Les Ados

Note: 1.29/5
(1.29/5 pour 7 avis)

Vivre avec deux adolescents est loin d'être une sinécure, Florence Cestac, qui sait de quoi elle parle, décortique avec un humour dévastateur et sans complaisance le comportement adolescent en milieu parental, et vice-versa : irresistible !


Adolescence La BD au féminin

Vivre avec deux adolescents est loin d'être une sinécure, Florence Cestac, qui sait de quoi elle parle, décortique avec un humour dévastateur et sans complaisance le comportement adolescent en milieu parental, et vice-versa : irresistible ! Laura et Ludo sont deux adolescents dans la fleur de l'âge ingrat. Ils en font voir de toutes les couleurs à leurs parents et inversement. A travers des scènes de la vie quotidienne, les us et coutumes de cette étrange espèce qu'est l'adolescent sont confrontés à l'incompréhension des parents : un choc des cultures et des générations qui fera rire aussi bien les parents que leurs enfants ! L'album est composé de gags en une page et d'illustrations.

Scénariste
Dessinateur
Editeur
Genre / Public / Type
Date de parution Mai 2006
Statut histoire Strips - gags 4 tomes parus
Couverture de la série Les Ados
Les notes (7)
Cliquez pour lire les avis

19/05/2006 | Ro
Modifier


L'avatar du posteur Mac Arthur

Mwouais, bof … Déjà, le style de Florence Cestac, s’il m’amuse à faible dose grâce à sa spontanéité et son expressivité, a tendance à me saouler à la longue. Les mimiques sont souvent identiques et les gros nez bovins de ses personnages finissent par carrément me déranger. Ensuite la jeunesse que décrit l’artiste me semble être un étrange croisement entre les ados des années ’70-’80 et ceux d’aujourd’hui. En effet, outre un grand nombre de références actuelles (la techtonik, les styles vestimentaires, les gsm et autres moyens de communication, la gestion des déchets, …), l’auteure attribue à ses personnages des comportements que je trouve très datés et qui me donnent le sentiment d’avoir devant moi de « vieux » ados confrontés à la société actuelle. J’ai bien conscience qu’un ado reste un ado, qu’il soit d’hier ou d’aujourd’hui, j’ai pourtant la conviction que l’évolution de la société influe sur celle de la jeunesse et que, donc, le mode de raisonnement d’un ado actuel n’est plus semblable à celui de l’ado que je fus (il est également possible que ce soit moi qui, plus simplement, deviens un vieux con, je n’en disconviens pas …) Mais, surtout, j’ai trouvé les gags de ces albums très moyens pour ne pas dire plus. Et si le premier tome m’a encore fait sourire de temps à autre, et même rire lors de la confrontation entre un des personnages et le texte de « la Chèvre de monsieur Seguin » (un excellent gag, à mon avis, et de loin celui que j’ai préféré), arrivé au troisième, je n’ai plus trouvé que lieux communs, réflexions banales et chutes mal amenées. J’espérais mieux après avoir vraiment bien aimé « Super catho » et relativement bien apprécié « Le Démon de midi » (du moins son premier tome). Je ne découragerais pas la lecture du premier tome, mais crains que la suite ne vous laisse qu’un mauvais souvenir. Fade …

15/01/2010 (modifier)
Par Erik
Note: 1/5
L'avatar du posteur Erik

Peut-on ne pas aimer un auteur célèbre ayant déjà gagné un prix à Angoulême ? Réponse : oui, cela peut arriver si on trouve sa bd un peu affligeante. Je ne souhaite pas en rajouter par rapport aux précédents avis où il semble y avoir unanimité contre ce one-shot. Pourtant l'idée n'est pas mauvaise en soi. C'est la vision qu'à l'auteur des ados qui ne correspond pas à l'air du temps, ni d'ailleurs au langage ados. On voit que c'est une bd réalisée par une adulte. Nul doute qu'elle éprouve de la tendresse même si elle les décrit comme égoïste et superficiel. Je ne souhaite faire aucun procès d'intention contre Cestac mains on n'aime ou pas. Encore une fois je n'aime pas les bd compartimentées dans un thème bien précis : après les ados, à quand les retraités ?

08/07/2008 (modifier)
Par Spooky
Note: 1/5
L'avatar du posteur Spooky

Je serai carrément plus radical que Ro : cet album est nul ! Non mais franchement, faire une série de gags sur les adolescents, la classe d'âge la plus difficile à saisir, il fallait déjà être suicidaire. C'aurait pu être un peu intéressant, s'il y avait une once d'intelligence dans la réalisation. Or, que nous propose Florence Cestac ? Une suite de... je ne peux pas dire "gags", vu que j'attends toujours la chute de la plupart des planches... On a des "situations", où les deux ados, Laura et Ludo, sont soi-disant montrés dans leur vie quotidienne, ce qui fait soi-disant leur identité d'adolescents... Rien ne fonctionne, rien de rien. C'est d'une beaufitude affligeante. Le dessin de Florence Cestac, si particulier, ne dessert ni n'arrange les histoires. On dirait du travail de commande de bas étage, et le résultat est une énorme escroquerie.

19/05/2006 (MAJ le 03/06/2008) (modifier)
Par Gaston
Note: 1/5
L'avatar du posteur Gaston

Quelle bande dessinée insignifiante ! A la lecture, j'ai détesté ce one-shot. Jamais vu des 'gags' aussi pas drôles et j'ai parfois l’impression que l'auteur n'aime pas les jeunes. Tout d'abord, je n'aime pas trop le style de dessin de Cestac. Je le trouve un peu moche et les couleurs rendent le travail un peu hideux. Quant au scénario, ce n'est qu'une suite de clichés sur les adolescents. J'ai 16 ans et à part le fait que je lis des mangas, je ne me reconnais pas beaucoup dans cette caricature. Ni beaucoup des élèves de l'école. Peut-être qu'on est des extraterrestres ou que les ados français sont différents des ados québécois. En tout cas, l'humour ne m'a même pas fait sourire une seule fois.

29/12/2007 (MAJ le 29/12/2007) (modifier)
Par L'Ymagier
Note: 1/5

Non mais, c'est quoi "ça" !?!... L'auteur aurait "étudié" un panel d'ados "en milieu naturel" et a tenté de m'emmener dans une sorte de guide de survie intergénérations. "Ses" ados ?... Ils ont leur musique, leur style vestimentaire, leur langage... Certains tentent même d'initier leurs parents aux mangas et à l'écologie... Et tout ça me vaut, de la part de Cestac, un opus de 48 pages faits de gags en une page. Des "gags" ?... Faut se calmer, ma vieille !... J'ai été ado, mon fils l'a été ; et je me faisais une joie de (re)découvrir une partie de ce que j'avais pu être, ce au travers du regard de quelqu'un d'autre... Ca ne m'a pas fait rire. Du tout !.. C'est d'une niaiserie plus qu'abêtissante. N'est pas Reiser ou Gotlib qui peut ! Les ados ?... Un album vide... mais rempli de poncifs visuels qui vous font passer, vous, les "djeunes", pour des gugusses. "Ils" ont leur appareil dentaire, le nombril visible, la raie des fesses au-dessus du slip, les vêtements chiffonnés... ET ALORS !?!... ça vous gêne, Madame Cestac ?... faudrait-il que nos ados s'habillent comme au temps de Bécassine ?... Je me faisais une joie à l'idée de replonger dans une partie de mon adolescence. Peine perdue ; comme les quelque Euro que m'a coûté cet album grotesque ! Très petite note ; et encore : on ne sait mettre moins.

19/12/2006 (modifier)
Par Cassidy
Note: 1/5

Ma première lecture de Florence Cestac, je m'en souviens, j'étais jeune, c'était Les déblok dans le journal de Mickey, et déjà à l'époque ça m'avait bien dég' de voir que mes chères aventures de Mickey, Donald et consorts avaient été remplacées par ce truc nul, pas drôle et moche... et pourtant en ce temps-là, j'étais comme tous les mômes, plutôt bon public, hein ! Voir qu'aujourd'hui, cette dame fait toujours partie du paysage BDesque français, qu'elle publie toujours régulièrement des albums nonobstant la médiocrité de son dessin, la ringardise de son humour et la bêtise générale de son propos (et, tant qu'on y est, le peu d'enthousiasme qu'elle semble susciter sur un site comme celui-ci) ne laisse pas de m'étonner. Si j'étais méchant, je dirais qu'elle a eu de la chance d'épouser un auteur/éditeur de BD. Bref, donc, voilà, son nouveau truc, "Les Ados", c'est le genre de BD pas terrible comme on peut en lire dans certains hebdos grand public, à base de gags moisis, et plutôt destiné aux non-fans de bande dessinées. C'est le point de vue sur la jeunesse d'aujourd'hui d'une vieille dame de presque 60 ans qui rêverait d'être encore "dans le coup" (comme on disait dans sa jeunesse à elle) mais n'a pas l'air de savoir vraiment de qui elle parle. Ses dialogues sonnent faux, ses situations sont bébêtes, ses gags sont éculés et pas marrants, son humour est toujours aussi ringard qu'il y a 20 ans, et son dessin n'a pas plus évolué, c'est toujours du gros-nez assez médiocre. Enfin bref, tout ça pour dire que "Les Ados" est vraiment une mauvaise "BD de papa" sans intérêt, que vous pouvez éviter sans regret.

21/10/2006 (modifier)
Par Ro
Note: 2/5
L'avatar du posteur Ro

Ah, c'est formidable : je suis parent de deux adolescents, un garçon boutonneux et une fille égocentrique, et je m'y reconnais parfaitement ! Qu'est-ce que j'ai ri : c'est tout à fait ça ! Oh, et j'ai d'autres amis parents d'ados eux aussi, qu'est-ce qu'ils vont rire quand je vais leur offrir cette bande dessinée ! Heu... Non, en fait, c'est pas du tout ça. Peut-être est-ce parce que je ne suis pas le coeur de cible de cet album mais ce qui est certain, c'est que je n'ai pas ri du tout à sa lecture. La caricature de l'adolescent de base est facile voire classique en humour (Antony Kavanagh et Elie Semoun ont déjà donné par exemple) et parfois elle est vraiment drôle. Mais ici, non. Le sourire est plus que rare à la lecture de ces gags bateaux et clichés. Cela se laisse lire, on peut profiter de ces quelques sourires et reconnaitre certaines scènes vécues, mais cela ne suffit pas à conseiller une lecture et surtout pas un achat. Quant au dessin, je n'aime pas le dessin de Florence Cestac à la base, mais je trouve en outre que dans cet album les couleurs sont particulièrement moches, ce qui n'arrange rien.

19/05/2006 (modifier)