Le Fléau des Dieux

Note: 3.6/5
(3.6/5 pour 55 avis)

Le Fléau des Dieux est la transposition de l'épopée d'Attila dans un univers futuriste.


Attila, Gengis et les Hordes Chroniques de l'Antiquité Galactique Guerres interstellaires La BD au féminin Quadrants Réincarnations Soleil Space Opera

L'Empire Romain règne depuis 1000 ans sur des systèmes solaires entiers, mais va subir le déferlement des Huns. En effet, Kerka, la Déesse du Chaos, s'est réincarnée. Une lutte intestine éclate alors entre les prêtres, dépositaires du secret du voyage dans l'espace, et Attila, prince d'un des clans barbares. Attila, en survivant aux complots, doubles jeux, et autres trahisons devient le bras armé de Kerka pour guider les Huns dans leur quête d'expansion.

Scénariste
Dessinateur
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution Novembre 2000
Statut histoire Série terminée 6 tomes parus
Couverture de la série Le Fléau des Dieux
Les notes (55)
Cliquez pour lire les avis

09/10/2001 | Nitch
Modifier


L'avatar du posteur Noirdésir

Valérie Mangin possède une grande culture, particulièrement pour ce qui concerne l’Antiquité. Elle met ici ses connaissances au service d’une histoire intrigante, à savoir la transposition de la fin de l’Empire romain d’occident, des invasions barbares, et en particulier celle des Huns d’Attila (et de son combat contre son ex-ami Aetius). C’est un sujet qui m’intéresse beaucoup ! Mais voilà, après en avoir lu la version de Mangin, je trouve que c’était une fausse bonne idée. Le côté Science-Fiction, fantastique de l’ensemble n’apporte pas forcément grand-chose, si ce n’est parfois une bouillie pénible et décevante. En fait, même si certains passages sont intéressants, j’aurais clairement préféré que Mangin « se contente » de traiter la « vraie » histoire – quitte à la romancer, du Vème siècle de notre ère. Quant au dessin d’Aleksa Gajic (que j’ai découvert avec cette série), s’il est techniquement bon, je n’en suis pas forcément fan (idem pour la colorisation). Bref, une série relativement décevante, que vous pouvez emprunter, éventuellement. Note réelle 2,5/5.

08/08/2018 (modifier)
Par sloane
Note: 3/5
L'avatar du posteur sloane

En premier lieu le dessin sur lequel je n'ai rien à redire, un peu figé par moment il dégage tout de même une puissance certaine, bref ça me convient. L'histoire, ben on accroche ou pas mais que c'est long. D'autant que dès le départ on se doute bien que notre ami Attila va tout casser sur son passage. Pour gagner du temps on lui adjoint une vierge romaine qui elle aussi aura un destin hors du commun puisqu'au final ces deux là.....Bon pas de souci mais que d'atermoiements! Au final quelques tomes en moins aurait servi à resserrer un peu les choses , dommage, on s'emballe, on s'emballe! Pas dans les must mais pas mal.

23/08/2014 (modifier)

Une série plutôt bien troussée en Space opéra réinventant les concepts de la mythologie antique. Ça commence sur 3 albums dans ce plus pur style techno-mythologique classique mais accrocheur pour se conclure en deux temps : un délire what the fuck qui part dans tous les sens mais que le dernier volet sauve avec une habileté maline. C'est vraiment cette conclusion qui sauve le fléau des dieux, car à force de sauter dans les niveaux de lecture et de multiplier les rebondissements, on perd de l'attachement aux personnages qui deviennent peu à peu d'autre caractères. Le dessin est soigné, dynamique et coloré, ce qui appuie d'autant plus l'interet. Malheureusement, aussi bien fichu qu'il soit, le fléau des dieux me laisse un peu indifférent finalement. D'abord ce beau dessin me paraît un peu trop comics, et l'univers techno spatial combiné à de la mythologie me laisse perplexe. Si la note est si basse malgré ses qualités objectives, c'est simplement que mes goûts personnels n'adhèrent pas a cet univers hybride. Difficilement explicable mais assurément présent. Un parti pris trop déstabilisant et peu séduisant pour moi. Une simple affaire de goût en somme.

06/01/2014 (modifier)
L'avatar du posteur Agecanonix

Cette manie qu'ont les auteurs modernes de recycler des mythes antiques en science-fiction ne me plaît pas, on ne voit que ça : Hercule (Soleil), Imperator, Le dernier Troyen... c'est quoi ? un manque d'imagination ? la peur de s'attaquer vraiment aux histoires originelles ? Sûrement un peu de tout ça, et Mangin est bien spécialisée dans ce créneau puisque la Rome galactique entrevue ici sert de base à la création de Le dernier Troyen que j'avais trouvée du même niveau, mais avec un dessin beaucoup plus séduisant ; ici, le dessin ne me plaît pas, je le trouve sans génie, et les couleurs sont souvent ternes par endroits. Autant dire que cette libre adaptation de l'affrontement du roi Hun et du général romain Aetius en version SF a été pour moi une lecture pénible ; à mi-chemin entre SF et fantasy, cette gigantesque fresque épique est très poussive au début, c'est trop long à démarrer, j'aurais pu tout envoyer promener, mais j'ai voulu en voir un peu plus, et j'ai continué à travers une avalanche de batailles spatiales, de scènes violentes et de massacres souvent gratuits au ton vraiment trop sérieux, sans aucun relâchement pour reposer un peu le lecteur. Et je n'avais rien de positif à quoi me rattacher, puisque le dessin ne me convient pas. J'en suis donc ressorti étrillé et désespéré par un résultat final bien décevant. J'aurais préféré la vraie histoire entre Attila et Aetius, beaucoup plus riche, et non cet ersatz galactique qui rejoue l'éternelle lutte manichéenne entre le bien et le mal.

26/10/2013 (modifier)
L'avatar du posteur Le Grand A

Je crois que c’est la dernière fois que je lis une série scénarisée par Valérie Mangin. Déjà sur Luxley j’avais trouvé que la fin partait complètement en sucette et c’est le même schéma qui se répète dans « Le Fléau des Dieux ». On retrouve dans ces deux séries des concepts chères aux grands maîtres de la science-fiction comme Michael Moorcock dont elle reprend en quelque sorte l’idée du « multivers » et de la possibilité de plusieurs réalités parallèles, du destin implacable et de l’éternel répétition du passé. Mais c’est trop pompeux pour moi. On ne sait jamais où elle veut nous emmener, ce qui peut être parfois positif, mais le résultat est ici décevant. « Tout ça pour ça ! » me suis-je dit. C’est trop calme au début, un petit complot par-ci, un retournement de veste par-là, ZZZZZZZZZZ. Le scénario est sérieusement mal structuré, dans les premiers tomes on ne comprend rien. Au début Attila part en exil si j’ai bien compris, puis il fait subitement son retour. Alors on se demande ce qui se passe puis au fil de la lecture on comprend qu’il s’est passé un certains nombres d’années. Voilà pleins de petits exemples comme celui-là où d’une case à l’autre il se passe un truc inexpliqué et on se demande s’il ne nous manque pas des pages. J’ajouterai aussi que les personnages ne sont pas faciles à reconnaître au premier coup d’œil et qu’il manque une vraie introduction. Et puis quel ennui ! C’est franchement long à mettre en place et si au début il faut bien s’accrocher, je me suis permis par la suite de survoler les cases sans lire certaines bulles, et devinez quoi ? Et bien ça ne m’a pas du tout déranger dans la compréhension du reste du récit. C’est la preuve qu’il y a beaucoup trop de blabla pour ne rien dire. Une fois terminé la série je suis revenu en arrière et je me suis demandé à quoi ça avait servi toutes ces pages sur les Léviathans, les batailles spatiales… Du coup, c’est aussi la preuve d’un bon dessin qui décrit fidèlement l’histoire. C’est un dessin efficace mais je ne l’apprécie pas des masses pour autant. J’ai une sainte horreur des personnages aux traits figés, aux couleurs gelées. J’ai plus l’impression de regarder une fresque qu’une BD. Tout ça manque d’animation. Bon c’est une série qui ne manque pas d’idées mais le tout est de bien mettre tout ça en place histoire d’avoir un scénario haletant de bout en bout, et c’est un peu là que ça pêche à mon sens.

27/08/2013 (modifier)

3,5 Etant donné le taux élevé de cotes positives sur cette série, je me suis offert l'intégrale sans vraiment savoir à quoi m'attendre. Les deux premiers tomes ont été pénibles à la lecture, ils m'ont ennuyé. Au final, l'histoire n'est pas si mal et j'ai bien aimé la situation finale, ce qui m'a donné une dernière impression plutôt positive. Ce qui m'a surtout plu dans cette bd ce sont les dessins. Conclusion: Je garde un bon souvenir de cette série, mais je ne suis pas pressé de relire les 6 albums. Je l'aurais peut-être conseillée à l'achat si elle comportait moins de tomes.

06/09/2011 (modifier)
Par Tomeke
Note: 4/5

Une note méritée et pourtant… Cette lecture présente un défaut majeur : il faut attendre, selon moi, le troisième album pour que l’histoire prenne son envol et qu’elle devienne captivante. Les deux premiers tomes sont relativement lents; il ne se passe pas grand-chose et le lecteur se demande s’il lit vraiment une série jugée par certains comme incontournable. De manière moins prononcée, j’avais ressenti ce même problème, certes plus léger, dans la série Universal War One, où le premier tome ne cassait pas des briques. Ici, je dirais même qu’un brin de persévérance est de mise car la suite est, quant à elle, tout simplement géniale. Enfin le lecteur est récompensé ; l’aventure se dévore avec admiration tant elle présente un caractère grandiose et extraordinaire. Je vous le répète donc, considérez les deux (voire trois) premiers opus comme une mise en bouche d’un met savoureux… Côté graphisme, je trouve l’ensemble du travail très bon. Certaines planches sont simplement magnifiques. Au fil des six volumes, la qualité s’améliore (comme l’histoire). En conclusion, malgré un début pénible, l’histoire présente une richesse scénaristique qui lui permet d’avoir une place de choix dans ma bibliothèque. J’ai opté pour l’édition intégrale (comme celle de Universal War One) qui est exceptionnelle; qualité du papier, couverture, bonus, croquis,… Vous voilà prévenu ; Rome ne s’est pas faite en un jour !

07/03/2011 (modifier)
Par Gaston
Note: 3/5
L'avatar du posteur Gaston

2.5 Une série très riche qui ne manque pas de bonnes idées. Le problème c'est qu'il m'a fallu tellement de temps pour comprendre parfaitement ce qu'il se passait tant il y a de retournements de situation que cela m'a gâché ma lecture. Je pense surtout au premier tome qui est le plus faible des albums. Il m'a tellement peu intéressé qu'il m'a presque donné l'envie de ne pas lire la suite. Les personnages sont eux aussi de qualités diverses. Certains sont intéressants et d'autres sont inintéressant. De plus, certains rebondissements sont franchement peu crédibles et gâchent encore plus la lecture. Au final, 'Le Fléau des Dieux' est une série que j'ai lue sans réel plaisir, avec une sensation de gâchis et je n'ai réussi à lire l'intégrale de la série que parce qu'il y avait toujours quelques petits trucs qui m'accrochaient.

06/03/2011 (modifier)

C’était donc ça, le fameux ‘Fléau des dieux’ !?! :?) Aïe aïe aïe ! Je me sens obligé de descendre sa moyenne, pour éviter aux futurs lecteurs de la série d’éprouver la déception qui est la mienne aujourd’hui. Tous semblent s’entendre sur la qualité du dessin. Eh bien, personnellement, je l’ai trouvé plutôt moyen. Techniquement, la maîtrise de la couleur directe est certes indéniable, mais les couleurs justement sont trop ternes. Et puis, le trait de l’auteur ne me plaît pas (c’est comme ça !). Mais c’est surtout le scénario qui m’a laissé sur ma faim. Il y a sans doute quelques idées originales (les Léviathans, p.ex.). Au-delà de ça, les deux personnages principaux se révèlent nuls. Par ailleurs, le récit manque cruellement de rythme. Et alors qu’il n’est pourtant déjà pas vraiment intéressant à la base, le scénario tourne franchement au n’importe quoi dans les deux derniers tomes, où les retournements de situation se multiplient et peinent de plus en plus à convaincre. Ah ! Qu’est-ce que j’ai dû me forcer pour venir à bout de cette série ! En choisissant 'Le fléau des dieux', j’entendais commencer à combler mes lacunes en matière de S.F. J’espère sincèrement que les autres titres réputés du genre que je compte aborder (tels La caste des méta-barons et U.W.1) seront d’un tout autre niveau !

01/06/2010 (modifier)

Avis après 6 tomes Ne voulant pas limiter mon sentiment à la seule lecture des tomes 1 et 2, j’ai attendu et comme je n’avais vraiment pas aimé les 1 et 2 j’ai attendu longtemps ! Les dessins sont très travaillés, les couleurs sont contrastées et belles, de plus elles ne reprennent pas les traditionnels oriflammes qui font standard dans les batailles, le vert Romain et le marron Huns sont vraiment bien vus. Les dessins spatiaux sont souvent sublimes, de même que les atmosphères, tantôt violentes, tantôt froides mais survoltées, tantôt feutrées... Miam. En revanche quel scénario compliqué. Les tomes 1, 2 et 3 sont de véritables calvaires à lire, c’est compliqué, on est toujours obligé de revenir en arrière, les personnages se trahissent à qui mieux mieux... Les positions changent trop aléatoirement et trop vite à mon goût. Le tome 4 est sauvé par une magnifique bataille galactique, quant au tome 5 il donne un réel intérêt avec la nouvelle lecture divine des personnages. Autant je ne crois pas une seconde aux divers combats qui émaillent les tomes 1 à 3 avec les multiples rebondissements, le pouvoir de faibles dominant des forts, les fausses manipulations... autant le 4 est plaisant et le 5 intéressant dans cette conception détaillée de la divinité. Ceci dit tout paraît très léger, très fragile et très « scénarisé ». A aucun moment je n’ai cru à l’histoire proposée et les multiples planches de violence gratuite n’ont pas aidé. Je trouve le rythme très lent, il ne se passe pas grand-chose, une fausse révélation, un changement de camp, baston sanglante, et on recommence le cycle. Trop de violence gratuite, trop d’impressions superficielles dans le scénario ne vont pas compenser des dessins très beaux. Au final bof, heureusement que les tomes 4 et 5 sont là pour faire monter l’impression ! Enfin j'ai lu le dernier tome et pffffffff tout ça pour ça... décidément vraiment cette série ne me fait ni chaud ni froid

23/04/2009 (modifier)