Les Vestiges de l'Aube

Note: 3.2/5
(3.2/5 pour 5 avis)

Serge Le Tendre et Frédéric Peynet nous offrent une histoire de vampires décalée, mais terriblement réaliste qui se passe à New York aujourd'hui !


Adaptations de romans en BD New York Serge Le Tendre Vampires

Barry Donnovan est un flic dévoré par le désespoir depuis les attentats du 11 Septembre, lors desquels sa femme a péri dans l'effondrement d'une des tours... il trouve cependant du réconfort sur Internet grâce à des discussions qu'il a, chaque soir, avec un certain Werner Von Lowinsky, aristocrate cultivé et attentif. Peu à peu, sans qu'ils se soient jamais rencontrés, une complicité entre les deux hommes se tisse, Werner semblant étrangement réceptif au drame qu'a vécu Barry. Werner a en fait lui-même connu une histoire dramatique et violente impliquant sa famille, il y a cela longtemps, très longtemps, avant qu'il ne devienne... un vampire !

Scénaristes
Dessinateur
Editeur
Genre / Public / Type
Date de parution 14 Mars 2014
Statut histoire Série terminée 2 tomes parus
Couverture de la série Les Vestiges de l'Aube
Les notes (5)
Cliquez pour lire les avis

30/03/2014 | Jurin
Modifier


Pas mal, mais pas mieux. Le traitement de l'histoire est très classique, avec un vampire de nos jours qui veut renouer avec la civilisation. Je n'ai pas trop aimé le côté geek 2.0 du vampire, et sa rencontre avec son futur meilleur nouvel ami humain. J'ai surtout apprécié le 1er tome que j'ai trouvé accrocheur, avec une intrigue qui donne envie de poursuivre, mais le 2ème et dernier tome m'a plutôt déçu. Trop simpliste et facile à mon goût. Le dessin n'a rien de particulier, assez classique mais je ne l'ai pas trouvé très fin. A lire à l'occasion

11/11/2015 (modifier)
L'avatar du posteur Mac Arthur

Ce récit parvient à la fois à être très classique mais aussi plutôt original. Jugez-en ! D’une part, nous avons un récit policier ultra-classique avec, en vedette, un flic new-yorkais meurtri psychologiquement par la mort de son épouse et de sa petite fille. Ce dernier enquête sur une série de crimes sans liens apparents. Sa route croisera celle d’une call-girl pas tout à fait nette et il aura, pour l’épauler, un partenaire paternaliste et une médecin légiste compétente, sexy et tranchante comme un scalpel. En résumé : New-York, flic borderline, call-girl témoin, partenaire paternaliste, meurtres en série, médecin légiste sexy… On se croirait dans une série télé ! Oui, mais voilà ! Dans l’ombre de notre pauvre policier va surgir… un vampire. Un vampire las de sa solitude et de son isolement, touché par le mal-être du flic et bien décidé à l’aider grâce à ses pouvoirs pour le moins particuliers (grosses canines, poigne d’acier et maîtrise de l’espace aérien, entre autres choses). Le tout nous est raconté à la première personne (celle du vampire). Classique et original, vous disais-je. Le résultat, c’est un récit assez prenant. Le découpage est bon, le dessin est soigné. Malheureusement, la présentation des deux personnages principaux truste une bonne partie de l'espace, ce qui n’empêche pas l’un ou l’autre passage plus musclé. Mais, voilà, au terme de ces deux tomes, j'ai un goût prononcé de trop peu en bouche. l'enquête en elle-même se révèle tellement classique dans son intrigue (réfléchissez à trois choses qui pourraient réunir 6 mâles ayant plus ou moins le même âge, l'une des trois est la solution du 'mystère' ) que l'intérêt du récit, je l'ai trouvé dans ses deux personnages vedettes. Ils mériteraient de se retrouver dans au moins une suite, histoire d'enfin pleinement exploiter le potentiel de leur étrange amitié. Ah oui, un dernier mot : ici, les vampires se transforment en faucon et se voient dans les miroirs. C’est là, à mes yeux, la preuve même que David Khara (l’auteur du livre qui est ici adapté) aime jouer avec les codes classiques pour les revisiter à sa manière. Classique et original, on n’en sortira pas… Mais frustrant dans ce format en deux tomes car les deux personnages centraux avaient un beau potentiel.

04/04/2014 (MAJ le 30/04/2015) (modifier)
Par Erik
Note: 3/5
L'avatar du posteur Erik

Les vestiges de l'aube est une histoire qui mêle les vampires au destin d'un homme qui a perdu sa femme et sa fille dans les attentats du 11 septembre 2001. Bref, c'est comme si Wall Street rencontrait Twillight dans World Trade Center. Le récit se passe à l'automne 2003 où un tueur en série sévit dans les quartiers huppés de New-York. Au premier abord, on est tenté de remarquer que les faits sont assez improbables. On remarquera que Donovan refuse de boire un verre avec une belle collègue mais se laisse séduire par un inconnu rencontré sur internet. L'auteur essaye de faire assimiler tous ces faits au lecteur mais cela passe assez difficilement. Fort heureusement, il est sauvé grâce à une intrigue plutôt fluide donc efficace. On ne s'ennuie pas et c'est bien là l'essentiel. Cependant, il faut quand même dire que ce n'est guère convaincant. Une oeuvre surestimée.

02/01/2015 (modifier)
Par Spooky
Note: 3/5
L'avatar du posteur Spooky

Malgré ses maladresses, j'avais bien aimé le premier roman de David S. Khara. Une histoire de vampires suffisamment originale pour être signalée, et à vrai dire, je m'attendais plutôt à la voir adapter au cinéma. Mais Serge Le Tendre s'est attelé à la tâche, et très vite on sent la patte du vieux briscard. Il gomme certaines incohérences, raccourcit l'intrigue, un peu trop même. J'aurais vu ça en trois tomes plutôt qu'en deux, mais les contraires éditoriales d'aujourd'hui étant ce qu'elles sont, il faudra s'en contenter. De même l'adaptation gomme en partie l'ambiance que Khara avait réussi à installer, faite d'angoisse et de peur de l'inconnu. ici Donovan a à peine le temps de s'étonner des circonstances meurtres. Le boulot de Frédéric Peynet est plutôt bon. Il a un style proche de celui de Philippe Francq (Largo Winch), mais avec moins de raideur. S'il est plus accessible, je trouve qu'il manque un peu de personnalité. Je suis curieux de lire la suite et fin.

18/09/2014 (modifier)
Par Jurin
Note: 4/5

Basé sur le roman de David Khara, le premier tome de ce diptyque débute avec des meurtres en série dont les principales victimes sont issues du monde de la finance. Avec le concours de Barry Donavan la police enquête, ce dernier s’est lié d’amitié via le net avec Werner Von Lowinsky né il y a 200 ans. Le récit est prenant, limpide et cohérent, je ne suis pas trop passionné pas les histoires de vampires mais ici c’est assez atypique et ce récit se démarque assez fort des histoires traditionnelles. Le suspense est au rendez-vous, on passe sans cesse d’un personnage à l’autre avec beaucoup d’aisance, attention âmes sensibles s’abstenir c’est parfois assez violent. Le dessin de Fréderic Peynet est remarquable, pas de problèmes avec les personnages et aussi un dessin très bien proportionné, que les scènes soient rapprochées ou éloignées. Un premier tome d’excellente facture, j’espère un tome 2 du même acabit pour faire des « Vestiges de l’aube » un diptyque de référence.

30/03/2014 (modifier)