Connectez-vous pour cacher cette bannière publicitaire.

La Montagne magique

Note: 2.75/5
(2.75/5 pour 12 avis)

Ken, un jeune garçon, et sa petite soeur vont vivre une aventure hors du commun dont le but sera de guérir leur mère souffrante.


Seinen Taniguchi

Ken et sa petite soeur Sakiko sont orphelins de père, et leur mère, très malade, est hospitalisée à Osaka pour subir une opération, lors des vacances d'été. Ils sont donc confiés à la garde de leurs grand-parents. Ken passe ses journées à jouer avec ses copains dans les ruines du château qui se trouve sur la montagne qui surplombe la ville où il habite: Totori. Dans la muraille de ce château se trouvent de vieux souterrains, et les enfants se défient d'y entrer, mais aucun n'ose faire plus de quelques mêtres, car une légende dit qu'une vieille sorcière y réside. Dans le musée de Totori, il y a une salamandre géante qui a le don de communiquer avec Ken, et qui lui promet de sauver sa mère s'il la libère et la ramène dans une source située sous la montagne, qu'on atteint en passant par un de ces souterrains...

Scénariste
Dessinateur
Coloristes
Traducteurs
Editeur
Genre / Public / Type
Date de parution 20 Septembre 2007
Statut histoire One shot 1 tome paru
Couverture de la série La Montagne magique
Les notes (12)
Cliquez pour lire les avis

03/10/2007 | iannick
Modifier


Par jul
Note: 2/5

Attiré par le dessin frais et lumineux de Jiro Taniguchi , j'ai loué cette bd à la bibliothèque. De cet auteur j'ai uniquement lu son œuvre faite avec Moebius ( Icare ) que j'avais moyennement aimé. Et bien là c'est également une déception. Même s'il dessine de merveilleux paysages, ou l'on ressent vraiment la caresse du vent dans les arbres et la douceur du soleil ( c'est la principale qualité de cette bd: la nature ) le reste est très sage, simple et ennuyeux. Le récit se déroule platement, il n'y aucun suspense, ni action, ni surprise. L'histoire familiale tourmentée est typique de pas mal de mangas et d'anims classiques ( on pense au tombeau des lucioles ou à certains miyazaki ) mais en moins bien, et surtout plus ennuyeux. Quand à cet histoire de salamandre magique qui règne sur la montagne ( ça y'est je vous est spoilé l'intrigue en une phrase, quand je vous dit que l'histoire est archi simple ), elle m'a un peu fait penser à du Brousaille ( de Franck Pé ) mais transposé au Japon. En nettement moins fouillée. Donc bref je ne pense pas me pencher à nouveau sur une bd de Taniguchi , car même si cet auteur possède une indéniable finesse graphique, ses récits sont vraiment trop ennuyeux , gnangnan et un peu guindés.

03/09/2018 (modifier)
Par sloane
Note: 2/5
L'avatar du posteur sloane

Franchement je suis déçu, depuis que je suis entré dans le monde de la BD, en tant que lecteur bien sur, les uns ou les autres ne tarissent pas d'éloges sur le travail de Jirô Taniguchi. Il y a quelques années j'ai vu l'exposition que lui avait consacré le festival d'Angoulême. Mon sentiment c'est que c'est joli, sucré mais hormis cela le travail de cet auteur me laisse un peu froid. Je vais sans doute heurter les puristes car il est des montagnes qu'il vaut mieux ne pas gravir ou en l’occurrence ne pas critiquer mais.... Dans cette BD à l'européenne, on suit une aventure gentillette style "club des cinq" qui personnellement ne m'a procuré aucune émotions particulière que ce soit en bien ou en mal. Oui il y a une petite touche écologique, et alors serais je tenté de dire, pas franchement emballé donc, les autres titres de cet auteur m'avait également peu accroché, à l'occasion j'y retournerais faire un tour mais sans empressement.

06/01/2018 (modifier)
Par Blue Boy
Note: 3/5
L'avatar du posteur Blue Boy

Sans être très fan de mangas, je dois dire que j’ai trouvé certaines qualités et du charme à celui-ci. Peut-être est-ce dû au fait que l’auteur, comme il le dit en préface, s’est largement inspiré de la BD née dans nos contrées... La Montagne magique est donc en quelque sorte une première : une BD « à l’européenne », en couleurs et en grand format, avec une couverture cartonnée, réalisée par un Japonais. Donc plus tout à fait un manga, mais plutôt un croisement entre deux styles, entre deux cultures. Ce conte moderne plaira aussi bien aux petits qu’aux grands, alliant le domaine du merveilleux à des préoccupations environnementales contemporaines. La montagne en question représente le refuge de l’enfance, avec ses tunnels, ses grottes et ses mystères, mais aussi celui des esprits de la terre, qui doivent entrer en contact avec un humain au cœur pur pour sauver le site de l’exploitation touristique et des dégâts que cela engendrerait. Pour ceux qui ont lu Quartier Lointain du même auteur, on y retrouve le même univers, celui d’un Japon provincial dans les années 60. De la même façon, l’auteur y aborde des sujets douloureux (la maladie de la mère, le père décédé) mais allégés par la poésie et la tendresse présentes dans l’histoire.

05/05/2013 (modifier)
Par Gaston
Note: 2/5
L'avatar du posteur Gaston

La première BD franco-belge réalisée par Taniguchi et pourtant cela ressemble à la plupart de ses mangas. Les thèmes sont les mêmes et seul le genre change un peu. Au lieu d'une histoire intimiste, j'ai eu droit à un conte avec un animal qui parle. Je n'ai pas trop accroché à l'histoire qui est trop légère à mon goût. Les personnage me semblent un peu vide. On est loin des personnages charismatiques de 'Quartier Lointain'. Je n'ai pas non plus été capable de ressentir les émotions des protagonistes de l'histoire. En fait, je n'ai rien ressenti durant ma lecture. Même pas d'émotions négatives. Bref, un gros bof pour cet album.

03/12/2011 (modifier)
Par Superjé
Note: 3/5

Voici un tome de Taniguchi qui m'a un peu déçu, moi en fan de l'auteur. Cela commence dès le début avec une ambiance de déjà vu. L'auteur aborde des thèmes qu'il a déjà utilisé ; le drame familiale (dans Quartier lointain ; Le Journal de mon père ; Un ciel radieux), mais aussi la montagne (K, Le Sommet des dieux)... Cependant ces deux thèmes sont quand même effacés, en retrait, en comparaison à l'ambiance qui se dégage de l'album qui m'a fait penser à l'ambiance qui ressort des films du Studio Ghibli, principalement 'Mon voisin Totoro', mais aussi d'autres films comme 'Le tombeau des lucioles', ou 'Le voyage de Chihiro'. Rajoutant à cela une histoire très légère comparé à ce qu'à pu faire l'auteur, je dois dire que la lecture a failli être ennuyeuse pour moi, malgré sa relative rapidité. A la fin, j'ai juste cru qu'il allait nous servir une fin très touchante, comme souvent l'auteur fait, l'émotion commençait à m'envahir, mais finalement non. Le dessin est fidèle à lui même ; c'est beau c'est du Taniguchi. Les personnages se ressemblent tous entre chaque ouvres (notamment les frères et petites sœurs, petites filles en général assez énervante) ça, on est habitué. La colorisation de qualité enlève quand même du charme aux planches. Une œuvre mineur dans la carrière du grand Mangaka (qui voulait faire de la BD franco-belge) qu'est Jirô Taniguchi. L'intérêt est quand même relevé par son interview en fin d'album.

22/12/2010 (modifier)
Par cac
Note: 3/5

Taniguchi est très inspiré par la bande dessinée franco-belge nous dit-il en préface, ses couleurs et ces grand formats cartonnés. C'est pour lui ici un grand plaisir et honneur je pense de réaliser une bande dessinée dans ce format. On reconnait toujours son style de dessin qui lui est propre notamment dans les personnages. En fait on a un peu l'impression de retrouver des personnages familiers d'un album à l'autre. La colorisation est pour sa part très réussi. Quant à l'histoire, c'est plutôt destiné à un jeune public. Très naïf à commencer par le titre, un jeune homme attifé d'un horrible bermuda et sa petite sœur vont délivrer une salamandre pour la rendre à "la montagne magique". Leur père est mort et leur mère est très malade, c'est donc toute une aventure pour eux qui les ramène vers leur vie insouciante d'enfant. Certes cela se lit bien, relativement vite malgré le nombre de planches fourni, sur un schéma sans surprise mais cela ne restera pas dans les mémoires comme un titre poétique ou émouvant.

05/06/2010 (modifier)
Par herve
Note: 3/5
L'avatar du posteur herve

Très éloigné de ses drames intimistes (Le Journal de mon père ou encore Quartier lointain), cet album, au format franco-belge, relève à mon avis plus du conte pour enfant. La qualité de l'ouvrage est à souligner : papier, couverture cartonnée (rare pour un Taniguchi), couleurs employées ... On retrouve en filigrane des thèmes chers à Taniguchi : l'enfance, la mort d'un parent, la maladie et l'espoir. Seule une dose de fantastique vient renouveler le genre dans l'univers du mangaka. Ce livre se lit (un peu) vite à mon goût mais il reste le plaisir de découvrir des planches en couleur de Tanuguchi, qui rend ici hommage à la bande dessinée européenne.

27/10/2009 (modifier)
Par Ems
Note: 3/5

Difficile d'aviser ce one-shot. On a une belle histoire avec un beau dessin et de belles couleurs. La BD elle-même est belle avec son papier épais et ses pages supplémentaires. Mais.... C'est peu original, j'ai eu une impression de déjà-vu, une sorte de conte universel. La lecture est agréable, rapide et fluide, mais il n'en reste pas grand chose au final à part un happy end évident. A lire, mais je peux difficilement conseiller l'achat.

20/12/2008 (modifier)
Par Erik
Note: 3/5
L'avatar du posteur Erik

Il est exact que ce conte commence de fort bonne manière avec des références constantes avec les oeuvres antérieures ou plutôt devrais-je dire chef d'oeuvres que sont Le Journal de mon père et Quartier lointain. Pourtant, la conclusion bonne enfant ne m'a pas réellement convaincu. On attend de Jiro Taniguchi qu'il puisse se renouveler. Or, il semble dans une constante reproduction de ce qui a marché. Ainsi par exemple, les rêveries d'un promeneur solitaire semble succéder à l'homme qui marche ou encore le gourmet solitaire. Peu malicieux, l'éditeur parle d'un renouement avec l'inspiration déambulatrice ! Heureusement, le public n'est pas dupe. Et pourtant, pour la première fois, Casterman publie un Taniguchi sous la forme d'un album cartonné grand format à l'européenne. C'était l'occasion tant attendue par les lecteurs d'un renouvellement qui n'a pas eu lieu ce qui provoque un peu de déception. La montagne magique reste une jolie fable humaniste et enchantée pour tous les publics. Note Dessin: 4/5 - Note Scénario: 3/5 - Note Globale: 3.5/5

01/10/2008 (MAJ le 10/11/2008) (modifier)
Par Spooky
Note: 3/5
L'avatar du posteur Spooky

Cet album au parfum léger me réconcilie un peu avec Taniguchi, qui m'avait déçu récemment. Cet album se veut un hommage à la BD franco-belge. Hommage un peu superfétatoire, tant l'oeuvre de Taniguchi flirtait déjà avec la BD européenne. Sans doute a-t-il changé quelques éléments dans sa construction, mais honnêtement je n'ai pas vu de grande différence. Ces considérations mises à part, j'ai pris un vrai plaisir, un peu enfantin sans doute, à suivre les aventures de Ken-Ichi et Sakiko. Parce qu'il s'agit d'une vraie histoire d'aventures pour enfants, avec un petit fond dramatique (la maladie de la mère des deux enfants). Bon, c'est vrai que l'histoire est aussi fine qu'un papier à cigarette, mais c'est sympathique, je trouve. Le trait de Taniguchi est toujours clair, régulier, agréable. Une oeuvre mineure dans l'oeuvre du maître, mais une bonne petite récréation.

06/12/2007 (MAJ le 06/12/2007) (modifier)