La Neige était sale

Note: 4.5/5
(4.5/5 pour 2 avis)

La déchéance volontaire peut-elle conduire à la rédemption ?


1939 - 1945 : La Seconde Guerre Mondiale Adaptations de romans en BD Europe centrale et orientale Georges Simenon Hislaire / Yslaire Les coups de coeur des internautes Maisons closes et prostitution Nouveautés BD, comics et manga

Frank est le fils de Lotte, tenancière de la maison close que fréquentent les forces d'occupation de cette ville moyenne d'Europe de l'Est jamais nommée, figée dans les pénuries, le froid et la sourde horreur des années de guerre. Il a 17 ans et les filles n'ont plus de secrets pour lui, puisqu'il a les pensionnaires de sa mère à disposition. Sans savoir ce qu'il cherche, Frank se laisse glisser sur la pente du banditisme, assassine, sans raison matérielle ni patriotique, un occupant particulièrement répugnant, vole et tue une vieille femme qu'il connaît depuis l'enfance, et plonge dans un avilissement que seule éclaire l'image idéalisée de Sissy, sa chaste voisine, éperdument amoureuse de lui.

Scénario
Oeuvre originale
Dessin
Couleurs
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution 26 Janvier 2024
Statut histoire One shot 1 tome paru

Couverture de la série La Neige était sale © Dargaud 2024
Les notes
Note: 4.5/5
(4.5/5 pour 2 avis)
Cliquez pour afficher les avis.

01/02/2024 | Mac Arthur
Modifier


En ce début d’année, après quelques très très bonnes lectures dont celles partagées sur ce site (Le Fauve de Corleone, À mourir entre les bras de ma nourrice), je m’extasie enfin devant la première pépite de 2024. Pas réellement une découverte puisqu’elle provient de deux auteurs chevronnés à la bibliographie passé déjà remarquable. Je ne connais pas le bouquin original de Simenon dont est issue cette oeuvre, Mais à la lecture, je n’ai à aucun moment pensé que cette BD ne se suffisait pas à elle-même. Sentiment que l’on peut ressentir quand on a l’impression que le parti pris de l’adaptation a laissé sur le trottoir une partie du texte. Cette BD est donc un petit bijou, ou le moindre détail du trio texte/dialogue/dessin est finement ciselé. Tout comme dans Contrition (une des perles de l’année dernière), cette histoire sonde les tréfonds de l’âme humaine, ici à travers le destin de Frank. Jeune Adulte d’une rare noirceur, privé de sentiment, celui-ci va se complaire à se détruire pour enfin atteindre une forme de rédemption et d’épanouissement. Malgré la froideur du personnage et la répulsion attendue générée par un personnage aussi détestable dans ses pensées et ses actes, une attirance malsaine est à l’œuvre tant nous sommes fasciné par ce démon au visage d’ange. Le dessin d’Yslaire est juste magique. A l’image de notre héros (avant de se faire salement amocher), chaque planche se révèle d’une beauté gracieuse, mais là ou on ne ressent que froideur en lui, le dessin réhaussé par un choix de couleurs subtils et délicats dégage à l’opposé une chaleur soyeuse et ce malgré un temps hivernal et une neige omniprésente qui sert de fil rouge à l'intrigue jusqu'à se retrouver dans le titre. Sublime.

29/02/2024 (modifier)
L'avatar du posteur Mac Arthur

Un véritable uppercut au foie ! La neige était sale est l’adaptation d’un roman dur de Georges Simenon. Un roman extrêmement noir dans lequel le romancier nous livre le portrait d’un jeune homme au comportement destructeur (pour lui comme pour son entourage) et en quête de rédemption. Une rédemption qu’il est convaincu de ne pouvoir atteindre que dans la mort. Si vous cherchez un chouette truc à lire au coin du feu, un enfant posé sur les genoux, je pense que ça ne va pas le faire. Par contre, si vous voulez fouiller l’âme sombre de l’être humain, vous enfoncer dans la fange ad nauseam. Là, clairement, vous avez fait une bonne pioche ! Les atouts sont multiples. Il y a tout d’abord le talent de Georges Simenon pour créer ce type de profil. Frank, fils d’une mère maquerelle, fasciné puis dégouté par le caïd local, s’enfonce progressivement dans la violence et le dégoût de lui-même. C’est le portrait puissant d’une petite racaille qui ne peut s’imaginer un avenir heureux, au point de préférer s’autodétruire (tout en détruisant son entourage). Il y a ensuite l’adaptation de Fromental, avec cette narration tutoyée dont on ne sait si elle provient d’un narrateur extérieur ou s’il s’agit de la conscience de Frank venue le torturer. A moins qu’il ne s’agisse simplement de nous, lecteurs voyeurs qui assistons avec un dégoût jubilatoire à ce plongeon sans fin dans l’abîme. Enfin, il y a le dessin exceptionnel d’Yslaire. Son style et sa colorisation continuent de dégager un romantisme noir envoutant. De prime abord, je n’imaginais pas qu’il pouvait convenir pour ce type de récit mais, à la lecture, je trouve le résultat tout simplement parfait. Alors, clairement, ce n’est pas l’histoire qui va vous donner le sourire, la pèche, espoir en l’humanité… mais quel uppercut !

01/02/2024 (modifier)