Connectez-vous pour cacher cette bannière publicitaire.

Ramiro

Note: 3.2/5
(3.2/5 pour 5 avis)

"Dans Ramiro, seul le personnage principal a été imaginé : l’époque, le cadre, les évènements, les objets et jusqu’aux mots qu’on prononce sont, ici, ceux de l’Histoire, ceux de la Vie, même pas reconstitués : ressuscités, ramenés à la lumière, comme ils étaient, comme ils sont, car c’est le lecteur qui rejoint la route de Compostelle, qui retrouve le quotidien de ce temps-là, qui plonge, enfin, dans l’univers de William Vance, journaliste du dessin, reporter de l’Histoire, cinéaste fidèle d’un passé ressurgi" le regretté Michel Greg


987 - 1299 : Moyen-Âge et Capétiens Espagne

Depuis plus d’un siècle, la "reconquista" oppose les rois chrétiens espagnols à l’occupant musulman. Les villes passent et repassent des uns aux autres, au gré des batailles. En juillet 1195, le roi de Castille lance ses soldats à l’assaut des Maures. Les Castillans seront vaincus et beaucoup de ceux qui n’avaient pas les moyens de se payer une armure seront tués. Le jeune et fougueux Ramiro fait partie de ces pauvres, mais ses compagnons d’armes sont prêts à donner leur vie pour lui. Qui est-il, que sait-il ou que possède-t-il pour être protégé à ce point ?

Scénaristes
Dessinateur
Coloriste
Editeur
Genre / Public / Type
Date de parution Janvier 1977
Statut histoire Série terminée 9 tomes parus
Couverture de la série Ramiro
Les notes (5)
Cliquez pour lire les avis

19/11/2007 | Reznik
Modifier


Par sloane
Note: 4/5
L'avatar du posteur sloane

Sans doute est-ce l'effet Madeleine de Proust mais toutes les semaines je me ruais sur "Femmes d'aujourd'hui" que lisait ma grand-mère pour y retrouver Ramiro. A peu près dans le même temps nous avions droit dans cet hebdo à Bob Morane. Pour l'ado que j'étais ces aventures étaient tout ce dont je pouvais rêver. La télévision de l'époque était fort pauvre en récits pouvant plaire aux jeunes. A part ''Zorro'' et "Thibault et les croisades", l'aventure était mince. Vous comprendrez donc aisément que cette série à fait tout mon bonheur. Il est vrai que celle-ci est considérée comme du classique avec toutes les connotations négatives que cela implique. Et pourtant, quel dessin ! Depuis Vance, avec XIII, a modernisé son trait mais il était déjà bougrement efficace, dynamique et lisible. Quand au fond, et bien ça y allait, le tout dans un cadre géographique et historique rigoureux mais pas didactique chiant. A aucun moment je n'avais l'impression d'être à l'école en lisant ces histoires. Comme l'a noté Agecanonix il est fort dommage que cette série n'ait pas connu le succès qu'elle méritait sans doute, (problème du lieu de sa parution, un hebdo féminin). Toujours est-il que les volumes de la collection sont trouvables en braderie et y jeter un œil pourrait combler les sceptiques qui pensent que c'est de la BD antédiluvienne.

11/08/2015 (MAJ le 11/08/2015) (modifier)
L'avatar du posteur Agecanonix

Ramiro chevauche avec circonspection à travers un pays où l'occupant maure est encore bien présent et conquérant; le danger est permanent. Jacques Stocquart écrit les premiers récits qui emmènent le lecteur dans une Espagne mystérieuse, un pays que connaît bien William Vance, puisqu'il y vit, et l'on sent qu'il dessine cette série avec plaisir, aidé par son épouse espagnole Pétra pour les couleurs. De plus, la reconstitution historique est tout à fait remarquable. Vance se surpasse encore avec un graphisme toujours aussi nerveux et précis. Hélas, cette bande reste assez peu connue, malgré 9 albums édités chez Dargaud, car elle ne fut pas prépubliée dans un journal de BD comme Tintin ou Pilote, mais dans l'hebdo féminin Femmes d'aujourd'hui dès 1974; ce magazine contenait toujours des pages de BD destinées aux enfants de ce lectorat. D'autre part, la bande a sans doute souffert du rythme de parution des autres créations de Vance : Bruno Brazil dans Tintin, Bob Morane dans Pilote, puis Bruce J. Hawker et surtout XIII. Mais "Ramiro" tient une place particulière dans le coeur de Vance, elle conte l'histoire de son pays adoptif, il a donc toujours voulu s'en occuper sans la céder à un autre dessinateur. "Ramiro" a eu le mérite d'intéresser le lecteur à un pays et une époque trouble raremant traitée en BD; pour cela, chaque album débutait par quelques pages de documentation donnant les repères historiques indispensables; tout est donc rigoureusement exact. Une belle Bd à redécouvrir.

30/06/2013 (modifier)
Par Erik
Note: 2/5
L'avatar du posteur Erik

Aïe! Je n'ai pas du tout accroché malgré l'immense talent que je reconnais à W. Vance (XIII est une de mes séries culte). Le dessin est vraiment vieillot. Il faut dire que cette série a débuté en 1977 autant dire à la préhistoire. Tout dans le style d'amener l'histoire me semble totalement désuet. Ramiro a d'ailleurs sombré dans l'oubli la plus totale des lecteurs. Depuis, les séries historiques ont beaucoup évolué sans doute sous l'influence de Murena et de certains titres de la collection Vécu chez Glénat.

31/01/2009 (modifier)
Par L'Ymagier
Note: 4/5

Une série qui débute dans l’hebdo « Femmes d’aujourd’hui » n° 1514 du 8 Mai 1974. Stoquart au scénario – Vance au dessin. Prometteur. Ca l’est. Bien aimé cette série basée sur les aventures d’un fils bâtard du roi de Castille. Une bien belle série qui reconstitue avec minutie et moult détails, les us et coutumes de cette Espagne du moyen-âge. Mais les histoires ne sont pas que didactiques, que du contraire : affrontements, combats, guet-apens, duels ont la part belle dans cette série bondissante, aux développements cruels souvent, mais où la véracité suinte quasi à chaque page. Le dessin ?… c’est du Vance : un trait précis, nerveux, bien lisible pourtant, qui donne une réelle fougue à un graphisme très dynamique. Belle mise en page, souvent à « effets cinématographiques ». Une bien chouette saga, bien enlevée, prenante et fort agréable de lecture.

15/12/2007 (modifier)
Par Reznik
Note: 3/5

Cette série tient une place particulière dans le cœur de William Vance puisqu‘elle se déroule dans son pays adoptif: l’Espagne. Fort de recherches approfondies et après avoir réuni une documentation conséquente, Vance nous plonge dans une époque historique scrupuleusement retranscrite. Seul le héros a été imaginé par l’auteur. Tout le reste s’inspire de faits et d’anecdotes rapportés au cours des siècles. On prend donc des cours d’histoires en se divertissant. Idéal. A cette heure, je n'ai encore lu que le 1er album mais j'ai hâte de continuer... Ce 1er tome nous introduit le personnage de Ramiro. Un jeune combattant téméraire et plein de ressources: un héros traditionnel en somme, qui s’attire très vite la sympathie du lecteur. Le scénario est celui d’une histoire d’aventure médiévale classique. Aux dessins, pas de surprises non plus. C’est du Vance de la grande époque (Bruce J.Hawker, les derniers Bruno Brazil, les débuts de XIII…) avec un niveau de détail très poussé et des visages au réalisme saisissant. Personnellement je suis fan. C'est apparemment une série d’un grand classicisme. La psychologie des personnages se réduit à ce qui est nécessaire au récit. Par contre chaque album bénéficie d'une préface qui situe (images à l'appui) le contexte historique de l'aventure. La nouvelle génération a souvent du mal à franchir le pas vers la BD classique. Si ce n'est pas votre cas, procurez vous les récentes intégrales « Tout Vance » et rejoignez Ramiro sur la route de Compostelle des 12e et 13e siècles.

19/11/2007 (modifier)