Connectez-vous pour cacher cette bannière publicitaire.

Philippe le Bel

Note: 3.25/5
(3.25/5 pour 4 avis)

Les 30 ans de règnes de Philippe le Bel raconté en un album


1300 - 1453 : Moyen Âge et Guerre de Cent ans 987 - 1299 : Moyen-Âge et Capétiens Rois et Reines d'Europe

Philippe IV de France, dit Philippe le Bel ou le « roi de fer », fils de Philippe III de France et de sa première épouse Isabelle d'Aragon, fut roi de France de 1285 à 1314. Derrière la légende du procès des Templiers et des rois maudits se cache un roi silencieux, secret et éminemment politique. Et les « affaires » qui émaillent cette époque suscitent les questions : Pourquoi le Temple ? Pourquoi la dévaluation ? Pourquoi ce conflit avec le Pape ? De l’étude de ces presque 30 ans de règne émerge finalement une volonté constante et tendue vers un but unique : la grandeur du royaume de France.

Scénariste
Dessinateur
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution 05 Mars 2014
Statut histoire One shot 1 tome paru
Couverture de la série Philippe le Bel
Les notes (4)
Cliquez pour lire les avis

26/03/2014 | pol
Modifier


Par Gaston
Note: 4/5
L'avatar du posteur Gaston

Je ne connaissais pas du tout Philippe le Bel hormis le fait qu'il a fait un procès aux templiers et c'est donc pour en apprendre plus sur ce roi que j'ai lu ce one-shot. J'ai trouvé ce one-shot excellent. Les auteurs réussissent à raconter plusieurs événements en 48 pages sans que j'ai eu l'impression que cela allait trop vite. J'ai particulièrement aimé les luttes de pouvoirs (notamment entre le roi et le pape). J'adore ce genre d'intrigues et j'aurais bien aimé en voir plus ! Le personnage de Philippe le Bel est vraiment intéressant. Les pages bonus écrites par les historiens sont superbes. J'ai bien aimé aussi le dessin, notamment les couleurs que je trouve superbes.

27/02/2015 (modifier)
Par Erik
Note: 3/5
L'avatar du posteur Erik

Ce n’est sans doute pas la biographie la mieux construite qu’on ait pu lire sur un personnage important ayant marqué l’Histoire de France. Certes. Cela n’en demeure pas moins assez intéressant car il est finalement peu connu du grand public. On apprendra que son rôle a été central pour définir ce qu’allait devenir la royauté sous un pouvoir centralisé. On verra également sa lutte contre le pape Boniface qui se croyait au-dessus des rois. Bref, j’ai appris des choses et c’est ce qui compte réellement. Côté dessin, cela me satisfait. Pour le reste, Philippe le Bel n’était pas un mauvais roi avec une conduite plutôt exemplaire notamment dans sa vie privée. On ne pourra pas en dire autant des gouvernants qui se sont succédé depuis. Le dernier en date a assez fait couler d’encre. Oui, la dignité et le sens des valeurs sont de réelles qualités. La grandeur de la France faisait partie de ses préoccupations. On lui doit la destruction de l’ordre des templiers mais cet aspect sera un peu évoqué surtout à la fin de son règne. On retiendra que c’est surtout l’argent qui constitue le nerf de la guerre. Oui, il avait compris que c’est bien l’argent qui était son véritable ennemi. Il faut dire que son règne a été charnière entre une période de prospérité et une véritable crise qui allait durer plus d’un siècle comme une sorte de régression. Ce titre fait partie d’une collection qui va mettre en avant plusieurs figures qui ont fait l’Histoire. C’est une bonne entrée en matière. Je vais poursuivre avec Vercingétorix…

08/07/2014 (modifier)
L'avatar du posteur Agecanonix

Avec le second album de cette collection, c'était pas la docu qui manquait sur ce personnage de "roi de fer" comme il fut surnommé, au contraire de Vercingétorix ; les auteurs n'ont ici rien romancé et se sont appuyés sur des ouvrages faisant autorité dont celui de Jean Favier (cité à la fin), l'un des plus éminents historiens du monde médiéval, faisant ainsi preuve d'une grande justesse. Toutefois leur démarche risque d'ennuyer le lecteur peu habitué à cette période de l'Histoire car cette Bd choisit résolument de s'écarter de l'image d'Epinal de Philippe le Bel, elle force trop sur l'aspect politique ; les relations avec le pape sont un épisode complexe, tout cela est narré de façon un peu lourde, si bien que des événements plus importants sont un peu sacrifiés, tel l'épisode des Templiers qui est évoqué de façon trop succincte. La fin de règne est également réduite au détriment de l'enfance peu intéressante, on y entraperçoit seulement l'affaire des brus adultères du roi suite au scandale de la Tour de Nesle, qui demeure l'un des drames familiaux et royaux les plus éclatants et que les chroniqueurs ont su exploiter souvent avec légèreté ; j'aurais bien aimé que les auteurs fassent la lumière là-dessus de façon détaillée. D'un autre côté, la narration met en valeur d'autres faits moins connus et moins ressassés dans les manuels scolaires comme ce conflit avec la Flandre, la bataille de Courtrai (parce qu'elle reste une sorte de honte pour la France, bien avant Crécy) ou la victoire de Mons-en-Pévèle en 1304. D'autres événements sont passés sous silence et auraient mérité une attention comme l'aide apportée par Philippe aux Ecossais de William Wallace pour gêner la politique d'expansion d'Edouard Ier d'Angleterre, ainsi que la confiscation par 2 fois de la Guyenne qui sera comme je l'ai dit dans mon avis sur Le Trône d'argile, à l'origine de la guerre de Cent Ans. Le dernier mot de Philippe sur son lit de mort à l'adresse de son fils qui sera son faible successeur "Pesez Louis, pesez ce que c'est d'être roi de France", n'est également pas rapporté, c'est dommage car il conditionne tout le poids qu'a dû supporter ce roi avisé, orgueilleux de sa dynastie mais très pieux et humble. Le grand problème de son règne, c'est celui des finances, et ici les auteurs éclairent bien ce sujet. Le parti de faire débuter le récit sur l'exécution d'Enguerran de Marigny (et de le clore par lui aussi) est bon car il marque ainsi la fin d'un règne controversé mais important, en même temps qu'il permet de voir le sinistre gibet de Montfaucon. En conclusion, je trouve cet album un peu trop sérieux et pesant, il lui manque un rythme d'aventure (mais dans un tel règne c'était difficile), il démontre en partie que ce règne fut prospère, s'appuyant sur une implacable raison d'Etat, sachant prendre ses distances avec l'Eglise, dont aucun roi après Philippe n'acceptera plus la loi, et inversement, l'image de grand roi qu'il fut, pour assurer le transformation d'un Etat féodal en un Etat de plus en plus centralisé et totalitaire, n'est pas assez démontrée. Le dossier en fin d'album comble un peu ces lacunes. Le dessin est très correct. Du beau travail tout de même.

25/05/2014 (modifier)
Par pol
Note: 3/5
L'avatar du posteur pol

Un album historique sur Philippe IV dit Philippe le Bel, roi dont j’ignorais tout avant de me lancer dans cette lecture. Un des bons points est l’ambiance médiévale qui est très agréablement mise en images. Que ce soit les châteaux ou les costumes on se sent relativement bien immergé dans le contexte. Par contre c’est vraiment un récit très historique. C’est-à-dire qu’on nous raconte beaucoup de choses en 46 pages. C’est verbeux, il y a beaucoup de personnages et de dates. On fait des bonds dans le temps souvent en quelques cases, si bien que j’ai eu du mal à saisir ce qui était primordial de ce qui était secondaire. Ça donne l’impression d’une suite de faits et cela manque de romance et d’aventures. Cela dit il y a pas mal de choses intéressantes à découvrir. La façon de gouverner à cette époque, la place prépondérante de l’église dans la gestion du royaume, ou encore les conflits ouverts entre le pape et le roi. Au final ce sont ces éléments que je retiendrais pour ma culture générale, plus que la vie de Philippe le Bel ou le nom de ses multiples conseillers. A mon avis, cet album plaira surtout aux passionnés d’Histoire.

26/03/2014 (modifier)