Sandman - Nuits Éternelles (Endless Nights)

Note: 3.82/5
(3.82/5 pour 11 avis)

Neil Gaiman revient sur le monde du Sandman avec une collection de sept histoires. Chaque histoire est dessinée par un artiste différent.


Auteurs britanniques Auteurs espagnols Auteurs Italiens Collectif DC Comics Les meilleurs comics Manara Neil Gaiman One-shots, le best-of Rêves Spin-off Vertigo

Sept histoires des Éternelles, les frères et les soeurs de Dream - et les représentations anthropomorphiques de sept concepts universels. "Death" est l'histoire d'un jour qui dure à jamais. Dessinée par P. Craig Russell. "Desire" est l'histoire d'une femme qui obtient l'objet de son désir et paie le prix. Dessinée par Milo Manara L'histoire de "Dream", dessinée par Miguelanxo Prado, se déroule très tôt dans le temps (quand l'univers était jeune). Nous voyons le premier Despair, et Delirium quand elle était Delight, et nous voyons la première fois que Desire interfère avec Dream. "Despair" est en 15 images, toutes par Barron Storey (et Dave McKean). Toutes sont très sombres. "Delirium" est l'histoire d'une mission de délivrance dans le royaume de Delirium. Dessinée par Bill Sienkiewicz. "Destruction" est l'histoire des archéologues qui découvrent le futur. Dessinée par Glenn Fabry. "Destiny" est dessinée par Frank Quitely, et il nous en révèle un peu plus sur cette figure mystérieuse. Ces histoires se déroulent à différentes époques, avant et après la série originale.

Scénariste
Dessinateurs
Coloristes
Traducteur
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution Février 2004
Statut histoire One shot 1 tome paru
Couverture de la série Sandman - Nuits Éternelles
Les notes (11)
Cliquez pour lire les avis

11/02/2004 | Singe
Modifier


Par gruizzli
Note: 4/5
L'avatar du posteur gruizzli

Vu le prix de la série Sandman en réédition (en tout plus de deux cents euros seront déboursés ...) je me suis d'abord lancé dans cette BD que j'ai trouvé d'occasion. C'était pratique, j'avais envie de creuser un peu le monde de ces immortels dont j'ai eu l'occasion de lire quelques aventures (grosso modo le premier tome de Sandman). Et je dois dire que si c'est aussi bon que celui-ci, je vais me laisser tenter dès que mon porte-monnaie supportera l'investissement. C'est quelque chose que je savais pour les livres, Gaiman est un excellent auteur. Inventif et surprenant, c'est aussi un auteur merveilleux qui sait inventer un monde dans lequel on peut se perdre avec grand plaisir, et c'est exactement ce que j'ai trouvé dans cette BD. Toutes les histoires ne sont pas égales, celle de Delirium est vraiment dur à lire, mais les autres sont excellentes (même désespoir, quand on s'accroche ça passe et c'est aussi intéressant comme représentation). Finalement, des sept personnages, je crois bien que c'est Destruction qui est le moins gâté avec une histoire très banale et ne laissant que peu de place. Par contre, celle de Rêve, ou celle de Destin, sont parfaites. J'ai pu les relire au moins trois ou quatre fois sans problème (et celle de Destin est pourtant courte), rien que pour le texte superbe et les dessins merveilleux qui sont collés dessus. C'est du grand art, Gaiman m'a captivé encore une fois et m'a entrainé dans des mondes sublimes. Bref, j'ai été conquis par le monde de Sandman et je ne demande qu'une chose : m'y replonger avec délices. La série tiendra-t-elle le coup, je ne sais pas, mais je suis bien tenté de me lancer dedans, quitte à creuser encore le budget BD. L'année va être longue .... Mais pour de telles lectures, que ne donnerait-on pas ?

30/12/2013 (modifier)
Par Gaston
Note: 3/5
L'avatar du posteur Gaston

Cet one-shot de la série Sandman est composé de sept histoires très inégales. Death : J'ai bien aimé l'histoire même si je n'ai pas tout compris (c'est mon premier Sandman). L'idée d'un manoir en dehors du temps est vraiment bien exploité. Le dessin est bon, mais ce n'est pas le style que je préfère. Desire : Très bonne histoire d'amour, mais là encore j'ai pas tout compris. Pourquoi la femme qui raconte l'histoire change d'âge ? Je voudrais bien qu'on me le dise. Encore une fois, Neil Gaiman écrit une bonne histoire et le dessin est excellent. Dream : La meilleure histoire de l'album. Il se dégage une atmosphère très étrange que j'aime beaucoup. Le dessin est absolument magnifique et la narration atteint pratiquement la perfection ! Despair : Bof. L'histoire a l'air pas mal, mais le dessin absolument moche m'empêche de la lire. J'ai essayé plusieurs fois de rentrer dans l'histoire, mais je n'ai pas pu dépasser la cinquième page. Delirium : J'ai le même sentiment qu'avec Despair. L'histoire à l'air bonne, mais le dessin est nul. Je n'aime pas du tout ce style. Destruction : L'histoire se lit rapidement et s'oublie aussi rapidement. Le dessin n'est pas vraiment mauvais, mais je ne l'aime pas beaucoup. Destiny : Le dessin est vraiment excellent dans cette histoire. Le meilleur style du tome. Malheureusement, le scénario ne suit pas. J'ai eu l'impression en la lisant qu'il ne se passait pas grand chose.

19/10/2008 (modifier)
Par Alix
Note: 4/5
L'avatar du posteur Alix

Un superbe recueil que les fans de l’univers de Sandman devraient apprécier. Les différentes histoires sont superbement écrites, remplies de poésie, de désespoir, de noirceur. On retrouve bien les thèmes lugubres propres à Gaiman. J’ai particulièrement aimé les deux premières histoires. Celle illustrée par Manara (la 2eme) est peut-être ma préférée (une belle fable sur l’amour et le désir, et sur le fait qu’ils soient inséparables) D’autres histoires me sont un peu passées au dessus de la tête. Je pense en particulier à « delirium », qui m’est resté hermétique, même si je me doute bien que c’était sans doute le but de l’auteur, qui pour le coup retranscrit bien la folie ! La variété des différents styles graphiques apporte vraiment un plus, et comme il y en a pour tous les goûts (ligne claire, dessin chargé, collages…), je pense que tout le monde y trouvera son compte. Voilà, j’ai passé un excellent moment de lecture. Si vous aimez l’univers de Sandman, le style verbeux de Neil Gaiman, ou plus généralement les histoires un peu oniriques, intello et lyriques, je vous conseille de vous procurer ce superbe volume.

16/09/2007 (modifier)
Par Pierre
Note: 1/5

J’ai pas du tout aimé, mais alors pas du tout. A priori je lis des BD depuis des lustres ! J’ai une collection conséquente, j'aime quasiment tous les styles, et là ! Alors que tout le monde l’encense j'ai détesté ! Scénario plus que passable ! Dessin pas terrible ! Inexplicable mais je n'ai vu ni poésie ni magie ! Pourtant j'ai déjà lu pas mal de livres de Gaiman et j'aime bien son style d'écriture. Il finira dans un coin de ma bibliothèque Donc attention, on peut être déçu... en tout cas se fut mon cas.

20/08/2005 (modifier)
Par Steril
Note: 4/5

Véritable ovni dans le monde de la bédé, Sandman est un "graphic novel" qu'il faut absolument découvrir. Et pourquoi pas en commençant par ce superbe album, splendidement illustré par des dessinateurs de talent. Pour ma part, après avoir lu toute la série, je ne suis pas sûr que l'on puisse considérer le présent tome comme un "one shot", car il s'intègre parfaitement dans la série principale. Mais c'est vrai qu'il constitue une parfaite introduction, puisqu'il présente la petite famille des éternels, dont le héros principal de la série, j'ai nommé Dream, le marchand de sable, aussi connu sous le nom de Morphée ou encore Oneïros... Pour ceux qui lisent l'anglais, je vous recommande chaudement de découvrir ce tome, ainsi que la série, en version originale, car bien qu'il semble que la traduction soit correcte, on y perd forcément une part de la puissance littéraire de l'oeuvre, qui est l'une de ses qualités les plus marquantes.

01/06/2005 (modifier)

Je connais Sandman depuis peu et même si j'ai une vision limitée sur la série, ce tome a l'avantage de présenter Dream et ses frères et soeurs dans des histoires les symbolisant. Je ne vais pas parler de chaque histoire de cet album parce que c'est fort bien fait dans les précedents avis. Par contre l'oeuvre entière fonctionne très bien et on enchaîne la lecture des différentes histoires avec plaisir. Bien sûr, certaines sont carrément originales: Dream, Despair, il y en a que j'aime beaucoup: Death, Desire, Destruction et une que je n'ai pas bien comprise: Delirium. Enfin celle de Destiny est classique mais très efficace. Les différents dessinateurs assurent et même si les styles sont éloignés, l'ensemble est en harmonie. C'est une BD qui fait voyager dans un univers bien étrange et tout ça m'a bien plu. A lire sans modération.

01/12/2004 (modifier)
Par Risson
Note: 5/5

J'ai lu ce hors-série en même temps que les autres tomes parus chez Delcourt et comme pour les autres, j'en suis encore sur le cul. On retrouve les qualités du scénario de Gaiman de la série de base, mais cette fois le dessin est tout simplement exceptionnel. Je vais hélas devoir répêter le même avis que pour la série Sandman car j'ai ressenti exactement la même chose à la lecture de cet album là. L'histoire, le décor, la narration, tout est d'une force incroyable. C'est de la poésie faite BD. De la poésie forte, sordide parfois (quoiqu'ici ce soit moins sordide que dans la série elle-même), comme du Baudelaire moderne teinté de fantastique et d'onirique. L'imagination et l'intelligence de Neil Gaiman sont... impressionnantes. Tout est beau, tout est original. Impressionnant ! Magistral ! BEAU !

17/10/2004 (modifier)
Par Perle
Note: 4/5

Quelle bel album ! Je ne sais pas ce qui me plait le plus dans Sandman ? L'imagination débridée de Gaiman ? Son talent littéraire ? Le fait que des personnages si puissants puissent être si attachants ? Ou l'incroyable diversité graphique, toujours si finement adaptée au scénario... . Les histoires de Death et de "Destruction" sont illustrées de manière très classique mais qui correspond parfaitement à notre époque actuelle, où elles se déroulent. Celle de Death est très poétique, mystérieuse... . "Desire"... J'ai été agréablement surprise... Moi qui suis loin d'être fan du dessin de Manara, je l'ai trouvé parfait. Quand à l'histoire... C'est un vrai bijou de poésie et de finesse... . Dream... Une merveille ! Des couleurs douces et brumeuses pour une atmosphère onirique, irréelle, une ambiance de rêverie... . "Despair"... Il ne s'agit pas vraiment de bande dessinée, mais plutôt de petites nouvelles, et de réfléxions inllustrées... Si je suis passée à côté du message pour une ou deux d'entre elles, j'ai trouvé la majorité réellement poignante. . "Delirium"... Là, je dois avouer avoir eu quelques soucis pour comprendre l'intrigue et, même après coût, je suis à peu près certaine d'avoir raté quelque chose... N'étant pas une grande fan d'art moderne et d'atmosphères psychédéliques, cette histoire ne m'a pas tellement touchée. . "Destiny"... Cette histoire a un rôle purement conclusif et le joue bien... Rien d'exceptionnel mais un dessin très épuré que l'on n'attendait pas forcément, et qui se révèle parfait. Bref, cet album est indispensable pour tous les fans de Sandman... Quand aux autres, ils ne manqueront pas de l'apprécier pour lui-même... Et il devrait leur donner envie de découvrir la série...

13/04/2004 (modifier)
Par Gevaudan
Note: 4/5

"Nuits Eternelles" est ma première prise de contact avec l'oeuvre de Gaiman en BD (j'étais déjà fan des romans et nouvelles. Je me suis rendu compte a posteriori que c'était une erreur, et que je suis du coup passé à côté d'une bonne partie de cet album. Mais bon, je ne regrette rien parce que le lire m'a procuré un réel plaisir tant les histoires sont originales et subtiles, et le talent de certains des dessinateurs est impressionnant. Sur ce dernier point, l'ensemble reste quand même très inégal. Certains chapitres sont des merveilles graphiques (Dream, Destiny, Desire), d'autres franchement moyens(Death, Destruction) et d'autres enfin, un peu trop "expérimentaux" à mon goût (Delirium, Despair). Le tout constitue cependant une fresque envoûtante, et dans mon cas précis, un appel à la découverte du reste de Sandman.

01/04/2004 (modifier)
Par Ro
Note: 5/5
L'avatar du posteur Ro

Je l'ai lu hier soir, et ma première réaction après lecture, fut : "wouaw, ce que c'est beau...". Je ne parle pas uniquement du graphisme, mais de l'ensemble : le dessin, le texte, la mise en page, la narration... Indubitablement, cette BD est une oeuvre d'art, voire un recueil d'oeuvres d'art. Je vais prendre chacune des 7 histoires dans l'ordre de lecture : - Death : le graphisme est basique, dans le style comics américain. L'histoire est agréable, mais assez simple en définitive, quoique bénéficiant d'une très bonne narration de la part de Neil Gaiman. Bref, cette première histoire est juste une mise en bouche assez réussie à mes yeux. Et comme toujours, le charme de Death est bien présent. - Desire : indéniablement, Manara a donné le meilleur de lui-même pour cette nouvelle. Le dessin est soigné, joliment coloré, les femmes superbes. Bon, je dois avouer que, personnellement, le graphisme de Manara m'énerve un peu, car j'ai le sentiment de revoir sans arrêt les mêmes femmes et les mêmes histoires dans toutes ses BDs. Mais il passe bien ici, et on a droit à une dizaine de très belles planches toutes en couleurs. Quant à l'histoire, une fois de plus, elle n'est pas exceptionnelle mais pas désagréable, quoique le personnage de Desire soit à mon avis un peu trop en retrait. - Dream : Alors là, superbe ! Le dessin est vraiment beau, autant au niveau du trait que de la colorisation et tout. C'est un régal pour les yeux. Et comme le scénario lui aussi est bon, cette histoire laisse un très bon souvenir. J'ai pris plaisir à la relire juste pour apprécier sa beauté et son contenu. - Despair : alors là, c'est bien plus ambigu. Les images sont à 100% des oeuvres d'art ici, et même de très très nombreuses oeuvres d'art, puisqu'il y a beaucoup de cases par planche en moyenne. Elles sont indéniablement belles, et je sais en goûter l'esthétique. Mais par contre au niveau du déchiffrage de l'image et de son contenu, ça ne marche pas du tout pour moi. C'est de l'art moderne, mélangeant photo, couleurs et dessins dans des images complexes, torturées, chaotiques, et hélas bien souvent indéchiffrables. Alors lire une BD avec ce style d'images quand en plus la narration va dans tous les sens, c'est éprouvant. Donc je n'ai pu apprécier cette partie que sur 2 plans différents : lire le texte qui est souvent beau et poétique (même si je n'ai su apprécier que la moitié des "portraits de Despair" et suis resté insensible aux autres) d'un côté et apprécier les images de l'autre, mais je n'ai pas su agréger les deux comme tout lecteur le fait dans une BD normale. Alors je ressens l'émotion qui s'en dégage, l'impression de désespoir est très bien rendue, mais j'ai du mal à considérer ça comme une BD, plus comme... de l'art à part entière, ce qui finalement n'est pas désagréable, mais surprenant quand on ne s'y attend pas. - Delirium : encore une fois, ça ressemble à de l'art moderne, même si le dessin est bien plus simple à déchiffrer. Il est d'ailleurs très beau, changeant de style de case en case : noir et blanc, couleurs, peintures, traits griffonnés, couleurs directes, dessins d'enfants... L'histoire en elle-même est très ardue à suivre au départ, car on ne sait pas ce que sont ces mini-récits/paroles de personnes manifestement folles. Au fur et à mesure, la lecture permet de comprendre la trame de l'histoire mais, même arrivé à la fin, nombre de points restent flous et étranges, ce qui correspond cependant bien au personnage de Delirium. - Destruction : on revient là à un trait de dessin de style comics très classique. L'histoire elle-même est tout à fait linéaire et simple, sans véritable surprise. Cela reste une histoire agréable à lire mais qui ne marque pas. - Destiny : A nouveau un dessin que je trouve extrêmement beau. Mais à l'opposé de l'art moderne de "Despair" ou "Delirium", là, c'est presque de la ligne claire. Des couleurs douces et lumineuses, un dessin souple et facile à lire : j'adore ce style de dessin qui convient pour moi à 100% pour une BD. Et l'histoire est toute simple mais poétique et parfaite pour conclure cet album des "Nuits Eternelles". En définitive, je ne regrette en rien mon achat : j'ai vraiment le sentiment de posséder désormais une oeuvre à part, une oeuvre d'art tant au niveau dessin qu'au niveau texte et poésie. Et alors que je l'ai lu hier soir, je suis encore empli des émotions et sentiments que sa lecture m'a fait ressentir. J'en caressais même ses pages tant l'édition Delcourt est à la hauteur du contenu de l'oeuvre. Deux jours plus tard : je devrais me laisser plus de temps avant considérer cette BD comme Culte, mais encore maintenant mon coeur se soulève d'émotion quand je repense à cet album. Donc, jusqu'à preuve du contraire, je pense que je peux lui donner la note maximale alors que je le fais si rarement.

26/02/2004 (modifier)