Santiago

Note: 3.29/5
(3.29/5 pour 7 avis)

L’ouest sauvage, ce n’est pas que des shérifs, des cow-boys et des indiens sans foi ni loi. L’ouest, c’est aussi des mexicains sans foi ni loi, même si, tout de même, Santiago et sa bande récitent les grâces avant de passer à table sans oublier de dire merci après avoir volé la veuve l’orphelin.


Le western (pour de rire)

L’ouest sauvage, ce n’est pas que des shérifs, des cow-boys et des indiens sans foi ni loi. L’ouest, c’est aussi des mexicains sans foi ni loi, même si, tout de même, Santiago et sa bande récitent les grâces avant de passer à table sans oublier de dire merci après avoir volé la veuve l’orphelin. Et c'est parti pour une bonne partie de délires avec cette bande de bras cassés !

Scénariste
Dessinateur
Editeur
Genre / Public / Type
Date de parution 24 Février 2016
Statut histoire One shot (probablement) 1 tome paru
Couverture de la série Santiago
Les notes (7)
Cliquez pour lire les avis

11/02/2016 | Jetjet
Modifier


Par sloane
Note: 1/5
L'avatar du posteur sloane

Allez c'est pas avec cet avis que je vais gagner le trophée du plus long avis. Comme dit dans l'avis précédent c'est con, l'auteur de cet avis précise mais c'est bon. Ah bon ! En quoi donc ? Personnellement je me suis forcé à aller jusqu'au bout. S'il n'y avait que l'humour ou devrais-je dire la tentative pitoyable d'humour mais j'y ajoute un dessin moche, du coup je ne parle même pas de la colorisation, bref ça m'indiffère. Les quelques vagues allusions à des western ou séries télé ne sont pas drôles. Allez, m'en vais relire un vieux Gaston Lagaffe, je viens bêtement de perdre mon temps.

01/12/2018 (modifier)
Par Pierig
Note: 4/5 Coups de coeur expiré
L'avatar du posteur Pierig

Mes prédécesseurs ont bien résumé l’atmosphère qui se dégage de cette bd qui nous sert du western spaghetti à la sauce B-gnet : c’est de l’humour con mais pas forcément absurde. La couverture à elle seule résume parfaitement le contenu du livre. Tout de go, je dirais que je n’ai pas accroché aux premières planches et je me suis dit alors que c’était mal parti. On sentait bien la connerie sous-jacente mais il n’y avait pas vraiment matière à la supporter. C’était léger et trop bref. Puis le récit décolle et prend de la consistance avec la rencontre de Santiago et de Chico. L'histoire qui me paraissait décousue et un peu vaine prend enfin forme avec toujours la même connerie au rendez-vous. Mention spéciale pour le mexicain qui, à l’insu de son plein gré, est bien souvent à l’origine des déboires de la bande. Le dessin convient bien à l’histoire. Il faut un petit temps d’adaptation mais on s’y fait. Le final ponctue le récit de manière un peu inattendue mais cela reste bien dans l’esprit de la bd. Bref, c’est très con … et très bon.

23/08/2016 (modifier)
Par Erik
Note: 3/5
L'avatar du posteur Erik

Ce n'est certes pas le genre d'humour que j'apprécie mais la BD demeure plaisante à lire car on s'attache vite à certains personnages. Leurs maladresses les rendent sympathiques aux yeux du public. Le décor est celui du western avec tous les codes du genre qui sont un peu détournés pour accélérer l'effet d'humour. On regrettera un dessin un peu à l'ancienne. Mais bon, le divertissement est assuré dans cette parodie de western et c'est ce qui compte.

22/06/2016 (modifier)
L'avatar du posteur eric2vzoul

Un bon petit album d'humour absurde dans l'univers du western. Santiago est à la tête d'une bande de “bandidos” mexicains qui sont de vrais bras-cassés et foirent à peu près tout ce qu'ils entreprennent. Il faut dire qu'ils jouent les méchants parce qu'ils ont du mal à assumer leurs aspirations : aucun ne l'avouerait, mais tous rêvent d'être Charles Ingalls. B-gnet se moque allègrement des codes du western en reprenant les scènes imposées du genre pour les détourner et les ridiculiser. Son dessin semi-réaliste contribue au plaisir de l'album. C'est une histoire sympathique, amusante, qui se tient, mais ne m'a pas non plus transporté aux sommets d’hilarité promis mes camarades chroniqueurs. Les ressorts comiques s'inscrivent dans la tradition de l'humour absurde à la Kaamelott bien dans l'air du temps (les Monty Python faisaient déjà ça il y a 40 ans), mais le rythme est un peu lent et l'histoire s'essouffle au fil des 94 planches. Personnellement, je préfère quand même Al Crane. Donc voilà : je dis 3 étoiles, mais pas mieux.

09/03/2016 (modifier)
L'avatar du posteur Noirdésir

Depuis The world is yaourt, B-Gnet a développé une œuvre comportant pour chaque opus une dose plus ou moins importante d’humour con et/ou d’absurde. Je crois posséder tous ses délires imprimés et, si je ne trouve pas toujours ça génial, j’ai quand même un faible pour son univers déjanté. Il faut dire que j’apprécie particulièrement ce genre d’humour. B-Gnet s’était déjà essayé au western dans Old Skull, mais dans une version totalement absurde et nonsensique. Ici, on est plus dans l’humour très con, mais pas forcément dans l’absurde. Si certains clichés du western sont utilisés, retournés, détournés, les courtes historiettes qui se suivent constituent une histoire cohérente. Encore que, cohérente… Des clins d’œil au western donc, mais aussi à d’autres « mythes » (comme « La petite maison dans la prairie » détournée dans quelques scènes très drôles, ou les gags autour du titre « On achève bien les chevaux »). La chute final est aussi bien trouvée. Santiago est le chef d’une bande de malfrat, des pilleurs de banque, des bandits de l’ouest. Autour de ce chef, trois gus et une femme. Voilà ce qui terrorise le Sud-Ouest des Etats-Unis ! Une équipe de bras cassés qui arrive à faire peur à des mouches, des desperados désespérants, pour de rire. Si le personnage principal, qui a de vagues airs du Che avec son chapeau portant étoile, est bien Santiago (il faut bien justifier le titre, bordel !), il partage la vedette comme anti-héros de la lose avec l’un de ses compagnons, Pablo (une sorte de mélange du sergent Garcia et de Pancho, le fidèle compagnon de Jerry Spring). Si vous êtes réceptif à ce genre d’humour, alors n’hésitez pas à vous plonger dans ce western du pauvre, qui nous montre des Indiens sous un jour que même Hollywood au temps de leur réhabilitation n’avait pas essayé. Note réelle 3,5/5.

29/02/2016 (modifier)
Par Spooky
Note: 4/5
L'avatar du posteur Spooky

Tiens d'habitude je ne suis pas forcément preneur de l'humour à la Fluide glacial, et même si cet album est publié ailleurs que chez Audie, il est en plein dedans. Bref. C'est attiré par la production Warum/Vraoum/Steinkis, qui connaît un net regain d'intérêt depuis plusieurs mois, que je l'ai lu, et franchement c'est une belle découverte. Santiago et ses sbires sont une bande de baletringues comme j'en ai rarement vu. Capables de foirer la moindre attaque de banque, de perdre leurs flingues, ou de se retrouver à poil dans la prairie. l'humour est rpésent de bout en bout, et je l'avoue, je me suis esclaffé à plusieurs reprises (le coup du photographe m'a fait hruler de rire). Le style graphique est clairement inspiré par Giraud, sans prétendre aucunement l'atteindre, mais c'est loin d'être déshonorant, et plutôt agréable à l'oeil, mêm si parfois B-gnet lorgne du côté de Goossens pour les trognes. Bref, c'est du tout bon, ce que j'ai lu de mieux dans les machins rigolos depuis le Zaï Zaï Zaï Zaï de Fabcaro. B-gnet c'est bon, mangez-en.

18/02/2016 (modifier)
Par Jetjet
Note: 4/5 Coups de coeur expiré
L'avatar du posteur Jetjet

Les Westerns pour de rire comme on dit par ici, je suis grand fan. Le sujet n'est pas si étrange que cela car on en dénombre pas mal en franco-belge couramment comme le décevant Al Crane (à mes yeux) et le très chouette Z comme don Diego. Ici c'était pourtant mal parti dès le départ. N'étant pas un grand fan du dessin de B-Gnet que je trouve parfois réussi comme brouillon, j'ai eu du mal à lire cette grande histoire à déguster par tranches de tortillas ou petites scénettes de 2 à 6 pages mais il y a une certaine consistance dans le déroulement certes classique de cette bande de desperados bien "cassos" et puis et puis.... C'est venu d'un coup comme ça et ça ne m'a plus lâché du reste de toute cette BD.... Quoi donc ? L'avais je oublié depuis les œuvres de Fabcaro et Fabrice Erre mais c'est le rire tout simplement !!!! Parce qu'autant vous le dire tout de suite, Santiago ce n'est pas très intello mais c'est franchement tellement absurde que je me suis surpris de sourire et de rire des situations improbables et des bons jeux de mots. Le talent de B-Gnet est d'avoir écrit un scénario simple et éculé avec une bande de desperados qui accumulent les gaffes sous la tutelle du terrrrrrrrible Santiago peu aidé par un sosie du sergent Garcia qui va vous exploser les côtes, le bien nommé Pablo. Quelques références hilarantes sur la Petite Maison dans la Prairie, les codes des films de Sergio Leone un peu chamboulés et l'introduction de Chico euh pardon Jessica soit une demoiselle dans la bande achèveront ces 96 pages qui connaissent peu de baisses de régime vers un final anthologique en guise de miroir.... On ajoute au tout une jolie colorisation et on emballe le tout dans un chouette petit livre bien réalisé comme souvent chez cet éditeur et c'est parti pour 96 pages hilarantes dont vous vous féliciterez l'acquisition ! D'ors et déjà culte ! Il me fallait bien une œuvre d'exception pour mon 500ème avis sur le site marron ! <3

11/02/2016 (modifier)