Connectez-vous pour cacher cette bannière publicitaire.

Claudius Vigne touche le fond

Note: 3/5
(3/5 pour 2 avis)

Histoire d'un doux rêveur.


Ecole Harcèlement scolaire Les années (A SUIVRE)

Claudius Vigne est un rêveur qui "vit" ses rêves d'aventure. Heureusement, car sa vraie vie est un peu triste.

Scénariste
Dessinateur
Coloriste
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution Septembre 1985
Statut histoire Histoires courtes 1 tome paru
Couverture de la série Claudius Vigne touche le fond
Les notes (2)
Cliquez pour lire les avis

02/09/2019 | Noirdésir
Modifier


L'avatar du posteur Agecanonix

Les bibliothèques étant toujours fermées, je poursuis mes recherches dans mes revues de BD, et en farfouillant dans mes numéros de A Suivre, je découvre, ou plutôt je redécouvre cette Bd que je n'avais pas lue jusqu'ici. Rochette l'a crée peu après Edmond le Cochon, sauf que là il quitte l'aspect anthropomorphique pour de vrais humains, et fait paraitre ces récits courts de 5 ou 6 pages chacun dans les pages de A Suivre à partir de 1981. Son personnage est un anti-héros comme il y en a beaucoup en BD, il est proche de Le Grand Duduche de Cabu, c'est un doux rêveur, solitaire, grand dadais, niais, tout le temps fourré dans ses livres qui sont des récits de voyages ou d'explorations, et qui s'évade ainsi dans des mondes imaginaires, mais dans la cour de récré, il est la bête noire de 2 frères crétins et lourdauds, les Mandaloni. Eternelle victime, souffre-douleur de ces abrutis, Claudius Vigne s'imagine dans ses histoires aventureuses, persécuté par les Mandaloni qui sont tour à tour pirates, cap-horniers ou négriers embarqués sur le même bateau que lui, et lorsqu'il sort de ses cauchemars ensommeillés, il retrouve encore les ignobles frangins. C'est donc un habile mélange où rêve et réalité s'embrouillent, il y a une facette absurde et aussi un côté un peu fou, mais surtout beaucoup d'humour et de malice ; Claudius a la tête de l'emploi, il est déjà physiquement prédestiné à être une infortunée victime, il perd souvent son pantalon, c'est une sorte de gimmick amusant de cette série, et le dessin de Rochette est dans son style très proche de la Ligne Claire, donc fluide et très agréable, j'aime beaucoup ce type de dessin. Une Bd qui reste étrangement méconnue, Casterman devrait la rééditer...

21/05/2020 (modifier)
L'avatar du posteur Noirdésir

La couverture donne une bonne idée du contenu relativement foutraque de cet album, dans lequel Rochette officie seul pour la seconde fois, après le recueil d’absurdités de Les Dépoteurs de chrysanthèmes, même si le contenu reste quand même moins abscond et plus « abordable » que cet album. Même si elles ne sont pas formellement séparées, cet album est un recueil de courtes histoires toutes bâties sur un schéma identique, autour de quelques personnages. Claudius Vigne est un adolescent intellectuel (intello diraient ses persécuteurs) et rêveur, au look improbable avec son chignon sur le crâne (ce qui aurait sans doute pu donner quelque chose de plus drôle en étant mieux exploité je trouve), qui est régulièrement tourmenté, harcelé par deux « copains », deux frères teigneux et primaires (les frangins Mandaloni – qui portent bien leur nom) : au début de chaque histoire, Claudius évoque des faits ou une époque historique, dans laquelle il vit des aventures (les Mandaloni apparaissant alors, poursuivant leurs persécutions), jusqu’à une chute finale où Claudius est généralement mal en point. C’est un peu amusant (pas aussi déjanté qu’espéré par moi). Mais ça se laisse lire, et le dessin de Roquette est agréable. Une petite curiosité à redécouvrir à l’occasion.

02/09/2019 (modifier)