Troubles fêtes

Cette galerie contient des images potentiellement pornographiques. En appuyant sur le bouton ci-dessous, vous confirmez être majeur.

Note: 3.26/5
(3.26/5 pour 19 avis)

Le mythe du centaure, la chaleur des feux de la Saint-Jean et les vertiges du carnaval de Venise revisités par Rose le Guirec et Régis Loisel, voilà ce qui attend celles et ceux qui se plongeront dans ces textes et illustrations délicieusement érotiques.


Hard & Soft, d'un érotisme à l'autre La BD au féminin Petits cachotiers Une histoire de famille

Trois histoires érotiques qui nous content tour à tour les aventures d'une belle jeune fille des bois poursuivie par un centaure lubrique (Offrande), d'une non moins belle qui séduit et assouvit un pauvre bougre ennivré par la beauté de cette fille (Les feux de la Saint-Jean), puis, enfin, l'étrange rendez-vous à Venise d'une femme avec son mari et les péripéties érotiques qui ponctuent son trajet jusqu'à ce bal masqué surprenant (Cérémonie). Troublant à souhait, ce livre entre bande dessinée et illustration nous fait découvrir 3 histoires coquines signées par Rose le Guirec (pseudonyme de la tendre moitié de Loisel). Loisel a lâché toutes les bretelles fragiles de la morale chrétienne, a coupé les ceintures de chasteté et nous fait voyager entre la forêt et Venise, entre les seins lourds des nourrices de campagnes et les bourses trop remplies des gondoliers vénitiens. Extrait d'un texte de Rose Le Guirec: "Pas un mot ne fut échangé. Ainoque avait saisi la coquine contre son torse. Le vit excité pointait contre le ventre dénudé de la fille qui avait dénoué son corsage, mais celle-ci avait décidé de mener la danse. D'un geste autoritaire, elle fit asseoir le puceau dans l'herbe grasse et, agenouillée devant lui, commença à lui branler la pine d'une main caressant de l'autre les deux bourses velues. Jamais Ainoque n'avait été soumis à un tel traitement. Le gland violacé entrait et sortait de son habit de chair sous ses yeux arrondis, comme s'il ne lui appartenait plus. Mais la fille savait y faire et la sève se précipitait dans le membre manié avec force. Ainoque se laissait chavirer, les paupières closes, quand soudain la main se retira Relevant la tête vers Herminette, il vit sa bouche entrouverte, tirée aux commissures par un sourire gourmand, qui s'apprêtait à engloutir la queue brûlante... Ce n'était rien encore, comparé à ce qui l'attendait chez Margot, la nourrice généreuse, qui se devait de sacrifier à l'amour son plus étroit conduit pour ne point mettre en péril l'abondance de son précieux lait."

Scénariste
Dessinateur
Editeur
Genre / Public / Type
Date de parution Janvier 1989
Statut histoire Histoires courtes (One shot) 1 tome paru
Couverture de la série Troubles fêtes
Les notes (19)
Cliquez pour lire les avis

14/04/2003 | Don Lope
Modifier


L'avatar du posteur Agecanonix

C'est curieux quand même cette manie du public et des médias à souvent encenser une oeuvre (qu'elle soit Bd, film, peinture, livre...) dite sulfureuse, osée, gratinée ou disons-le carrément érotique, voire plus... tout ça parce qu'elle est signée par un auteur célèbre et reconnu. C'est le cas avec cet album ressorti en 2011 alors que c'est une Bd qui a plus de 25 ans, sortie en 1989. Je suis certain que si ça avait été l'oeuvre d'un auteur inconnu ou moins célèbre, on en n'aurait pas fait tout un plat... Passé ce constat, je ne serai pas aussi dithyrambique que mes camarades, car c'est du sexe certes, et j'aime bien la BD érotique en général, mais le traitement ici peut étonner, plus proche du dessin illustratif que la BD proprement dite. Le dessin de Loisel est sans doute meilleur aujourd'hui, mais dans cet album, il reste d'un niveau comparable voire supérieur à certaines productions actuelles, et il faut bien reconnaître qu'il se livre avec une impudeur assumée à son goût des femmes voluptueuses, plantureuses et qui acceptent leur corps pas toujours parfait.. Tout le contraire du sexe bien propre façon Crepax ou Manara avec leurs fantasmes raffinés et leurs femmes aseptisées et froides. Loisel rejoint un peu Pichard dans sa démonstration de la femme coquine et des fantasmes étranges, et surtout son dessin donne de la vie et de la chaleur dans toute cette lubricité. De ces 3 histoires, les ébats vénitiens m'ont laissé indifférent, et même un peu à la limite dégoûté par certaine images, d'autant plus que le dessin a l'air moins soigné. Je préfère les 2 premiers avec ces filles à la fois innocentes et coquines, à l'opulente poitrine et au fessier callipyge ; il s'y dégage une poésie pastorale assez charmante. Un album agréable à feuilleter, on lit les textes ou on les ignore, c'est comme on veut, bien que certains soit d'une prose érotique de bon niveau, mais pour l'achat, je ne suis pas décidé, je crois qu'il faut vraiment être fan de Loisel..

11/03/2015 (modifier)
Par sloane
Note: 4/5
L'avatar du posteur sloane

Déjà, de manière un brin inconsciente, quoique, lorsque je lisais La Quête de l'Oiseau du Temps, je trouvais que Loisel avait un talent certain pour dessiner ces dames. Puis vint Peter Pan et personne n'a oublié les magnifiques formes des sirènes et de la fée Clochette. Donc tout cela pour dire que ce Troubles fêtes ne peut que réjouir les amateurs de Loisel et des formes de ces dames. Manara dessine superbement les corps de femmes mais chez Loisel il y a un petit je ne sais quoi qui les rend plus vivantes plus réelles avec dans les poses ou les regards quelque chose de fascinant voire de ''trouble". Ces fêtes, parfois malsaines, sont cependant très agréables à contempler, personnellement j'en redemande.

15/01/2015 (modifier)
Par Gaston
Note: 3/5
L'avatar du posteur Gaston

J'aime bien comment Loisel dessine les femmes donc il fallait que je lise cet album qui contient trois récits érotiques. Je ne fus pas déçu car plusieurs passages sont émoustillants. La première est pas mal quoique je n'aime que le dessin. Je n'ai pas trop compris le lien entre le texte et le dessin sensé l'illustrer. La seconde est la meilleure et j'aimerais bien être à la place du gars qui s'amuse bien durant la Saint-Jean avec des femmes ! La troisième ne m'a pas plu. Je n'ai pas trop aimé l'ambiance "carnaval de Venise' et le sexe est moins intéressant. Dommage que la troisième histoire soit décevante parce que j'aurais voulu mettre une meilleure note.

10/11/2014 (modifier)
Par bab
Note: 3/5
L'avatar du posteur bab

Troubles fêtes ou la face cachée de Loisel ! C’est un ouvrage intéressant, qui flotte entre deux eaux, ou les textes se mêlent à la bd. C’est intéressant, surtout si vous êtes fan de Loisel et de ses femmes callipyges. C’est un peu comme le Pinocchia de Gibrat. Les dessins sont ici à la pleine mesure de l’art du maître. Ils servent avec brio les textes de Le Guirec qui sont fort brillants et habiles. Après, on peu se poser la pertinence d’une telle association, mais c’est agréable à la lecture, c’est agréable à regarder, le plaisir est là, alors faisons comme la majorité des garçons : pensons au sexe et ne nous posons pas de questions !

06/03/2013 (modifier)
Par jul
Note: 4/5

L'album érotique de Régis Loisel, que j'ai lu assez jeune (11, 12 ans). Ma mère me l'avait offert entre 2 albums de Tendre banlieue (???) car j'étais fan de Regis Loisel. En me mettant en garde contre le coté érotique voire pornographique de la chose. Eh bien c'est clair que je n'ai pas été déçu. Manara c'est gentillet à côté. J'ai pu donc admirer la beauté des couleurs et des merveilleux dessins de paysages forestiers de toute beauuuuuté. Tout en ayant une trique d'enfer car c'est assez gratiné. Loisel te fait aimer les rondeurs féminines, du moins en dessin. C'est chaud, chaleureux, on a envie d'y rentrer. Mes 2 histoires préférées sont celles de la branche d'arbre et celle de la sodomie. Après, les histoires à Venise sont plus... dégueulasses. La couleur sépia violette est moins chaleureuse et puis la partouze... bref c'est plus hard, mais sympa quand même. Je n'ai plus vu Loisel de la même manière après cet album. Il a détruit mon innocence qui était bercée par la magie de sa Quête de l'Oiseau du Temps et de son Peter Pan.

14/02/2013 (modifier)
Par McClure
Note: 2/5

Graphiquement, le trait est toujours aussi joli, mais malheureusement comme souligné par Miranda, il est au service de "thématiques" ou de situations qui n'émoustillent pas et versent même plutôt dans le malsain. Du coup, les textes même intéressants perdent tout leur sel et on peut effectivement se demander quel est l'intérêt de la chose. A choisir, j'aurais ben préféré un Art Book adulte avec quelques héroïnes de Loisel dans des tenues/poses/situations affriolantes, mais là, c'est pas pour moi.

20/11/2012 (modifier)
Par Alix
Note: 4/5
L'avatar du posteur Alix

Moi j'ai trouvé cet album très émoustillant. Les textes de Le Guirec sont remarquablement bien écrits, à la fois crus et poétiques. Ces derniers sont agrémentés d'illustrations réalisées par Loisel (allant d'une simple case à plusieurs planches de BD). Le dessin de Loisel est joli, ses femmes sont belles et rondes, même si de manière générale je trouve que ces illustrations font un peu « pièces rapportées », surtout vers la fin. Le texte aurait très bien pu se passer des images, faisant ainsi tourner notre imagination à plein régime ! Enfin, c'est vrai qu'il est amusant de retrouver la patte de Loisel sur un tel ouvrage. Un chouette moment de lecture en ce qui me concerne...

19/06/2012 (modifier)
Par Jetjet
Note: 1/5
L'avatar du posteur Jetjet

Bof, tout ça pour ça ???? Ce bouquin qui était un peu devenu ma quête du Graal du fait de ses relatives bonnes critiques et surtout de sa rareté est finalement bien décevant... Il ne suffit clairement pas de s'appeler Loisel pour offrir un art-book légèrement érotique/pornographique/cochon/émoustillant pour que cela soit de la bonne came. Surtout si les dessins ne sont clairement pas à la hauteur de ce que le "maître" sait faire dans ses 2 oeuvres phare... Les dessins semblent de surcroit être agrandis ce qui n'arrange rien et ces histoires de cul avec centaure ou bergères fripponnes ou parties fines à la DSK à Venise ne m'ont ni excité ni interpellé... Comme le souligne Miranda le texte est peut-être encore ce qu'il y a de plus charmant dans ce petit bouquin bien mal rempli et pas du tout homogène... Comme quoi on peut s'appeler Loisel et se planter royalement !!!! Pas du tout un truc pour moi :(

23/02/2012 (modifier)
Par Spooky
Note: 4/5
L'avatar du posteur Spooky

Dans le style érotique, voilà un album un peu à part. Certes, il ne fallait pas être devin pour remarquer que Loisel aimait dessiner les femmes, mais aussi les femmes nues. Cette collaboration avec Rose le Guirec, qui date d'il y a 20 ans, lui a donc permis d'en mettre quelques-unes sur trois histoires ; deux de ces histoires sont plus longues que la première. C'est d'ailleurs le récit du milieu, décrivant le caractère orgiaque de la Saint-Jean, qui m'a plus plu. A priori respectueuse de "l'esprit" de ce solstice d'été, elle offre un caractère campagnard, libertaire et désuet vraiment plaisant. La dernière histoire, dont une partie décrit une partie fine entre bourgeois à Venise, m'a moins parlé. Les illustrations de Loisel sont superbes, surtout celles prenant pied dans la nature (les deux premières histoires donc) ; par contre certaines cases ou illustrations pleine page proposent un style un peu trop "affiné" pour être à mon goût, cela s'éloigne du style Loisel, un peu plus proche du croquis...

05/09/2011 (modifier)

Cet album regroupe trois histoires de qualité très variable. La première, ‘L’offrande’ n’a, à mon sens, pas le moindre intérêt. Je ne suis en effet pas parvenu à trouver un quelconque rapport entre la prose et les dessins de ce récit… ‘Le feux de la Saint-Jean’, ensuite, constituent la partie la plus plaisante de ce recueil. Ici, les auteurs alternent pages de texte et pages de b.d. muette. Le caractère des plus naïfs du héros en fait un personnage relativement attachant. ‘Cérémonie’, la dernière histoire de ‘Troubles fêtes’, relève également davantage du texte illustré que de la b.d. Et un léger décalage entre les pages de texte et les pages d’illustration est parfois à déplorer. Pour ce qui est de la forme, je dois reconnaître que Loisel se défend en matière de dessin osé. Concernant le fond, l’on parvient généralement à éviter de sombrer dans le vulgaire, ce qui est déjà un exploit notable pour un album de ce genre ! A lire par curiosité.

21/05/2011 (modifier)