Alpha... directions

Note: 3.96/5
(3.96/5 pour 26 avis)

Angoulême 2010 : Prix de l'Audace pour le tome 1 Dans ce livre d’une folle ambition, l’auteur de Leviathan se penche sur les origines du monde. S’appuyant sur une synthèse des connaissances les plus actuelles dans tous les domaines du savoir, il raconte l’histoire de la vie depuis le Big Bang jusqu’à l’émergence des premières civilisations humaines.


A travers les âges Angoulême : récapitulatif des séries primées Auteurs Allemands Bichromie Documentaires Gros albums Les prix lecteurs BDTheque 2009

Dans ce livre d’une folle ambition, l’auteur de Leviathan se penche sur les origines du monde. S’appuyant sur une synthèse des connaissances les plus actuelles dans tous les domaines du savoir, il raconte l’histoire de la vie depuis le Big Bang jusqu’à l’émergence des premières civilisations humaines. Passionné depuis le jeune âge par la nature et toutes les formes de vie, Harder donne à voir toutes les procédures et les ruses de l’Evolution : variation, mutation, symbiose, combinaison, convergence, adaptation, etc. Il se plaît à confronter le savoir contemporain avec les croyances et représentations des époques antérieures, souvent naïves ou fantastiques, telles que l’iconographie en porte témoignage. Œuvre d’utilité publique à l’heure où les théories darwiniennes sont remises en cause par un nouvel obscurantisme, cet ouvrage de vulgarisation scientifique, tout en démontrant l’extraordinaire valeur pédagogique de la bande dessinée, s’impose aussi comme une somme artistique impressionnante. (Texte de l'éditeur)

Scénariste
Dessinateur
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution 19 Janvier 2009
Statut histoire Une histoire par tome (Trilogie à la base, mais le 2e volume en 2 tomes) 2 tomes parus
Couverture de la série Alpha... directions
Les notes (26)
Cliquez pour lire les avis

14/03/2009 | Tomeke
Modifier


Pas réussi à finir ce bouquin d'illustration. Tout au long de cette lecture, cela me frappait telle une évidence "mais ce n'est pas une BD!!!" En effet faut voir cela comme une somme de connaissances sur l'évolution à travers le regard de l'auteur. Personnellement, je me suis ennuyé sévère parce que c'est juste indigeste. On ne retient rien de cette succession d'images et de chiffres. J'imagine qu'un bouquin qui veut traiter ce thème se doit à un minimum de pédagogie? Parfois, certaines illustrations religieuses en association avec la vision scientifique m'ont paru intéressantes... Mais largement insuffisant pour éveiller mon intérêt.

23/01/2019 (modifier)
Par Miguelof
Note: 1/5

L'auteur ne sait pas dessiner. Je suis le premier à discorder des autres avis sur ce point, je crois... mais le dessin est vraiment mauvais. Un emprunt aux encyclopédies visuelles existantes sur le marché, avec de la maladresse en plus. Ça peut donner une impression de spontanéité ou originalité qui n'existe pas. Après, je suis d'accord avec les plus critiques : c'est un mixte qui essaye d'être agréable à tout le monde, évolutionnistes, créationnistes, mystiques, et surtout ce que je conteste le plus : l'idée que la vie a un sens prédéterminé en fonction de l'être humain. En plus, et surtout au second volume, ce qui me dérange c'est la minimisation, voire l'escamotage de la violence arbitraire, sacrificielle, des communautés primitives et premières civilisations : cannibalisme, lynchage, racisme, sexisme ne reçoivent un traitement suffisamment critique, je crois. On nous présente une vision trop naïve de la culture. L'optimisme anthropologique ignore toujours le rôle du bouc émissaire. Bref, c'est trop conventionnel, pas critique ou innovateur. Je suis très repenti d'avoir acheté ces volumes. Et ils sont vraiment chers pour ce qu'ils offrent.

12/05/2015 (modifier)

(Après lecture du tome 1, "Alpha... directions") Je viens de terminer "Alpha... directions" et je suis un peu triste... Tout d'abord, parce que j'aimerais bien partager l'enthousiasme général à propos de cette œuvre. Ensuite, parce que l'auteur a accompli une grande quantité de travail qui est gâchée, à mes yeux, par des choix très discutables. Clairement, il y a des points positifs. Globalement, l'intrigue, avec cette histoire de big bang, de formation de la Terre, d'évolution des espèces et tout ça, c'est une super bonne histoire à raconter. Voir toutes les espèces vivantes se développer au fur et à mesure des pages, c'est très chouette. Et on ne peut que saluer l'ampleur du travail accompli, notamment pour dessiner de façon convaincante tous ces organismes vivants. Mais j'aurai trop de points négatifs. Je mentionnerai : - la colorisation, - le réglage inadéquat du curseur pédantisme / vulgarisation, - l'utilisation agaçante des inserts, - les points scientifiquement discutables, - l'ambiance vaguement new age, - l'anthropocentrisme. La couleur tout d'abord. Chaque planche est en noir, blanc et une seule couleur (orange, vert, brun, etc. suivant les époques). Pourquoi ce choix ? Cette remarque est bassement terre-à-terre, mais de mon point de vue, c'est l'aspect de cette BD qui est le plus incontestablement un mauvais choix. Certes, ça rend l'ouvrage agréable à feuilleter, car alors ça fait un effet de dégradé temporel. Mais c'est assez désagréable à lire parce que ça surcharge et « aplatit » certaines planches, surtout celles où la couleur est très présente (pl. 223-224, 317-318 par exemple). Et surtout, ça n'a aucun sens ! Je préfère largement un volcan en noir et blanc plutôt qu'en bleu ou en vert... Donc j'aurais préféré que l'album soit en noir et blanc ou, encore mieux, vraiment en couleurs ! Voir tous ces paysages retraçant les différentes étapes de l'Évolution en couleurs, ça aurait vraiment été la classe. Le deuxième point qui m'a dérangé, c'est que j'ai globalement trouvé cet ouvrage très pédant. On nous balance des tas de mots compliqués, des tas d'œuvres d'arts dont on ne connaît pas l'origine, sans rien nous expliquer de tout ça. Est-ce que l'auteur nous fait partager sa science, ou bien est-ce qu'il étale sa science ? Poser la question, c'est déjà presque y répondre. Mais ça pose aussi une autre question : à qui s'adresse cette BD ? À des gens qui ne connaissent pas (et qui ne vont rien comprendre), ou à des gens qui connaissent ? J'ai l'impression que dans cette BD, on ne peut comprendre que ce qu'on connaît déjà, et encore... Je vais prendre un exemple dans un domaine que je connais un peu, les maths : planche 158, le sens des formules indiquées est non seulement incompréhensible pour les non-matheux, mais même pour les matheux, puisqu'on ne précise pas le sens des variables utilisées. Donc quel est l'intérêt, à part montrer qu'il y a des formules mathématiques et que c'est vachement savant ? Tout au long de l'ouvrage, l'auteur utilise des « inserts », des images qui lui servent en général à relier les événements de la chronologie principale du récit (l'histoire de notre univers puis de notre Terre) avec certains aspects de la culture humaine. Globalement, j'ai trouvé que ce procédé est assez indigeste et perturbe plus souvent la lecture qu'il ne l'éclaire. Déjà, il m'aurait semblé pertinent d'utiliser une charte graphique précise pour distinguer ces inserts du déroulement normal des événements (colorisation différente, forme du cadre, etc.). Là, c'est un peu fatigant à la lecture, parce qu'il n'est pas toujours évident au premier coup d'œil de voir qu'une case est un insert, donc ça demande un instant de réflexion qui limite la fluidité de lecture, simplement à cause d'une maladresse de forme. Ce détail purement technique de narration cause aussi des problèmes pour le caractère informatif de cet ouvrage : par exemple, le mélange d'animaux réels et mythologiques dans les planches 253-254 est assez perturbant car il n'est absolument pas signalé. Ceci rejoint d'ailleurs le fait que cet ouvrage présuppose de solides connaissances chez son lecteur, pour juger à chaque case d'il s'agit d'un insert ou non ; donc c'est juste le contraire de pédagogique. À l'inverse, il y a aussi les inserts qui nous prennent pour des débiles, par exemple : - Pl. 176, toute la page : merci, je sais ce que veut dire le verbe « constuire » ! - Pl. 196, la boîte de thon en conserve : merci, je sais ce que veut dire le mot « poisson » ! Il y a aussi les inserts what-the-fuckesques : - Pl. 27 : que vient faire l'ensemble de Mandelbrot ici ? - Pl. 28 : et le pendule de Foucault là ? - Pl. 31 : et ce champignon atomique ? - Pl. 62 : et cet aimant ? Enfin il y a les inserts complètement hors de propos : Donald attaqué par des créatures marines (pl. 199), les sous-marins morts (pl. 233). Je ne vois pas l'intérêt. Il y a aussi des points scientifiquement discutables et des imprécisions de langage gênantes (en version française en tout cas). S'il y a des biologistes dans la salle et que je dis des âneries, qu'ils n'hésitent pas à me corriger. Pour être bien clair, une précision : je n'ai rien contre le fait que l'auteur fasse des choix. Qu'il privilégie une hypothèse scientifique plutôt qu'une autre pour ne pas alourdir son récit, c'est normal, surtout s'il choisit celle considérée comme la plus probable par les spécialistes. Qu'il simplifie, vulgarise et donne une vision d'artiste, je le conçois aussi. Mais un certain nombre d'imprécisions, voire de fausses pistes pour le lecteur, m'ont dérangé. Voici quelques exemples. - Pl. 97, « l'orchestre des éléments naturels » (sous-entendu : la terre, l'eau, l'air et le feu) : euh, comment dire, Aristote c'est fini quand même. Je sais que c'est mis comme une référence culturelle et non comme un fait scientifique, mais encore une fois, la présentation indiscernable des deux me semble regrettable. - Pl. 98-100 : confusion entre le cycle de l'eau et les mouvements atmosphériques (représentations du vent). - Pl. 109 : l'auteur semble présenter à égalité 3 hypothèses largement répandues dans 99% de la communauté scientifiques (regroupées sous le nom de « soupe primitive ») avec une hypothèse défendue au grand maximum par 1% (la panspermie). Certes il dit bien qu'on ne sait pas (comme toujours en science, en fait), mais présenter ces hypothèses sans mentionner leur différence de crédibilité auprès des spécialistes est déjà, en soi, gênant. - Pl. 140, la vie « résiste au principe de l'entropie » : ben non. D'ailleurs, ce phénomène a un nom : le vieillissement. Et une conséquence inévitable : la mort. - Pl. 148, « La vie sexuée prive certes les organismes de la vie éternelle, mais elle leur donne plus d'autonomie » : je me suis beaucoup interrogé sur la façon de comprendre cette phrase, car elle semble sous-entendre que les formes de vie avant la reproduction sexuée étaient immortelles. C'est faux, bien sûr. - Tels animaux sont les « maîtres » de tel écosystème, ils exercent un « règne incontesté » (à plusieurs endroits de la BD) : ces expressions n'ont pas de sens, ou alors un sens très anthropomorphique. Faut-il comprendre que les prédateurs en bout de chaîne alimentaire seraient les « maîtres » d'un écosystème ? Pourtant ils n'en sont en général ni les animaux les plus nombreux, ni les plus gros, ni ceux dont l'espérance de vie (individuelle ou en tant qu'espèce) est la plus élevée, etc. - Pl. 153 : l'auteur distingue à ce moment les plantes, les champignons et les animaux. À mon avis c'est un très mauvais choix, y compris à l'époque de rédaction de cet ouvrage. Une distinction beaucoup plus pertinente aurait été entre autotrophes (comme les plantes, qui produisent eux-mêmes de la matière organique à partir de matière minérale) et hétérotrophes (qui se nourrissent de matière organique, comme les champignons et les animaux). De manière générale, je trouve extrêmement dommage que dans cet ouvrage, pourtant un peu longuet, il manque certaines grandes inventions de la vie et une explication succincte de leur importance : par exemple les synapses, la digestion externe, le développement différencié des organes d'avant en arrière de l'organisme et l'apparition de l'organisation bouche-anus. Il règne dans l'ensemble de cet ouvrage une ambiance vaguement new age qui m'a perturbé. Ceci est dû essentiellement à une partie des inserts, ceux qui sont à caractère mythologique ou religieux, qui mettent en rapport certains moments de l'histoire du monde avec des grands mythes de diverses civilisations. Qu'est-ce que l'auteur essaie de nous dire ? Première possibilité, c'est un message adressé aux tenants de toutes les fois du monde : regardez, la science n'est pas incompatible avec votre foi, finalement ça dit la même chose, pour peu qu'on sache interpréter les textes sacrés. Mais bof, ce n'est pas très convaincant comme interprétation : en particulier toutes ces mythologies sont complètement anthropocentristes, alors que la science nous apprend précisément que l'homme n'est pas au centre de l'univers. Deuxième possibilité : est-ce que de manière détournée, on essaie de nous montrer qu'il y a une espèce de « connaissance ancestrale » occulte de l'espèce humaine sur les origines du monde ? Voire de nous prouver qu'un ou des êtres supérieurs, par les moyens détournés des mythologies, nous ont enseigné les étapes de la genèse du monde ? Ce n'est pas clair du tout mais dans le doute, cet aspect m'a agacé. Dans le même esprit, présenter les fleurs et les abeilles comme une allégorie de l'attraction universelle (pl. 35), soit ça fait partie des inserts qui nous prennent pour des débiles, soit c'est sous-entendre qu'il y a une espèce de principe essentiel universel d'amour/attraction dont la force de gravitation et l'amour et les petites fleurs seraient des cas particulier. Je veux bien mais, euh, comment dire... Enfin, cet ouvrage est profondément anthropocentrique, même si ça ne se voit pas forcément au premier coup d'œil. Qu'on s'intéresse à la séquence d'événements qui ont menés à notre existence d'humains, après tout, c'est une curiosité bien compréhensible. Mais deux points m'ont dérangé. D'une part, quand on commence à s'intéresser à la Voie Lactée, puis au Soleil, puis à la Terre, sans vraiment de justification, il aurait été bon de rappeler que ce n'est qu'un point de vue d'humain. Ça ne demandait pas de gros changements. Par exemple, pl. 57, au lieu d'écrire "le Soleil", ce qui n'est pas inexact, on aurait simplement pu remplacer par "notre Soleil", ce qui est vrai aussi mais transmet un message de relativisme en plus. Voici d'ailleurs un exemple d'anthropocentrisme caché, pl. 79 : « le système solaire est désormais complet ». Ben non, pas vraiment : il est simplement tel qu'actuellement, c'est-à-dire à l'ère de l'être humain... D'autre part, les inserts, en mettant constamment en relation l'histoire de l'univers puis de la vie sur Terre avec la culture humaine, semblent presque sous-entendre que toute cette histoire a une finalité, qui est l'apparition de l'être humain et de sa civilisation. Évidemment, on pourra contester cette interprétation, mais elle m'a quand même profondément gêné. Voilà voilà, désolé d'assommer tout le monde avec cet avis fort long et malheureusement plutôt négatif. Je ne peux descendre en-dessous de 2 étoiles car le travail est fort sérieux, mais de mon point de vue, cet ouvrage reste comme une grosse occasion manquée.

03/05/2015 (modifier)
Par Spooky
Note: 5/5
L'avatar du posteur Spooky

Quel bouquin mes aïeux ! Difficile d'être original, tant de choses ont été écrites sur "Alpha... directions"... Allons-y sans réfléchir, presque à chaud, puisque ma lecture s'est achevée hier soir. C'est le résultat d'une formidable gageure, qui consistait à raconter l'histoire de l'évolution jusqu'avant l'arrivée de l'Homme, en bandes dessinées, en un tome, sans faire dans le scientifique chiant. Le pari est gagné haut la main ! Je ne saurais dire ce que j'ai apprécié le plus dans cet album : le sujet en lui-même est passionnant, et pour tout dire, l'archéologie et les sciences associées auraient pu être une voie que j'aurais choisie. J'ai encore dans un coin de ma bibliothèque d'adolescents quelques bouquins sur les dinosaures. Il paraît que c'est fréquent à présent, mais à mon époque pas tant que ça. Il est vrai que Jurassic Park est passé par là... C'est d'ailleurs à mon avis le premier coup de génie de Jens Harder : utiliser une iconographie où chacun -ou presque- peut se retrouver. Extraits de films, de comics connus (j'ai été surpris de voir la Mouche de Trondheim, au passage), mais aussi certaines oeuvres d'art, issues de nombreuses époques et de tous les continents. De l'universalité, en somme. Alors bien sûr, pour comprendre un peu plus finement comme la vie est apparue, il faut un minimum d'explications ; les cases sont parfois accompagnées de phrases descriptives, complétées par des résumés chronologiques entre les chapitres. Le dessin est très évocateur, semblant puiser dans différents styles sans qu'il s'en détache véritablement un, même si réaliste est probablement le qualificatif qui convient le mieux en la circonstance, si tant qu'on puisse représenter avec réalisme des époques disparues depuis longtemps. Le tout est complété par un texte de l'auteur sur sa démarche, ce qui éclaire encore plus l'ouvrage. On apprend ainsi qu'il a essayé de puiser dans les découvertes les plus récentes (et ça se voit, rien qu'avec les dinosaures ailés), tout en "arrangeant" certaines choses pour que ce soit plus dynamique, plus spectaculaire peut-être. On en lui en tiendra aucune rigueur, tant la qualité de l'ensemble est immense. Jens Harder poursuit son immense oeuvre sur l'histoire du monde avec le diptyque "Beta...civilisations" consacré à l'histoire des hommes, des temps protohistoriques à nos jours, avec une césure à la date symbolique de l'an 0. Bien sûr, comme il le relève lui-même en postface, le temps s'est considérablement ralenti, puisque de plusieurs milliards d'années on passe à quelques dizaines de millions. Et dans le prochain tome, seulement 200 ans... La recette est cependant la même : dans un patchwork étourdissant d'images (près de 2400 dans le premier tome), rythmé par quelques commentaires factuels, Harder propose donc une iconographie non exhaustive mais remarquablement variée de ces millions d'années. Passent à la moulinette images sacrées, extraits de films, de BD, croquis scientifiques... Chaque grande époque est regroupée par chapitre, introduite par un récapitulatif chronologique. On retrouve dans cette première partie le passage progressif des quatre pattes à la station debout de certains primates, la domestication du feu (passée un peur rapidement il me semble), l'invention de la roue... La vocation de l'ensemble n'est pas encyclopédique, mais à terme, nul doute qu'elle le deviendra. Et toujours ce style très expressif, un peu surchargé de petits traits par moments, mais d'une efficacité exemplaire. Essentiel.

13/08/2012 (MAJ le 09/06/2014) (modifier)
Par Erik
Note: 4/5
L'avatar du posteur Erik

Avis sur ALPHA... directions: Quand on voit l'épaisseur de cette bande dessinée, on prend un peu peur en se disant que cela a l'aspect d'un livre encyclopédique ou pire encore d'un manuel scolaire de physique ou de biologie !!! Je comprends alors la terreur qui peut s'emparer d'un éventuel lecteur. Les critiques étant dithyrambiques, on n'hésite pas à l'emprunter pour voir si celles-ci sont pleinement justifiées. C'est sans doute mon côté voyeur... Le début est certes un peu hard pour le commun des mortels n'ayant pas quelques notions de chimie ou de physique quantique. Cela devient de plus en plus intéressant au fur et à mesure quand il n'est plus question de quarkz, de protons et de neutrons. C'est vrai que l'imagerie est complétée par des clins d'oeil amusant envoyant à l'ère moderne. On voit que l'auteur a voulu éviter un ensemble purement scientifique. J'admets que la réussite de cet ouvrage est totale. L'auteur a le grand mérite d'avoir traité l'origine de l'univers, l'origine de la terre et son évolution ce qui ne devait pas être facile. On s'aperçoit que tout n'est que lutte entre espèces suivie de catastrophes planétaires. La vie a eu beaucoup de mal à s'imposer. C'est presque un miracle qui ne pourra peut-être jamais se produire nulle part ailleurs dans l'univers : d'ailleurs, j'en suis intimement persuadé même si ce n'est pas l'avis de la majorité. Par ailleurs, je préfère nettement ce livre qui explique la naissance de la vie sur terre à La Bible en bd que j'ai lue la semaine dernière. Je ne sais pas pourquoi. ;) Que dire de plus ? Oui, cet ouvrage devrait incontestablement figurer dans les immanquables. Allez, encore quelques avis et ce sera chose faite ! :):::) Avis sur BETA... civilisations: Il a fallu attendre 5 ans pour voir la suite de ce projet titanesque alors que le premier tome a été un succès global. J'ai à nouveau pris plaisir à découvrir le début de l'histoire de l'humanité. Il y a une succession d'images impressionnantes sur 347 pages. L'incursion d'images qui emmène le lecteur à d'autres niveaux comme des ascenseurs m'a paru trop prolifique. C'était un clin d'oeil dans le premier volume mais c'est devenu la marque de fabrique dans le second. L'effet est qu'on a du mal à suivre l'histoire de ces premiers humains. Par ailleurs, la disparition de l'homme de Néandertal n'est pas vraiment trop expliqué. Bon, il faut dire que l'auteur a voulu soigneusement éviter tout débat entre les différents points de vue des scientifiques et des historiens. Il y a encore une part trop importante par rapport aux images religieuses. On sent que la naissance du Christ va faire l'objet d'un grand chapitre car cela a marqué l'histoire des hommes sur la planète. Cependant, ce faisant, il y aura alors un parti pris pour une religion plutôt qu'une autre. En tout cas, c'est une belle odyssée sur les grandes civilisations humaines très bien mise en image.

03/10/2009 (MAJ le 13/04/2014) (modifier)
Par Blue boy
Note: 5/5 Coups de coeur expiré
L'avatar du posteur Blue boy

Tout d’abord, l’objet : un vrai pavé, dans lequel on a plaisir à se plonger, il s’agit d’une véritable expérience immersive. L’ouvrage est par ailleurs inclassable : on pourrait parler de documentaire scientifique voire historique, mais cela resterait incomplet, l’auteur apportant en outre son œil artistique en glissant à bon escient de multiples références dans la chronologie rigoureuse de cette épopée, qu’elles soient en rapport avec l’art, la science ou la religion. Ainsi, les cases se répondent, comme s’il y avait discussion entre les temps primitifs et l’humanité avec ses connaissances, ses croyances, ses mythes, ses questionnements. C’est toujours étonnant, érudit, rafraîchissant, parfois décalé, parfois humoristique (la mouche de Trondheim virevoltant au milieu des sauriens volants, par exemple). Le dessin est remarquablement précis, mais aussi très agréable à l’œil, rehaussé par une belle bichromie dont les teintes désaturées évoluent au fil des pages en parcourant le cercle chromatique. Une page de résumé des principaux événements vient clore chaque chapitre, ce qui n’est pas trop assommant pour les plus réfractaires à la science. C’est un vrai défi auquel a été confronté l’auteur, élaborant quelque chose qui n’avait jamais été fait : mettre en images l’histoire de l’Univers depuis les origines. Qui en effet pouvait imaginer qu’un auteur de BD puisse un jour représenter les premiers instants succédant au Big Bang, le début de l’espace-temps, l’ère de Planck (d’une durée infinitésimale de 10-44 seconde !), les quarks, antiquarks et autres particules subatomiques, etc. Eh bien Jens Harder l’a fait, avec brio et de façon tout à fait originale (voir plus haut). C’est passionnant, fascinant, grandiose. Comme un gosse, on reste tout simplement admiratif devant un tel travail, imaginant la somme d’archives et de documents qu’il a fallu réunir pour produire une telle œuvre. Parallèlement on est saisi de vertige devant le génie de la nature mais aussi en pensant aux périodes immensément longues qui ont été nécessaires aux transformations les plus infimes, si l’on raisonne en temps humain. Incontestablement, on peut parler d’un chef d’œuvre qui fera date. C’est donc avec impatience que j’attends la sortie des deux tomes qui devraient suivre, l’un consacré à l’histoire de l’humanité et l’autre au futur. PS : je salue au passage l’excellente critique de Sejy -------------------- Avis sur "Beta... civilisations - volume 1" Cinq ans. C’est le temps qu’il aura fallu à Jens Harder pour accoucher de ce nouveau volet, qui au départ prévu en une seule parution, fera finalement l’objet de deux volumes. D’emblée il faut bien l’avouer, l’effet de surprise ressenti avec « Alpha… directions » s’est dissipé ici, mais le mode de narration verticale reste très original. L’auteur déroule le récit de l’évolution à sa façon, en établissant au fil des pages des passerelles entre les époques, à l’aide d’une iconographie abondante, populaire ou érudite, ne s’interdisant aucun domaine, de la peinture à la pub en passant par le cinéma, la photo ou tout naturellement la BD. C’est parfois un peu prévisible dans le sens on finit par deviner plus ou moins où Harder veut nous emmener, mais ce dernier garde toujours cette volonté de surprendre le lecteur dans le choix des références, évitant ainsi l’exposé scolaire. Bien sûr il m’est arrivé d’être saisi par le doute, agacé parfois par une certaine redondance, mais au final il faut convenir que le procédé basé sur un dialogue entre les images d’un côté et les époques de l’autre fonctionne à merveille. Et si l’on admet l’idée qu’il s’agit d’une lecture lente, ou plus exactement contemplative, on ne pourra être que fasciné en s’inclinant devant l’ampleur de la tâche. Comme on pourra le voir en annexe, l’auteur sait pourtant rester modeste : « Je n’ai rien inventé (…). Il s’agit plutôt d’un récit de l’évolution – mon récit, avec mes propres axes et fils rouges – comme je pourrais peut-être le faire à mes enfants, mais qui laisse de côté énormément de choses (et en ignore encore plus). » Il revendique par ailleurs son athéisme pour ceux qui seraient tentés d’interpréter son œuvre au vu de leurs propres croyances. Et précise de manière facétieuse à l’attention des fans de mangas : « Si par habitude, tu as ouvert Beta [par la fin], tu es cordialement invité à poursuivre ta lecture dans le sens qui t’est familier (…). A condition de veiller à lire chaque page non seulement de droite à gauche, mais aussi de bas en haut » Pour ce qui est de l’objet en lui-même, l’impression argentée dans des tons alternativement gris, kaki et sépia au fil des pages est du plus bel effet (il faut juste éviter de lire sous la lampe de chevet…), et constitue de fait un argument en faveur de l’édition papier face au numérique. Quitte à héberger des pavés comme celui-ci dans sa bibliothèque, autant qu’ils soient jolis… Et c’est soudain avec horreur que je réalise que si Mister Harder parvient à mener à bien son projet ambitieux, le dernier volet consacré au futur de l’humanité, « Gamma… visions », pourrait ne sortir qu’en 2024 voire 2029 pour la deuxième partie s’il décide de faire une césure comme ici ! On espère ainsi qu’aucun météorite ne viendra s’écraser sur la Terre avant cette date…

03/06/2012 (MAJ le 25/03/2014) (modifier)
Par Yannis
Note: 5/5 Coups de coeur expiré
L'avatar du posteur Yannis

Alors là chapeau bas l'artiste. Cet album est absolument magnifique. Rien que pour le dessin il mérite 4/5. Le cheminement est bien fait et n'est pas trop alourdi par le texte contenu entre chaque partie. Un réel plaisir de découvrir l'histoire de notre terre présentée comme cela. Seul bémol : j'aurais aimé à la fin de l'album que l'auteur liste toutes les allusions faites aux religions, cinéma BD... qui sont en nombre incalculable. J'attends la suite avec impatience pour faire passer cette oeuvre en culte. Mise à jour après lecture du tome 2 Jens Harder poursuit son travail avec talent. Quel plaisir pour les yeux de découvrir à chaque page les détails de chacune des cases. Si on pourrait rechigner en prétextant qu'il passe rapidement sur des pans et des pans de l'histoire on ne peut que saluer le travail titanesque accompli par l'auteur sur cette série et on excuse ce petit défaut car s'il voulait être précis et exhaustif il faudrait une bonne centaine de tomes et des dizaines d'années de travail pour y arriver. Pour répondre à Moke ci-dessous, je lui conseille de lire les postfaces des deux albums pour se rendre compte que l'auteur, loin de vouloir coupler sciences et religion, cherche juste à montrer qu'en tout temps on a construit des représentations (dessins, peintures rupestres, sculptures, cinéma, BD...) pour expliquer et montrer des phénomènes et des évolutions et qu'au travers de l'explication scientifique il nous montre des représentations de différentes époques sur ce qu'il explique et dessine. Il faut d'ailleurs souligner que l'ensemble des religions sont représentées même s'il y a une prédominance de la culture judéo-chrétienne car rappelons le l'auteur est allemand et donc issu de cette culture. Vivement le tome 3 qui devrait arriver avant 2020 paraît-il.

28/08/2012 (MAJ le 08/03/2014) (modifier)
Par jurin
Note: 4/5

Jens Harder réalise une belle performance, permettre au lecteur lambda de comprendre et de connaître des milliards d’années d’évolution de notre univers en quelques heures de lecture et sans exiger de celui-ci des connaissances scientifiques élevées. Évidemment cette BD n’a pas la prétention de tout expliquer dans le détail, de toutes façons il faut plusieurs vies pour comprendre de façon rigoureuse la complexité d’une telle évolution. Le mérite de Jens Harder est d’avoir compilé sous formes d’images, la base nécessaire pour comprendre le monde passé et à venir, un livre à placer sans restriction dans toutes les mains.

08/03/2014 (modifier)
Par Moke
Note: 1/5

Je me suis décidé à lire ce livre en ayant vu la note sur bdthèque. Mais j'ai été déçu au possible !! Les illustrations sont très jolies, mais l'auteur mélange les données scientifiques avec les concepts religieux. Et alors non, pour moi le fait scientifique n'a pas besoin d'être accompagné d'éléments religieux pour être expliqué ! Un mélange de science et de mysticisme me dérange. Si cela ne vous dérange pas vous-même et que vous concevez cet ouvrage non pas comme un essai informatif, mais comme une œuvre mystique et poétique à la fois, vous pouvez le lire. Sinon, passez votre chemin !

06/01/2013 (modifier)

Alpha...directions Magnifique ouvrage, terminé magistralement par une fabuleuse postface qui m'a un peu plus rapproché de l'auteur. Car moi aussi, je m'interroge (de plus en plus, j'ai l'impression...) sur le rationnel et l'origine non seulement de la vie, mais de l'existence en général. La recherche de la "pensée de Dieu", au sens du dernier livre des frères Bogdanov (expression venant à l'origine d'une réplique d'Albert Einstein), est à la fois passionnante et effrayante pour l'esprit (car seuls les imbéciles sont heureux et que la connaissance peut être source de souffrance). Bref, Jens Harder soulève la ou les questions que tout être humain devrait se poser, sauf s'il l'occulte volontairement pour mettre son esprit à l'abri de tout ce que cette quête pourrait avoir de dérangeant. Lorsque l'on voit l'histoire du monde défiler devant soi, les tribulations et "problèmes" humains semblent bien ridicules... Que sommes nous face à la toute puissance de mère nature, qui peut détruire en un clin d'oeil d'éternité tout ce qu'elle a mis des millions d'années à engendrer? C'est vraiment très intéressant, j'ai appris plein de choses sur la formations de l'univers, la biologie, la géologie, un vrai régal! Il est remarquable de constater que l'auteur nous enseigne beaucoup avec des images, et très peu de texte. Ainsi, les cases peuvent ne transmettre qu'une idée. C'est simple, mais très efficace. Par exemple, après le big bang, l'auteur a glissé une case représentant un volume, puis un chronomètre pour expliquer la naissance de l'espace et du temps. Graphiquement, les planches sont splendides, très travaillées, dans un style bi ou trichrome. Cette narration de l'histoire de l'univers, puis de la terre, est agrémentée de nombreuses illustrations nous montrant comment les temps les plus reculés marquent encore notre époque actuelle, et comment les différentes religions se sont souvent rapproché étrangement de la représentation de la création de la terre telle que nous la concevons actuellement. Mon seul regret est qu'effectivement, comme quelqu'un l'a déjà fait remarquer, j'aurais souhaité que toutes les références issues de notre ère soient expliquées ou tout au moins légendés dans l'annexe. J'ai déjà défini un ouvrage "culte" comme pouvant être relu sans peine maintes et maintes fois, ou comme laissant un sentiment très particulier. "Alpha...directions" est clairement de ce genre là. Il va maintenant me falloir prendre mon mal en patience en attendant "Bêta...directions"... (162)

19/09/2012 (modifier)