Le Sommet des dieux (Kamigami no itadaki)

Note: 3.76/5
(3.76/5 pour 33 avis)

Angoulême 2005 : Prix du meilleur dessin pour le tome 2. Un jeune photographe "suit les pas" de l'alpiniste britannique Mallory, l'un des premiers hommes à avoir tenté l'Everest. Cette initiation le mènera à rencontrer des hommes passionnants.


Adaptations de romans en BD Angoulême : récapitulatif des séries primées Escalade et alpinisme Froid. Neige. Glace La Montagne Le meilleur du Manga Le Népal Les meilleures séries courtes Les meilleurs mangas courts Photographie Seinen Shueisha Sport Taniguchi

Un jeune photographe suit les pas de l'alpiniste britannique Mallory, l'un des premiers hommes à avoir tenté l'Everest. Cette Initiation le mènera à rencontrer des hommes passionnants. Le dépassement de soi, l'aventure, la passion de la montagne sont les leitmotiv de cette nouvelle série signée sous le label "Made in Japan". Dans une petite boutique népalaise, Fukamachi tombe sur un appareil photo qui pourrait bien être celui de George Mallory, le célèbre alpiniste qui fut le premier à essayer de vaincre l'Everest. Mallory disparût avec Andrew Irvine, lors de cette ascension en 1924, sans que l'on puisse savoir s'ils sont parvenus au sommet. Et si c'était seulement lors du chemin du retour qu'ils avaient eu cet accident fatal? Cela changerait l'histoire de l'alpinisme! C'est sur cette passionnante question que s'ouvre le chemin initiatique de Fukamachi qui sera amené à faire la rencontre de figures hautes en couleurs.

Scénariste
Dessinateur
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution Mars 2004
Statut histoire Série terminée 5 tomes parus
Couverture de la série Le Sommet des dieux
Les notes (33)
Cliquez pour lire les avis

07/03/2004 | ThePatrick
Modifier


Par sloane
Note: 2/5
L'avatar du posteur sloane

Ah ben oui vous vouliez mon avis, je le donne. Que ne m'avait-on pas loué cette longue série d'un maître japonais du manga. J'ai vu l'exposition qui lui a été consacrée à Angoulême et d'accord c'est joli mais pas au point de m'exalter à ce point. Je reconnais des qualités au dessin, il faudrait d'ailleurs être fou pour ne pas en voir, un seul truc me fait bizarre c'est la tête des personnages, sans dèc' on croirait qu'ils sont tous sous myolastant ou en dépression grave. Et puis il y a un truc rédhibitoire pour moi c'est le fait que la montagne c'est joli, mais ça grimpe et ça ne me fait pas triper. Je préfère la mer et de loin, non je déconne, de près. Dans ma folle jeunesse j'ai dû lire quelques récits alpins mais non cela ne m'a jamais happé comme un récit de Conrad ou Mac Orlan. Alors ce sommet des dieux a été à la limite de me faire chier, il ne se passe rien, quant à la quête de soi, ben oui sans doute mais pour moi pas comme ça. A réserver aux aficionados de Mr Taniguchi.

16/11/2019 (modifier)
L'avatar du posteur Eric2Vzoul

Je vais faire tache dans ce concert de louanges : je n'ai pas aimé Le Sommet des dieux. Il y a toujours quelqu'un dans mon entourage qui, connaissant ma passion pour la BD, essaie de me faire lire – et espère me faire apprécier – un manga. Le défi est ardu tant je suis conditionné à tourner les pages et à lire les livres dans le sens occidental que l'on m'a inculqué depuis ma plus tendre enfance ; à tel point que même après 1700 pages, je me surprenais, poussé par mes réflexes, à régulièrement tourner les pages de droite à gauche et à commencer la lecture en haut à gauche… C'est dire si le manga m'emmerde au départ et l'effort surhumain que je fis pour arriver au bout de cette interminable lecture. C'est bien parce que j'ai plutôt apprécié Quartier lointain et Le Journal de mon père, du même dessinateur, et aussi parce que je ne voulais pas paraître borné, que j'ai fini par céder aux exhortations des admirateurs du Sommet des dieux… Des histoires de montagne, je connaissais surtout les romans de Roger Frison-Roche, quelques films qui donnent le vertige comme Cliffhanger ou Vertical limit, et les racontars émus d'amis qui aiment passer la nuit dans des refuges puant la vieille chaussette pour aller se geler les pieds à l'aube sur des glaciers. J'ai tenté ce genre d'expérience une fois, ça ne m'a pas transporté… La montagne ne fait pas partie de horizons qui me font particulièrement réver. Il paraît que l'on est soit mer, soit montagne, moi je suis plutôt mer… mais côté plage car je crains les vagues scélérates. En somme, dès le début, je reconnais que je n'ai pas entamé la lecture du Sommet des dieux dans les meilleures dispositions d'esprit. Après lecture des cinq pavés, je confirme mes a priori. J'admets que, pour du manga, c'est plutôt bien dessiné, surtout les paysages. Mais tant qu'à faire, pourquoi ne pas tenter une mise en couleur ? Les sommets enneigés, les rochers, le ciel auraient pu présenter de belles nuances, dont seules les couvertures donnent un avant-goût. Les visages des personnages ont le style japonais, pour moi, c'est du Dragon Ball réaliste ; au moins nous épargne-t-on à peu près les grimaces censées les rendre expressifs. Mon calvaire de lecteur tint surtout aux 1700 planches d'une histoire lente, répétitive, interminable… On progresse à peu près aussi vite qu'un alpiniste scotché sur une face nord verglacée. Et les explications minutieuses des petites péripéties techniques de l'alpinisme ne m'ont pas rendu les ascensions moins fastidieuses. J'ai tourné certaines pages en accéléré sans avoir la sensation de louper grand chose. Quant à la morale de toute cette histoire, elle est exactement conforme à ce que je craignais. Qu'est-ce qui pousse l'être humain à se mettre en danger, à dépasser ses limites, à monter plus haut ?… Quête de l'absolu, mysticisme du sportif aventurier, rapport au divin, philosophie à deux balles… 1700 pages pour un putain de manuel d'alpinisme… Pour la recherche de la beauté du monde, je crois que je vais m'en tenir aux récits de voyage d'Emmanuel Lepage, au moins il sait flatter l'œil. Et c'est imprimé à l'endroit. Je suis peut-être un gros bourrin inaccessible à la subtilité, mais en ce qui concerne la montagne, je préfère revoir Cliffhanger finalement.

06/05/2015 (modifier)
Par DamBDfan
Note: 4/5

Exceptionnel ! Dans le genre (alpinisme), je pense qu’il est difficile de faire mieux. Comment ne pas être intrigué, impressionné par le personnage d’Habu Jôji, cet être solitaire, ambitieux, plein de charisme, dur comme la pierre qui ne trouve la paix intérieure qu’en escaladant les plus hauts sommets du monde. Ce qui est bien avec « Le sommet des dieux », c’est qu’il ne faut pas être un féru d’alpinisme pour comprendre quelque chose à l’intrigue. Les auteurs ont eu l’intelligence de ne pas alourdir le récit avec des termes techniques qui pourraient en rebuter plus d’un. Il s’agit avant tout d’une oeuvre sur la quête de soi, le sens de la vie et l’obsession des hommes à vouloir gravir en solitaire, au risque de leur vie des montagnes toujours plus hautes et imposantes. C’est fascinant ! Taniguchi rend l’histoire très prenante et immersive grâce à un travail graphique colossal sur les décors (montagnes, panorama, véhicules…) et personnages (pas pour rien qu’il ait remporté le Prix du dessin lors du Festival d'Angoulême 2005 et il le mérite amplement). Seul petit bémol, la longueur ( ± 1600 pages) qui aurait pu être réduite.

04/02/2014 (modifier)
Par Superjé
Note: 4/5

Cette conséquente série reste tout au long de ses pages assez exceptionnelle. De magnifiques scènes vous couperons le souffle, à intervalles réguliers. Le scénario, sans être linéaire, est sans grande surprise, mais remarquablement bien maitrisé... Pas un instant on ne s'ennuie au fil des pages, et on ne voit pas passer la série, pleine de suspenses palpitants et d'"actions" à couper le souffle, quoique la BD reste relativement "zen". Le dessin de Taniguchi est toujours, sans surprise (puisque son style n'évolue pas au fil des années) fin et racé, avec beaucoup de recherches dans les cadrages pour varier dans toutes ces images de montagnes (néanmoins magnifiques)... Je suis depuis de nombreuses années sous le charme de ce style ultra-précis et travaillé manquant néanmoins quelques fois d'un brin de panache. Ce n'était pas gagné d'avance, mais grâce au talent de Taniguchi et de Baku, cette escalade fut un vrai plaisir.

23/06/2013 (modifier)
Par dut
Note: 4/5 Coups de coeur expiré

Il était évident que j'allais apprécier "Le sommet de dieux" et ce, pour plusieurs raisons. Je suis amateur de montagne, j'ai la chance d'avoir un pied à terre à coté de Chamonix, et c'est l'endroit idéal pour les randonnées, c'est l'endroit en France et même en Europe pour la haute montagne, la magie de Mont-Blanc, tout ça, forcement je "baigne" plus ou moins dedans. Et si un jour j'ai l'occasion de gravir le Mont-Blanc, ça serait magique, bref je digresse je digresse... Tout ça pour dire que lorsqu'on aime la montagne, l'escalade ou la randonnée, "Le sommet de dieux" est forcement pour vous ! Ensuite j'apprécie particulièrement le travail de Taniguchi. J'aime son trait très reconnaissable, très pur, très occidental, finalement assez éloigné du style Mangaka... Et ici avec comme thème la montagne et l'alpinisme, c'est juste magique, on est complétement transporté dans la montagne, l'immersion est totale, on a l'impression de gravir l’Everest ou les Grandes Jorasses avec Habu Joji. On a froid avec lui, on souffre avec lui... La narration est très bien faite, ça aide à être complètement happé par l'aventure ! La construction de l'histoire est plutôt bien fichue, pour éviter de faire une histoire linéaire avec la vie d'Habu Joji (qui pour moi est finalement le vrai héros de l'histoire), on a l'histoire de Fukamachi qui retrouve l'appareil photo supposé appartenir à Mallory qui est mort pendant la 1ere ascension de l'Everest. C'est une sorte de fil conducteur qui va nous tenir aussi en haleine jusqu'à la fin. Mais c'est aussi ce qui va permettre à Fukamachi de découvrir Habu Joji et de mener son enquête sur lui. Je retiendrai 2 passages mémorables dans "Le sommet des dieux", tout d'abord l'ascension des Grandes Jorasses dans le tome 2 et finalement l'ensemble du tome 4 et 5. Alors pourquoi je ne met pas Culte vu l'enthousiasme que je décris, bah tout simplement parce que le tome 3 est clairement en dessous niveau intérêt et intensité, mais ça a eu le mérite de donner un peu plus de profondeur et d'épaisseur aux personnes que sont Fukamachi et Habu Joji, et surtout ça a posé les bases pour des tomes 4 et 5 magnifiques...

17/04/2013 (modifier)
Par McClure
Note: 5/5 Coups de coeur expiré

Le Sommet des Dieux, j'en attendais beaucoup étant féru de montagne et connaissant la renommée de l'ouvrage, j'en attendais bien moins n'étant pas du tout friand de mangas. Ben c'est la baffe. Cette œuvre rentre direct dans mon Top5 perso. Graphiquement c'est superbe, l'auteur est un véritable artiste qui nous immerge dans cet environnement incroyable des montagnes nippones aux grands des Alpes jusqu'au toit du monde, tout est magnifié. Les personnages sont bien rendus, reconnaissables, les villes et décors sont eux aussi fouillés, on est bien loin des trucs moches et sans forme que pour le moment je n'arrivais pas à apprécier. Les montagnes sont incroyables, c'est une grande réussite que de composer des paysages pareils en teintes de gris et de rendre honneur à la majesté des lieux. Visuellement, je rejoins certains sur les bulles, polices et contours qui sont parfois un frein à la lecture (faire rentrer des mots à la verticale en 1 syllabe, bulles gigantesques pour un mot de 5 lettres.....). Mais globalement cela n'a pas pu me sortir de mon plaisir de lecture. Enfin, j'ai toujours cette réserve sur les onomatopées sensées nous faire comprendre, idiots que nous sommes, les situations (Habu a froid, allez hop, des glagla par ci par là, Habu mange, de scrontch et autres slurps). L'histoire, si elle n'est pas exempte de scories (sentimentalisme, redondances) est formidable. Elle nous happe lentement, doucement, puis on n'a de cesse que d'aller au bout de cette ascension, bout du voyage initiatique de Kukamachi, bout de l'irraisonnable obsession de Habu joji (que connaissent nombre de grimpeurs, marins....). J'ai aimé cette très belle illustration de ce sport et de ces hommes qui le pratiquent, loin du star système, se mettant quotidiennement en danger. J'ai grandement apprécié cette introduction par l'enquête qui devient vite secondaire devant l'importance du charismatique grimpeur, lequel devient au fil des pages, de ses relations aux autres, notamment à Hase, le pilier de ce bouquin. L'enquête sur l'appareil permet de modifier plusieurs fois les axes et les points de vue afin de casser le rythme de ce récit qui peut parfois se montrer très lent. Il faut passer cet écueil comme d'autres œuvres méritent d'être lues au delà d'un graphique disgracieux. C'est grandement bien fait, je viens de le lire, je vais l'acheter c'est sûr car quel pied à cette lecture. Il est compréhensible que cela ne plaise pas à tous de la même manière que ça m'a parlé, mais je conseille malgré tout la lecture, il est vraiment de ces classiques qu'il faut avoir lu.

03/04/2012 (modifier)
L'avatar du posteur Mac Arthur

Je m’attendais à un chef d’œuvre et je n’ai eu droit qu’à un récit intéressant. Je m’attendais à une longue lecture et pourtant j’ai dévoré ces cinq tomes en un minimum de temps. Je m’attendais à des décors majestueux et je n’ai eu droit qu’à de petites reproductions. En fait, je ne m’attendais pas à ça… Les points forts : - une intrigue qui rebondit sur plusieurs axiomes. Le récit conserve toujours une part de mystère alors qu’il ne s’agit, en définitive, que d’histoires d’escalade ; - des personnages charismatiques ! Principalement cet alpiniste bourru, sujet principal du récit mais aussi le journaliste/enquêteur/alpiniste, ainsi que toute une galerie de seconds rôles très affinée, très soignée ; - une narration peu envahissante, qui permet d’avancer rapidement dans la lecture, sans avoir le sentiment de piétiner. Les points faibles : - Enormément de redondances ! Combien de fois ne nous sera pas redit la même chose ? De l’appareil photo aux sentiments des protagonistes, tout est dit, répété, encore répété, toujours répété ! A un tel point que même si vous souffrez de pertes de mémoire vous n’aurez aucune peine à suivre ce récit ! A titre personnel, cet aspect de la narration m’a gonflé !!! - Un petit format qui ne favorise pas la retranscription du caractère grandiose des décors. Jamais je n’ai eu le vertige ! Et c’est quand même une déception avec ce type de sujet… Enfin, il y a un (et un seul) passage où le récit d’un exploit physique est tellement dans l’exagération qu’il en devient grotesque (surtout dans ce genre de récit réaliste). A ce moment-là, j’ai vraiment craint le pire (et nous n’en étions alors qu’au deuxième tome) mais, heureusement, le reste me semble crédible. Et puis, il y a cet aspect philosophique. Peut-être le plus intéressant de la série. Cette quête d’identité et cette question, toujours la même : pourquoi escalader des montagnes ? Au final, je ne peux pas dire que je me sois ennuyé. Je n’ai pas été subjugué non plus. Quant à la question du coût : 90 € pour 1.500 petites pages de lecture, ce n'est pas donné mais cela ne me paraît pas spécialement excessif, non plus. Raison pour laquelle je ne déconseille pas l'achat même si, à titre personnel, je suis heureux d'être passé par une location.

01/12/2011 (modifier)
Par Pasukare
Note: 4/5
L'avatar du posteur Pasukare

J’ai lu « K » il y a quelques mois car j’étais un peu effrayée par les 5 gros tomes du Sommet des Dieux, du coup je voulais avoir un échantillon de récits de montagne à la sauce Taniguchi avant d’éventuellement me lancer… Et franchement je n’ai pas été convaincue du tout par ce recueil d’histoires courtes… Cependant, les très bons échos que j’ai eus par la suite m’ont convaincue de tenter ma chance quand même et j’ai donc emprunté le tome 1… et bien m’en a pris ! Cette histoire est tout simplement passionnante et dépaysante et les personnages principaux de la série (le journaliste autant que l’alpiniste bourru) sont vraiment forts et attachants, et c’est presqu’à regret que j'ai refermé le tome 5 en me disant que nos routes se séparaient ici… L’autre force de ce récit est qu’en permanence j’ai eu l’impression qu’on me racontait une histoire vraie, et pas seulement parce qu’elle se place dans un contexte historique avéré. Je reste marquée par les récits des ascensions et de leurs insurmontables difficultés ou lorsque les alpinistes frôlent la mort ou s’interrogent sur leurs motivations à gravir ainsi les sommets les plus hauts et les plus dangereux du monde. Le dessin de Taniguchi colle tout à fait au récit, la force de caractère transparait dans les regards, les attitudes, les paroles. J’ai eu peur que cela traine en longueur dans le milieu de ma lecture, mais les derniers chapitres sont tout aussi entrainants que les tous premiers. J’hésite cependant à conseiller l’achat, c’est quand même un gros investissement. Personnellement, je me contenterai de l’emprunt même si j’ai adoré ma lecture, mais uniquement pour des raisons bassement financières. Dans l’absolu, c’est évidemment une série qui mérite l’achat… encore faut-il en avoir les moyens…

13/11/2011 (modifier)
Par Telenk0
Note: 5/5 Coups de coeur expiré

Je viens de m'enfiler les cinq volumes en cinq jours et vraiment j'ai adoré. Les avis précédents parlent en premier lieu du dessin. C'est vrai qu'il est très beau ( on ressent bien le vent, le froid et la hauteur impressionnante de ces montagnes), mais c'est le scénario qui m'a vraiment scotché. N'étant pas un amateur d'escalade, j'ai pourtant vécu l'histoire de ces grands alpinistes avec beaucoup d'émotion, les encourageant dans leurs ascensions, craignant leur chute... L'intrigue autour de la découverte de l'appareil photo ayant appartenu à un des premiers grands alpinistes m'a aussi captivé, voulant absolument savoir si Mallory avait réussi à atteindre le sommet ou non... Et surtout je me suis fortement attaché au personnage charismatique et "surhumain" de Habu Joji. Mon seul petit bémol concernerait le tome 3 qui tombe trop dans le "banditisme" avec l'enlèvement de la jeune fille, mais bon le reste du tome est quand même très bon. Je trouve des similitudes avec l'excellent L'aigle sans orteil de Lax qui traite aussi du dépassement de soi à travers un sport . Qu'il est bon ce Taniguchi!

28/02/2011 (modifier)
Par Cecilia
Note: 3/5

Je ne lis pas de manga habituellement mais le premier tome de cette série m’a été offert, alors… Au bout d’un long moment je me décide à l’ouvrir et là, quelle agréable surprise, j’accroche directement ! Il faut dire que l’action se déroule principalement au cœur de l’Himalaya, région qui a toujours éveillé ma curiosité, et que l’histoire parle d’alpinisme, discipline qui m’intéresse également. C’est un bon début mais ça aurait pu ne pas suffire. Or ici le récit sait nous tenir en haleine et les fins traits à l’encre, bien que pas toujours très gracieux, représentent si subtilement les faces rocheuses que l’on s’y croirait vraiment. Le fil conducteur de l’histoire fournit un sujet intéressant et c’est avec un réel attachement que l’on découvre, petit à petit avec le narrateur, la vie d’un grand alpinisme (fictif). Pour conclure je recommande vivement cette lecture à tous les amateurs de montagne, mais je crains que la « spécialité » de ce manga ne laisse froid les autres lecteurs. Quoi que… Les très belles descriptions et les captivantes expériences vécues par les personnages pourraient malgré tout en « convertir » plus d’un ! PS : Si je ne recommande pas l’achat ici c’est parce que j’ai malgré tout une réserve pour le graphisme de type « manga » et que cette série de 5 tomes représentent un gros investissement que je ne trouve pas suffisamment justifié (18 € le volume, gloups !).

28/11/2010 (modifier)