Le Complexe du chimpanzé

Note: 2.88/5
(2.88/5 pour 33 avis)

Paradoxe temporel et NASA...


BoDoï Conquête de l'espace La Lune Mars Voyages dans le temps

2035. Une étrange capsule spatiale s'abîme dans l'Océan Indien et est récupérer par l'US Navy. Lorsque les deux rescapés déclinent leur identité, ils sont immédiatement mis au secret. Hélène Friedman est chargée de les interroger. Elle doit bientôt se rendre à l'évidence, les deux prisonniers sont bien Neil Armstrong et Buzz Aldrin. mais alors, qui sont les hommes revenus de la mission Apollo, 64 ans plus tôt ? Une mission lunaire est organisée pour percer ce mystère. Hélène s'engage pour une mission qui l'emmènera bien au-delà de ses espérances.

Scénariste
Dessinateur
Editeur
Genre / Public / Type
Date de parution Avril 2007
Statut histoire Série terminée 3 tomes parus
Couverture de la série Le Complexe du chimpanzé
Les notes (33)
Cliquez pour lire les avis

15/04/2007 | Spooky
Modifier


Par sloane
Note: 3/5
L'avatar du posteur sloane

Une série dont je dirais qu'elle est sympa, ça veut dire que l'histoire se lit sans déplaisir, ça avance gentiment mais en aucun cas cela ne révolutionnera le genre. Le premier tome est prometteur, les astronautes d'Apollo XI se retrouvent bien vivants sur Terre bien des années plus tard. Le pitch est savoureux, il faut l'avouer. Et puis tranquillement, gentiment, l'ensemble se délite doucètement , la mère et la fille vont elles se retrouver? Bientôt vient s'ajouter à cela se que l'on subodorait à savoir le fameux voyage dans le temps! Sachez Messieurs les auteurs que c'est quand même le sujet casse-gueule par excellence! Soit vous noyez vos lecteurs sous des tonnes de discours pseudo ou véritablement scientifiques et personne n'y entrave que dalle, soit vous faites dans le genre à l'arrache et vogue la galère, braves gens démerdez vous avec les failles spatio-temporelles! Ici, ben je sais pas trop. Et puis il y a le troisième tome, personnellement j'aurais bien aimé comprendre ou savoir d'où venait ce vaisseau gigantesque; Finalement je reste sur ma faim et le twist final qui reprends le début du tome 1 ne m'a pas convaincu plus qu'il ne faut. Un petit mot sur le dessin qui pour une fois ne m'a pas paru trop informatisé, Ponzio s'en sort ici plutôt bien. A découvrir à l'emprunt pour voir si l'achat est vraiment nécessaire.

03/02/2015 (modifier)
Par Gaston
Note: 3/5
L'avatar du posteur Gaston

Encore une série qui commence bien et qui finit moyennement ! Je ne suis pas un grand fan de science-fiction, mais ce scénario m'a rapidement captivé. Je voulais absolument savoir le mystère autour des astronautes et le scénariste sait comment faire des péripéties captivantes. Sauf que le troisième et dernier tome ne contient pas assez d'explications pour me satisfaire. Je ne suis pas certain d'avoir compris pourquoi il se passe des phénomènes hors du commun et j'ai un peu l'impression que la fin se termine en queue de poisson. Le dessin est pas mal sauf pour ce qui est du visage des personnages. Je les trouve trop réalistes et souvent les émotions que sont censés exprimer les personnages sont ratées.

18/12/2014 (modifier)
L'avatar du posteur Noirdésir

Voilà une série de Science-Fiction qui dispose de quelques qualités. D’abord, même si l’action se déroule dans la deuxième moitié du XXIème siècle, on n’a pas cherché à créer artificiellement un monde très différent du nôtre. L’univers terrestre est quasi contemporain, seul le voyage vers Mars est réellement « futuriste ». Cet ancrage dans une réalité compréhensible, crédible, palpable pour le lecteur contemporain est un plus pour cette série. Par ailleurs, le début de l’histoire est assez bien amené je trouve, et le suspens habillement entretenu, disons environ jusqu’à la fin du deuxième album. Mais à partir de là, si l’histoire se laisse lire sans problème, c’est sûr, je reste clairement sur ma faim. En effet, sans trop rentrer dans les détails pour ne pas spoiler, j’ai un peu l’impression que Marazano ne savait pas trop où il allait, et qu’il a empilé des aventures, des faits, des personnages, avec peut-être l’idée d’établir une cohérence à un moment ? Mais ce moment n’est hélas jamais venu : pas d’explication globale sur les événements relatés, ni sur la disparition de certains membres des différents équipages. Nous sommes lancés en fin de lecture à bord d’un gros point d’interrogation, dans le vide intersidéral… C’est vraiment dommage, car le scénario est au départ assez emballant, et a su me faire oublier le caractère improbable de certains faits. Mais au final, je reste frustré par le développement et sa conclusion – qui n’en est pas vraiment une. Le dessin mêle lui aussi qualités et défauts. Il est souvent très bon, mais en parallèle j’ai été parfois gêné par le style, parfois proche de la photographie dans le rendu (je ne sais pas comment Ponzio s’y prend ?). Ce n’est pas trop ma tasse de thé. La note globale est donc une moyenne masquant enthousiasme et déception. Le complexe du chimpanzé est tout de même une série à découvrir. Il aurait fallu que les auteurs « soignent leur sortie »…

25/06/2014 (modifier)
Par Miranda
Note: 2/5
L'avatar du posteur Miranda

Le graphisme façon photo redessinée n’est pas ce que je préfère, mais c’est finalement plutôt bien passé sur cette histoire de S.-F., bien qu'un graphisme classique m'aurait été plus agréable. Ce qui coince réellement c’est plutôt le scénario, car si les débuts sont accrocheurs et plein de suspense, l’histoire est un peu longuette pour arriver à une chute que tourne en rond, se refermant sur elle-même et n’expliquant rien, on dirait un scénario de Stephen King, on se démerde avec la fin, à nous de la faire, c’est un peu cher payé non ? De plus, la gamine est assez énervante avec son jeune âge et ses réflexions d’adulte. Ils sont tous super intelligents dans cette B.D. mais il faut dire que ça ne les mène pas bien loin, à part six pieds sous terre.

20/06/2014 (modifier)
Par Puma
Note: 2/5

Que dire d'une série dont le développement vous a plu avec un excellent commencement, et dont la chute se termine quasi en queue de boudin. Je me suis assez vite habitué au graphisme qui ressemble plus à de la photo redessinée qu'à du dessin de talentueux dessinateur, avec un rendu final non déplaisant. Au final, entre deux et trois, je penche tout de même un peu plus vers le 2. Je crois qu'il vaut mieux emprunter le chemin inverse, commencer éventuellement médiocrement et, après un bon développement, avoir une chute d'anthologie, que ce que nous avons ici. Je ne regrette néanmoins pas la lecture de la série.

11/01/2012 (modifier)

J'étais un peu réticent sur le dessin au début, mais comme c'est un style très original, j'ai voulu me donner une chance d'en profiter : on ne sait jamais, peut-être qu'après quelques planches... Le travail sur les personnages, réalisé à partir de photographies, est intéressant mais présente le même inconvénient que les romans-photos : l'image paraît figée. Paradoxalement, il semblerait que l'œil d'un dessinateur rende souvent le mouvement de façon bien plus réaliste qu'un objectif ! L'intégration des personnages dans les décors est parfois bizarre car les styles graphiques sont différents. Malgré ces critiques, beaucoup de cases sont belles et on ne peut que saluer cette expérimentation. En pratique, le dessin ne m'a pas dérangé mais pas totalement séduit non plus. Niveau scénario, j'ai été tout de suite transporté tambour battant. C'est très mystérieux et en même temps on sent que ça va tenir debout. Hélas... Ma première déception est survenue au tome 2, planche 36. À mon avis, en science-fiction, il y a deux écoles : soit on ne donne pas de justification scientifique (par exemple "on peut se déplacer plus vite que la lumière, c'est la règle du jeu et c'est tout, voyons quelle histoire on peut faire avec ça"), soit on en donne une et on la blinde assez vigoureusement, on la développe, on en explore les tenants et les aboutissants, etc. (hypothèses de multivers, etc.). Ici, première méfiance. Qui malheureusement, se justifie au tome 3, qui n'apporte aucune réponse, bien au contraire. Par ailleurs, la relation entre l'astronaute et sa fille m'a semblé un peu plaquée sur l'histoire, apporte peu et finalement semble un peu parasite du fil principal de la narration. Bref, cette série n'est pas mauvaise mais je reste très déçu après un premier tome, et en partie un deuxième, qui m'avaient semblé si prometteurs.

11/01/2012 (modifier)
Par Y
Note: 2/5

Même avis que maelle. Les deux 1er tomes sont sympas. L'intrigue est intéressante. Mais le dernier tome n'apporte aucune réponse (mais alors rien du tout :(!) aux nombreuses questions que l'on se pose lors de la lecture. Ca ne vaut pas le cycle La Guerre Eternelle ou bien Universal War One. Heureusement, j'ai emprunté ces albums !

21/03/2011 (modifier)
Par maelle
Note: 2/5

Bon bon bon bon.... Que dire de cette série, qui s'avérait pourtant prometteuse... Je dois dire que le dessin ne me plait pas trop... Si les personnages en eux-mêmes sont bien dessinés, et très réalistes (un peu trop peut-être), j'ai trouvé leurs expressions souvent à côté de la plaque. Idem pour tout ce qui est mouvement, action, cela m'a paru figé, pas du tout fluide (particulièrement dans le dernier tome...). Par contre, les décors me plaisent beaucoup plus... En ce qui concerne l'histoire, les deux premiers tome se tiennent assez bien, même si on ne comprend pas grand chose lors de la première lecture. Il faut les relire attentivement 2 ou 3 fois pour commencer à comprendre quelque chose ! Quant au tome 3, et bien pour ma part c'est le plus décevant. Nous n'avons rien de nouveau, on retombe sur ce qui a déjà été dit dans les deux premiers tomes, probabilité de présence etc... J'ai trouvé le concept assez sympa, de présenter ce complexe du chimpanzé dans le contexte de l'aventure spatiale, mais je trouve que ça n'a pas abouti... Comparé à d'autres BD sur le sujet espace (Universal War One, La Guerre Eternelle), je trouve que c'est trop faible....

25/11/2010 (modifier)
Par cac
Note: 3/5

Assez amateur de science-fiction, et au vu des couvertures que je trouve assez réussies et attirantes, cette série avec Marazano au scénario me faisait de l'œil. Elle évoque dès les premières planches l'arrivée sur Terre d'une capsule spatiale inconnue, et qui plus est habitée. On commence à voir venir non pas le complexe du chimpanzé mais le syndrome de la planète des singes. Sur le plan des dessins pour commencer, ils sont assez proches du style de Christophe Bec sur « Sanctuaire » par exemple avec un rendu très réaliste. De mon point de vue ils sont réussis même si on pourra reprocher parfois quelques mauvais choix de couleurs ou encore des personnages plaqués sur un fond vert sans décor et sous une perspective étrange dans quelques cases. La technique semble inspiré de photographie, ça m'a surtout sauté aux yeux dans les scènes à la marina, les personnages ont leurs traits un peu souligné mais les arrières-plans très peu. Pour autant le dessin participe à rendre crédible et palpable cette conquête martienne, les paysages y sont sublimes. Ensuite l'histoire en elle-même nous appâte dans le premier tome, on mord à l'hameçon et on se dit que c'est trop énorme. Comment le scénariste va-t-il amener la suite pour donner un semblant d'explication scientifiquement à peu près crédible à tout ceci ? Je raconte un peu l'intrigue dans les paragraphes qui suivent. J'ai trouvé quelques raccourcis un peu facile. Je conçois qu'on ne dispose que de 48 pages par album mais pour un récit qui s'étale sur des années, on a par moments le sentiment de sauter d'une action à une autre un peu trop rapidement. Dans le premier tome alors que la NASA a coupé les crédits, au même titre que les autres grandes nations spatiales ont mis au ralenti leurs programmes spatiaux, on décide d'aller voir ce qui se passe sur la Lune en donnant au lecteur l'impression que la décision politique a pris une poignée d'heures. Douze jours plus tard on décollait, au passage l'héroïne n'a même pas pris le temps de contacter sa fille. Puis suite à ce qu'on y trouve – je n'ai d'ailleurs pas trop compris ce que faisait un message des russes à bord de la capsule Apollo XI à cet endroit – hop tout l'équipage décide de prendre la direction de Mars. Une fois là-bas, nos amis découvrent que les russes avaient conquis Mars alors que les américains se sont contentés de faire 3 pas sur la Lune, ah les petits joueurs ! Les russes eux ont construit un vrai complexe, font pousser des plantes et tout le tralala. Un des personnages s'étonne d'ailleurs : « mais comment ont-ils fait pour acheminer tout ça avec les moyens qu'ils avaient ? » Bah oui comment ? Cela m'intéresse aussi, on peut rappeler que Mars se situe à 55 millions de kilomètres de la terre, ça fait une paille. De même, que fait Gagarine dans sa caverne, sans parler du fait qu'il devrait avoir plus de 100 ans, serait-ce un spectre ? Pourquoi les astronautes revenus sur Terre se transforment en vieilles momies ? Pourquoi il semble y avoir plusieurs instances d'une même personne ? C'est quoi l'énorme vaisseau qu'on voit dans le tome 3 ? Le postulat de base est intéressant mais quand on y réfléchit un peu, qu'on essaie d'associer une logique à tout cela, on a plein d'éléments incohérents qui nous sautent au visage et plein de questions sans réponse. Ce n'est pas le principe d'incertitude qui va étancher ma soif de réponses. Marazano est très doué pour s'ancrer dans des récits historiques, le passage où il parle du programme russe pour Mars et ces commanditaires ou de la fausse mort de Gagarine, on a envie d'y croire mais il reste plein d'autres faits trop gros. En fin d'ouvrage on le sent venir la boucle est bouclée, et alors le digestif : le destin de la petite fille est encore une dernière pantalonnade. Bref dommage, on s'est attaché à faire une histoire sur un mythe avec des bouts de sentiments dedans mais sans cohérence interne. Je laisse néanmoins une note moyenne car j'ai passé globalement un bon moment de lecture même si l'ensemble est un peu frustrant.

30/08/2010 (modifier)
Par Ro
Note: 3/5
L'avatar du posteur Ro

Un scénario SF original, intéressant et mystérieux, voilà qui était prometteur. Le dessin de cette BD n'est pas mauvais mais pas trop ma tasse de thé. J'apprécie en effet moyennement son style photo réaliste relativement sombre. Cela m'a donné l'impression que l'auteur cherchait volontairement à éviter les détails, peut-être pour plus de facilité. En outre, les visages sont étranges, comme s'ils étaient recopiés à partir de photos. Ils apparaissent différents du reste du corps, comme en décalage, et souvent proportionnellement trop gros ou mal placés par rapport au corps. Malgré ces reproches, ce n'est pas franchement moche, la narration graphique est réussie et j'ai apprécié les décors futuristes et spatiaux. Le récit m'a vraiment capté dès le départ. Amateur de SF, d'intrigues complexes et de mystères étonnants, j'ai été assez gâté. L'histoire est bien construite et donne fortement l'envie de savoir la suite. Au rayon des défauts, j'ai trouvé le développement un peu brusque et un peu facile sur la fin du premier tome, quand la mission lunaire se transforme en un claquement de doigt en mission martienne. J'ai également trouvé bizarre le comportement très (trop) mature de la fille de l'héroïne : ses dialogues sont ceux d'une jeune adulte à mes yeux, ça parait étrange, même pour une enfant qui a appris à vivre toute seule. Par contre, c'est cette même enfant qui permet de dégager des émotions fortes et la cruauté des voyages spatiaux quand on laisse des êtres aimés derrière soi (cette même douleur était d'ailleurs mise en scène dans la Guerre Eternelle). Etant père d'une petite fille moi aussi, ça m'a serré la gorge à l'idée de la laisser seule pour autant d'années. Les mystères et les découvertes incroyables vont se succéder et s'additionner sur la longueur des trois tomes qui forment cette série. Malheureusement, aucune explication ne viendra les expliquer, si ce n'est une maigre théorie évasive et un peu fourre-tout. C'est peut-être mieux pour éviter une explication bancale, mais on se retrouve tout de même avec beaucoup trop d'évènements incroyables qui ressortent comme de faciles ficelles scénaristiques, des ajouts gratuits histoire d'épater le lecteur et de faire monter la mayonnaise. La fin de cette série est donc frustrante. Pas foncièrement mauvaise, mais elle n'a pas réussi à sublimer le reste du récit qui du coup me parait trop artificiel pour réussir à me charmer davantage que la simple curiosité de première lecture. Dommage, pour une fois que des auteurs français avaient choisi d'aller aussi loin dans la SF et le Fantastique, tout en restant à peu près réalistes, j'aurais aimé que leur scénario se tienne davantage de bout en bout.

03/08/2007 (MAJ le 22/09/2009) (modifier)