Connectez-vous pour cacher cette bannière publicitaire - Commander en ligne : pourquoi Cultura ?

Imperator

Note: 2/5
(2/5 pour 3 avis)

Dans un futur lointain, sept ans avant la fondation de l'Empire Romain Galactique, les humains ont peuplé, peu à peu, toute la galaxie. Ils ont formé des États, royaumes ou républiques, regroupant une ou plusieurs planètes. Le point commun à ces multiples sociétés est leurs rapports encore difficiles avec les extraterrestres, avec qui elles sont contraintes de partager l''' espace vital ''.


Chroniques de l'Antiquité Galactique La BD au féminin Quadrants Racisme, fascisme

Dans un futur lointain, sept ans avant la fondation de l'Empire Romain Galactique, les humains ont peuplé, peu à peu, toute la galaxie. Ils ont formé des États, royaumes ou républiques, regroupant une ou plusieurs planètes. Le point commun à ces multiples sociétés est leurs rapports encore difficiles avec les extraterrestres, avec qui elles sont contraintes de partager l''' espace vital ''. Tous les humains sont, ont été, ou vont être en guerre avec eux... Par conséquent, les sociétés humaines (même celles qui sont théoriquement en paix) connaissent une crise économique quasi permanente. Partout la pauvreté la plus noire côtoie les îlots d'une richesse insolente. Les réactions politiques et idéologiques fleurissent, mais la plus populaire est hélas celle du Parti de la Renaissance Fasciste (P.R.F.), entraînée par le Duce. Les '' Pacifiques '', qui prêchent l'entente avec les extraterrestres, sont généralement taxés de traîtres à l'humanité. La planète bleue, délaissée au profit des attraits de la conquête galactique, a vu la nature reprendre ses droits et les traces de ses prestigieuses civilisations ne sont plus que ruines. Elle est un vaste territoire de chasse pour les membres du P.R.F. en villégiature sur la Lune ! Quelques terriens y survivent, grâce au trafic d'antiquités pour de riches nostalgiques. C'est le cas de Gus et de sa soeur, Julia, deux jeunes Romains qui rêvent d'une vie meilleure...

Scénario
Dessin
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution 18 Avril 2012
Statut histoire Série abandonnée (Abandon faute de vente) 1 tome paru

Couverture de la série Imperator © Soleil 2012
Les notes
Note: 2/5
(2/5 pour 3 avis)
Cliquez pour afficher les avis.

12/07/2012 | Ro
Modifier


Par sloane
Note: 2/5
L'avatar du posteur sloane

Entièrement d'accord avec mes petits camarades. J'avais à l'époque de sa sortie réservé mon avis en me disant que la suite aiderait à rendre les choses plus positives. Hélas, là aussi est-ce le syndrome mauvaises ventes en tout cas depuis 2012 rien n'arrive. Je ne reviendrai pas comme le dit Ro sur la façon de parler de tout ce petit monde mais plutôt sur le dessin qui est vraiment plus que figé (peut être parce qu'il est question dans l'histoire d'un vol de statues! ouaf! ouaf!). Nous sommes très loin du "Fléau des Dieux".

24/02/2014 (modifier)
L'avatar du posteur Agecanonix

c'est encore pire que dans les autres récits d'Antiquité galactique imaginés par V. Mangin comme Le dernier Troyen ou Le Fléau des Dieux. C'est probablement la série qui transforme et dénature le plus l'univers de Rome antique, dont il ne subsiste que des bribes. Et en plus, l'idéologie fasciste développée ici est contestable et ne me plaît pas. Sans aucune vraie orignalité, le scénario est un fourre-tout où la scénariste a balancé du tout venant, un fatras d'éléments sans consistance d'où surgissent une ouverture faisant penser à Terminator, puis un dictateur de type mussolinien, un Colisée qui ressemble à un parking circulaire moderne du 13ème arrondissement de Paris, des monstres reptiliens qu'on croirait sortis de la série V, des vaisseaux spatiaux en pagaille, et un mélange hétéroclite d'architectures ancienne et industrielle. Bref, une véritable folie hallucinatoire qui utilise tout ça pour masquer l'indigence de son postulat, qui n'est même pas passionnante, et aux personnages incolores. Seul le dessin pourrait à la rigueur me plaire, encore que comme le dit Ro, il est informatisé pas toujours de belle façon, mais s'il était mis au service d'une véritable histoire et d'un véritable univers, ça pourrait le faire. Je ne vois vraiment pas pourquoi Mangin a besoin de mêler des relents romains à ce type de SF, ce genre étant suffisamment riche pour se suffire à lui-même.

24/02/2014 (modifier)
Par Ro
Note: 3/5
L'avatar du posteur Ro

Sans être vraiment sous son charme, je suis intéressé par l'univers de l'Antiquité Galactique imaginé par Valérie Mangin depuis la première publication de la série Le Fléau des Dieux. C'est un cadre de science-fiction qui a une véritable classe et un beau potentiel non encore totalement exploité. Cette nouvelle série, qui se situe quelques années avant la fondation du fameux Empire Romain Galactique, me parait cependant nettement en dessous de la qualité de la série mère ou du dernier Troyen. Pour le moment, je ne suis pas convaincu même si je laisse le bénéfice du doute à la suite du récit. Pour commencer, je n'ai guère apprécié le graphisme. Très informatique, il semble en grande partie réalisé à partir d'images digitalisées voire de photos retouchées. Je trouve que le résultat final manque d'élégance et de clarté. Et même si les décors et les véhicules sont globalement réussis quoique parfois embrouillés, les personnages, par contre, sont souvent laids et figés. Certaines cases et planches ont de vraies allures de roman photo, beuh... L'intrigue, pour sa part, manque d'originalité pour le moment. Elle nous place dans une classique dictature futuriste avec le banal couple de héros issu des masses laborieuses qui va se rebeller et probablement faire s'effondrer le système totalitaire. En guise de tyran, nous avons une remise à jour de l'Italie Fasciste et raciste de Benito Mussolini, à laquelle s'oppose néanmoins le syndicat des camionneurs, des aliens disparates et à priori seuls capables de transporter les humains dans leurs vaisseaux spatiaux. Arrivé à la fin du premier tome, rien de bien novateur à se mettre sous la dent, ni dans le cadre du récit, ni dans son déroulement. J'ai été en outre déçu par l'aspect un peu ridicule de certains éléments de l'histoire, ridicule qui tranche avec le sérieux et la classe des autres séries du même univers. Les fascistes, Benito le premier, ainsi que leur ennemis du syndicat et ce fan du Parrain sont assez risibles. La façon de parler très familière, façon adolescents français des années 2000, des aliens les rend bizarre et pas crédible. Dans l'ensemble, on dirait parfois du Jodorowsky dans ce que certains de ses scénarios de science-fiction ont de plus caricaturalement bouffon. Je ne suis donc pas particulièrement séduit. Mais je ne l'avais pas été non plus par le premier tome du Fléau des Dieux, pour des raisons très différentes ceci dit, et la suite m'avait fait changer d'avis. Alors je réserve mon opinion pour le moment. Je me contente de dire que ça se lit bien et que c'est divertissant. Et je suis curieux de voir comment tous ces évènements vont mener à la fondation de l'Empire Romain Galactique.

12/07/2012 (modifier)