W.E.S.T

Note: 3.34/5
(3.34/5 pour 50 avis)

Cette série fantastique prend le western pour cadre. Des hommes décidés qui forment une organisation aussi secrète que redoutable combattent des forces obscures.


1900 - 1913 : Du début du XXe siècle aux prémices de la première guerre mondiale Vaudou

Août 1901. L'action se passe aux Etats unis. Ils sont quatre. Quatre hommes que tout oppose. Séparément, ils sont dangereux. Ensemble, ils sont incontrôlables. Et ils vont devoir faire équipe. Des arcanes de la maison blanche jusqu'aux bas-fonds de New york, ils dénouent les fils d'une conspiration occulte, qui menace l'équilibre de l'occident tout entier. L'élite vacille. Le peuple gronde. L'histoire est en marche. Et eux seuls peuvent l'arrêter. Ils ont un nom de code. Weird.

Scénaristes
Dessinateur
Editeur
Genre / Public / Type
Date de parution Août 2003
Statut histoire Série terminée (cycles de 2 tomes) 6 tomes parus
Couverture de la série W.E.S.T
Les notes (50)
Cliquez pour lire les avis

07/09/2003 | SAGERA
Modifier


Par Jérem
Note: 4/5

Après la lecture des 6 tomes. J’ai beaucoup apprécié W.E.S.T. Derrière un vague air de La Ligue des gentlemen extraordinaires (un groupe de spécialistes en paranormal agissant au service du gouvernement), Nury et Dorison ont réussi à créer un univers cohérent et indéniablement passionnant. Si les personnages ne sont pas, comme certains posteurs le soulignent à juste titre, très originaux, ils ne manquent pas d’intérêt. Les auteurs distillent avec habileté progressivement leur passé. Le choix de la période (début du 20ème siècle américain) est surprenant car c’est un moment assez peu traité en BD, qui privilégie la Guerre de Sécession, la conquête de l’ouest ou la Guerre froide. La période est particulièrement bien rendue ; on sent que les auteurs se sont bien documentés. Il faut dire que les superbes dessins de Rossi, toujours très soignés, détaillés et fidèles à l’époque y sont pour beaucoup. Le choix de diviser la série en trois diptyques de deux albums, avec une trame principale commune fonctionne très bien. La qualité des différentes intrigues ne baisse jamais et l’ensemble se révèle passionnant du début à la fin. Le fantastique, élément essentiel de la saga, est très bien intégré et ne nuit pas à la cohérence de l’histoire, bien au contraire. W.E.S.T. est une très bonne série. A découvrir sans crainte !

15/12/2017 (modifier)
L'avatar du posteur Yannou D. Yannou

Poussif, c'est le mot qui me vient à l'esprit pour qualifier le 1er cycle (tomes 1 et 2). Mon avis rejoindra tous les autres qui ont mis 2/5. Perso je ne lirai très probablement pas les tomes suivants (3-6) tant j'ai trouvé fastidieux, convenu et sans éclat ce 1er cycle. Le dessin fait dans le plein la vue et pourtant je ne trouve pas ce dessinateur très bon. Pas mal de cases, de plans ou d'agencements font un peu tiquer, voire piquent les yeux. Vous aimerez cette bd si : - les personnages clichés vous font rêver : le chef vieux-beau-pseudo-classe avec un passé lourd, l'indien taciturne magieblabla, la blonde bombe sexuelle émancipée pseudo pas nunuche mais en fait si, le costaud sensible, le jeunot plein d'entrain, le vieux barbouze américain aux cheveux blancs courts fumant le cigare. -les intrigues ronflantes déjà vues.

08/02/2015 (modifier)
Par sloane
Note: 4/5
L'avatar du posteur sloane

Ne chipotons pas, le dessin est juste très bon, de ce côté je ne vois vraiment pas ce qu'il pourrait y avoir à redire. Cadrage, mises en pages, dynamique dans les situations qui le demandent, ajoutons à cela des couleurs souvent dans les ocres qui participent à l'ambiance, tout concourt donc à un résultat que je trouve de grande qualité. L'intrigue des différents diptyques mêle habilement le western, l'aventure et le surnaturel le tout sur un fond historique du passage des USA de l'époque des aventuriers, des cow boys à celui de la modernité. Une équipe hétérogène et un poil caricaturale qui n'est pas sans rappeler celle de Mission Impossible, mais au bout du compte cela fonctionne plutôt bien. En cause le fait que la plupart des personnages de cette équipe sont suffisamment fouillés pour paraître raisonnablement crédibles. Au final pour moi l'important est que j'ai à chaque fois voulu connaitre la suite, retrouvant à chaque sortie les personnages avec plaisir dans une série d'aventures éclairantes sur certaines pratiques. (Je pense au cycle se passant à Cuba).

14/12/2014 (modifier)
L'avatar du posteur Agecanonix

Cette série a été sans doute un peu trop surestimée pour ses prouesses graphiques et narratives. Elle aborde une période peu traitée de l'Histoire américaine, comparée à la période précédente décrite dans les westerns, l'intérêt n'en est que plus fort, car on est en 1901 lorsque démarre le premier diptyque de ces aventures, époque charnière entre la modernité d'un pays qui n'en finit pas de s'industrialiser et la période du Far West aux temps héroïques remplis de légende. En 1901, le pays n'est constitué que de 45 Etats, mais son expansion économique est en marche avec de grands trusts déjà en place, c'est ce qui constitue la trame du premier diptyque, où l'unité spéciale W.E.S.T. se frotte aux cercles huppés des financiers et des grosses fortunes. Le second diptyque emmène les hommes de la W.E.S.T. à Cuba occupée par les troupes U.S., prétexte à montrer un certain impérialisme américain derrière l'aspect mystique. J'ai moins aimé le dernier diptyque qui mêle encore la soif de pouvoir, le paranormal et la haute société affairiste ; plus introspectif, il rentre dans l'intimité des personnages, surtout celui de Morton Chapel, le plus fascinant avec son allure noble, sa stature de gentleman, ses cheveux blancs et son côté raffiné qui m'ont un peu rappelé le Matthew Montgomery de L'Etoile du Désert ; je trouve que les auteurs auraient dû garder son passé énigmatique et ne pas révéler ses félures. Ce qui m'a attiré avant tout dans cette série, c'est son ambiance où se mêlent aventure, polar et surnaturel, avec quelques relents de western hérités du vieil Ouest sauvage encore proche ; la façon de s'infiltrer dans les arcanes de la politique américaine, de côtoyer des figures historiques et d'y mêler une touche de fantastique est très adroite. Mais je n'ai pas été pour autant totalement emballé, parce que gêné par justement la place trop prépondérante de l'aspect fantastique, par une certaine confusion et certaines images qui laissent perplexe. La documentation extrêmement pointue sur cette période historique, la qualité du dialogue, la valeur des personnages du team, et surtout la virtuosité graphique font toutefois de ces récits une série de haute volée. Rossi est au summum, ses découpages splendides, ses mises en page surprenantes, ses plans d'ensemble phénoménaux, le jeu de certaines couleurs, ses dessins muets et ses effets graphiques apportent à "W.E.S.T." un aspect d' étrangeté inquiétante qui la rendent comme hypnotique.

19/01/2014 (modifier)
L'avatar du posteur Mac Arthur

Avis mitigé pour ma part. Je n'ai pas spécialement apprécié le premier cycle. Trop confus dans sa narration, trop "facile" dans ses enchainements (franchement, le coup du super tireur qui, avec son pistolet, dégomme le gars qui le vise de loin armé d'un fusil à lunettes via un tir "réflexe" qui passe pile poil au travers de la dite lunette, moi c'est le genre de truc qui me gonfle), trop gros, trop emphatique. De plus, je m'attendais à lire un western et je me suis retrouvé devant un récit fantastique proche de la caricature. Ajoutez à cela que je n'ai pas été subjugué par le dessin et que la colorisation n'est pas de nature à empêcher de confondre certains personnages tant les couleurs choisies sont uniformes. 2/5 pour ce premier cycle. Le deuxième cycle m'a déjà mieux plu. La narration se fait plus claire, les enchainements sont mieux amenés et les différents personnages commencent à être mieux cernés. Je ne crierai pas au génie mais ces deux albums procurent un agréable moment de lecture. Je continue à ne pas apprécier le choix fait au niveau de la colorisation, digne de celle employée pour certains récits du journal de Tintin dans les années 80, mais c'est un choix assumé par les auteurs... Soit ! 3/5 sans que je conseille l'achat pour ce deuxième cycle. Le troisième cycle commence très fort et le tome 5 est de loin mon préféré. Les personnages gagnent en profondeur, en humanité et en complexité. Le fantastique est lui aussi plus complexe, moins facile... plus crédible en somme. Malheureusement, tout cela se termine en un super combat avec super pouvoirs et tout le tralala... Pas du tout ma tasse de thé, ça... Et puis vient une conclusion très convenue, mais qui fonctionne. La colorisation, ben, j'aime toujours pas mais, pour la première fois, j'aurais tendance à passer outre. Un bon 3,5/5 pour ce troisième cycle. Un emprunt vivement recommandé et un achat que je ne déconseillerais pas (du moins, si vous n'êtes pas un collectionneur compulsif incapable de résister à l'achat des 4 tomes précédents pour compléter votre bibliothèque). Une série que je considère donc finalement comme moyenne. Le dernier cycle est de loin le meilleur à mes yeux mais il vaut mieux avoir lu les précédents pour bien l'apprécier (et ça, c'est moche !) A emprunter à l'occasion, mais sans plus...

12/10/2013 (modifier)

Déjà trois diptyques, tout va bien pour le lecteur… Chaque histoire nous amène à partager un univers un peu magique ou en tous cas ésotérique avec un scénario simple, c’est le boxon, une autorité en a conscience mais ne peut se mouiller, alors on envoie une équipe tous risques avec carte blanche pour résoudre les problèmes. Cela sonne tout à fait série télé avec ambiance western, les scénaristes réalisent un très bon travail qui prend le lecteur malgré finalement un côté implacable lorsque l’on prend du recul sur les histoires. Les scénaristes nous amènent où ils veulent comme ils le veulent avec un talent certain, et les fins de diptyques restent un déchirement pour le lecteur de voir une fin arriver. Cependant il faut suivre, car si l’on lit en diagonale ou peu scrupuleusement, nul doute qu’il faudra repartir en arrière pour comprendre l’arrivée de nouveaux personnages au les multiples sauts géographiques voire temporel que chaque tome renferme. Je dirai que la seconde série souffre un peu trop de rebondissement facile (tome 4) mais cela reste minime au regard du plaisir de lecture général Au dessin, le trait fait parler la poudre, enfin surtout à partir du tome 3 car la colorisation des tomes 1 et 2 semble curieusement fade au regard du contenu. Fade au sens manquant de profondeur, un peu comme s’il y avait tellement de jeu de personnage que le coloriste avait oublié de mettre du décor en relief (alors qu’il l’a mis sur le personnage). Cela se corrige doucement au gré de la série, pour faire quelque chose d’agréable à lire. Au final, grosse hésitation entre la bonne Bd et la très bonne, les quelques défaut cités, l’académisme général me poussent à dire qu’il s’agit d’une BD efficace, terme que je n’utiliserais pas pour une très bonne BD, donc restons à bonne BD soit 3 avec achat, en tous cas vous ne regretterez pas de relire les albums…

10/07/2013 (modifier)
L'avatar du posteur Le Grand A

Tout ce que touche Xavier Dorison se transforme en or et "W.E.S.T" en est une fois encore la preuve. Un très bon scénario qui mélange mysticisme, religion et fantastique dans des décors de western américain et d’urbanisme de la fin du XIXème, début du XXème siècle. Les personnages peuvent paraître caricaturaux c’est vrai, le vieux chef d’équipe qui en a vu des vertes et des pas mûrs et qui traîne un lourd passé dont on sait déjà qu’il va revenir sur le devant de la scène. Il a pour acolytes un indien forcément un peu mystique et pour le coup exorciste, un petit mec teigneux et tueur au sang chaud, un grand costaud jovial mais pro avant tout. Sans oublier la belle gonzesse intello qui ne croit pas à tous ces trucs démoniaques car elle est guidée par la raison. Des personnages stéréotypés c’est vrai et qui ne vont malheureusement pas beaucoup changer leur ligne de conduite. Mais on s’en moque j’ai envie de dire car l’histoire est fun comme une grosse production hollywoodienne qui là, serait dotée d’un scénario plutôt cohérent dans l’ensemble avec de nombreux clin d’œil historique comme le crash du train à la gare Montparnasse et bien d’autres encore. Pour vendre la série je dirai, « vous aimez le western et le fantastique ? Alors foncez ». Niveau dessin je ne connaissais pas Christian Rossi mais voilà un auteur que je vais suivre à l’avenir. Le dessin est tout ce que j’aime, le trait est fin et réaliste, les visages sont reconnaissables, les corps très bien proportionnés, un design recherché et classe, et les décors sont détaillés. Que demander de plus ? Ah oui… le gros HIC selon moi de la série : les couleurs. Autant pour le dernier dyptique (tome 5 et 6) je n’ai absolument rien à reprocher, au contraire même c’est certainement la meilleure mise en couleur que j’ai plus voir dans une BD (si, si) avec cet effet peinture, ces nuances, je ne saurai pas trop décrire ça mais j’ai trouvé le résultat magnifique. Autant la couleur sur les 4 premiers tomes je l’ai trouvé vraiment, mais vraiment fadasse (encore que ça s’améliore déjà sur le 2ème dyptique). Si seulement la couleur avait été la même que sur la fin c’aurait été parfait. Du coup je peux comprendre les mauvaises critiques émanant de ceux qui se sont arrêtés aux 2 premiers volumes mais si on persiste on s’aperçoit que la série ne cesse de s’améliorer. Vivement le second cycle !

01/07/2013 (modifier)
Par bab
Note: 4/5
L'avatar du posteur bab

On en est à 3 cycles de parus et le fait est que la série gagne parfaitement en maturité avec le temps. Au scénario Dorison et Nury nous emmènent où ils veulent, mais il le font bien. Le mélange des genres s’il surprend un peu au début et donne une impression de confusion sur le premier cycle, laisse rapidement place à un récit plus structuré. Le récit est mené tambour battant et chaque personnage devient vite attachant. On pourra peut-être regretter quelques raccourcis qui parfois laissent un peu dubitatif, mais rien de rédhibitoire loin de là et puis c’est l’histoire de la poutre et de la paille, tout ça… De manière objective, rien de bien original dans l’ensemble, mais Dorison et Nury mélangent des recettes qui fonctionnent pour nous livrer une composition habile et un brin addictive. Au dessin, Rossi m’a enchanté et il est vrai que, dans un style un peu moins dur certes, je me suis senti replongé par moment dans une ambiance à la « Blueberry ». Les dessins sont vraiment jolis et campent une ambiance bien propice à ce western S-F. La mise en couleur est elle aussi parfaitement réussie avec ses tons chauds.

06/03/2013 (modifier)
Par Looping
Note: 5/5 Coups de coeur expiré

Du Western, de l'occulte, j'aime ce genre de combos improbables qui donne un petit plus à un récit (du genre Comboys et Envahiseurs ou Red Dead Redemption : Undead Rising). Le Pitch est simple: une équipe, une mission et carte blanche pour résoudre l'affaire. Un scénario sommes toutes classique, mais ça fonctionne et moi j'en demande pas beaucoup plus. Rajoutez à ça un chef d'équipe charismatique, une belle docteur, un tueur sanguinaire romantique et un gros bras au grand coeur et l'histoire roule toute seule. L'histoire rebondit toujours au bon moment. La mise en scène est rhytmée, presque filmique. Les mystères sont vraiment mystiques et pas expliqués de façon logique ou scientifique comme dans beaucoup de récits du genre. Ce qui nous permet de mieux nous immerger dans le histoire et d'ajouter de la tension. Le dessin de Rossi est génial et sans conscession, toujours juste et savamment mis en couleurs (il aime le orange). Ceci dit de temps en temps les cases peuvent être un peu surchargées et géner la lecture et la prise d'information. Une deuxième lecture n'est pas nécessaire pour saisir l'intrigue mais elle est intéressante pour resaisir des détails qu'on avaient laissés passer. J'ai acheté la série complète en moins de deux semaines, je n'ai pas pu m'arrêter de lire, et croyez moi je n'éxagère pas. A mettre entre toutes les mains.

10/08/2011 (modifier)

Difficile de noter la série globalement... Le 1er tome démarre avec une scène d'exposition grandiose (qui donne un sens particulier à la fameuse photo de l'accident de train à Montparnasse, avec la locomotive ayant traversé la façade pour tomber 10m plus bas). Le scenario semble plein de promesses, on comprend vite que ce n'est pas du western... et pourtant ça patine un peu: impression de confusion, d'une narration trop heurtée... en dépit d'un dessin qui restitue très bien les ambiances, et de personnages bien amenés dans le récit (qui semblent cependant trop esquissés, mais cela s'explique peut-être par l'intention des auteurs de ne les dévoiler qu'au fil des tomes...), je n'ai pas été emballé, et la note se serait limitée à 2/5 si j'en étais resté aux tomes 1 et 2. Avec les 2 tomes suivants (3 et 4), ça s'améliore: les personnages prennent de la densité, le récit trouve un vrai rythme... les couleurs et le rendu du dessin donnent quant à eux vraiment l'impression de se trouver plongé dans une nuit tropicale étouffante, oppressante.. Les tomes 5 et 6 sont quant à eux vraiment très bons: un récit qui nous emmène aux confins de la folie, dans une ville fantôme... un patriarche maléfique, prêt à toutes les corruptions... l'incertitude constante dans laquelle nous tiennent les auteurs, sur ce qui est "vrai", ce qui est "fantastique mais réel", et sur ce qui n'est qu'hallucination... et des personnages qui existent pleinement, dans leurs contradictions, leurs désirs et leurs douleurs... Au final, 3/5, mais les tomes 5&6 auraient mérité 4/5, et les 3&4 entre 3 et 4.

30/04/2011 (modifier)