Connectez-vous pour cacher cette bannière publicitaire.

Lefranc

Note: 2.5/5
(2.5/5 pour 18 avis)

Le journaliste Guy Lefranc doit faire face à différentes affaires tout au long de cette série généralement face à son ennemi le redoutable Axel Borg.


Jacques Martin Journal Tintin Journalistes Les BDs à papa Ligne Claire

Le journaliste Guy Lefranc aide l'inspecteur Renard à remonter la piste de fraudeurs qui opèrent à grande échelle entre la Suisse, la Belgique et la France. Leur enquête les mènera dans les Vosges, au pied de la mystérieuse Tour Noire, d'où opère une puissante organisation clandestine. Celle-ci a l'audace de lancer au gouvernement français un ultimatum terrifiant, lui enjoignant de remettre la somme de trois milliards de francs-or, sans quoi Paris sera détruit! En compagnie du jeune Jeanjean, Lefranc traquera jusque dans leur base souterraine les criminels, commandés par un aventurier redoutable, qui refera parler de lui: Axel Borg. On va tout de même pas trop en dire, vous verrez bien :)

Scénaristes
Dessinateurs
Coloristes
Editeur
Genre / Public / Type
Date de parution Janvier 1954
Statut histoire Une histoire par tome 31 tomes parus
Couverture de la série Lefranc
Les notes (18)
Cliquez pour lire les avis

26/04/2003 | Lucky Luke
Modifier


Par PAco
Note: 1/5
L'avatar du posteur PAco

Ahhhh, offrir une BD a un fan de BD... Très bonne idée... Encore faudrait-il ne pas se planter... Même si ça part d'un très bon sentiment, là je crois qu'on pouvait difficilement tomber plus à côté de la plaque. Alors ok, c'était le dernier tome et il y avait peu de chances que je l'ai, mais en fait il y avait peu de chances tout court pour que j'ai un Lefranc tellement c'est à l'opposé de ce que je cherche dans une BD. Je vous renvoie a mon excellent avis sur Alix et son intro : "Je n'aime pas ce que fait Jacques Martin", "Je n'aime pas ce que fait Jacques Martin", "Je n'aime pas ce que fait Jacques Martin", "Je n'aime pas ce que fait Jacques Martin", "Je n'aime pas ce que fait Jacques Martin"... Encore une ? "Je n'aime pas ce que fait Jacques Martin"... bon je m'arrête là, ou alors je colle/copie direct dans Jhen et Lefranc ? J'avais oublié Lefranc, la chose est donc réparée. N'étant pas mufle j'ai quand même pris la peine de lire ce 31e album de cette série. Je m'attendais à pire, mais franchement qu'est-ce que c'est convenu et ennuyeux !!! Alors oui c'est méticuleux et documenté, mais ça c'est ce que je demande à un documentaire historique. Et ce dessin froid et figé, pute-borgne ! Ils ont oublié qu'on était passé à autre chose depuis les hiéroglyphes ??? Bref, je ne vais pas m'étaler plus que ça, je ne lirais pas d'autre album de cette série, un c'est déjà un bel effort pour mézigue.

18/12/2020 (modifier)
Par PatrikGC
Note: 4/5
L'avatar du posteur PatrikGC

Lors de sa création, Lefranc était simplement un Alix modernisé, à tel point que la rédaction du journal Tintin força Jacques Martin à ajouter un jeune compagnon au journaliste. Plus tard, l'auteur se fera un plaisir d'oublier le jeunot. Ajoutons que certaines ligues bien-pensantes se posaient diverses questions... Jacques Martin aime les intrigues, il dessine de façon académique, son trait est parfois figé, mais on ne peut pas lui reprocher son manque de documentation, tout est précis, détaillé. Replonger dans un ancien album permet d'avoir une très bonne idée de ce qui se passait vraiment à l'époque. Les premiers albums sont très bons pour ceux qui aiment le genre. Perso, je préfère le "Mystère Borg", album dans lequel l'ennemi "héréditaire" se montre nettement plus intéressant que le héros lui-même, trop lisse, trop fade, trop parfait (il y a d'ailleurs un amusant dialogue à ce sujet). Malheureusement, par la suite, Axel Borg perdra beaucoup de son aura. J'ai lu les derniers albums, ça ne me tente plus. Mais je relis scrupuleusement de temps à autre le début de la saga, même si le 1er album aurait presque pu être dessiné par l'auteur de Blake et Mortimer. À ce propos, E. P. Jacobs se fâchera avec J. Martin, le traitant de plagiaire alors que c'est la rédaction du journal Tintin qui lui avait demandé d'être graphiquement proche (bikoz B&M avait plus de succès que Tintin lui-même). Ajoutons que, concernant son oeuvre et ses idées, Jacobs avait une petite tendance à la parano, si on en croit certaines anecdotes. Ceci dit, Martin n'était pas blanc comme neige. Bob de Moor ne signera qu'un seul album, ce qui est dommage. Gilles Chaillet s'en tirera plutôt bien, ayant un graphisme très proche. Par contre, les scénarios déclineront. L'album "L'Apocalypse" possède un titre qui annonce hélas la couleur, car ensuite... ben... comment dire... bof... Nota : ma note ne porte que sur les premiers albums.

04/08/2020 (modifier)
L'avatar du posteur Guillaume.M

Je reproche plus ou moins à « Lefranc » ce que je reproche à Alix (désolé patron). Outre un dessin rigide, la norme à l’époque, c’est le scénario qui me laisse froid. Lefranc, journaliste lisse et trop parfait, ne me procure pas d’émotion particulière. Les dialogues sont inutilement longs. Le seul album qui trouve grâce à mes yeux est le quatrième : Le Repaire du loup. La raison est simple. Si le village alpin de Saint-Loup est fictif, il s’inspire d’un lieu bien réel, le village de Saint-Luc dans leVal d’Annivier, où j’ai passé pas mal de vacances et appris à skier. Cet album m’a donc accompagné depuis tout petit et constitue une sorte de madeleine de Proust que je conserve jalousement dans ma collection. Je précise toutefois que cet attachement est purement subjectif, mes réticences sur la série ne faisant pas exception dans cet épisode. À sa sortie, « Lefranc » était peut-être dans l’air du temps, même s’il y avait beaucoup mieux (Les aventures de Tintin ou Blake et Mortimer). Ce n’est plus le cas.

04/08/2020 (modifier)
L'avatar du posteur Noirdésir

Lorsque j’étais – beaucoup – plus jeune, je lisais pas mal Alix, et j’ai été amené à lire d’autres créations de Jacques Martin, comme ce « Lefranc » donc. Mais j’étais davantage attiré par le côté historique d’ Alix, et n’ai pas trop suivi « Lefranc », même si les premiers albums se laissaient lire (dans une veine assez proche parfois, je préférais Blake et Mortimer). Une relecture récente d’une dizaine d’albums de la série me permet de compléter mon avis, et de le nuancer. Les quatre premiers albums sont clairement les meilleurs (même si le changement de dessinateur ensuite n’est pas préjudiciable, Chaillet ayant un trait très proche de Martin). Le côté fantastique développé parfois ne m’accroche pas alors même qu’il est du coup franchement daté. De plus, on retrouve dans cette série le côté verbeux de Martin, avec dialogues et commentaires hors phylactères bien trop remplis. Bref, une série assez moyenne, et qui je pense doit rebuter les jeunes lecteurs d’aujourd’hui. Si vous voulez en lire, préférez les premiers albums, à emprunter en bibliothèque.

31/07/2017 (modifier)
Par JAMES RED
Note: 2/5

Lefranc fait parti de ces vieilles séries historiques parues dans le journal Tintin et qui existent toujours après plus de 60 ans. A la base, c'est un peu un ersatz de Blake et Mortimer dessiné par Jacques Martin. Les trois premiers albums sont, de l'avis de beaucoup, les meilleurs bénéficiant de très bons scénarios policiers et d'espionnage et d'un méchant charismatique Axel Borg. Mais déjà on peut noter quelques défauts, notamment les dialogues qui aujourd'hui paraissent fortement désuets. Jacques Martin ne pouvant pas assumer scénarios et dessins de deux séries à cause du succès d'Alix ; il confie le dessin de la série à Bob De Moor (du studio Hergé), avec lequel il signe un bon épisode le repaire du loup. Par la suite, c'est Gilles Chaillet qui se charge des dessins et cela devient très inégal avec des scénarios qui touchent au fantastique. Enfin, je peux dire un mot des derniers albums signés Jacques Martin qui sont parfaitement ridicules que ce soit dans les situations (Lefranc devient un dragueur invétéré) ou les dialogues qui sont souvent risibles. Je n'ai pas lu la reprise post Martin et je ne pense pas le faire un jour. Pour l'achat se contenter des trois, quatre premiers…

25/08/2016 (modifier)
L'avatar du posteur Agecanonix

Alors qu'il avait conquis les lecteurs du journal Tintin depuis longtemps avec Alix, J. Martin se lance en 1952 dans une seconde grande série, optant pour un décor contemporain. La Grande Menace, premier récit de cette série, est un album fondateur, il s'y déploie en effet tout l'art de Martin pour créer un univers, où le héros affronte la bande du sinistre Axel Borg ; cette crapule cultivée et obsédée par le pouvoir et l'argent, s'impose comme le double maléfique de Lefranc, il gravite toujours dans des projets à fort potentiel destructeur, et chaque fois qu'il est vaincu, il refait surface encore plus diabolique. J'avoue que je n'ai jamais cultivé une réelle passion pour cette bande mélangeant l'actualité et la science, et encore moins à partir de l'épisode Les Portes de l'Enfer qui marque un net changement : ces aventures au départ, s'inscrivaient dans une lignée policière, mais elles vont ensuite explorer des univers différents en allant de plus en plus vers le fantastique, voire la science-fiction. C'est dommage pour le travail de Chaillet qui a repris la bande en 1977, ayant toujours apprécié son dessin. En fait, mes 2 épisodes préférés sont le Mystère Borg et Le Repaire du Loup, dessiné par Bob De Moor, Martin conservant le scénario ; ces 2 là ont des trames vraiment policières et fonctionnent avec un bon suspense. Sinon, la série souffre des mêmes défauts que Alix, avec toujours cette redondance de textes et de dialogues. Le dessin est un peu moins figé que dans Alix, je pense notamment aux séquences de poursuite automobile dans la neige, dans Le Mystère Borg ; de plus, Martin s'applique en apportant le même soin dans la restitution des voitures que dans ses décors antiques. Tout ça ne suffit pas pour remonter ma note, mais comme je suis contradictoire, je conseille l'achat uniquement pour les 2 épisodes que j'ai cités (à voir pour les autres).

30/09/2013 (modifier)
Par Chéreau
Note: 3/5

Comment donc, je n'avais toujours pas noté Lefranc ? Incroyable... Voilà un de mes plus anciens souvenirs de lecture, prototype de ligne claire sérieuse de l'école Tintin. Tous les clichés de la BD d'aventure à la papa sont là : le valeureux héros au nom prédestiné, au regard d'acier et au cheveu sage, forcément reporter, l'onctueux méchant récurrent qui fomente des plans machiavéliques, le comparse naïf qui réussit toujours à se faire capturer, les femmes totalement inexistantes... Bref, tous les ressorts scénaristiques que moquent Goscinny et Gotlib dans une planche géniale des Dingodossiers. Lefranc est de son époque ! Malgré tout, Jacques Martin s'y entendait à bâtir un scénario bien ficelé, à construire une page solidement charpenté et à bosser ses cases. Parfois trop. Le dessin est d'une précision maniaque. Si le gamin que j'étais a lu avec beaucoup de plaisir l'haletante et jamesbondienne "Grande Menace", trois autres albums retiennent mon attention aujourd'hui : - le Mystère Borg, pour sa poursuite sur les toits et son face-à-face à la Heat entre Lefranc et son alter ego et grand ennemi, Axel Borg, - le Repaire du loup, pour l'ambiance claustrophobique de ce petit village de montagne coincé sur la neige et l'absence du sempiternel Axel Borg, - l'Ouragan de feu, pour le final flamboyant. A partir des années 80, la série baisse clairement en qualité et tombe parfois dans le grand n'importe quoi (l'Apocalypse). Un détail que beaucoup de lecteurs ont du relever : le sous-texte homo de la relation entre Lefranc et le petit scout Jean-Jean, dans la Grande Menace, saute aux yeux et rappelle la relation quasi-amoureuse entre Alix et Enak dans l'autre grande série de Jacques Martin. L'auteur, me semble-t-il, a pourtant toujours rejeté une telle lecture de ses oeuvres.

16/09/2012 (modifier)
Par Gaston
Note: 2/5
L'avatar du posteur Gaston

Bof. À part la trilogie au début avec Alex Borg, rien ne m'a interessé. Le suspense et la qualité scénaristique des trois premiers épisodes qui valent au moins 3/5 tombent dans le néant après. Les dessins deviennent figés et moches. Le scénario m'ennuie et quelques fois je n'ai pas fini le livre ! Mais ce que j'ai vraiment détesté c'est (ATTENTION MÉGA-SPOILER DE LA MORT QUI TUE) le retour d'Axel Borg en gentil ! Que veut une série si son plus grand méchant n'est plus méchant ?

07/10/2007 (MAJ le 22/08/2009) (modifier)

Mon avis est très mitigé, et représente plus ma réaction aux derniers albums, qu'aux débuts de la série. Au départ, fan des BDs de Jacques Martin, et, je l'avoue, un peu lassé des tragédies d'Alix, je trouvais les aventures de Lefranc passionnantes, surtout après s'être débarrassées des défauts de jeunesse de toute nouvelle série. De bonnes aventures policières, un méchant nettement plus crédible dans son machiavélisme qu'un Olrik, et des histoires modernes (pour l'époque). Depuis, je l'avoue, avec le temps mon intérêt s'est considérablement émoussé : Si les idées de bases des scénarios sont crédibles, leur exploitation est totalement décalée entre notre époque qui a évolué (surtout dans la qualité de conception d'une BD) et la conception qu'en a Jacques Martin, qui s'engage dans des domaines nettement plus maîtrisés par les lecteurs actuels (grâce aux médias), et sans le réalisme et la précision utilisés par les nouveaux scénaristes, qui arrivent, eux, à nous faire confondre fiction et réalité. J'ajoute que la qualité de dessin de Jacques Martin, avait mis la barre très haut, et que ses collaborateurs actuels ont beaucoup de mal à se fondre dans son style. Pour l'ensemble de la collection, j'aurais mis trois étoiles, mais ces derniers albums m'ont tellement déçu, que j'en reste à deux étoiles, et que je ne conseille éventuellement que l'achat des premiers albums, représentatifs d'une époque. Moins sévère que d'autres, je dirais que jusqu'à "La crypte" la série est intéressante. Après ???.... Le 30/10/2009 Je viens de relire, et relire, et relire encore "Noël Noir", le dernier album paru, et la surprise fut d'autant plus bonne, que les derniers albums m'avaient vraiment déçu ! Ce dernier tome, bien que dans la droite ligne des premiers "Lefranc", au milieu desquels il s'intercale, est d'un niveau trés supérieur : -Un vrai suspense tout au long du récit ! -Un scénario à tiroirs -Une documentation trés fouillée et un réalisme époustouflant, ne serait ce qu'à travers le VRAI patois du Nord (trés compréhensible, moins caricatural que celui du film de Dany Boon, et trés réaliste pour qui connait la région). -Une tension intense tout au long de l'album. -Quelques vérités bien sonnées (qui n'ont pas forcément leur place dans une BD, mais .....) Si, comme moi, vous avez été déçus des derniers albums, je vous recommande particulièrement celui ci, auquel je mettrai carrément un 5/5. Raymond

13/02/2007 (modifier)
Par L'Ymagier
Note: 3/5

Une bonne série qui, l'air de rien, ne date pas d'hier !... 'Lefranc" débute en effet sa carrière dans l'hebdo Tintin n° 21, 7ème année, du 21 Mai 1952. Lefranc ?... Un héros contemporain qui officie comme journaliste. Dès le premier album, j'ai ressenti comme un parallélisme avec "Blake et Mortimer" de Jacobs ; même style de personnages pour un traitement graphique très proche. Mais Martin va s'en différencier -en cause des histoires- aux opus suivants. Lefranc et Jeanjean -son copain- vont être entraînés à la poursuite de malfrats internationaux avec, à leur tête, le redouté Axel Borg. J'en reviens alors à mon impression première : Lefranc/Jeanjean-Axel Borg et Blake/Mortimer-Olrik. Avouez que ça y ressemble très fort ! Nonobstant ces similitudes, je reconnais que ces histoires sont solides. A l'origine policières et d'espionnage, elles vont tendre vers des intrigues plus fantastiques auxquelles se mêlera bientôt la science-fiction. Accaparé par "Alix", Jacques Martin va confier la suite -heureuse- à d'autres collaborateurs : Bob de Moor, Gilles Chaillet ("Vasco"). Du très beau monde ! Alors, Lefranc, un ersatz de "Blake et Mortimer" ?... Oui et non. Une série qui s'en différencie au point de vue des scénarios, solidement charpentés pour un heureux mélange d'aventure, de policier et de fantastique. Une série que j'aime bien, mais qui ne m'arrache pas de grands et profonds plaisirs de lecture.

06/12/2006 (modifier)