Connectez-vous pour cacher cette bannière publicitaire

Retour sur Aldébaran

Note: 2.83/5
(2.83/5 pour 6 avis)

De nouvelles aventures pour Kim Keller, de retour sur Aldébaran. Mais la jeune adolescente des débuts a bien changé et son retour n'est pas vu d'un bon oeil par tout le monde. Heureusement ses amis sont là pour la soutenir et de nouveaux alliés vont se joindre à elle, en la personne de deux 'survivants', Manon et Alex.


Auteurs brésiliens Les mondes d'Aldébaran Planet Fantasy

De retour sur la planète Aldébaran en compagnie de sa fille Lynn, Kim réalise qu'elle est devenue célèbre sur toute la planète. Devenue l'émissaire d'un peuple extra-terrestre auprès des humains, Kim possède de nouvelles responsabilités dont celle d'encadrer un groupe de scientifiques chargés d'observer et d'étudier un cube situé en pleine forêt qui dissimule une porte quantique. Au même moment Manon, une survivante, fait la rencontre de Kim et va ainsi intégrer son équipe...

Scénariste
Leo
Dessinateur
Leo
Coloristes
Editeur
Genre / Public / Type
Date de parution 25 Mai 2018
Statut histoire Série terminée 3 tomes parus
Couverture de la série Retour sur Aldébaran © Dargaud 2018

24/05/2018 | Mac Arthur
Modifier


Par Ubrald
Note: 4/5
L'avatar du posteur Ubrald

Bon bah moi, j’adore ! Cela fait au moins 15 ans que j’ai lu les cultissimes Aldébaran, Bételgeuse, Antarès et je m’aperçois que le charme des bd de Léo opère toujours sur moi. Je viens de lire cette histoire complète en 3 tomes (heureusement qu’il y a un résumé des cycles précédents sur le T1 sinon j’aurais été complètement paumé) et c’est comme si je n’avais jamais quitté Kim et les autres, j’ai eu plaisir à les retrouver. Ses récits d’aventures extra-terrestres me font toujours énormément voyager, si ce n’est rêver (parce qu'il n'y a plus de terre vierge à explorer sur Terre), avec ses intrigues, ses univers et créatures totalement exotiques, vénéneuses et improbables. J’ai manifestement un point commun avec lui, une aversion totale des religions ultra prosélytes, dogmatiques et liberticides, parce que c’est un sujet d'actualité et récurrent dans ses bd. J’aime bien aussi le fait qu’il n’y ait pas que 2 ou 3 personnages principaux mais toute une galerie. Voilà, son cocktail aventure en jungle matinée de science-fiction extra-terrestre m'a de nouveau séduit ! Je me retrouve totalement dans l'avis d'Agecanonix sur Survivants - Anomalies quantiques qui dit ne pas faire attention aux petites imperfections pouvant être relevées, que l'important c'est de prendre plaisir à lire une bonne histoire et que de ce point de vue là, Léo est un formidable conteur et sait toujours nous accrocher. Après, rapport à la suggestion SF de la bd quant aux origines de l'homme, cela me rappelle la lecture de l'intéressant livre "Le Serpent Cosmique" de l'anthropologue canadien Jeremy Narby, dans lequel il cite des scientifiques (notamment Francis Crick co-découvreur de l'ADN) pour lesquels le brin d'ADN ne peut pas être le fruit biologique d'une évolution naturelle terrestre et a donc une origine extra terrestre...bon on y croît ou pas...ce n'est pas darwiniste...

15/05/2021 (modifier)
Par cac
Note: 2/5
L'avatar du posteur cac

Oui j'insiste... après Survivants, j'ai quand même lu les 3 tomes de ce cycle (je suis prêt à parier qu'il y aura d'autres tomes) alors que je savais très bien ce que j'allais y trouver. Bref on continue dans les histoires de midinette et les ficelles - même les cordes - scénaristiques où Kim donne encore de sa personne. Elle fait un petit burnout à un moment. Cette fois les personnages sont confrontés à un mystérieux cube qui sert de porte spatiale pour se retrouver sur une nouvelle planète où les habitants sont plus primitifs. Il y a tout de même quelques nouveautés dans les bestioles rencontrées qui offrent quelques surprises, notamment à une jeune fille qui se baignait tranquillement nue dans une rivière. Après la théorie finale, sans trop en dire, explique qu'un peuple supérieur aurait il y a des milliers d'années disséminé des humains sur plusieurs planètes permet de répondre au fait que Leo donne à ces extraterrestres des caractéristiques physiques similaires. Le dessin reste fidèle à ce qu'on connaît, la colorisation est pour moi en deçà. Le truc d'amener une vieille jeep dans l'histoire juste pour se faire plaisir à la dessiner franchement... Heureusement que les bibliothèques existent pour assouvir sa curiosité coupable.

05/02/2021 (modifier)
L'avatar du posteur Noirdésir

Si le premier cycle des mondes d’Aldébaran m’avait beaucoup intéressé, et si j’ai continué à suivre les suivants, je dois quand même dire que cela se fait de plus en plus laborieusement. En effet, Léo utilisant toujours les mêmes recettes (que ce soit pour la faune et la flore, mais aussi pour les personnages et leurs relations), la surprise ne joue plus, et je me suis quelque peu lassé. D’autant plus que du coup, les défauts ressortent davantage : le dessin figé, une Kim énervante, etc. Je pense que Léo aurait dû depuis longtemps arrêter, et ne pas inutilement tirer sur la corde. Au lieu de cela, il poursuit, en reliant ici les personnages découverts avec le cycle « Les Survivants » et ceux des 3 cycles précédents, Kim en tête : Manon et Kim forment donc un nouveau duo (la façon dont elles sont mises en contact est quand même une grosse ficelle scénaristique), sans que cela ne renouvelle le concept d’ensemble. Et, une nouvelle fois, Kim doit faire face sur Aldébaran à des obscurantistes religieux : c’est du déjà-vu – dans la série même, ce qui montre que Léo est en manque d’idées ! Léo introduit du mystère, comme d’habitude, mais ça n’a pas beaucoup avancé à la fin du deuxième tome (alors que la conclusion est annoncée en fin de volume pour le prochain – rompant ainsi avec le séquençage en 5 tomes ?). Mais les dialogues sont trop creux, le rythme trop lent pour faire oublier l’impression de déjà-vu, et pour me redonner envie de m’intéresser plus que ça aux nouvelles séries de Léo situées dans cet univers. Bof bof donc… Note réelle 2,5/5.

19/06/2020 (modifier)
Par Ro
Note: 3/5
L'avatar du posteur Ro

Cela fait longtemps que je ne suis plus les séries de l'univers d'Aldébaran que de loin, les survolant quand je les croise en médiathèque mais sans m'y intéresser davantage que par légère curiosité. Celle-ci, à priori, semble constituer la conclusion possible de celles-ci car non seulement elle ramène l'héroïne principale, Kim Keller, sur sa planète natale, celle du début de cet univers imaginé par Léo, mais en plus elle l'amène aussi à y retrouver les héros de la série parallèle "les survivants". Après une mise en place qui remplit les deux tiers du premier album, Léo nous ramène dans le sujet qui a fait sa célébrité : la planet-fantasy, la découverte d'une planète mystérieuse par le groupe de héros. Cette fois cependant, aussi préparés soient-ils, les héros ne savent pas où ils débarquent ni quand. Et évidemment l'auteur va jouer sur la curiosité des lecteurs en distillant peu à peu de nouvelles énigmes et en levant tout doucement le voile tout en apportant de nouvelles questions. Sa recette habituelle, quoi... Avec comme toujours des relations "trop" humaines entre les personnages, avec le côté intime qui prend trop souvent le pas sur le côté aventure. Et aussi des ficelles scénaristiques stéréotypées et un peu agaçantes comme la population humaine qui réagit stupidement, des extrémistes idiots, violents et prêts à tout, et des problèmes politiques qui mettent des bâtons dans les roues des héros et du déroulé de l'aventure. Associé à cela le dessin toujours aussi raide de Léo, cela fait que je ne m'approfondirais pas plus passionnément dans cette série là que dans les précédentes. Mais j'en lirai quand même les albums suivants s'ils me tombent sous la main pour attiser ma curiosité.

03/09/2019 (modifier)
Par Erik
Note: 4/5
L'avatar du posteur Erik

Ce retour sur Aldébaran n’a pas été aussi déplaisant que cela. Il faut savoir que les quatre séries sur les mondes d’Aldébaran constituent l’une des épopées de science-fiction les plus abouties de ces deux dernières décennies. Notre héroïne Kim a 26 ans mais elle a vécu déjà pas mal d’aventures. Et puis, il y a la dernière à savoir Manon qui fait partie des survivants ayant fait un bond de 100 ans dans le temps pour rejoindre l’époque de Kim. Elles ont incontestablement des points communs car ce sont des femmes fortes et très courageuses qui font honneur au genre. Certes, ce premier tome est centré sur la rencontre de ces deux femmes semblables mais aux situations différentes puisque Kim est par exemple une mère de famille qui sera d’ailleurs victime d’un odieux attentat mené par une clique de religieux fanatiques et intolérants racistes. Oui au droit de s’accoupler avec des extra-terrestres ! Le rythme est lent mais l’auteur a pris la peine de prendre son temps pour un album dans un format plus long qu’à l’accoutumé. J’ai beaucoup apprécié cette mise en place malgré quelques petites maladresses dont on ne tiendra pas rigueur car le plaisir est bien là pour les fans de la série. Le retour sur le monde d’origine de Kim était attendu depuis bien longtemps. Et puis, il y a une véritable relance de l’intrigue avec ce mystérieux cube ouvrant sur des mondes inconnus et le tout sur une coopération entre le peuple terrien et extraterrestre. La dimension diplomatique ne sera pas oubliée également. On pense nécessairement à des liens avec l’actualité existante. Globalement, je trouve que c’est un très bon démarrage pour la suite des aventures avec une bonne idée de départ que la réunion de nos deux héroïnes. Gageons qu’elles vont faire des ravages ! Un nouveau cycle qui promet plein d’action et de mystère ! Note Dessin : 4/5 – Note Scénario : 4/5 – Note Globale : 4/5

13/06/2018 (modifier)
L'avatar du posteur Mac Arthur

Avec ce Retour sur Aldébaran, la série allait-elle retrouver l’allant et l’exotisme qui m’avaient séduit au début de la saga ? Non… Vraiment pas… Mais alors pas du tout ! Pour deux raisons. La première est que la plupart des planches proposées se centrent exclusivement sur les personnages. Si vous aimez la faune et la flore telle qu’imaginées par Leo, vous resterez furieusement sur votre faim avec ce premier tome. La seconde vient de dialogues que je ne peux m’empêcher de trouver de plus en plus consternants. Plats, sans émotion, remplis de lieux communs, ils me rappellent « Et si l'amour c'était aimer ? » de Fabcaro… mais dans une version ‘premier degré’ (et c’est bien là tout le problème). Associés à des visages aux sourires ‘Pepsodent’ crispés en un rictus étrange, ils ne cessent de me désarçonner. En fait, je m’ennuyais si profondément durant ces longues scènes de dialogues insipides que j’ai constaté qu’un des personnages s’appellait Sertip, ce qui donne ’pitres’ lorsqu’on l’écrit à l’envers. Voilà, voilà… sincèrement, avec des dialogues plus prenants, mon esprit n’aurait pas sombré dans ce type de consternante considération. Sinon la série permet d’intégrer les personnages principaux de Survivants - Anomalies quantiques au groupe de la Mantrisse, de nous parler un petit peu de l’intolérance vis-à-vis des étrangers et de nous appâter avec une porte vers un autre monde intrigant, dont on ne verra finalement pas encore grand chose (c’est clairement le mystère qui tient en éveil l’attention du lecteur et l’empêche de s’endormir). Alors oui, en soi c’est pas mal fait, surtout dans la manière dont le mystère est amené. Et les fans de l’auteur devraient apprécier ce nouveau cycle. Mais si comme moi vous avez décroché depuis le premier (et agréable) cycle, ce retour aux origines de la série n’apporte pas de nouveau souffle. A réserver aux fans absolus, donc… PS : pour en revenir à ces dialogues que je considère comme peu passionnants, un simple exemple permettra d’illustrer mes propos. Page 26, un tiers de la planche est consacré aux dialogues suivants : - Bonjour ! Je suis Claudia Bellini, je dois vous conduire à Kim Keller - Je suis Alex, le compagnon de Manon. Puis-je l’accompagner ? - Bien sûr, montez… Un tiers de planche pour ça... Alors, y en a peut-être que ce type de précision passionne. Mais pas moi… Honnêtement, je me moque éperdument de connaître le nom d'une chauffeure au rôle des plus secondaires et ce n’est pas la peine de me préciser qu’Alex accompagne Manon. On le voit. Enfin, on se doute bien qu’il va monter. Si la chauffeure lui avait dit « Bien sûr, accrochez-vous au garde-boue avec cet élastique fuschia tandis que j'enclenche la propulsion par fission de vers de vase. » Là, ça m’aurait intrigué mais ici, à quoi servent ces cases sinon à remplir l’album via des propos insipides et sans intérêt. Et mon problème est que je trouve que deux tiers de l’album sont constitués de dialogues peu naturels, tirés en longueur et à l’intérêt très discutable.

24/05/2018 (modifier)