Connectez-vous pour cacher cette bannière publicitaire - Commander en ligne : pourquoi BDfugue ?

Johan et Pirlouit

Note: 3.79/5
(3.79/5 pour 38 avis)

Histoires médievales avec 2 héros, mises en scéne par le créateur des Schtroumpfs


Albums jeunesse : 10 à 13 ans Best of 1950-1959 Dupuis Génération Albator Journal Spirou Les BDs à papa Les Schtroumpfs

Au Moyen-Age, deux héros, Johan preux chevalier intelligent et courageux et Pirlouit, son ami trés farceur et futé font partis de la garde du roi. En plus de tout les riques que cela comporte, nos deux héros sont amis avec les schtroumphes, ce qui fait qu'ils se retrouvent souvent dans des aventures aussi diaboliques que dangereuses Tout au long des aventures de Johan et Pirlouit, vous redécouvrirez tout la magie de l'univers de Peyo puis servi par un Pirlouit extremement comique et l'apparition de ses futurs vedettes,les schtroumphes !!

Scénaristes
Dessinateurs
Editeur
Genre / Public / Type
Date de parution Janvier 1954
Statut histoire Une histoire par tome 17 tomes parus
Couverture de la série Johan et Pirlouit

12/02/2002 | Steril
Modifier


Par Josq
Note: 5/5 Coups de coeur expiré
L'avatar du posteur Josq

Autant j'aime Les Schtroumpfs ou Benoit Brisefer, autant le véritable chef-d'oeuvre de Peyo reste sans conteste à mes yeux Johan et Pirlouit. C'est en tous cas celle où l'auteur/dessinateur me semble démontrer le plus son incroyable talent de narrateur et de créateur d'images. Si les deux premiers tomes sont très classiques, la saga décolle dès Le Lutin du Bois aux Roches avec l'introduction du véritable personnage culte de cette bande dessinée : Pirlouit. Personnage comique avant tout, ce dernier n'est toutefois pas enfermé dans ce rôle par l'auteur, qui sait l'utiliser aussi bien pour incarner son humour irrésistible que pour faire avancer l'intrigue quand il le faut. Il permet de mieux mettre en relief Johan, véritable héros de la série, qui menace, comme tout bon personnage principal de cette époque, de se révéler trop lisse car trop parfait. Le mettre en duo avec Pirlouit est la meilleure idée que Peyo ait eue, tant l'alchimie entre les deux personnages est excellente, et joue beaucoup sur l'attachement qu'on leur porte. Ainsi, fort de personnages hauts en couleurs (même les plus secondaires le sont), Johan et Pirlouit peut s'appuyer sur tous les codes du récit médiéval, avec ses complots autour du pouvoir, ses bandits de grand-chemin, ses rois débonnaires et ses chevaliers intrépides, mais aussi sa mythologie fantastique. Alternant les récits plus réalistes avec des intrigues où le surnaturel occupe une grande place, Peyo sait varier les plaisirs en ne tombant jamais dans la redondance, et en renouvelant constamment ses scénarios. Son trait évolue merveilleusement au fur et à mesure de la série, et passés les premiers tomes où le dessin est bon mais pas encore arrivé à maturité, on se régale devant chaque case, tant Peyo a l’œil pour donner corps à son atmosphère médiévale, en apportant un soin tout particulier à chaque détail de chaque case, mais sans surcharger ces dernières. Il trouve un équilibre graphique qui nous rappelle à quel point il est un grand auteur. Du tome 3 au tome 8, donc, on a d'excellents albums, drôles, originaux et captivants. Mais l'âge d'or de la saga réside clairement selon moi dans les tomes 9 à 13, qui se révèlent chacun d'une perfection absolue. Avec l'arrivée des Schtroumpfs dans la saga, Peyo fait décoller cette dernière vers des horizons grandioses. Développant tout leur potentiel comique au fur et à mesure de ces tomes, l'auteur sait les garder au second plan du scénario en gardant ce dernier à échelle humaine. Ainsi, ils viennent renforcer des intrigues déjà de (très) grande qualité. En effet, les scénarios restent toujours très originaux, s'appuyant sur la propension de Pirlouit à faire toutes les bêtises possibles et imaginables et l'environnement magique dans lequel évoluent les personnages. Cela nous occasionne de véritables chefs-d'oeuvre tels que La Guerre des sept fontaines ou Le Sortilège de Maltrochu, à mon sens les deux plus hauts sommets de la saga, dont chaque tome constitue toutefois chacun son tour un sommet à part entière. Enfin bref, pour moi, malgré certains tomes un peu moins bons, Johan et Pirlouit reste une des sagas les plus cultes, et une de celles dont j'ai le plus usé les tomes. C'est toujours un plaisir de s'y replonger, le temps d'une ou plusieurs histoires ! A noter que la reprise par Thierry Culliford n'est pas mauvaise. Evidemment, on est toujours loin des récits de son père, mais n'ayant pas multiplié les albums comme il fera avec Les Schtroumpfs ou Benoit Brisefer, il a réussi à entretenir l'atmosphère globale de la saga sur ses 4 tomes, avec ses forces et ses faiblesses, mais toujours avec fidélité. Donc si on s'attend à une baisse de qualité par rapport aux 13 tomes précédents, ceux écrits par Thierry Culliford constituent un prolongement qui n'a rien de honteux. En tous cas, ce qui est sûr, c'est que les 13 tomes de Peyo sont des incontournables de la BD franco-belge !!!

26/06/2020 (modifier)
L'avatar du posteur Agecanonix

La lecture d'enfance par excellence. Je l'ai découverte avec 2 albums reçus en cadeau : le Serment des Vikings et La Flèche noire ; j'ai aussitôt adoré. C'est le genre de bande qui traverse les années, qu'on peut transmettre à ses enfants, et que l'on peut relire adulte sans honte, un peu comme Tif et Tondu, 2 Bd du journal Spirou qui m'ont vraiment procuré de belles heures de lecture. Si l'on excepte les 2 premiers albums où Johan est un jeune page solitaire, où le dessin n'est pas encore au point et même assez moche, tous les autres sont d'égale qualité, ce qui est assez rare dans une série enfantine ; la série prend plus de corps dès l'arrivée de Pirlouit qui devient l'écuyer et ami de Johan ; ces deux compagnons se lancent dans des aventures passionnantes, dont les scénarios sont loin d'être puérils. Johan est vaillant et rusé, alors que Pirlouit compense par l'agilité et les éclats d'une voix tonitruante les inconvénients de sa petite taille ; tous deux forment un duo complémentaire comme il y en a tant en BD. Le dessin fluide et propre de Peyo, typique de l'école belge, dite école de Marcinelle, convient parfaitement à ce Moyen Age de fantaisie, un peu féerique, où l'humour est attachant ; les décors ne sont pas négligés, les couleurs bien adaptées. Le seul ennui pour moi, c'est l'apparition des Schtroumpfs découverts par nos héros, qu'ils vont hélas éclipser, obligeant Peyo à se consacrer exclusivement à leur propre bande ; c'est dommage, car "Johan et Pirlouit" était de loin bien mieux que la bande des lutins bleus. Les récits excellents et bien structurés avec leur savant cocktail d'aventures pseudo-historiques et d'humour ont fait de cette Bd l'une des meilleures du journal Spirou de la grande époque. Ma note est donc guidée non seulement par la nostalgie, mais autant par la qualité des récits et du dessin.

19/06/2013 (modifier)
Par Gaston
Note: 5/5 Coups de coeur expiré
L'avatar du posteur Gaston

La meilleure série de Peyo qui a malheureusement dû l'abandonner. Dommage car ses derniers albums étaient les meilleurs. Si les deux premiers tomes sont sympathiques sans plus (Johan est tout de même un personnage un peu fade), la qualités arrive enfin avec Pirlouit. Je trouve que ses albums sont prenants et que le dessin de Peyo s'améliore au fil des tomes. Si son style n'atteint pas la qualité d'un Franquin, il avait tout de même un excellent découpage. Ses histoires sont prenantes, remplient d'imaginations et ne prennent jamais les enfants pour des idiots. Les tomes sans Peyo sont d'un niveaux corrects, mais peu mémorable et au final dispensable.

17/09/2007 (MAJ le 20/04/2008) (modifier)