Connectez-vous pour cacher cette bannière publicitaire - Commander en ligne : pourquoi BDfugue ?

Le Troisième Testament

Note: 3.91/5
(3.91/5 pour 128 avis)

Le troisième testament est un texte mythique confié par Dieu aux évangélistes qui se retrouve au coeur d'une lutte de pouvoir sans merci au coeur de la Chrétienté. La horde de l'évêque Uther le Pourpre et le puissant Ordre templier sont prêts à tout pour mettre la main sur les carnets de voyage de Julius de Samarie, où seraient indiquée la localisation exacte du Troisième Testament.


1300 - 1453 : Moyen Âge et Guerre de Cent ans BD à offrir Esotérisme Glénat Les meilleures séries courtes On en parle... Spiritualité et religion

1307. Pour avoir exhumé un antique reliquaire, les frêres franciscains du couvent de Veynes ont été sauvagement massacrés. L'archevèque d'Elsenor a convoqué son ami le Comte de Marbourg, un inquisiteur tombé en disgrâce, afin de lui confier l'enquête. Les retrouvailles à peine achevées, l'assassinat du prélat a précipité Marbourg et la jeune Elisabeth d'Elsenor au coeur d'un énorme jeu de pouvoir... Un mystère dont la clé se trouverait dans la bibliothèque secrète de Tolède sous la forme d'une copie des documents contenus dans le reliquaire de Veynes...

Scénariste
Dessinateur
Coloriste
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution Juin 1997
Statut histoire Série terminée 4 tomes parus
Couverture de la série Le Troisième Testament

06/07/2001 | Ryle
Modifier


Par Benjie
Note: 3/5
L'avatar du posteur Benjie

Quête mystique, organisations secrètes, assassinats, vengeance, courses poursuites, tous les ingrédients d’une très bonne histoire sont là ! Xavier Dorison et Alex Alice nous plongent au cœur d’un Moyen Age imaginaire et nous entraînent à la recherche des mystérieux carnets de voyage de Julius de Samarie. C’est une histoire dense et complexe, mais malheureusement moyennement crédible par bien des aspects : l’intérêt de la quête en elle-même, l’héroïne sexy, Elisabeth d’Elsenor, et certaines situations comme les courses poursuites d’un bout à l’autre de l’Europe. Pour le reste, mieux vaut rester bien concentré pour suivre les rebondissements à un rythme soutenu. La fin est une sorte d’apothéose grandiloquente. Visuellement, c’est très beau, en particulier les architectures et les paysages de falaises qui restituent parfaitement bien l’atmosphère lourde de tension qui pèse sur ces contrées obscures. A lire, c’est un classique, mais pas exceptionnel pour autant.

15/11/2021 (modifier)
Par fuuhuu
Note: 4/5
L'avatar du posteur fuuhuu

Le genre de série qui laisse perplexe. Je n'ai lu qu'une seule fois la série pour l'instant et je n'ai clairement pas tout compris. Et j'en suis content ! Cela signifie que je vais encore prendre du plaisir en relisant de nombreuses fois. Car si je n'ai pas tout compris, ce n'est pas parce que c'est incompréhensible, c'est parce que le scénario est riche et dense. Il est donc nécessaire d'avoir plusieurs relectures pour saisir tous les tenants et aboutissements du scénario. Maintenant je vous rassure, on comprend très bien l'histoire à la première lecture de manière générale. On sort de la lecture satisfait. Jamais je n'ai réussi à prédire le scénario, tout est bien amené et le dessin est vraiment beau. Et chaque tome est de plus en plus beau visuellement. 3,5 étoiles MAUPERTUIS, OSE ET RIT !

28/08/2021 (modifier)
Par Seube
Note: 3/5
L'avatar du posteur Seube

Après une énième lecture de cette série que je possède en édition intégrale. Dans le cas où le genre « médiéval-esotérico-fantastique » vous plait (rien qu’ça), Le Troisième Testament est indéniablement une série attirante et vaut se pesant de cacahuètes. Pour moi, oui, elle fait très bien le boulot. Je me plais à suivre cette histoire comme une enquête, une enquête assez complexe, qui nous amène peu à peu à la Vérité et à l’Acte jusqu’à la dernière planche. A la 1ère lecture, c’est une montée en puissance incomparable ! Personnellement ce doit être ma 4ème ou 5ème lecture, alors j'aborde la série autrement. En ce qui me concerne, cette série m’apparaissait toujours complexe, il y avait des trucs que je ne captais pas. Par la force de la répétition, je finis enfin par comprendre et garder en tête toutes les explications qui jalonnent chaque étape. Autrement dit, aussi longtemps que des zones restaient obscures, je me plaisais à en apprendre davantage… Mais maintenant que le script est clair comme de l’eau de roche : que me reste-t-il ? L’aventure, l’ambiance, les scènes dramatiques (celle de Trevor est très bien réalisée !), les revirements de situation perpétuels qui font toujours leurs effets, la montée en puissance, le dessin et les pleines pages… J’aime beaucoup le style d’Alex Alice, c’est un grand dessinateur qui sait proposer quelque chose de spectaculaire et très dynamique. Soit dit en passant, j’aimerais bien le découvrir avec un style moins nerveux, avec un rythme plus lent… Ces personnages m’ont toujours l’air énervé et pressé par le récit (je n’ai lu que Siegfried dire ça, Alice étant scénariste pour Julius). Les personnages m’intéressent tous. Les protagonistes sont purement bons, et les méchants sont sans nuance et ont le mérite d’avoir chacun leur caractère vicieux. Dans leur esprit… (lire plus)

29/07/2021 (modifier)
Par DCD
Note: 5/5
L'avatar du posteur DCD

Avec une mise en image qui frôle parfois la mise en abîme, je suis un inconditionnel du dessin (j'avais scanné la couverture du premier tome pour le mettre en fond d'écran) et de son contraste (que d'ombres). Mais le scénario, parfois noir lui aussi, est encore meilleur et l'on suit assidûment toutes les péripéties de tous les enquêteurs à travers l'Europe médiévale très bien représentée. "Le troisième testament" est la bande dessinée ésotérique à relire fréquemment. Comme dit précédemment par un autre intervenant, elle est devenue un classique.

24/11/2020 (modifier)
Par Josq
Note: 2/5
L'avatar du posteur Josq

S’il y a bien un film que je déteste en tant qu’historien de formation, c’est Le Nom de la rose. Historiquement catastrophique, le film de Jean-Jacques Annaud s’amuse à propager sur l’Eglise et le Moyen-Âge une légende noire forgée de toutes pièces par les protestants et les Révolutionnaires dans le but de décrédibiliser l’Eglise et l’Ancien Régime. Cela fait belle lurette que les historiens ont reconnu que cette légende noire était tout-à-fait fantasmée et hors de propos, alors pourquoi la ressasser indéfiniment, maintenant qu’elle est objectivement dépassée ? En lisant Le Troisième Testament, je me rends compte que ce n’est peut-être pas juste Le Nom de la rose que je déteste, mais le genre mystico-ésotérico-médiéval, qui a donné des œuvres innommables tels que Da Vinci Code, dont le seul exploit est de surpasser en connerie Le Nom de la rose (je parle des films, n’ayant pas lu les livres). Bon, maintenant que j’ai réglé mes comptes et que tous mes lecteurs (enfin, ceux de bon sens) se sont enfuis, entrons dans le vif du sujet. Si je n’aime pas le genre ésotérique (même si ce jugement n’est pas définitif, n’ayant pas assez lu/vu d’œuvres du genre), c’est à cause de tous les mensonges historiques qu’il se plaît à multiplier pour des raisons qui m’échappent. J’entends bien tous les discours visant à me dire que puisqu’on est dans des fictions, on peut se permettre de prendre des libertés avec l’Histoire. Soit. Bien sûr, la fiction autorise chacun à faire cavaler son imaginaire et à prendre des libertés avec la réalité. Mais j’estime qu’à partir du moment où on touche à un sujet historique de près ou de loin, tout ce qui se rapporte à ce sujet doit être un tant soit peu rigoureux, ou en tous cas, ne pas faire dire… (lire plus)

30/04/2020 (modifier)
Par Jérem
Note: 4/5

Je viens de relire l’intégralité du troisième Testament que j’avais lu il y a très, très longtemps et dont je ne gardais que peu de souvenirs. J’avais peur d’être déçu par un « dinosaure » de la BD ésotérique tant les éditeurs et les auteurs se sont, depuis, emparés de ce genre très populaire. Et bien non, ça a été une chouette redécouverte ! Le scénario, assez complexe, tient parfaitement la route tout le long de l’histoire. Les bases du genre sont évidemment là (manipulation par l’Eglise des Evangiles, templiers, Inquisition, Vatican occulte) mais les personnages comme les « institutions » sont soignés et intelligemment intégrés dans l’intrigue. On voyage aux quatre coins de l’Europe chrétienne avec plaisir et dépaysement, même si les courses-poursuites sont à la longue un peu répétitives. Les dessins d’Alice sont assez impressionnants, surtout les plans larges sur les villes médiévales. L’action, très présente, est claire et dynamique et les personnages ont de « la gueule », à part le personnage d’Elisabeth que j’ai trouvé assez anachronique et peu utile au récit. Rien de grave néanmoins. Passionnant et divertissant, Le Troisième Testament est une réussite. On n’en attendait pas moins de deux auteurs aussi talentueux.

31/01/2018 (modifier)
L'avatar du posteur Noirdésir

J’ai enfin lu cette série qui trône sur le site dans les immanquables du genre, et qui m’intriguait depuis longtemps. Je n’en ferai pas la série culte que certains ont cru y voir, mais c’est vrai qu’elle possède quelques qualités. D’abord graphiques. En effet, si le trait d’Alex Alice est un peu brouillon je trouve au début, et que certaines cases ne sont pas très lisibles, son dessin s’est franchement bonifié au fur et à mesure de la parution des albums (je ne suis par contre pas convaincu par les couvertures). La construction des planches est parfois spéciale, déconstruisant le classique gaufrier. Cela permet en tout cas à Alice de produire de belles planches quasi pleine page, et/ou de nous gratifier de contre plongées dont il semble être très friand. Et ce d’autant plus que les édifices religieux représentés et les falaises sont forcément chez lui des sortes de gratte-ciel ! A ce propos, c’est incroyable, mais la quasi-totalité des quatre albums se déroule au bord de falaises ou de précipices, sur des balcons en surplomb, au sommet d’édifices religieux élevés… Même les caves sont ici des sortes d’immenses grottes où l’on descend en rappel (ce passage est d’ailleurs plus qu’improbable !). L’histoire en elle-même est assez complexe, et je vous recommande au moins une seconde lecture pour saisir les tenants et aboutissants (certains m’avaient échappé). En effet, même s’il semble clair que Dorison savait dès le départ où il allait, c’est quand même assez chargé en rebondissements, et le sens de l’intrigue ne se laisse pas deviner facilement. D’autant plus que Dorison n’hésite pas à se débarrasser de personnages secondaires auxquels on aurait prédit un meilleur avenir : c’est assez sanglant ! Les relations entre Marbourg et Elisabeth d’Elsenor laissent aussi pas mal de suspens (je m’étais fourvoyé à… (lire plus)

12/12/2015 (modifier)

Le Nom de la Rose a son rejeton en bande dessinée, il s'appelle "le Troisième Testament" ! Et il est proprement fabuleux. Il appartient à cette caste de séries BD de très haut niveau mais qui restent malheureusement assez peu connues en dehors d'un petit cercle d'initiés et de fans. C'est bien simple sans BDTheque je ne l'aurais probablement jamais remarqué sur les rayons de la Fnac... Voici Xavier Dorison (que j'ai connu par le bais d'Undertaker) et Alex Alice ( que j'ai connu grâce au Château des étoiles) conjuguant leurs forces pour nous offrir ce récit empreint d'ésotérisme, lugubre et gothique, s'étalant sur quatre tomes et narrant le grand vagabondage de trois aventuriers dans l'Europe médiévale du début du XIVème siècle, sur fond d'enquête criminelle et de quête mystique. En effet, le dénommé Conrad de Marbourg, ex-inquisiteur accusé naguère de trahison et de satanisme par l'autorité ecclésiastique (et qui se paye la bobine de Sean Connery lorsque ce dernier jouait dans le Nom de la Rose, le film de J-J Annaud), est sollicité par son ancien ami Charles d'Elsenor au sujet du massacre sordide de plusieurs moines officiant au couvent de Veynes. Non seulement ça, les tueurs ont également dérobé de très vieux manuscrits, qui avaient ceci de singulier qu'ils n'étaient référencés nulle part y compris dans l'index officiel. D'abord réticent, de Marbourg va finir par accepter la mission qui lui est confié et va partir à la recherche des tueurs et de ces fameux manuscrits, s'alliant en cours de route le concours de la fille adoptive d'Elsenor et d'un mercenaire irlandais rempli de panache. Une fois cette intrigante mise en place effectuée, le récit nous embarque dans une pure odyssée transeuropéenne, ou l'on se familiarise à des lieux tels que Stornwall, St Luc, Paris, Tolède,… (lire plus)

02/09/2015 (modifier)
Par sloane
Note: 4/5 Coups de coeur expiré
L'avatar du posteur sloane

N'ayons pas peur des mots, c'est un classique ! Replaçons nous dans le contexte de l'époque. Ce n'est rien moins que le grand début en BD du récit ésotérique/médiéval/fantastique. Lors de sa sortie en 97 les lecteurs potentiels prennent d'abord une petite claque visuelle avec une couverture réalisée par un quasi inconnu : Alex Alice, l'intérieur est du même tonneau. On aime ou pas mais il faut reconnaitre une maitrise graphique, un sens du cadrage assez phénoménal. Vous l'aurez compris je suis totalement fan de ce que ce type fait. Donc en ce qui concerne le dessin mon commentaire se résume à un seul mot : parfait. En ce qui concerne le scénario j'avoue être bon public. Bien sûr ces histoires de manuscrit disparu, de Templiers, d'inquisition, de héros improbables qui traversent l'Europe aussi aisément, tout cela est parfois un peu too much. Mais je marche car c'est bigrement bien fichu, le rythme est là. On sent que Dorison au scénario ne s'est pas embarqué sans biscuits, la construction est fluide, sans temps morts, même l'aspect explicatif est amené de manière à ne pas trop perdre le lecteur. Alors je passe sur certains points qui pourraient heurter les puristes et spécialistes de cette période, je préfère me laisser embarquer dans une aventure qui brasse de nombreux thèmes et des moments grandioses. Ah cette arrivée dans l'île au large de l'Ecosse ! et la fin du tome 4 sur le glacier ! Magnifique vous dis je ! A consommer sans modération.

18/02/2015 (modifier)
Par Thobias
Note: 4/5

Le troisième testament est une excellente série que je viens de découvrir grâce à la catégorie "immanquables" de ce site, juste après Légendes des Contrées Oubliées il y a quelques jours. Le scénario est passionnant et tout à fait compréhensible malgré son sujet, qui aurait pu le rendre hermétique. C'est particulièrement rythmé et mouvementé (presque un peu trop, il y a en moyenne deux voyages par album, ça fait quand même beaucoup : en 4 tomes tout y passe : Paris, Tolède, Ecosse, Prague, Dantzig, Abbaye Saint Luc à pétaouchnok et bout du monde quasiment inaccessible à la fin). Le début du 1er tome fait très "Nom de de la Rose",mais la bd s'affranchit vite de cette référence pour suivre son propre chemin. Il y a pas mal de mystère et on accroche vraiment même si chaque résolution d'énigme en entraîne une nouvelle. L'histoire est toujours à mi-chemin entre réalisme historique et fantastique (la horde et la fin du tome 4) et cet équilibre est maintenu jusqu'au bout. Ce que j'apprécie énormément dans cette série est sa grande cohérence, c'est clair que les auteurs savaient dès le début où ils allaient, tout s'enchaîne logiquement. La fin est extrêmement surprenante mais elle respecte la logique de la série et n'arrive pas comme un pavé dans la soupe. J'ai trouvé que la révélation sur l'identité de Sayn est une idée géniale. Enfin le scénar évite certaines facilités : par exemple j'étais convaincu pendant la lecture du 1er tome qu'Elizabeth était la fille de Marbourg, point du tout, ce qui rend bien plus intéressant la relation entre les deux. Les personnages ne sont pas des plus originaux mais ne sont jamais caricaturaux et leur développement est réussi. Les "méchants" sont assez fascinants surtout que les auteurs jouent merveilleusement sur l'effet d'attente, ne… (lire plus)

30/05/2014 (modifier)