations... et on se dit qu'on va lire un thriller urbain original ! Mais ensuite, l'histoire vire peu à peu dans un méli-mélo assez embrouillé, et de moins en moins crédible, notamment en ce qui concerne la scène finale. Les personnages n'arrivent pas à acquérir tout l'intérêt qu'on pouvait espérer au début. L'histoire est bien illustrée, mais cela ne compense pas ce que j'estime être les faiblesses du récit, à mon point de vue en tous cas.

30/09/2010 (modifier)