Capitaine Apache

Note: 3/5
(3/5 pour 5 avis)

Une bonne série western, centrée principalement sur les exactions dont étaient victimes les Indiens.


1872 - 1899 : de la IIIe république à la fin du XIXe siècle Indiens d'amérique du nord

L'action débute aux Etats-Unis, à la fin du 19ème siècle... A cette époque, le colonialisme blanc atteint une violence très souvent dramatique... Okada est un jeune métis. Il est né d'Iowa, une Indienne, et de Johnny O'Wilburd -un Irlandais qui a choisi le camp des "peaux-rouges"-. Okada va rapidement devenir un symbole de la révolte des siens, qui lui donneront le surnom de "Capitaine Apache"

Scénariste
Dessinateur
Editeur
Genre / Public / Type
Date de parution Janvier 1980
Statut histoire Histoires courtes 8 tomes parus
Couverture de la série Capitaine Apache
Les notes (5)
Cliquez pour lire les avis

02/10/2006 | L'Ymagier
Modifier


L'avatar du posteur Noirdésir

Déjà, à l'époque où je lisais ces aventures dans Pif Gadget, j'étais passionné par l'univers amérindien. C'était donc une des séries que j'attendais avec le plus d'impatience, je l'aimais bien. Comme souvent dans les séries "Vaillant", il s'agissait de mettre en avant certaines valeurs humanistes. Et ici, le rapport entre certains Indiens et les colonisateurs blancs donne l'occasion de faire ressortir ces valeurs - ou leur négation. Même si l'arrière plan m'échappait, le plaisir que je prenais à lire ces aventures me fait attribuer à la série trois étoiles. La nostalgie joue beaucoup (j'ai eu un peu plus de mal il y a quelques temps lorsqu'un album m'est tombé sous la main). Et c'est clairement à réserver aux plus jeunes pour envisager un achat. Une curiosité, à redécouvrir éventuellement.

20/06/2015 (modifier)
L'avatar du posteur Agecanonix

Dernière grande série réaliste du journal Pif-Gadget, "Capitaine Apache" raconte l'apprentissage d'un jeune métis, Okada, à la dure vie de l'Ouest, tout en résistant au désir de conquête des Blancs. Pour un amoureux de la nation Indienne comme moi, j'ai bien accueilli cette série à l'époque, même si elle n'abordait pas tous les problèmes liés au racisme, à l'incompréhension, et aux massacres perpétrés par les Blancs sur ce peuple magnifique, mais la série livrée en récits complets de 20 planches dans Pif, pour un public plutôt jeune, ne permettait pas cette analyse. Pourtant, la série décrit la période difficile où les Blancs colonisent le Colorado et l'Ouest sauvage, commettant toutes sortes d'exactions, rudoyant bien souvent l'homme rouge, un peu comme on le verra dans le beau film de Kevin Costner Danse avec les loups. Lécureux signe une série franchement humaniste qui incite à la réflexion, beaucoup plus affirmée que dans Loup Noir, autre héros du journal Pif, et avec une méthode analogue à celle qu'il emploie dans Rahan. Le trait de Norma est ici plus rugueux que dans d'autres de ses créations, inspiré d'un combiné entre les styles de Chéret et Giraud. Une bande attachante qui renoue avec les grandes bandes d'aventure du journal Vaillant des débuts, à une époque où les bandes classiques sont abandonnées dans Pif pour faire place aux adaptations dessinées de séries TV.

28/06/2013 (modifier)
Par Gaston
Note: 3/5
L'avatar du posteur Gaston

J'ai lu deux albums parus chez les éditions Soleil. C'est du western pour les jeunes qui se laisse lire, mais il y a rien de vraiment mémorable. Il faut dire que dans ces albums il y a 3 histoires de 12 pages donc Lécureux n'a pas beaucoup de pages pour raconter une histoire, donc elles sont simplistes avec des rebondissements faciles et des personnages sans saveur. J'avoue toutefois que la narration est assez bonne. Quant au dessin, c'est du dessin réaliste comme on voyait dans les publications de l'époque et je l'aime bien. J'aurais bien aimé voir les planches en noir et blanc.

25/06/2013 (modifier)
Par Jugurtha
Note: 3/5

Western tout à fait sympathique. Le jeune métis Okada, né d'une mère apache et d'un père blanc se trouve témoin de bon nombre de petites situations qui ont fait la grande histoire de l'Ouest. Récit de vingt planches en moyenne, ces aventures possèdent une belle documentation, conjuguée au solide sens de l'aventure de Roger Lécureux. Sa narration s'appuie beaucoup de textes descriptifs qui, contrairement à ce que l'on pourrait pense, donnent beaucoup de dynamisme à son travail. Les scénarios sont des démonstrations d'humanisme et de générosité. Le dessin de Norma est complexe, faisant preuve d'une vision très détaillée, mais qui souffre d'une certaine raideur. Il vaut beaucoup mieux en tout cas que le style sous-Giraud dont on l'a trop souvent qualifié. Son western est moderne, ses personnages sont hirsutes et poussiéreux même si la violence est quelque peu gommée. Les couleurs sont souvent "expressives (personnages peints d'une seule couleur, rouge par exemple) ce qui ne rend pas forcément hommage au sérieux de son travail. Un western classique tout public, fait avec métier et talent, qui mérite mieux que l'oubli où il a sombré.

31/05/2007 (modifier)
Par L'Ymagier
Note: 3/5

Okada fait sont apparition dans Pif Gadget n° 347 du 20 Octobre 1975. Il tire une dernière flèche dans "Pif" n°880 du 6 Mars 1986. Pas mal, effet, mais -bon- on a vu beaucoup mieux en 30 ans... BIEN QUE : Lécureux sert ici divers scénarios étoffés qui relatent les révoltes indiennes face à cette colonisation blanche pour qui "Un bon indien est un indien mort..." Bien documenté, j'ai été agréablement surpris lors de la parution hebdomadaire de ces 106 épisodes (si, si !). Lire et suivre "Okada" c'était entrer dans ce monde des "indiens et des cow-boys", mais vu de l'autre côté de la lorgnette. Les scénarios sont bien servi par le graphisme de Norma dont le trait réaliste, souple et nerveux est "dirigé" vers un public "populaire" (dans le bon sens du terme). C'est peut-être cela -malheureusement- qui fait que l'ensemble de la série me paraît -encore actuellement- un peu fade. Belle série humaniste néanmoins, mais déjà oubliée de beaucoup alors qu'elle a disparu il y a "seulement" 20 ans. Vous aimez les belles histoires d'indiens ?... Laissez-vous tenter par ce "Capitaine Apache"... mais ne vous attendez pas à voir gicler le sang ! Un série "politiquement correcte" pour le lectorat de "Pif". "Capitaine Apache" aura l'honneur de 5 albums : les 4 premiers chez "Vaillant" de 1980 à 1981, le dernier chez "Messidor-La Farandole" en 1986. Les tomes 1 et 2 ont été réédités chez "Soleil" en 1995. Le dessinateur : NORMA : une femme ?.. Ben non, il s'agit de Nobert MORANDIERE, dit Norma, dessinateur-scénariste de nationalité française, né à Alger le 20 Février 1946. Inconnu ?... Ben non... plusieurs de ses séries ont été avisées sur ce site : Pieter Hoorn, Les Souvenirs de la pendule, Le Bossu.

02/10/2006 (modifier)