Connectez-vous pour cacher cette bannière publicitaire.

Le Royaume

Note: 3/5
(3/5 pour 8 avis)

Il était une fois un royaume paisible où il faisait bon vivre. C'était un petit pays oublié par ses puissants voisins et leurs guerres incessantes. Un charmant petit bout de terre sur lequel vivaient tout un tas de gens qui, chaque jour, jouissaient de ce que leur offraient la terre et le ciel. A voir aussi : Le Royaume de Blanche-Fleur


Albums jeunesse : 10 à 13 ans Institut Saint-Luc, Liège Journal Spirou

Il était une fois un royaume paisible où il faisait bon vivre. C'était un petit pays oublié par ses puissants voisins et leurs guerres incessantes. Un charmant petit bout de terre sur lequel vivaient tout un tas de gens qui, chaque jour, jouissaient de ce que leur offraient la terre et le ciel. Il y a le Roi, bien entendu ; Thibaut et Adrien, ses fils très laids, mais si gentils et serviables ; la Reine, acariâtre et médisante, Cécile, la princesse qui monopolise la salle de bain, et Anne. La jolie Anne. Anne, qui chante au soleil levant ; Anne, qui enchante les nuits du Roi ; Anne, qui parle aux oiseaux... Anne, elle est tellement jolie, elle est tellement... Anne qui ouvre une taverne où se retrouve tout ce petit monde.

Scénariste
Dessinateur
Editeur
Genre / Public / Type
Date de parution 04 Septembre 2009
Statut histoire Une histoire par tome 6 tomes parus
Couverture de la série Le Royaume
Les notes (8)
Cliquez pour lire les avis

02/09/2009 | Ro
Modifier


L'avatar du posteur Mac Arthur

Voici une bien agréable petite surprise. La couverture me laissait craindre une histoire pêchant par naïveté ou par excès de poncifs. Le style graphique me laissait craindre une histoire dans l’air du temps et un certain manque de profondeur. Ma lecture m’a permis de savourer un récit vif et amusant, sans prise de tête mais sans réelles surprises non plus. L’histoire, donc, joue sur une vision moderne de l’univers médiéval issu de notre imaginaire. Le récit est bien pensé et bien écrit, il ne tombe dans aucun excès (pas d’anachronismes ultra-primaires, pas trop de poncifs mille fois employés) et met en avant le dynamisme tant narratif que graphique de l’artiste. Le trait de Benoît Feroumont n’est pas de ceux que j’affectionne généralement. Mais, si je lui reproche une trop grande simplicité, je dois admettre que ce style très épuré favorise son expressivité et (on y revient) son dynamisme. Une série que je continuerai à suivre sans en attendre des merveilles mais en en espérant un plaisant et déridant moment de lecture.


Après cinq tomes, la série continue à me distraire sans ennui. Plaisante, amusante, dynamique et expressive, truffée de multiples personnages attachants, elle est à mes yeux une réelle réussite.

09/02/2010 (MAJ le 20/11/2013) (modifier)
Par Gaston
Note: 3/5
L'avatar du posteur Gaston

2.5 Une série qui se laisse lire, notamment grâce à son dessin dynamique, une bonne narration et des personnages qui, s'ils ne sont pas trop attachants, sont toutefois assez intéressants pour retenir mon attention. Je trouve tout de même que cette série n'est pas très mémorable et je me demande si je ne fais pas partie du public cible qui semble être les enfants ou les adolescents. Le plus gros problème que j'ai avec cette série c’est l'humour. Parfois, il réussit à me faire sourire, mais la plupart du temps je trouvais que c'était un peu trop lourd. De plus, je trouve que lire les quatre tomes d'affilée n'était pas une bonne idée car à la fin j'en avais un peu marre. Mais lire un tome de temps à autre ne me dérangerait pas si j'ai besoin de passer le temps.

30/12/2012 (modifier)
Par Paul
Note: 4/5

Voici une BD comique pleine de fraîcheur. Le royaume raconte l'univers médiéval et parodique de plusieurs personnages centraux d'une contrée. Le roi, ses enfants débiles, la jolie servante, le forgeron amoureux et surtout les oiseaux fielleux et parleurs qui critiquent ces petites gens sans discontinuer. L'album est fait de plusieurs scènes de 6 à 10 pages. C'est très charmant, sans aucune prétention, et le fond de l'histoire n'est pas originale pour un sou, mais ce n'est pas là ses qualités. Elles résident principalement dans le dynamisme des personnages où on constate que l'auteur officie dans le domaine du dessin animé pour rendre aussi bien l'expression juste et marrante. Et les dialogues si bien trouvés et rythmés fusent tel un vaudeville théâtral. J'ai passé un agréable moment de lecture, divertissant et joyeux. Les enfants et certainement les adultes vont apprécier.

02/03/2011 (MAJ le 02/03/2011) (modifier)
Par PAco
Note: 3/5
L'avatar du posteur PAco

C'est sur les conseils de mon libraire que j'ai fait l'acquisition de cette série pour compléter mes rayons jeunesse. Et ma fois, je suis assez mitigé. Si graphiquement Benoît Feroumont nous propose un dessin assez moderne et vivifiant, la trame de son récit reste assez convenue. Alors oui, le ton et les dialogues sont modernes... voire parfois un peu trop à mon goût pour nos jeunes têtes blondes. Les noms d'oiseaux fusent ! Normal me rétorqueront certains, ce sont les mauvaises langues de cette série (oui les oiseaux parlent et ont leur place à part entière dans cette série). Sur ce sujet je vous laisse juger, mais certains dialogues auraient gagné à être moins grossiers. En tout cas, malgré ce défaut, on finit par rentrer dans ce petit Royaume et à s'attacher à ses personnages, malgré les traits assez grossiers dont ils sont affublés : leur psychologie n'est pas ce qui se fait de plus original. Mais bon, je me suis laissé porter jusqu'au second tome, qui m'a d'ailleurs plu davantage que le premier. Sans doute le côté un peu plus épique de cet épisode où il se passe davantage de choses... C'est donc sans grande conviction que je met un "pas mal" mais qui est plus un 2.5 qu'un véritable 3, pour une BD aux allures fraiches graphiquement, mais qui pêche un peu par son caractère convenu. Sans doute ne suis-je pas le public idéal pour se genre de BD...

18/01/2011 (modifier)
Par Erik
Note: 3/5
L'avatar du posteur Erik

Le royaume est une bd sur le thème médiéval plutôt sympa à la lecture. Il y a quelque chose de vraiment moderne dans les dialogues qui font mouche et des scènes parfaitement fluides et non ennuyeuses. Les personnages sont drôles et attachants notamment Anne et François le forgeron du village. Et ces oiseaux qui squattent la taverne de notre héroïne en faisant fuir les clients. On en redemande. C'est vrai que le tout est bon enfant avec un dessin qui se contente du minimum syndical. La population visée par cette série est bien la jeunesse. Je constate simplement que des efforts ont été réalisés pour créer une oeuvre originale, tendre et drôle. Cette bd a pour but de divertir : elle réalisera son but avec d'autant plus d'efficacité que c'est intelligent dans le traitement résolument moderne.

11/11/2010 (modifier)

Une histoire tranquille pour jeunes, particulièrement pour les filles. Voici ce que j’ai pensé à la lecture des deux tomes de cette série. Graphiquement, le décor fait un peu dessin animé par le côté lumineux et assez propret, d’autant que les personnages stylisés de manière cartoon ne dégagent pas une psychologie folle. Entre attitude archétype de dessin animé, personnages lisses mais facilement abordables et un systématisme de renversement des situations usuelles (la fille mieux que le garçon, le valet mieux que le noble, l'enfant plus mûr que l'adulte…) il ne fallait pas s’attendre à un chef d’œuvre de finesse. On pourra arguer que la série est destinée aux enfants. Certes, mais ce n’est pas une raison pour servir clichés consensuels à tout bout de champ. Graphiquement le trait rond et la colorisation lumineuse rendent l’univers mignon. Voilà c’est mignon tout plein, l’intrigue ne vole pas bien haut mais reste fluide. A la limite je dirai que ce serais très facile d’en sortir un dessin animé qui ne déparerait pas avec ce qu’on trouve sur le marché pour les 8-12 ans. Mais l’adulte n’y trouvera à mon sens pas grand-chose d’intéressant. Le travail est néanmoins de qualité ce qui évite la note minimale, ce n’est ni bon ni mauvais, sans intérêt.

25/10/2010 (modifier)
Par Pierig
Note: 3/5
L'avatar du posteur Pierig

Après Wondertown, Benoît Feroumont nous revient avec une série plus personnelle puisqu’il signe également le scénario. Je rapprocherais l’univers de cette série à celle de Gully par exemple. Il s’agit d’une bd humoristico/aventuresque ayant pour cadre un moyen-âge idéalisé. Ce premier tome reprend les récits publiés dans le mag Spirou. Bien que formant une histoire complète, la narration est scindée en chapitres de 8-10 pages qui correspondent au rythme de parution du magazine du petit groom roux. C’est assez divertissant. Certes, on ne rit pas aux éclats mais Benoît Feroumont nous gratifie d’un panel de joyeux drilles hauts en couleurs avec, à leur tête, un roi un peu couillon épris d’Anne, sa servante. Les piafs vont foutre le bordel dans cette idylle, de sorte qu’Anne se voit congédiée du château. C’est le point de départ de situations vaudevillesques qui s’enchainent à un rythme assez soutenu. Le découpage est très dynamique et proche de celui de l’animation. Le dessin est dépouillé (surtout les décors) mais l’auteur s’attache à rendre les personnages très expressif. C’est d’ailleurs un point fort de la bd. Bref, le premier opus est un bon cru. Meilleurs en tous les cas que le deuxième (prépublié dans le mag Spirou) dont le ressort narratif éculé (l’enlèvement de la fille du roi par le frère de ce dernier) peine à sortir des sentiers battus. A lire.

11/09/2009 (modifier)
Par Ro
Note: 3/5
L'avatar du posteur Ro

Prenez un petit royaume médiéval coupé des horreurs du reste du monde, une communauté bon enfant avec ses aventures du quotidien et ses commérages, des personnages gentils, un peu naïfs et souriants. Ajoutez à cela des piafs qui se mettent soudainement à parler, à colporter des ragots ou à rapporter aux autres ce qu'on voudrait garder secret, cela va être le catalyseur de la première histoire de cette série tous publics. Anne, la jeune et jolie bonne du château du roi, se fait virer par la reine jalouse et acariâtre. Le roi, bien embêté, lui offre de quoi ouvrir une taverne en ville. Alors la gentille Anne se lance, malgré l'affreuse réputation que les mauvaises langues essaient de lui attribuer, malgré un forgeron pataud et brutal qui tombe amoureux d'elle, malgré les piafs parlants qui l'embêtent avant de l'aider du mieux qu'ils peuvent. Le dessin joue la carte de la simplicité. Personnages rondouillards et décors épurés et enfantins. Quoiqu'efficace, cela manque un peu de finesse et l'esthétique des planches n'est pas épatante. Les couleurs sont par contre très plaisantes. J'avoue avoir été déçu par l'humour. Je me faisais des idées avant lecture, m'imaginant un récit quelque part entre Ratafia et les oeuvres de Trondheim, avec des gags un peu décalés et bien amenés. Au lieu de ça, j'ai trouvé l'humour très basique, parfois un peu lourd. La première séquence d'humour de l'album m'a fortement refroidi puisqu'il s'agit pendant plus de 3 pages de pavoiser sur les toilettes qui sont occupées, un garçon qui ne peut plus se retenir de pisser et le roi qui va faire pipi par le balcon. L'apparition des oiseaux parleurs est plus étonnante et aurait pu m'amuser mais, aussi directes soient-elles, leurs réparties manquent un peu de piquant. Par la suite, l'humour est assez basique, tournant parfois au grand-guignolesque comme pour la séquence de cascade de la pauvre Anne, les fesses en feu. La lecture est agréable mais le rire jamais franc, au plus un sourire. Le lectorat visé est-il trop jeune pour moi ? Je ne pense pas car les thèmes abordés sont souvent assez adultes. Peut-être juste une question de manque de finesse dans la mise en place des gags. Le résultat en est une BD assez fraiche et plaisante à la lecture mais ni hilarante ni très originale alors qu'elle le laissait espérer.

02/09/2009 (modifier)