Connectez-vous pour cacher cette bannière publicitaire.

Messire Guillaume

Note: 3.43/5
(3.43/5 pour 23 avis)

Angoulême 2010 : Prix Intergénérations pour l'intégrale Une quête du père dans des contrées moyenâgeuses étonnantes. Guillaume de Saunhac n'a jamais pu accepter la mort de son père. Et lorsque sa mère accepte la proposition d'union de messire de Brifaut, il vit mal les perspectives de compagnie de ce beau-père si peu apprécié. Le jour du départ pour leur nouvelle demeure, sa soeur, Hélis, disparaît. Les hommes de Brifaut partent à sa recherche, en vain. Leur mère, Philomène, est inquiète, car la région grouille de dangereux pillards. Guillaume, lui, est déchiré : son devoir est-il de suivre sa mère ? De rechercher sa soeur ? Devait-il la croire lorsqu'elle affirmait que leur père n'était pas mort ?... Guillaume doute, et choisit finalement de retrouver Hélis. Avant de partir, il remplit sa besace d'ingrédients médicinaux qu'il prend dans le laboratoire paternel. Herboriste, son père les utilisait pour soigner les gens par magie blanche.


Angoulême : récapitulatif des séries primées Collection Repérages Journal Spirou Les prix lecteurs BDTheque 2006

Une quête du père dans des contrées moyenâgeuses étonnantes. Guillaume de Saunhac n'a jamais pu accepter la mort de son père. Et lorsque sa mère accepte la proposition d'union de messire de Brifaut, il vit mal les perspectives de compagnie de ce beau-père si peu apprécié. Le jour du départ pour leur nouvelle demeure, sa soeur, Hélis, disparaît. Les hommes de Brifaut partent à sa recherche, en vain. Leur mère, Philomène, est inquiète, car la région grouille de dangereux pillards. Guillaume, lui, est déchiré : son devoir est-il de suivre sa mère ? De rechercher sa soeur ? Devait-il la croire lorsqu'elle affirmait que leur père n'était pas mort ?... Guillaume doute, et choisit finalement de retrouver Hélis. Avant de partir, il remplit sa besace d'ingrédients médicinaux qu'il prend dans le laboratoire paternel. Herboriste, son père les utilisait pour soigner les gens par magie blanche. Après avoir échappé aux hommes de Brifaut et à de cruels mercenaires, Guillaume fait la rencontre inattendue d'un chevalier solitaire et bienveillant qui accepte de l'aider : de Brabançon. Au fil des jours, Guillaume se découvrira des aptitudes étonnantes. Tout au long du voyage, apparaîtront des présages qui l'encourageront à persévérer. De plus en plus étranges, de plus en plus difficiles à croire. Texte : Dupuis

Scénariste
Dessinateur
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution 04 Janvier 2006
Statut histoire Série terminée 3 tomes parus
Couverture de la série Messire Guillaume
Les notes (23)
Cliquez pour lire les avis

05/01/2006 | ArzaK
Modifier


Par Puma
Note: 4/5

Lecture de l'intégrale N/B en format italien tout en superbes crayonnés ; c'est très beau visuellement ! 3* ou 4* ... hésitation. Même si 4* peut sembler généreux, 3* aurait été trop sévère pour cette série qui reste une belle réussite tant du point de vue graphique que scénaristique, étant entendu qu'elle est adressée à un public enfantin pré-adolescent et que c'est dans cet esprit qu'il convient de la lire. L'auteur s'est cherché une fin un peu tirée par les ficelles, d'où mon hésitation sur la cotation. Sympathique moment de lecture et d'évasion, surtout du fait du très beau crayonné N/B.

05/08/2018 (modifier)
L'avatar du posteur Noirdésir

C’est amusant, mais le début du premier tome m’a fait un peu penser à Johan et Pirlouit par son moyen-âge doucement merveilleux (même si ici plus violent). La chèvre qui accompagne Guillaume étant le pendant de la Biquette de Pirlouit… Il faut dire que le dessin de Mathieu Bonhomme est pour beaucoup dans la fluidité de la lecture, chouette, simple. Le fantastique, qui affleurait par intermittence, devient omniprésent dès le deuxième tome (après une dernière page du premier très intrigante à ce propos). Cela penche brutalement vers le fantastique, en s’éloignant de l’univers dépeint dans le premier album. Le bestiaire introduit par De Bonneval est très riche et onirique (même si l’on ne s’attarde jamais très longtemps sur ces créatures, éliminées ou abandonnées au fil de l’aventure de Guillaume). Apparaît aussi le Prêtre Jean, personnage typique d’un moyen-âge à la fois mystique et merveilleux, dont le royaume mythique, tantôt situé en Asie, tantôt en Afrique était une sorte d’Atlantide chrétienne entre les XIIe et XIVe siècles. Le troisième album est plus apaisé, le fantastique s’estompe (le chat en est l’ultime avatar), on retombe dans une réalité « normalisée ». Mais, hélas, je n’ai pas vraiment aimé la fin de l’histoire, trop lisse, et manquant singulièrement de caractère : cette chute décevante (et pour le coup vraiment peu crédible, alors qu’on est pourtant dans la partie la moins fantastique du triptyque !) me fait arrondir aux trois étoiles. Note réelle 3,5/5.

27/04/2017 (modifier)
Par Gaston
Note: 3/5
L'avatar du posteur Gaston

Un peu déçu par cette série. J'aime toujours le dessin de Matthieu Bonhomme que je trouve fluide et dynamique, mais le scénario n'est pas aussi bon que je l'espérais. Je ne dis pas que le scénario est mauvais et d'ailleurs je ne me suis pas du tout ennuyé, mais il y a des défauts qui ont fait en sorte que je trouve cette série moyenne. Je trouve que parfois le rythme est un peu trop rapide et c'est particulièrement le cas dans le dernier tome. L'arrivée du fantastique dans le deuxième tome ne m'a pas dérangé, mais au final j'ai eu l'impression que tout ce qui s'est passé dans ce tome ne servait finalement à rien. J'ai l'impression que les auteurs avaient prévu plusieurs tomes, mais que pour une raison quelconque ils ont du bâcler leur histoire dans le tome 3.

21/12/2013 (modifier)
Par fab11
Note: 3/5

Je ne connaissais absolument pas cette série. Je suis tombé sur l'intégrale de celle-ci par hasard dans les rayons de la médiathèque et j'ai été attiré par le format à l'italienne de cette dernière et surtout par le dessin de Matthieu Bonhomme. J'ai trouvé celui-ci très agréable et le fait qu'il soit en noir et blanc (contrairement aux trois tomes originaux) n'a fait que conforter ma volonté d'emprunter ce très bel objet. L'histoire de cette série commençait plutôt bien car elle se déroule en plein Moyen-Âge, une période historique que j'affectionne beaucoup. Le scénariste Gwen de Bonneval nous fait suivre les aventures d'un jeune garçon nommé Guillaume qui recherche sa sœur disparue et qui pense pouvoir rentrer en contact avec son père décédé quelques années plus tôt. Tout de suite l'auteur nous fait comprendre que le fantastique va faire son apparition dans cette histoire. La première partie se déroule dans un monde réel et dangereux. La vie à cette époque n'avait rien d'agréable car la mort était souvent au rendez-vous, en effet les villages étaient fréquemment pillés. L'auteur nous retranscrit parfaitement le côté dangereux de cette période, ainsi que les principes de la chevalerie, à savoir la protection des plus faibles par les chevaliers. Le scénariste s'est énormément documenté et il réussit nous faire voyager dans le temps pour notre plus grand plaisir. Puis l'histoire devient étrange car l'auteur nous envoie avec Guillaume dans un monde fantastique où les hommes côtoient des créatures merveilleuses (par contre je ne vous dis pas pourquoi notre héros s'y retrouve). Je pense comprendre pourquoi certains posteurs ont eu du mal avec cette partie de l'histoire car le surnaturel ne semblait pas avoir une place obligatoire dans cette histoire, mais malgré tout elle continuait à me plaire. C'est la fin de ce récit qui m'a un peu plus agacé car je l'ai trouvé bâclée, trop simple et je dirais même peu crédible. Mais bon j'ai quand même passé un bon moment de lecture, alors je ne vais être trop médisant. Par contre comme je l'ai déjà signalé le dessin est très beau. Ce style particulier m'a énormément plu. Je pense que la version en noir et blanc y est pour beaucoup, alors faites comme moi optez pour cette version, vous ne le regretterez pas. Je recommande donc aux amateurs de récits médiévaux-fantastiques de se lancer dans cette sympathique aventure, qui je le rappelle a reçu le prix Intergénérations au festival international de la bande dessinée 2010, à Angoulême.

08/12/2013 (modifier)
Par Tomeke
Note: 2/5

J’ai une idée bien précise de ce que je reproche à cette série : la fin. Après un très (très) bon départ, le médiéval laisse apparaître sa touche fantastique. Le choix ne m’a pas dérangé car il est assumé à fond et le rythme est bon. Au fur et à mesure, des questions se posent et la qualité se maintient jusqu'à la dernière partie du récit. L’intégrale en noir et blanc m’a permis de pleinement profiter du trait que j’ai trouvé magnifique. Les crayonnés sont maîtrisés et le format à l’italienne sied très bien à ce graphisme. Les planches avancent et… je n’obtiens toujours pas mes réponses ! Je commence presque à paniquer: je sens que je m’approche de la fin de l’album et, au final, les réponses n’arrivent pas. Pire, et je déteste ça, je ressors frustré de ma lecture. Ma conclusion : 4/5 pour les deux tiers de l’album. La fin – mais quelle fin ?- est en dessous de tout pour moi. Ma note ne peut dès lors dépasser 2/5…

30/01/2012 (modifier)
Par Miranda
Note: 3/5
L'avatar du posteur Miranda

« Messire Guillaume » est une lecture distrayante sans plus. Je trouve qu’il y a comme un petit déséquilibre dans l’histoire. L’auteur ne semble pas vraiment quel genre choisir : du médiéval ou du fantastique ? Du fantastique ou du médiéval ? Les scènes alternent 100% fantastique avec 100% réel. De plus, je n’ai pas vraiment apprécié le personnage de Guillaume, pas assez mûr à mon goût et qui donne une note un peu trop adolescente au récit, j’aurais préféré un jeune adulte dans ce rôle. L’histoire comporte par d’ailleurs quelques facilités scénaristiques, et le tout est laisse une sensation d'artificialité. Par ailleurs, je n‘ai ressenti aucune émotion de la part de Guillaume, de sa sœur, sa mère ou autre personnage, en dehors peut-être de ceux du passage fantastique qui sont plus vivants, les autres semblent jouer un rôle, mais jouent moyennement bien. Le dessin est à l’image du scénario, sympathique et agréable, mais on ne s’extasie ni devant le trait, ni les couleurs, ni le découpage. Connaître la suite ne me titille pas, mais si je tombe dessus, par curiosité je la lirai peut-être.

27/06/2011 (modifier)
Par Ubrald
Note: 3/5

Note sur les deux premiers tomes uniquement. Le dessin très « crayons de couleur » est magnifique de simplicité et de pureté, quelque soit l’opus. Concernant le récit, Un tome 1 très réussi. Un tome 2 décevant. Pourtant ses ingrédients étaient alléchants : onirisme, mystique, rêve, mythologie moyenâgeuse… mais tout cela sans véritable liant. La trame de fond trop lâche n’est pas facilement lisible, le lecteur en est réduit « à supposer que... » et c’est désagréable. Les points forts du tome 1, simplicité, clarté et efficacité du récit se sont perdus en chemin. Peut-être cependant que l’ensemble prend sens et corps dans le 3ème et supposé dernier tome. Je n’ai pas la motivation pour le lire.

01/11/2010 (modifier)
Par scuineld
Note: 4/5

J'ai découvert cette série via l'intégrale. Je parlerai donc uniquement de cette édition. Au niveau du contenant, je dois dire qu'il est des plus joli (même si pas des plus uniformes à caser dans sa bibliothèque) La finition est plus que correcte, le papier est OK pour moi (au contraire de certains qui le trouvent trop fin), la jaquette recouvrant une couverture blanche est un plus (d'un point de vue beauté, car pour la lecture, c'est assez ennuyant, comme toute jacquette qui se respecte) et le dessin de couverture utilise un dessin cohérent avec l'histoire et dans de biens jolis tons... Passons maintenant à l'aspect graphique. Comme cette intégrale est en noir et blanc, je ne parlerai pas des couleurs, mais plutôt des tons de gris, noirs et autres hachures. Ceux-ci sont utilisés de manière judicieuse et permettent de bien faire ressortir les perspectives. Au contraire, certaines cases n'en ont pas (ou si peu), afin de dégager un certain "flou artistique" (qui pourrait représenter une vision dans le brouillard, par exemple). Bref, du tout bon. Au niveau dessin maintenant, tout est en finesse, donne un aspect "lisse" (j'arrive pas à trouvé un autre mot) et propre, bine fini et est des plus agréables à regarder. Certaines planches sont même de toute beauté (la première, déjà). Et, pour moi, cette beauté est renforcée par le noir et blanc (j'ai feuilleté la version couleur en magasin et j'ai été déçu - les couleurs ne renforcent pas cette beauté). Et pour ce qui est de scénario... Dans l'ensemble, c'est une histoire agréable, qui se lit sans prise de tête. On se laisse porter par l'aventure au gré des rencontres. On ne peut pas dire qu'elle révolutionne un genre, mais est-ce vraiment important quand le plaisir est là? Un petit mot cependant sur le tome 2. Celui-ci ne se passe pas dans le monde réel (de Guillaume), mais "autre-part". Si ce long passage (un tome quand même) permet de découvrir d'autres contrées et un bestiaire imaginatif et jouissif, je reste mitigé quant à son intégration dans la série. Il fait un peu "tache" et aurait dû être mieux intégré (meilleure explication du pourquoi et du comment de ce passage - même si on comprend plus ou moins). Surtout que ces "autres contrées" sont abordées dans le tome 1, mais ne laissent pas présager de cela... Ajoutons à cela un autre point qui m'a dérangé: l'utilisation des graines magiques. Guillaume est l'air aussi étonné que le lecteur de leur utilité. Pourtant, il a l'idée de les utiliser... En fait, elles donnent plus l'impression de facilité scénaristique qu'autre chose (mais ce n'est probablement pas voulu par les auteurs, qui auraient alors du mieux intégrer cet aspect dans l'histoire). Pour terminer, un petit mot sur la fin: est-ce vraiment la fin de la série ou est-ce la fin d'un "cycle". Si on regarde sur le site Dupuis (et sur ce site aussi), à l'heure où j'écris ces lignes, la série "Messire Guillaume" est indiquée comme terminée. Mais, par contre, sur le site Dupuis, la "série" "Messire Guillaume - L'intégrale" est en cours et ce volume est le tome 1... Je reste d'autant plus indécis quant à la réponse à cette question que la fin du tome 3/ de l'intégrale 1 est assez ouverte que pour continuer mais pourrait également être vue comme une vraie fin (ce qui ne serait pas dérangeant)... Au final, une bonne série avec un joli graphisme et une histoire sympa, mais agrémentée de deux "faiblesses". Mais comme j'ai pris un réel plaisir à la lecture, allons-y pour un 4/5, mais de justesse...

18/03/2010 (modifier)
Par PAco
Note: 4/5
L'avatar du posteur PAco

Avec un tel prénom, cette série médiévale se devait d'être à la hauteur des légendes qu'elle augure... Et c'est réussi ! Matthieu Bonhomme et Gwen de Bonneval nous proposent une série jeunesse d'une très grande richesse qui sait puiser dans tout le bestiaire et imaginaire de l'époque pour nous camper un univers envoutant. Car si le début de la série prend racine dans le quotidien bien terre à terre, tout en distillant judicieusement les fils de l'intrigue qui se tisse petit à petit, on bascule surtout dans le second tome dans un univers fantastique des plus riches ! Et si Guillaume semble subir plus que maitriser pour l'instant ses aventures dictées par la quête de son père, ce ne sont pas les rebondissements et les rencontres qui manquent. Pourtant, loin de nous noyer sous une foule de personnage creux, chaque personnage, même s'il n'apparait pas longtemps est travaillé. On sent vraiment la richesse de cet univers ! Côté dessin, on retrouve le dessin qui caractérise Matthieu Bonhomme : sobre, efficace, très expressif. Il faut un temps d'adaptation aux couleurs appliquées dans des camaïeux d'aplats, mais une fois habitués, on ne peut qu'admirer la maitrise et le rendu des ambiances. Une BD d'une grande richesse, toute en finesse et en imagination dont j'attends la fin avec impatiente, en attendant les questions qui restent pour l'instant en suspend...

24/04/2009 (modifier)
Par Altaïr
Note: 3/5

Mathieu Bonhomme est un grand, très grand dessinateur de BD, et il nous le prouve une fois de plus dans ce "messire Guillaume". On y retrouve son style faussement simple, toujours parfaitement fluide et lisible, et surtout ses cadrages et compositions d'une grande beauté, poétiques et expressifs. Les couleurs de Walter mettent parfaitement en valeur les planches, et j'aime particulièrement le camaïeu de tons d'automne qu'il a utilisé ici. Bref, graphiquement parlant, nous avons là des albums de très haute tenue. L'histoire quant à elle partait vraiment bien. Le premier tome était excellent, et réussissait à dépeindre tout un monde, avec des personnages forts, des ambiances, et une histoire naissante plus que prometteuse. Le deuxième tome m'avait dans un premier temps décontenancée, mais une fois qu'on sait qu'il s'inspire des histoires et des illustrations moyenâgeuses, il prend un tour très intriguant. Mais pour qu'il prît tout son sens il eût fallu qu'on comprenne l'utilité de l'expérience mystique qu'il dépeint. Or, à la lecture du troisième tome, annoncé comme une fin de cycle, il n'en est rien. Cela viendra sans doute par la suite, ce qui vaudrait à ma note de remonter, mais là, aujourd'hui, alors que je viens de finir la lecture du tome 3, je ne peux cacher ma déception, et une désagréable impression d'avoir lu un album qui ne sert pas à grand chose et ne conclut rien. Je continuerai de suivre cette série néanmoins, parce que Guillaume est un personnage attachant et que la narration de Bonhomme est un plaisir en soi, mais j'espère que la suite sera à la hauteur des attentes suscitées par les premiers tomes.

19/03/2009 (modifier)