Le Bataillon des lâches

Note: 3.27/5
(3.27/5 pour 15 avis)

Hypérion est une planète désertique et stérile. Sur ses deux hémisphères, circulent des bataillons de surveillance envoyés par les armées Krells et terriennes. En patrouille à la fontrière, un char terrien est porté disparu. A bord de ce char en fuite, cinq soldats déserteurs qui ont décidé de quitter la planète avant que les hostilités ne commencent.


Guerres interstellaires

Hyperion est une planète désertique sans vie et sans ressources, choisie par les deux peuples les plus belliqueux de notre galaxie (les Krells et les Terriens)pour servir de terrain neutre en vue de pourparler destinés à éviter une guerre sans merci où se profile l'utilisation d'armes apocalyptiques. Sur les deux hémisphères d'Hyperion circulent d'innombrables bataillons de surveillance envoyés par les deux armées. Toute violation de la frontière équateur serait considérée comme une déclaration de guerre. Un char terrien,en patrouille à la frontière, est porté disparu! Ses occupants ont désertés: les autorités terriennes décident de les éliminer au plus vite afin d'éviter la contagion de désertion. A bord de ce char en fuite cinq soldats qui ont décidés de quitter la planète au plus tôt avant que les hostilités ne commencent Aucun d'eux ne veut se sentir responsable de la guerre qui creusera le tombeau de l'humanité. Mais pour permettre à leur plan d'aboutir, il leur faudra rejoindre une base d'envol,sur la route de laquelle ne se trouvent que trois points de ravitaillement et d'échapper aux patrouilles de leur propre armée. L'histoire de cinq hommes et femmes qui refusèrent de se soumettre...

Scénariste
Dessinateur
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution Décembre 2000
Statut histoire One shot 1 tome paru
Couverture de la série Le Bataillon des lâches
Les notes (15)
Cliquez pour lire les avis

18/04/2002 | okilebo
Modifier


Par Jurin
Note: 4/5 Coups de coeur expiré

J’avais sélectionné cette BD il y a de nombreuses années en me basant sur les avis positifs de bdtheque, je l’ai enfin trouvée dans une librairie d’occasions et je ne regrette absolument pas mon achat. Il y a une chose certaine : ce n’est sûrement pas la couverture qui vous incite à l’achat elle est très moche et directement on l'associe à un scénario type « Rambo fait le ménage sur la planète rouge ». Et pourtant c’est excellent, le bataillon des lâches est en fait 5 soldats qui refusent de se soumettre à une bataille dont l’issue fatale est certaine, ils organisent donc une fuite courageuse vers la planète Terre. L’histoire est traitée simplement sans « effets spéciaux » si j’ose dire , une sorte de huis-clos où psychologie et philosophie sont employées à profusion , en un mot : super. Le dessin est fin principalement les décors, les personnages sont moins bien représentés et la colorisation est de qualité inégale, l’ambiance est très bien retranscrite. Excellent one shot, incontournable !

31/10/2013 (modifier)
Par fab11
Note: 2/5

Voilà une bd décevante et qui m'a anormalement agacé durant la quasi intégralité de ma lecture. C'est quand même relativement rare pour moi de s'ennuyer autant quand il s'agit d'une histoire de science - fiction. Le titre était pourtant bien trouvé et en général j'accroche plutôt bien avec les scénarios de Marazano, mais là j'avoue avoir rapidement décroché avec cette pseudo histoire de déserteurs sur une planète éloignée de la terre où une guerre est sur le point d' éclater entre les Humains et les Krells. L'idée était plutôt intéressante mais le récit reste plat et languissant pour arriver à un final franchement ridicule et improbable. De plus soit je suis aveugle ou bien alors c'était le but de l'auteur mais je n'ai pas pu distinguer à quoi ressemblait le Krell découvert par notre groupe de déserteurs . Par contre j'apprécie le dessin sobre et soigné avec des couleurs agréables qui réussisent à nous faire croire que nous sommes réellement sur une planète étrangère. Je ne conseille donc pas la lecture de ce one shot de SF décevant et ennuyeux.

02/05/2012 (modifier)
Par Chalybs
Note: 4/5

Voici une belle BD. Mais belle dans quel sens ? Cette question, en fait parce que je suis partagé après lecture entre un sentiment de grande déception et celle du bonheur d'avoir un quasi chef d'œuvre entre les mains mais d'avoir peur de rater quelque chose… Je pense que cela la qualifie assez bien, œuvre éclair dans un univers de BD souvent trop uniforme, cette BD a le mérite de sortir des terrains battus. Cela plaira. Ou pas. Il n'y a qu'à regarder la divergence d'opinion pour en avoir une bonne idée. Pour ma part, j'ai vraiment été surpris par ce huis-clos en pleine nature. Un huis-clos est généralement à l'intérieur, d’où son nom. Mais là, nos malheureux héros sont enfermés sur une planète d’où ils cherchent à sortir. Principe bien malin de la part de l'auteur car cette impression d'étouffement et d'écrasement de l'atmosphère est parfaitement rendu. L'ambiance est lourde, tendue. L'aspect désertique, aride et nu des décors renforçant encore plus cette impression. Mais le pire reste la logique de tout cela. Si certains commentaires me précédents font état de contre sens ou d'illogisme dans les réactions des êtres, c'est bien là où se situe tout l'intérêt de cet BD, montrer que pour parvenir à ses fins, que pour sortir d'une situation, rien n'est simple et que l'être humain reste l'être humain. Le scénario est porté par une très bonne maitrise de la narration, par un très bon rythme. Je m'attendais toujours à plus, toujours à ce que tout explose, que l'action prenne le dessus, mais l'auteur réussisse à maitriser la bête et à la mener où il veut avec brio, sachant conserver le rythme et l'intérêt du lecteur de la première à la dernière page. C'est juste que je n'avais pas lu le 4eme de couverture et qu'il y a dessus une information importante pour comprendre la fin…Alors, sans doute si mon cœur balance entre deux eaux cela vient-il en partie que j'ai mis du temps à remettre tous les éléments dans un ordre logique une fois cette dernière pièce du puzzle en place. Les personnages manquent peut-être un peu de caractère, tous ayant un peu trop le même. D'un autre coté, une fois encore, tous présentent cette même volonté de s'échapper et ce même désarroi face à une situation qu'ils ne maitrisent pas, oscillant entre folie et désespoir. L'homogénéité du groupe s'explique lui aussi logiquement en fin d'album. Et encore une fois, mon cœur balance concernant le dessin. Si ma première approche est négative, avec un trait oscillant entre fin et grossier, manquant de constance sur les visages, des détails absents dans les décors et des couleurs franchement surprenantes, en revanche, ma perception s'éclaire au fil des pages avec de belles compositions, des plans soignés et des cadrages maitrisés. Le manque de détails et l'impression de flou joue à plein sur l'impression de naviguer dans un environnement hostile, inconnu et non maitrisé par les protagonistes. L'utilisation de couleurs tranchées, chaudes, ou froides, souvent tendant vers le monochrome contribue à l'impression de lourdeur des paysages et à l'impression de solitude sur cette planète des confins de l'espace. Le dessin et les couleurs prennent alors une importance insoupçonnée. Alors, finalement je laisse parler ma partie subjective plutôt qu'objective, et je crois que je trouve le dessin très bon, voir excellent. Le temps d'écrire cet avis, et je crois que j'ai fait mon choix : cette BD est belle ; dans tous les sens.

16/07/2009 (modifier)
Par tolllo
Note: 1/5

En plus d’être lâches, ils sont cruels. Ils veulent juste sauver leur peau et s’enfuir d’un conflit qui ne les concerne pas. C’est vrai, quoi ! la guerre c’est pas cool, déserter n’est pas si idiot que cela, mais tuer pour réchapper à la guerre… et bien pour moi, ce n'est pas mon option ! Je divague ? Moi si je ne veux plus manger de chocolat, et bien je ne mange pas de bonbon au chocolat non plus. Car cela reste du chocolat, oui, je sais, complètement hors de propos ma comparaison, mais comme le récit l’est tout autant, je n'ai pas de scrupules. C’est mon impression, ils ne sont pas vraiment en accord avec leurs principes, ah j’oubliais, ils n’en ont pas vraiment. Si, en plus on ajoute à cela qu’il ne se passe pas grand chose dans ce huis clos désertique rougeoyant, un zéro pointé. Des calculs, des doutes des péripéties sans aucun intérêt tout comme les personnages, je n’y ai vraiment rien trouvé d’intéressant à part le fait que j’ai pu lire le récit jusqu’à la fin, contrairement à Zéro Absolu dont je m’abstiendrai de poster mon avis tout comme celui de Minik. Et que dire de la fin… une bonne idée ? Non... pas si bien trouvée que cela. Comme pour Le Complexe du chimpanzé. Vraiment une bonne grosse déception si Cuervos que je me suis procuré en petite intégrale ne m’intéresse pas non plus j’arrête de lire les séries de Richard Marazano mais il me semble que Cuervos est peut-être plus dans l’esprit que je recherche. Au pire il me reste ses dessins de Le Syndrome d'Abel que j’affectionne particulièrement. Ouf ! (4/20)

05/02/2009 (modifier)
Par Spooky
Note: 2/5
L'avatar du posteur Spooky

Le Bataillon de lâches… C’est dommage, le titre était plutôt sympa… Malheureusement l’album n’a pas vraiment répondu aux attentes que laissait sous-entendre ce titre. J’ai été surpris par le cadre, une espèce de road-movie sur une planète étrangère, mais déjà terraformée. Un cadre science-fictionnesque plutôt pas trop mal rendu, avec une idée de départ pas inintéressante. Le dessin de Richard Marazano est intéressant, mais je trouve qu’il manque de précision au niveau des visages. Les paysages, les designs, sont plutôt bons, mais le fait que les personnages changent de visage en cours de route m’a pas mal gêné. Mais c’est au niveau de l’histoire que la gêne fut la plus forte. L’histoire s’arrête presque abruptement, je trouve, il y a un goût d’inachevé qui me déroute. Mais aussi dans la narration, plusieurs choses m’ont empêché d’apprécier véritablement cette histoire. Comme à chaque fois qu’un personnage s’adresse à la fille, il se sente obligé d’utiliser son nom entier. Pourquoi ne pas l’appeler « Laura », voire ne pas la nommer du tout quand ils sont seuls… Vraiment étrange. Bref, c’est un peu dommage de gâcher un peu le point de départ, qui me semblait intéressant.

22/09/2008 (modifier)
Par Miranda
Note: 2/5

Je me suis plutôt pas mal ennuyée en lisant cette bd, je m'attendais à plus d'action, de rebondissements mais on tombe vite dans un huis clos assez lent sur fond de trahison, mouais, rien de transcendent à mon goût. Dans le résumé de l'histoire il est écrit : "Aucun d'eux ne veut se sentir responsable de la guerre qui creusera le tombeau de l'humanité". D'après le souvenir que j'en garde j'ai plutôt eu l'impression que personne ne veut y laisser sa peau et point final. Avec de surcroît ce petit fond moraliste que je n'aime pas et qui n'a pas arrangé les choses. Vu le nombre d'avis si enthousiastes ma déception n'a été que plus grande, une chose est sûre, je ne relirai pas cette bd. Sinon je veux bien reconnaître que la narration est bonne, le dessin est en accord avec l'histoire même si ce n'est pas le style que je préfère.

04/09/2008 (modifier)
Par JJJ
Note: 4/5

Etrange choix que cette couverture qui semble annoncer une histoire guerrière plutôt banale. Pourtant il serait injuste de s'arrêter sur ce point car cet album mérite vraiment d'être découvert. L'histoire est magistrale, cela se ressent dés le court prologue qui nous offre un total contrepoint de ce que l'on attendait. C'est l'histoire de cinq âmes qui décident de se faire la belle, de ne pas participer à ce qui s'annonce comme étant une boucherie sans nom. Le long du récit, les atrocités que peuvent provoquer les guerres nous sont présentés d'un point de vue décalé, au travers des actions désespérées qu'entreprend le petit groupe que nous suivons, ce traitement est original et peut-être plus parlant que de simples images de circonstances. Quelques pages offrent des passages d'anthologie, je pense notamment au fameux passage de l'abeille ou encore à la rencontre impromptue du groupe avec le Krell... Des scènes simplement magnifiques. La narration, prenant souvent le lecteur à contre-pied, est extraordinaire. Le dessin est idéal pour cette histoire. Je trouve ce dessin plein d'expressivité, bien loin de toute forme de froideur. Le parti pris pour l'utilisation des couleurs m'a séduit, cela renforce l'étouffement que l'on peut ressentir face à un bon huis-clos. Les dessins parviennent vraiment à nous immerger dans cette ambiance apocalyptique. Cette lecture fut vraiment une bonne surprise, ce livre prouve qu'il est possible de profiter d'un superbe scénario en seulement quelques pages, de plus le final est sublime. A lire ! JJJ

15/01/2007 (modifier)
Par Alix
Note: 4/5
L'avatar du posteur Alix

J’ai adoré l’histoire de ce one-shot, parfaitement maîtrisée, et vraiment captivante. Suivre nos 4 déserteurs et leurs déboires est absolument passionnant, malgré l’atmosphère pesante causée par le huit clos et les décors désertiques. Comme Ro ci-dessous j’ai encore plus apprécié les détails de l’histoire lors d’une deuxième lecture, et trouvé la fin encore plus logique et terrible. Vraiment une lecture à plusieurs niveaux, que l’on peut relire pour en apprécier les détails. De plus contrairement à d’autres lecteurs j’ai adoré le dessin et les couleurs, selon moi parfaitement adaptés et diablement efficaces. Mon seul regret est finalement que ça se termine bien vite, et que j’aurais plutôt vu cette histoire en 2 ou 3 tomes. Mais trêve de pinaillages, les histoires de SF intelligentes se font rares, alors si vous aimez le genre, ne ratez pas ce one-shot très réussi.

05/02/2006 (modifier)
Par ArzaK
Note: 3/5

J’ai bien aimé cet album qui propose un huis clos spatial plutôt étonnant et bien ficelé. J’aime le dessin qui me rappelle Christophe Bec ou même Boilet (si!) et l’usage des couleurs m’apparaît des plus judicieux. J’ai lu l’album avec intérêt de bout en bout, mais je dois avouer que l’explication de la fin, si elle est, d’un point de vue strictement dramatique, très bien foutue, me parait peu crédible et un peu tirée par les cheveux…

15/01/2006 (modifier)
Par Ro
Note: 4/5
L'avatar du posteur Ro

Il a fallu que je relise une deuxième fois en profondeur cette BD pour vraiment l'apprécier à sa juste valeur. A ma première lecture, j'avais été très rapidement séduit par le début de l'album. L'allusion à La Guerre Eternelle est flagrante et le clin d'oeil est assuré avec le nom du narrateur, Simon Haldeman. On reconnait aussi un décor proche de Starship Troopers avec la même critique de la guerre. La narration, justement, est bonne et dès la première page, on plonge dans l'ambiance absurde et forte d'une guerre déshumanisée où les soldats sont les pions d'officiers loin du champ de bataille. Le récit de la désertion de ces quatre soldats est efficace et bien mené. Le mystère qui grandit ensuite lors de leur périple m'a facilement captivé et intéressé. Par contre, m'attendant à une chute forte et surprenante, j'ai été un peu déçu par le dénouement car je m'attendais à quelque chose de plus original et ingénieux que cela. En outre, il me manquait des données pour comprendre quelques plages d'ombre dans l'intrigue que je considérais comme assez illogiques au final. J'ai donc aussitôt relu le tout en m'attardant sur chaque dialogue, chaque détail d'image, sur cette métaphore des stratégies comparées des chiens de guerre et des abeilles. Les illogismes ont disparu, les plages d'ombre se sont éclaircies à quelque détail près (les peintures rupestres et le scaphandre de Krell), et la fin m'a paru soudainement nettement plus forte et réussie par sa narration et son symbolisme. A côté de cela, le dessin n'est pas aussi bon que je l'aurais espéré. Parfois un peu difficile à déchiffrer, j'apprécie surtout très peu sa colorisation. Néanmoins, je l'ai trouvé efficace et collant très bien à la forme de narration et d'histoire. Le réalisme de ses personnages entre autres, ajoute beaucoup à la force narrative. Cette BD est intelligente, bien menée, relativement originale et surtout a la très grande qualité de tenir excellemment bien en un simple one-shot. Une bonne BD de SF sur le thème de la guerre.

26/12/2005 (modifier)