Cori le Moussaillon

Note: 3.38/5
(3.38/5 pour 8 avis)

Angoulême 1988 : Alfred album destiné à la jeunesse pour le tome 4 Aventures picaresques et épiques d'un jeune marin du XVième siècle.


1454 - 1643 : Du début de la Renaissance à Louis XIII Angoulême : récapitulatif des séries primées Journal Tintin Ligne Claire Vieux gréements

Au XVième siècle, la guerre entre l'Espagne et l'Angleterre est sur le point d'éclater. au milieu de la tourmente, Cori, jeune mousse hollandais, s'engage dans la marine anglaise. Ses facilités linguistiques, son intelligence et sa connaissance de la marine vont amener le roi d'Angleterre à lui confier une mission d'espionnage chez son cousin espagnol. Cori et son ami Vincent prennent donc leurs quartiers à Cadix, où se trouve l'invincible Armada, incroyable flotte de bâtiments très puissants.

Scénariste
Dessinateur
Editeur
Genre / Public / Type
Date de parution Avril 1978
Statut histoire Une histoire par tome 5 tomes parus
Couverture de la série Cori le Moussaillon
Les notes (8)
Cliquez pour lire les avis

12/08/2003 | Spooky
Modifier


L'avatar du posteur Noirdésir

Purement historique au départ, la série s’équilibre ensuite avec plus d’aventure (la bascule se fait sur le troisième tome). Ce sont ces trois premiers tomes que j’ai préférés. C’est fou ce que ce moussaillon vit comme aventures (sans trop vieillir, lui…) ! Et, bien souvent, Bob de Moor veut trop en faire, et c’est dur d’en caser autant en moins de 50 pages. Du coup, le dessin est parfois petit, et les textes itou (et comme c’est très verbeux – dialogues et commentaires hors phylactères !). Résultat, c’en est parfois presque illisible et j’ai dû plisser les yeux pour lire certains passages (je me fais vieux, mais quand même !). Ceci est surtout valable pour les premiers tomes (« Cap sur l’or » en particulier), les planches s’aèrent pour les deux derniers tomes (un peu moins de cases, un peu moins de texte, écrit plus gros). Mais justement ces deux derniers albums ne m’ont pas trop intéressé : dans les mers du Nord pour « L’expédition maudite », contre les barbaresques en Méditerranée pour « Dali Capitan ». A chaque fois l’histoire est moins intéressante, et les retournements artificiels et improbables (le trésor trouvé au milieu des glaces du Grand nord de « l’expédition » en est l’illustration). Pour le reste, c’est évident qu’on est là dans une série très datée, dont même les premiers albums – les plus riches à mon sens, même si très « old school » – n’accrocheront sans doute pas de plus jeunes lecteurs. Mais si vous avez l’occasion de tomber sur ces trois premiers albums et de les emprunter, n’hésitez pas, cela peut en valoir la peine.

17/08/2017 (modifier)
L'avatar du posteur Agecanonix

Cette superbe fresque maritime qui conte les aventures d'un petit mousse fin XVIème-début XVIIème, débute dans le journal Tintin en 1951, et ne sera reprise qu'en 1977. C'est à ce moment que je découvre la série qui d'emblée m'a intéressé même si la période et les pays concernés (rivalité maritime, économique et politique entre les grandes puissances Angleterre, Espagne, France, Provinces Unies) ne me passionne pas outre mesure. Etant plus habitué au style humoristique de Bob De Moor sur Barelli, j'étais surpris de voir avec quel brio il a pu concevoir cette fresque extrêmement bien documentée, car dans cette bande que l'on doit lire avec attention pour bien tout comprendre, il faut aussi bien regarder et détailler chaque image, surtout quand le crayon s'égare sur les vaisseaux, les ports et les édifices où tout est détaillé avec la minutie héritée d'Hergé dont De Moor fut le plus proche collaborateur. C'est d'ailleurs en partie pour ça qu'il interrompra cette série, car il a non seulement crée sa série Barelli, mais aussi participé à de multiples travaux sur "Tintin", dessiné un épisode de Lefranc pour Martin, et terminé le dernier récit de Blake et Mortimer après la mort de Jacobs. En 1977, lors de sa reprise de "Cori" dans le journal Nouveau Tintin, De Moor fait évoluer son jeune héros au temps de l'Invincible Armada, épisode qui a ma préférence pour son exactitude historique; le siècle d'Elizabeth Ière avec ses acteurs comme le célèbre "pirate de la reine" Francis Drake, est parfaitement rendu. Une magnifique série qui prouve le talent d'un grand monsieur dans le domaine réaliste.

29/06/2013 (modifier)
Par Gaston
Note: 3/5
L'avatar du posteur Gaston

2.5 Une série inégale à mes yeux. Les deux premiers tomes sont les plus historiques et mon opinion est mitigée. Il y a des bonnes idées, mais cela manque un peu de dynamisme et il y a des facilités scénaristiques qui permettent aux héros de vaincre leurs ennemis facilement. Ensuite, le tome 3 raconte une histoire qui semble avoir été faite avant les deux premiers tomes et cela a très mal vieilli. Elle ne m'a pas du tout intéressé. Après, il y a deux autres tomes que j'ai trouvés plus intéressants. La narration est plus fluide et j'ai trouvé les histoires divertissantes. Sinon, j'avoue que je préfère tout de même le style humoristique de Bob De Moor à son style réaliste. Ce n'est pas mauvais, mais ce n'est pas le genre de style réaliste que je trouve formidable.

16/03/2012 (modifier)
L'avatar du posteur Mac Arthur

Je m’attendais au pire… et j’ai été agréablement surpris. Surtout par les deux premiers tomes. Le contexte historique est bien présent et l’aventure, quoique fort conventionnelle, est au rendez-vous. Les tomes suivants, s’ils n’oublient pas le contexte historique, se consacrent plus à l’aventure (ce qui m’enchante moins) avec ce problème que Cori reste moussaillon malgré le temps qui passe (nous sommes en 1588 dans les premiers tomes et au début du XVIIème siècle, soit au minimum 12 ans plus tard, dans le cinquième). Evidemment, cette série n’est pas la seule à proposer une facilité de ce genre (voir « Buck Danny » et « Michel Vaillant ») et cette facilité ne lui nuit pas vraiment. Elle m’ennuie juste un peu. Le dessin est d’une grande qualité. Bob De Moor propose ici ce que je considère comme ses plus belles planches ! On sent l’influence de Jacques Martin (Alix) et de Willy Vandersteen (Thyl Ulenspiegel) mais l’artiste trouve son propre style, fin, précis, dynamique, net… excellent dans son genre. La narration, quoique fort présente, est agréable à lire. Je regrette les quelques petites fautes de français (peut-être dues à la traduction) mais, dans l’ensemble, j’ai vraiment eu du plaisir à lire ce texte même lorsque celui-ci employait une foultitude de termes techniques maritimes. Au final, cette série est certainement à découvrir. Surtout ses deux premiers tomes ! Les histoires ne révolutionneront pas le genre (elles ont un clair arrière-goût de moisi) mais les amateurs du genre en question seront ravis. Ma cote ? 4/5 pour les deux premiers tomes, 3/5 pour les suivants… 3/5 de moyenne, donc.

22/12/2011 (modifier)
Par L'Ymagier
Note: 4/5 Coups de coeur expiré

C'est tout simplement : très bon !... Cori fait ses premiers pas dans l'hebdo Tintin n° 38, 6ème année, du 19 Septembre 1951. Cori ?... C'est un jeune adolescent, seul rescapé d'un abordage en pleine mer. Il est recueilli par le capitaine d'un vaisseau hollandais -Harm Janszoon- qui le prend sous sa protection. Nous sommes au tout début du 17ème siècle et différentes guerres font rage entre certaines nations européennes. Les grandes puissances d'alors (Espagne, Angleterre, Hollande, France...) tentent d'assurer leur suprématie en maîtrisant l'espace maritime. Les enjeux sont énormes, tant politiques que -surtout- économiques. Cori, c'est avant tout une magnifique épopée maritime où notre ami, de moussaillon, deviendra espion pour le compte de la reine Elizabeth d'Angleterre. Après un premier épisode (en noir et blanc, qui ne sera édité qu'en 1976, 25 ans plus tard !), Bob de Moor, créateur de la série, délaisse ce personnage. Bob est en effet le premier assistant de Hergé et "travaille" sur Tintin. Revenu à Cori, il en dessinera l'épopée qui se déclinera en cinq tomes. La première histoire -L' Invincible Armada- fera l'objet de deux opus. C'est tout simplement explosif, tant en originalité, en graphisme qu'en conception du scénario. Cori ?... Il faut prendre le temps de le lire -un peu comme un Alix- et de vouloir plonger dans le temps. Certains abordent une BD en lisant l'histoire. Ici, on lit l'image. Une véritable bordée de situations explosives, d'attaques, de coups de mains, de trahisons, d'abordages. Bien qu'il en soit le héros, Cori est plus un véritable témoin d'une partie de cette époque diablement maîtrisée graphiquement par un Bob de Moor en très grande forme. A noter : - Le troisième album -"Cap sur l'or"- paru chez Casterman en 1993 est une édition remaniée de l'histoire originelle parue dans Tintin en 1951. - Suite au décès de Bob survenu en 1992, son fils Johan a alors repris le flambeau et a terminé les six dernières planches du dernier récit. L'auteur : Bob (Robert) de Moor est né à Anvers (Belgique) le 20 Décembre 1925 et décédé à Uccle (Bruxelles) le 26 Août 1992. Dessinateur et scénariste immense ! A conçu Barelli, Conrad le Hardi, Cori le Moussaillon, a travaillé sur Lefranc (Jacques Martin), termine "Les trois formules du Dr. Sato" (Blake et Mortimer) et -surtout- assiste Hergé sur les "Tintin" depuis 1950. D'après de nombreux spécialistes, "Tintin et les Picaros" serait de son propre cru. Outre de très nombreuses autres créations (surtout en Belgique), il était directeur artistique des Editons du Lombard et a présidé le Centre Belge de la Bande Dessinée à Bruxelles jusqu'à son décès.

16/08/2006 (modifier)
Par Kael
Note: 3/5

Une des rares BDs que je lisais petit et que je lis encore avec plaisir aujourd'hui (peut-être plus par nostalgie qu'autre chose d'ailleurs). Il faut avouer que le dessin n'a pas si mal vieilli (bon, les couleurs un peu, ok) et que ces aventures sont très bien menées. Je ne suis pas historien, mais tout me paraît assez fidèle (même si c'est assez romancé, bien sûr). Et enfin, cette série a su s'arrêter là où d'autres se perdent dans des longueurs infinies et finalement désastreuses pour la qualité globale. Là, hop, 5 tomes et tout se termine, j'aime beaucoup.

26/02/2004 (modifier)
Par Ro
Note: 3/5
L'avatar du posteur Ro

Je n'ai lu que 2 tomes de Cori : "Cap sur l'Or" et "L'expedition maudite". Tout d'abord, c'est de la ligne claire ancienne génération (style "Blake et Mortimer", etc.). Cela implique qu'il faut le lire calmement et en lisant bien les textes, sous peine de ne rien y comprendre en feuilletant ou en regardant seulement les images. Mais quand on rentre dedans, c'est une bonne BD d'aventure historique et maritime. Les scénarios sont bien foutus et les histoires assez prenantes. Bref, une BD d'un bon niveau, mais il faut aimer le style et le thème.

28/10/2003 (modifier)
Par Spooky
Note: 4/5
L'avatar du posteur Spooky

Reconstitution rigoureuse de la guerre navale lors de laquelle le Roi Philippe II d'Espagne tente d'envahir l'Angleterre, Cori le Moussaillon est une chronique historique très documentée sur la marine à voile du XVIème siècle. Il faut savoir que Bob de Moor, l'auteur, possédait une collection unique de maquettes de bateaux de cette époque. Le style de Bob De Moor, caractéristique de la ligne claire belge, est l'héritier direct des maîtres flamands du XVIIe siècle, notamment dans le double album "L'Invincible Armada" (tomes 2 & 3, sortis en 1978 et 1981, alors que le premier tome date du début des années 50). Bob de Moor fut l'indispensable bras droit d'Hergé, il termina le dyptique de Blake et Mortimer "Les 3 formules du Pr Sato" après le décès de Jacobs... Modeste, talentueux et gentiment gouailleur, on mesure mal son influence sur la ligne claire belge des années 80. Petite remarque concernant le dernier album, Dali Capitan ; Cori se retrouve ambassadeur auprès des pirates maures d'Alger. Il faut noter que les Provinces Unies, dont il est l'ambassadeur, sont alors protestantes, et qu'elles font montre d'une tolérance rare (pour l'époque) envers la civilisation arabe. Malheureusement, Bob De Moor décéda au cours de la réalisation de cet album, et c'est son fils, Johan, qui l'achèvera. Extrêmement documenté, riche en décors et détails incroyables, mouvementé, très maîtrisé graphiquement, voici le chef-d'oeuvre de la BD historique des années 1980.

12/08/2003 (modifier)