Esteban (Le Voyage d'Esteban)

Note: 3.83/5
(3.83/5 pour 12 avis)

Les aventures d'Esteban, un jeune mousse, qui s'est embarqué sur un cap-hornier...


1900 - 1913 : Du début du XXe siècle aux prémices de la première guerre mondiale Albums jeunesse : 10 à 13 ans Capsule cosmique Dupuis Froid. Neige. Glace La Pêche Patagonie/Terre de Feu Vieux gréements

Au sud du continent américain, dans un univers particulièrement hostile, celui des derniers grands baleiniers en bois naviguant dans les eaux du Cap-Horn, le jeune Esteban, orphelin indien originaire de la mythique Terre de feu veut à tout prix devenir harponneur. Pour se faire, il embarque à bord du "Léviathan", impressionnant cap-hornier où l’attendent mille dangers. Tenace, le jeune mousse se prépare à rencontrer, dans les eaux glaciales de ce bout du monde, la dangereuse baleine bleue. Un premier tome épatant d'une nouvelle série (dont Matthieu Bonhomme assure seul dessin et scénario).

Scénariste
Dessinateur
Coloriste
Editeur
Genre / Public / Type
Date de parution Septembre 2005
Statut histoire Série en cours - cycle(s) terminé(s) (1er cycle de 5 tomes terminé - suite en suspens) 5 tomes parus
Couverture de la série Esteban (Le Voyage d'Esteban)
Les notes (12)
Cliquez pour lire les avis

28/09/2005 | iannick
Modifier


L'avatar du posteur Noirdésir

J’ai emprunté cette série – dont je n’avais auparavant jamais entendu parler – en médiathèque, dans le rayon jeunesse, au vu du nom de Matthieu Bonhomme. Eh bien le moins que l’on puisse dire, c’est que, si le public jeunesse peut y trouver son compte, il n’est pas le seul, c’est vraiment une série tout public. En effet, dès les premières pages du tome inaugural, la mort violente des proches et de la mère d’Esteban efface tout risque de mièvrerie. Par la suite, les aventures se lisent agréablement, avec un capitaine bourru – comme le veulent les clichés, mais pas monolithique, ni sans défaut. Son sale caractère, mais aussi son égoïsme vont même plonger Esteban et le reste de l’équipage dans une aventure aux multiples rebondissements, au milieu de la banquise, dans un pénitencier du bout du monde, etc. Une lecture agréable et fluide (le dessin de Bonhomme y est pour beaucoup, du « Dupuis Modernisé », sans copier sur Franquin), que je vous recommande chaudement. Les cinq albums que j’ai lus forment le premier cycle, même si je ne sais s’il y aura une suite, plusieurs années s’étant écoulées depuis la parution du dernier tome.

05/05/2017 (modifier)
Par ArzaK
Note: 5/5 Coups de coeur expiré

Esteban est une série d’aventures tout public d’une grande qualité. Bien que très classique, l’intrigue est passionnante et le dessin de Mathieu Bonhomme est magistral. Je vous conseille d’ailleurs de lire l’intégrale noir et blanc, la qualité de son dessin y est encore plus frappante. Quels crayonnés ! Quel sens des matières ! Mathieu Bonhomme est un grand dessinateur réaliste à mettre sur le même pied que les maitres du genre que sont Giraud, Hermann ou Rossi. J’ai éprouvé un grand plaisir tout au long de ces cinq tomes à suivre un récit d’aventure classique aux enjeux simples mais universels. A conseiller sans réserve dès l’âge de 10 ans. J'espère qu'il y aura un deuxième cycle. Quelqu'un en sait plus?

11/08/2016 (modifier)
Par montane
Note: 4/5

Nous sommes au sud de l'Argentine, au début du siècle dernier. Le jeune Esteban est d'origine indienne et vient de perdre sa mère assassinée sous ses yeux par les troupes gouvernementales. Il est vrai qu'à cette époque, le sort réservé aux Indiens mapuches n'est pas des plus enviables. Comment survivre dans ces conditions ? Il se souvient alors que sa mère lui avait conseillé de se tourner vers le Capitaine d'un bateau harponneur, qui traque sans relâche les baleines passant à proximité de la terre de feu. Esteban n'est pas le bienvenu au départ, et suscite la méfiance à la fois du capitaine du bateau, mais aussi de son équipage qui voit d'un mauvais œil la présence d'un enfant dans cet univers réservé aux adultes. Et ce n'est que progressivement que cet enfant, qui prétend parler aux oiseaux, va gagner la confiance des uns et des autres, au point de se rendre indispensable par sa malice et son intelligence. Le voyage d'Esteban fera incontestablement penser à Moby Dick, mais aussi à des récits d'aventure pure racontés par un Stevenson ou un Jack London. Le cadre choisi est assez original, puisque je n'ai pas vraiment le souvenir d'auteurs de bandes dessinées ayant choisi de raconter des histoires dans l'Argentine de ces années là dans le milieu maritime. Cela m'a fait penser à la série de Gillon "Jérémie des Iles" qui lui aussi traitait de cette thématique d'un enfant embarqué sur les mers, au milieu d'individus assez peu recommandables. Les 5 premiers tomes forment une seule et même histoire, et on attend à présent le début d'un nouveau cycle, même si Mathieu Bonhomme semble très pris par d'autres projets en ce moment. Son trait est superbe, les couleurs de qualité. "Le voyage d'Esteban" est un récit d'aventure pur, comme la BD nous en offrait beaucoup dans les années 60/70. Pour autant celui-ci se lit très bien et réveillera sans doute chez certains lecteurs, la nostalgie de leurs premières lectures.

21/06/2016 (modifier)
Par Gaston
Note: 4/5
L'avatar du posteur Gaston

3.5 Une bonne série tout public. J'aime beaucoup le dessin de Matthieu Bonhomme que je trouve à la fois dynamique et fluide. La lecture était très facile même sur des passages qui m'intéressaient moins. J'aime aussi l'ambiance qu'installe Bonhomme et qui a fait en sorte que j'étais captivé par ma lecture même lorsqu'il y avait des choses qui habituellement ne n'intéressent pas ! La seule chose que je pourrais reprocher à cette série est que je trouve que les personnages ne sont pas très mémorables et un peu clichés. De plus, j'espère que la série va se terminer avant que le scénario s'étire inutilement.

15/12/2013 (modifier)
Par Seb94
Note: 2/5

Après lecture du 1er tome. Je me suis laissé tenter par la récente promotion de l’éditeur qui propose ce premier tome pour 6 €. Je dois admettre avoir été légèrement déçu par cette histoire peu originale et visant à mon avis plutôt un public jeunesse. Tout est assez convenu, le jeune Esteban au demeurant sympathique, n’échappe pas au cliché du jeune orphelin un peu naïf, qui se retrouve au milieu d’une bande de vieux loups de mer bourrus, mais finalement pas si méchants que ça. La conclusion de ce premier tome n’échappe pas non plus au cliché du bon vieux happy end, la dernière bulle et son « hip hip hip hourra », finissant d’achever ce tableau un peu trop mielleux à mon goût… Cet album qui peut se lire comme un one shot, recèle tout de même quelques qualités, notamment l’aspect documentaire de la pêche traditionnelle à la baleine qui est relativement intéressant et bien sûr la maîtrise du dessin de Mathieu Bonhomme, toujours aussi plaisant à l’œil. Vous l’aurez compris : je n’irai pas plus loin avec cette série, mais je pourrais la conseiller à un jeune public, qui y trouvera sûrement plus son bonheur que moi.

01/11/2012 (modifier)
L'avatar du posteur Mac Arthur

J’ai vraiment bien aimé le premier tome de la série, qui nous plonge dans l’univers de baleiniers du temps de la marine à voile. Le récit se résume à peu de choses et les personnages sont très classiques pour le genre (un pauvre orphelin qui découvre cet univers et un capitaine intrépide et intransigeant, unis par le souvenir d’un être cher (la maman du petit Esteban)) mais Matthieu Bonhomme parvient à nous offrir un récit riche dans son univers et son atmosphère. Cet album sent bon les embruns et le sel, les personnages, pour stéréotypés qu’ils soient, n’en sont pas moins attachants, la narration est fluide et très bien servie par un dessin accrocheur, expressif et vivant mais précis au besoin. Le monde de la pêche en haute mer aux temps héroïques y est bien décrit. C’est du tout bon. Malheureusement la suite n’est pas tout à fait du même tonneau. Cela reste très agréable à suivre (grâce principalement au dessin et à la narration) mais le côté très prévisible du scénario commence à peser sur l’ensemble. Heureusement, je suis friand de cet univers et l’ambiance créée par Bonhomme maintient toute mon attention. J’espère que cette série ne deviendra pas « à rallonges » mais je recommande ces trois tomes dont le premier est franchement bien et les deux suivants franchement pas mal bien.

20/04/2010 (modifier)
Par Erik
Note: 4/5
L'avatar du posteur Erik

Le scénario n'a vraiment rien d'original mais c'est plus pour l'ambiance qui se dégage de ce voyage en pleine mer dans la traversée du difficile Cap Horn que l'on retiendra. Le trait graphique de l'auteur au style si particulier nous accompagne tout le long de voyage maritime. On ressent réellement le vent du grand large qui donne une ambiance à la Moby Dick. Malheureusement point d'effet de surprise car c'est souvent du convenu. Une touche d'audace serait la bienvenue ! Lire un album de cet auteur est toujours un réel plaisir. C'est un univers où l'on se sent bien. J'avoue également avoir un faible pour cet auteur qui sait si bien raconter les histoires. Le talent ne se décrète pas. Note dessin: 4/5 - Note Scénario: 4/5 - Note Globale: 4/5

25/11/2007 (MAJ le 20/07/2009) (modifier)
Par Spooky
Note: 4/5
L'avatar du posteur Spooky

Tiens, belle petite série que voilà. Dans la tradition de nombreux romans d'aventures maritimes, Matthieu Bonhomme nous emmène sur les traces d'un jeune matelot embarqué sur un baleinier. La vie à bord est assez bien décrite, la psychologie des personnages bien rendue, le récit est bien mené, cela ne fait aucun doute. Et puis graphiquement l'auteur est à son apogée depuis 3 ans, et Le Voyage d'Esteban lui permet d'exploiter à fond son goût pour les grands espaces. C'est de l'aventure avec un grand A, un véritable régal. Seul hic, le tome 3, qui devrait conclure la série, se fait attendre depuis plus de deux ans. Avec la disparition de Capsule cosmique, ça sent quelque peu le roussi... Lire un album de Matthieu Bonhomme est d'utilité publique.

19/06/2009 (modifier)
Par Ro
Note: 4/5
L'avatar du posteur Ro

J'avais un bon à-priori avant même d'acheter les 2 tomes parus de cette série car je connaissais la qualité du travail de Matthieu Bonhomme (Le Marquis d'Anaon, Messire Guillaume) et j'avais aussi confiance dans les oeuvres parues dans le défunt magazine jeunesse Capsule Cosmique. Et je n'ai carrément pas été déçu ! Le dessin de Matthieu Bonhomme est vraiment excellent. Tout au long de cet album, il nous offre des planches superbes, certaines ayant vraiment une énorme force évocatrice en ce qui me concerne. Les personnages sont parfaitement réussis, les décors sont beaux, la technique est vraiment au rendez-vous. C'est superbe ! Un véritable respect pour les lecteurs. Même si le public visé initialement était jeune, le dessinateur ne ménage vraiment pas sa peine pour offrir des planches esthétiques et travaillées. Quant au scénario, il se lit à tout âge. Récit d'aventure et d'histoire, en profitant au passage pour nous apprendre beaucoup de choses sur la pêche traditionnelle à la baleine entre la Terre de Feu et l'Antarctique il y a plus d'un siècle, il est captivant et très intéressant. Les personnages sont bons et originaux. Ils sont surtout réalistes, à la fois durs et pourtant sympathiques. Le premier tome est rude mais finit sur une note très optimiste, tandis que le second s'achève sur une note nettement plus sombre. J'espère sincèrement que le troisième tome paraitra un jour et vite, pour clore en beauté cette série que je conseille vivement aux amateurs d'aventure, d'Histoire et des récits marins.

27/09/2007 (modifier)
Par herve
Note: 4/5
L'avatar du posteur herve

Après l'heureuse surprise du premier volume, l'auteur continue son petit bonhomme de chemin en signant un deuxième opus passionnant. Même si le personnage d'Esteban reste en retrait dans ce second volume, l'histoire n'en est pas moins prenante. La pêche à la baleine s'estompe en effet devant le mystérieux personnage du capitaine, aveuglé par la haine et (trop) passionné par son métier. Car le personnage principal, ici, c'est bien ce capitaine balafré, respecté et craint par son équipage, bref un meneur d'hommes. Ce diable de Bonhomme (Matthieu, de son prénom) nous fait en outre le mauvais coup de nous faire patienter jusqu'au prochain volume pour connaître la fin de cette aventure glacière. Les dessins sont toujours aussi magnifiques et l'auteur nous distille, à travers le personnage d'Esteban, des petites histoires terrifiantes, qui font un peu respirer ce récit haletant. Embarquez pour l'aventure, vous ne le regretterez pas.

08/11/2006 (modifier)