Lancelot

Note: 2.25/5
(2.25/5 pour 4 avis)

Nous sommes dans les âges sombres. Le seigneur félon Claudas envahit les terres de son ennemi, Ban de Benoïc et assiège son château. Tentant de s'enfuir pour quérir l'aide du roi Arthur, Ban meurt, laissant son unique enfant entre les mains de la dame du lac, Viviane.


La BD au féminin Mythes arthuriens Soleil Celtic

Nous sommes dans les âges sombres. Le seigneur félon Claudas envahit les terres de son ennemi, Ban de Benoïc et assiège son château. Tentant de s'enfuir pour quérir l'aide du roi Arthur, Ban meurt, laissant son unique enfant entre les mains de la dame du lac, Viviane. Tout était écrit. Une prophétie est en train de s'accomplir, à ceci près que l'enfant n'est pas un mâle mais une fille. Pour Viviane, la prédiction doit tout de même se réaliser. L'enfant de roi sera le combattant que les Bretons attendent tant. Commence alors une initiation à la mesure de l'être qu'il devra devenir, à la mesure du nom entré aujourd'hui dans la légende : Lancelot !

Scénariste
Dessinateur
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution 22 Octobre 2008
Statut histoire Série terminée 4 tomes parus
Couverture de la série Lancelot
Les notes (4)
Cliquez pour lire les avis

30/10/2008 | Ro
Modifier


L'avatar du posteur Agecanonix

Je me réjouissais de lire une Bd consacrée à l'un des chevaliers les plus emblématiques de la saga arthurienne. Mais au final, je suis déçu de cette lecture pour plusieurs raisons. D'abord, il était difficile d'apporter de l'originalité dans un récit aussi célèbre et aussi mythique ; est-ce pour cette raison que Istin prend le contrepied de cette histoire en décidant de faire de Lancelot un être androgyne partagé entre les 2 sexes ? Si on accepte ce postulat, on peut se laisser porter par ce récit qui réserve certes tous les ingrédients qu'on peut rencontrer dans ce type d'aventure légendaire avec une bonne part de fantastique qui se traduit par une magie omniprésente, d'où un souffle épique quasi absent. Ce qui m'insupporte souvent dans les nouvelles versions d'un univers connu déjà abordé par d'autres (que ce soit en BD, au ciné, en opéra ou autre..), c'est que sous prétexte de dépoussiérer une oeuvre ou un mythe, on veut le tripatouiller pour lui donner plus de consistance ou de l'originalité. Et ici, Istin et Péru insufflent ce qu'il faut d'idées pour rendre le récit divertissant, mais je ne rentre pas vraiment dedans, de même qu'ils font preuve dans certains dialogues d'un langage incongru et ordurier qui n'a pas sa place ici. Je m'attendais à un beau visuel comme dans Les Druides ou Excalibur - Chroniques, car ce genre de série a besoin d'un graphisme solide et beau, mais là aussi, je ne suis pas tout à fait convaincu ; le dessin d'Alexe n'est pas laid, et récupère tous les éléments visuels légendaires de cette saga, mais il manque de consistance, il n'est pas toujours très esthétique par endroits et comporte quelques petites maladresses graphiques. Je crois avoir vu aussi une double page informatisée qui n'est pas très heureuse et qui vient rompre le style d'ensemble. D'autre part, Arthur n'a pas de majesté, il n'a pas une allure royale et ressemble parfois à un type quelconque. Quand on compare avec le héros de la série Arthur, Lereculey lui a donné une vraie gueule de roi. Le combat de Lancelot et Gauvain est confus comme tous ceux du tournoi organisé par Arthur, et d'ailleurs toutes les scènes de combat sont confuses et bizarres. Voici donc des raisons suffisantes pour me détourner de cette série que j'aurais souhaité plus classique et peut-être plus banale comme le souligne Pasukare, mais au moins conforme à la légende.

22/01/2015 (modifier)
Par Pasukare
Note: 2/5
L'avatar du posteur Pasukare

Franchement.... pas convaincant(e) ce(tte) Lancelot(e) ! Bon, déjà à la base, en lisant le résumé et en tombant sur la scène de la révélation du tome 1, j'étais moyennement emballée. Graphiquement cela me convient tout à fait (ce n'est pas très original pour le genre car vu et revu dans d'autres séries de la même collection, mais c'est un style qui me plait, que ce soit le trait, les couleurs ou la mise en page), donc malgré mes réticences, j'ai continué avec le second volume... Honnêtement et du point de vue du scénario, le T1 passe encore parce que le (la) gamin(e) est petit(e) mais T2 est limite ridicule car même si l'on suppose que tout tourne autour de la magie et de l'illusion, ce n'est pas crédible pour un sou. La même histoire avec un Lancelot "normal" eut été nettement préférable, trop classique peut-être, mais au moins plausible. Le délire du scénariste ne prend pas avec moi. C'est dommage parce que le reste est tout à fait correct.

02/05/2010 (modifier)
Par chicojo
Note: 2/5

Je viens de finir ce tome et je reste moi aussi dubitatif : - dessins et couleurs ne sont pas encore au point/complémentaires - l'histoire est longue à se mettre en place (comme dans beaucoup de premiers tomes) Alors oui, effectivement, plusieurs pistes potentielles pour faire évoluer l'histoire dans les prochains tomes, mais là je reste quand même sur ma faim, voire même un poil déçu, car j'attendais ce tome d'Alexe avec impatience... Je vais donc devoir attendre le tome 2 avant de pouvoir réellement me faire une opinion sur cette série.

05/11/2008 (modifier)
Par Ro
Note: 3/5
L'avatar du posteur Ro

Prendre pour sujet le personnage de Lancelot (qui ne fait qu'un avec Galaad ici), sa jeunesse, son initiation et sa quête de vengeance qui l'amèneront à devenir le chevalier de la Table Ronde que l'on connait, c'est une bonne thématique même si certains s'y sont déjà essayé de toute autre manière, avec le personnage de Perceval par exemple dans Les Héros Cavaliers. Ici nous sommes clairement dans un mythe arthurien empli de magie et de mythe, avec la fée Viviane, les dames du lac et un Merlin mystérieux et apparemment omniscient et tout puissant. Du coup, nous ne sommes plus très loin de l'heroic-fantasy qui est si chère aux éditions Soleil, ce qui n'est pas trop ma tasse de thé. Néanmoins, le récit est plutôt bien écrit, avec de bons textes qui tiennent la route. Il réserve en outre une surprise sur le sexe de Lancelot, chose qui n'est pas encore exploitée dans ce premier tome mais qui pourrait apporter de la nouveauté au mythe. Par contre, je n'accroche pas vraiment au dessin. Oh, il n'est pas mauvais, mais il manque de technique. Il est à mes yeux du niveau d'une bonne amatrice. Les personnages sont plutôt réussis mais les décors sont très inégaux. Dans l'ensemble, outre divers petits ratés anatomiques et de perspective, le graphisme manque surtout de consistance et de force. Cela tient peut-être en partie à la quasi absence d'encrage mais en tout cas la dessinatrice peut encore nettement progresser à mon avis. Cela tient aussi beaucoup à la colorisation que je n'aime vraiment pas. Sans profondeur et trop désunie, elle engendre plus de confusion graphique que de beauté. Les planches manquent d'harmonie et cela rabaisse la qualité du dessin. Je trouve ce résultat assez surprenant venant d'une coloriste qui a pourtant fait ses preuves à mes yeux sur d'autres séries au préalable (Le Cinquième évangile notamment). Finalement, j'aurais peut-être préféré qu'Alexe, qui est elle-même une bonne coloriste, se soit attelée à la tâche pour une fois qu'il s'agissait de son propre dessin. Pour le moment, je ne suis pas convaincu. L'intrigue ne décolle pas encore avec ce premier tome et reste trop classique. Et comme le dessin ne me séduit pas davantage, j'attends de voir la suite si elle vaut la peine de continuer.

30/10/2008 (modifier)