Sanctuaire

Note: 3.7/5
(3.7/5 pour 91 avis)

Savant mélange d'exploration archéologique, de science fiction et de X-Files.


Christophe Bec Diables et démons École européenne supérieure de l'image L'horreur en bande dessinée Les Humanoïdes Associés Les Meilleures Trilogies Les sous-marins Sous la mer

Années 60. L’union soviétique investie des moyens considérables dans l’élaboration d’un sous marin d’exploration. Il ne transporte presque pas d’armes, mais est renforcé de manière à pouvoir supporter les pressions de profondeurs jamais atteintes. La mission ? Un mission archéologique de la plus haute importance. Mais elle échoue, tellement près du but. Années 2050 : Au large des côtes syriennes croise le USS Nebraska, sous-marin nucléaire américain porteur des technologies les plus avancées. C'est durant cette paisible mission de surveillance qu'est découverte l'épave du vieux sous-marin soviétique gisant à proximité des vestiges d'un gigantesque sanctuaire. Le commandant décide d'envoyer deux équipes en reconnaissance. Tandis que celle chargée d'explorer le sous-marin russe revient rapidement, l'équipe partie dans le sanctuaire disparaît. La décision est prise d'aller récupérer les hommes manquants avant de regagner la surface. C'est alors que certains membres de l'équipage commencent à présenter des troubles psychologiques, et qu'une mystérieuse épidémie se déclare à bord.

Scénario
Dessin
Couleurs
Editeur
Genre / Public / Type
Date de parution Juin 2001
Statut histoire Série terminée 3 tomes parus

Couverture de la série Sanctuaire © Les Humanoïdes Associés 2001
Les notes
Note: 3.7/5
(3.7/5 pour 91 avis)
Cliquez pour afficher les avis.

05/08/2001 | Alix
Modifier


Par Cleck
Note: 2/5
L'avatar du posteur Cleck

Vos avis m'avaient convaincu de me plonger dans cette série, l'idée de lire une BD s'inspirant des films Abyss/Alien me bottait vraiment. C'est en effet le cas, mais le récit est fort mal construit : des personnages peu identifiés, la montée en tension bien mal orchestrée, un fantastique très vite éclairci quand l'idéal aurait été de jouer avec le doute et le basculement progressif vers l'irrationnel. Partie loupée ; demeure un récit horrifique plutôt bien illustré côté décors, nettement moins côté personnages, mais un récit fort peu habilement mené. Dommage.

08/11/2022 (modifier)
Par Borh
Note: 4/5
L'avatar du posteur Borh

Série assez ancienne aussi mais mieux vaut tard que jamais. Une histoire très Lovecraftienne dans un sous-marin et une cité antique sous-marine. C'est très bien, je pense même que ça pourrait faire un bon scénario de film. Les planches sont assez denses beaucoup de cases et de textes. Les dessins de style assez réaliste font le taf. Je ne vois pas comment on n’aimerait pas cette BD si on aime Lovecraft.

24/04/2022 (modifier)
Par Cacal69
Note: 3/5
L'avatar du posteur Cacal69

Je suis moyennement convaincu par ce triptyque. Un scénario qui mélange Alien, Abyss et H.P. Lovecraft. Un récit qui mélange aussi les époques, 2029 et des flash-back en 1957 et 1945. Un début d'histoire dense, avec une montée en puissance de l'intrigue et du suspens. Justement une intrigue qui s'oriente sur un fantastique horrifique en s'appuyant sur une ancienne civilisation mésopotamienne, une période de l'histoire que j'affectionne particulièrement. Tout était réuni pour que je passe un agréable moment de lecture et il le fût jusqu'au dénouement qui m'a déçu avec sa porte grande ouverte sur ..... mon imagination, trop facile. Une narration pas toujours maîtrisée, le passage d'une action à l'autre n'est pas toujours évident à suivre. Des personnages aux profils et aux passés différents, ils sont intéressants bien qu'assez classiques, une belle brochette de soldats. Le dessin de Christophe Bec pénalise le récit sur un point, j'ai moi aussi eu des difficultés à reconnaître les personnages et faire des retours en arrière pour savoir qui est qui, je déteste. Par contre il maîtrise les décors, ils sont bluffants. Des doubles pages magnifiques. Une colorisation très sombre et sans elle on perdrait ce climat oppressant et tant pis pour la lisibilité. J'adore ce type d'ambiance. De l'aventure, du fantastique et la mer comme terrain de jeux, un cocktail que je recommande malgré ses défauts.

05/04/2022 (modifier)
Par Josq
Note: 4/5 Coups de coeur expiré
L'avatar du posteur Josq

Me voilà soulagé, extrêmement satisfait et tout de même un peu déçu. Soulagé d'avoir apprécié, satisfait d'avoir lu une saga si qualitative et légèrement déçu de ne pas avoir pu monter à 5/5, alors que ce n'est pas l'envie qui manque... Après Le Troisième Testament, énorme déception pour ma part, j'étais plus que dubitatif au moment de me lancer dans une autre saga ésotérique signée Dorison. Hé ben je crois qu'il a pris sa revanche ! Et ça fait rudement plaisir ! Tout est génial, dans Sanctuaire. En tous cas, c'est tout ce que j'aime. Un récit d'exploration sous-marin sur fond d'archéologie antique, l'ombre historique des fanatiques nazis et soviétiques, un mystère ésotérique à percer, une tension énorme, un dessin très élégant, et surtout... de l'horreur ! Mais alors là, de la pure, de la vraie horreur. Je ne pensais pas qu'une bande dessinée pouvait effrayer son lecteur comme un film d'horreur peut liquéfier son spectateur, mais là, c'est vraiment bien fait. Alors bon, on n'est pas du tout au niveau des meilleurs films d'horreur (la sacro-sainte trinité Insidious, Conjuring, et Sinister, pour moi), mais il y a beaucoup de scènes où la tension est palpable et où il est possible de ressentir un suspense particulièrement haletant. Bon, après, j'avoue que je flippe beaucoup plus facilement quand l'antagoniste est un démon plutôt qu'un extraterrestre ou un tueur en série, forcément. N'empêche, ici, il y a des pages que j'ai trouvé remarquables dans la construction du procédé horrifique... Au scénario, Dorison s'est donné du mal, c'est impressionnant de le voir pousser sans cesse ses personnages jusque dans leurs retranchements et les mettre face à de terribles dilemmes. L'atmosphère du huis-clos est évidemment la condition qui permet à ces dilemmes d'être particulièrement efficace (tout comme l'horreur), mais indépendamment de ça, les personnages sont globalement bien écrits, et surtout, Dorison ne va jamais trop loin dans le pathos (alors qu'à certains moments, on le craint). On est littéralement embarqué à leurs côtés, et on ne peut plus s'arrêter de tourner les pages, jusqu'à entrevoir la fin de cette odyssée maléfique. Bon, parlons-en, de la fin, justement ! Je ne vais pas être original, mais comme mes prédécesseurs, je dois dire que j'ai été déçu par la confusion narrative de la fin. Cette confusion intervient régulièrement dans le récit, d'ailleurs, il y a plusieurs moments où j'avais l'impression d'avoir raté un truc et où j'ai dû relire pour essayer de comprendre qui parlait à qui, etc. Mais là, en choisissant une fin aussi ouverte, Dorison prend le risque de se mettre à dos tous les lecteurs. En tous cas, malgré l'onirisme des 3 dernières planches, qui donne à la saga une conclusion belle et apaisée, j'ai été frustré de ne pas savoir à quoi m'en tenir sur la fin en elle-même (les personnages ont-ils réussi leur coup ou non ?). A mon avis, c'est une erreur. Puisqu'on en est aux points négatifs, je remarque comme tout le monde que si le dessin de Christophe Bec est vraiment beau, il y a de nombreux moments où on n'arrive pas à identifier les personnages, soit parce que leurs visages ne sont pas assez marqués pour qu'on les reconnaisse, soit parce que le dessinateur abuse volontiers des jeux d'ombres. Cela ne remet nullement en cause la beauté graphique de cette saga, et là, pour le coup, je dis chapeau ! Je n'accroche pas toujours au style ultra-réaliste, mais là, j'ai trouvé ça somptueux. Il faut dire que la mise en scène de certaines planches est parfaite. Christophe Bec réussit à mettre en scène l'immensité oppressante des profondeurs comme Ridley Scott l'espace menaçant, et les séquences d'exploration du sanctuaire sont absolument brillantes, tant on a l'impression d'être tout aussi égaré dans la pénombre que les personnages, tout en nous donnant juste ce qu'il faut pour voir et comprendre l'action. Hormis certains moments où la colorisation informatique nous sort un peu du récit, il y a là un somptueux travail. Bref, pour moi, Sanctuaire est à peu près l'équivalent en BD de Abyss et d'Alien. C'est visiblement ce qu'a voulu Xavier Dorison, et ça fait plaisir de voir qu'il a totalement réussi à atteindre son but. En tous cas, en ce qui me concerne, c'est un coup de cœur aussi énorme que quand j'ai découvert les deux films mentionnés ci-dessus, et je la relirai avec plaisir ! J'ai déjà hâte de m'y replonger...

06/01/2022 (modifier)
L'avatar du posteur Noirdésir

J’ai encore relu cette série pour l’aviser. C’est qu’elle m’avait un peu impressionné à sa sortie. C’est encore le cas aujourd’hui, même si elle traine quand même certains défauts. D’abord, Dorison a su bâtir un scénario plus que prenant ! Pas forcément hyper original. En effet, il pique des influences un peu partout. Des films comme Abyss ou Alien pour les ambiances. Mais aussi une flopée de films, BD jouant sur les dieux anciens, les malédictions réveillés par le hasard et des explorateurs. Mais c’est bien fait, bien sombre, bien flippant, Dorison ayant construit, étape par étape, une ambiance oppressante, faisant monter la tension, ajoutant, scène par scène, des touches plus ou moins angoissantes. Et le dessin de Bec, très sombre, jouant lui aussi sur la noirceur, l’obscurité des grands fonds et des grottes immenses, est tout à fait raccord avec l’ambiance créée par Dorison. Mais le problème de ces intrigues alambiquées, qui jouent sur une surenchère, sur des vagues successives de montées d’angoisse et de tension, c’est qu’au bout d’un moment, on a du mal à retomber sur ses pieds, car il faut bien « finir » l’histoire. Et c’est là que le bât blesse un peu. En effet, je trouve que le troisième tome, sur la lancée des premiers, peine à trouver une fin « crédible ». Et la chute reste un peu maladroite, très – trop ? – ouverte ? Autre bémol : le dessin de Bec, certes sombre à souhait, l’est sans doute parfois trop, la lecture de certaines cases étant de ce fait rendue difficile. D’autant qu’il y a une foule de personnages à suivre dans ce quasi huis clos, et qu’ils sont parfois difficilement reconnaissables, distinguables les uns des autres. J’ai dû du coup parfois faire quelques retours en arrière pour suivre et comprendre certaines péripéties. Mais voilà, malgré ces défauts et une fin qui m’a un peu déçu (mais pouvait-il en être autrement ?), la lecture de ce triptyque reste quand même agréable. C’est globalement du travail bien fait, et l’une des meilleures séries du genre.

02/09/2019 (modifier)
Par peckexcel
Note: 2/5

En temps normal ça mériterait un 2.5/5 mais guère plus, j'arrondis à 2 car il y a beaucoup trop de bonnes critiques , oui oui c'est injuste et j'assume ! Trêve de bavardage: une note moyenne pour une série moyenne.... En fait j'ai l'impression d'être devant un téléfilm catastrophe ou d'horreur de M6 (je suis un peu dur, mais n’empêche, on en est pas loin : un direct to vidéo alors), où tout est joué à l'avance. Et c'est tout le problème, alors oui c'est plutôt bien mené mais c'est d'un classicisme! On a l'impression d'avoir vu ça 100 fois. Et le problème est qu'en bd c'est plutôt rare, mais on est tellement abreuvé de ce genre de scénario que là, ça ne m'a fait ni chaud ni froid. Au niveau des dessins je suis partagé : les décors sont superbe, et l'ambiance de la caverne et même la créature est sympa mais les personnages je n'aime pas du tout (après c'est une question de goût, je ne pense pas être sensible à ce type de dessin). Tellement prévisible sans surprise, en un mot quelconque et c'est dommage car l'aventure pure et dure est tellement sous traitée en bd. Un exemple concret : on voit trop peu la créature comme dans un dtv où par manque de budget on ne la verrait que pendant les 15 dernières minutes! Y a pas besoin de faire cette économie, vous avez bien dessiné le monstre soyez en fier montrez le ! Ne faites pas monter un faux suspense! Vraiment dommage !

29/05/2017 (modifier)
Par sloane
Note: 3/5
L'avatar du posteur sloane

Voilà une BD sanctuarisée par beaucoup! Pas de résumé de l'histoire donc, mais juste quelques remarques qui iront dans un sens ou dans l'autre. Les visages d'acteurs célèbres, ben ça m'agace un peu, rien à voir avec eux, les acteurs, mais je trouve qu'il aurait été intéressant de faire dans l'inédit, à moins d'avoir déjà des contacts avec les studios hollywoodiens pour un film à venir. Si encore ces visages se ressemblaient d'une case à l'autre, mais ce n'est même pas toujours le cas. Bon d'accord avec un effort de concentration c'est lisible mais un poil pénible. A part ce détail technique le reste est du tout bon, le sous marin au milieu des falaises rocheuses, et surtout quelques vues en pleines pages de la cité engloutie, c'est vraiment au top. L'histoire, ben oui ça sent le gros blockbuster, mais c'est quand même pas mal foutu; les personnages sont fouillés et l'ambiance claustro du sous marin est bien rendue. D'accord il y a quelques failles scénaristiques mais elles ne m'ont pas perturbées plus que cela. En fait tout ce tient, mais la fin j'ai pas tout pigé! Il est ou le gars? au paradis? dans une hallucination? à la fin du monde et de retour chez lui? Ca m'a gâché le truc, je me croyais moins bête!

09/09/2014 (modifier)
L'avatar du posteur Michelmichel

J'essaye, et essaye encore, mais impossible pour l'instant qu'un récit de Dorison trouve grâce à mes yeux...Et pourtant, j'avais débuté ma lecture sans aucun a priori. Je reproche surtout à cette série son côté "Blockbuster Hollywoodien", j'avais vraiment l'impression d'être face à un scénario d'un film catastrophe passant sur NT1. Les ennuis s'enchainent, de vraies guignes, pires les unes que les autres, mais, bien évidemment, l'équipe garde le moral, et, il y a toujours quelqu'un pour trouver la solution à la dernière minute, toujours une bonne âme pour se sacrifier. Quoi de plus simple pour un sous-marinier que de déchiffrer les secrets que recele un manuscrit ougaritique datant de plusieurs millénaires ? Notre personnage principal avait sans doute fait ougaritique en LV1 au collège. [SPOILER] Quoi de plus normal pour l'équipage d'un sous marin de remonter à la surface d'un océan et d'y trouver une terre dévastée ? Nos bonshommes n'ont pourtant pas l'air surpris le moins du monde... [FIN DU SPOILER] J'ai parfois eu du mal à suivre l'action, à reconnaitre les noms et les visages, à comprendre les réactions des personnages. Les enchainements ne sont pas toujours réussis. Concernant le dessin, il est honorable, mais je relève pourtant une séquence qui m'a étonné: la disparition des lunettes de notre personnage principal sur une case !! Je me suis dit, bon, ben c'est pas grave, elles ont pas disparu, il doit les avoir prises en main...Sauf que ses mains sont déjà occupées à soulever une lourde pile de livres....what the fuck?? Au final, beaucoup d'esbrouffe pour un scénario qui tourne autour d'une idée principale, mais très mal mise en oeuvre, en action, et en valeur, comme d'habitude avec les histoires pondues par Dorison, spécialiste en la matière. (294)

30/06/2014 (modifier)
L'avatar du posteur Agecanonix

Tout le début est mystérieux avec ses 2 prologues ; c'est le genre de séquences qu'on voit aussi aujourd'hui au cinéma : on nous balance des scènes dont on ne comprend pas immédiatement la signification et qui deviennent claires au milieu du récit lorsque l'intrigue renvoie dessus. Je n'aime pas trop les débuts d'histoire utilisant ce procédé, mais c'est la tendance actuelle. A partir d'un canevas déjà employé et vu dans plusieurs films "sous-marins" à découvertes étranges, Dorison et Bec installent un suspense efficace, un ton mystérieux et flippant qui se nourrissent de films comme Abyss, Sphère ou Abîmes (je trouve ce dernier très proche de l'univers développé ici) ; il y a aussi un évident côté Alien dans cette Bd, surtout lors de la découverte de la grotte marine et du sous-marin russe. Le dessin un peu sombre contribue à l'angoisse, le côté aéré et les grandes cases ainsi que certaines pleines pages ou double-pages compensent l'aspect confus qui peut se dégager par endroits, c'est en tout cas un style bien adapté à ce type de récit, le graphisme spécial me rappelant certaines Bd de Clavé, mais il comporte quelques défauts, notamment des visages trop ressemblants ou très différents (le commandant a parfois la tronche de l'acteur Scott Glenn, parfois il ne l'a plus, et j'ai cru reconnaître un physique à la Johnny Depp sur un autre personnage), ceci gêne un peu la lecture déjà qu'on doit retenir les noms d'un tas de mecs dans cette expédition (qui a lieu en 2029 et non en 2050 comme précisé en galerie)... Seule la fin gâche un peu l'ensemble, elle est trop vague, trop laissée à la disposition du lecteur qui doit comprendre ce qu'il veut. En définitive, ce n'est pas tant l'histoire en elle-même qui est intéressante (car déjà vue surtout au ciné), mais plutôt l'ambiance oppressante qui s'en dégage, car tout ce qui prend pour décor les fonds abyssaux est par définition flippant en jouant sur la peur de l'inconnu ; de ce côté-là c'est réussi, mais heureusement que la série est traitée en triptyque, car elle est un peu fatigante à lire.

22/05/2014 (modifier)
Par DamBDfan
Note: 2/5
L'avatar du posteur DamBDfan

Et allez encore une…Bin ouais, encore une série qui démarre très bien mais une fois la lecture bouclée, on a l’impression de ne plus rien comprendre. Je déteste les fins ouvertes où l’auteur préfère que le lecteur conclu ce que bon lui semble. Ca donne l’impression que le scénariste ne sait pas trop où il va et qu’il ne se foule pas à trouver une bonne fin cohérente, préférant laisser le lecteur se démerder. Bref, ça me barbe plus qu'autre chose. J’aime connaître une seule et vraie fin, celle que l’auteur a dans sa tête. "Sanctuaire" est une série pas facile, complexe où la narration parfois confuse (spécialement dans le tome 3) part un peu dans tout les sens. Faut s’accrocher. Le défaut le plus énervant vient du fait que les personnages abondent et se ressemblent beaucoup trop. On a parfois du mal à différencier qui fait quoi et qui est qui, c’est fatiguant. La chose la plus réussie est incontestablement l’ambiance très oppressante, flippante, abyssale des fonds marins,....Il y a de bonnes idées et la sensation de peur bien restituée. Une histoire de dingue qui mérite malgré tout d’être découverte.

11/01/2014 (modifier)