Jamais

Note: 3.5/5
(3.5/5 pour 8 avis)

Bienvenue en Normandie où une irréductible gauloise octogénaire mène la vie dure à son maire....


École européenne supérieure de l'image La Normandie Le Meilleur de Bamboo Troisième âge

Madeleine, octogénaire et aveugle vit au bord de la falaise. Selon le maire, sa maison est bien trop proche de ladite falaise et il tente de convaincre Madeleine de quitter son foyer pour une maison de retraite.... Mais Madeleine ne l'entend pas de cette oreille ! C'est chez elle et elle compte bien y rester !

Scénariste
Dessinateur
Coloriste
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution 10 Janvier 2018
Statut histoire One shot 1 tome paru
Couverture de la série Jamais © Bamboo 2018

02/03/2018 | Samsa
Modifier


Par Cacal69
Note: 3/5
L'avatar du posteur Cacal69

Un bon moment de passé avec cette vieille femme aveugle au caractère musclé. Madeleine est veuve et n'a pour compagnon qu'un chat obèse. Sa maison est située sur le littoral mais la mer ne cesse de grignoter la falaise et celle-ci va bientôt être avalée par les flots avec sa demeure. Le maire de peur d'être jugé responsable ne sait pas comment faire pour qu'elle entende raison et parte en maison de retraite. Une narration en mode humoristique avec quelques références comme "il est frais mon poisson !!!" et son petit air gaulois. La malice est présente tout le long du récit mais Duhamel n'oublie pas de distiller les sujets d'actualité : le réchauffement climatique, vieillir et surtout la solitude. Et pour rompre cette solitude, quoi de mieux que de faire comme si son Jules est toujours vivant. Vieillir seule et devoir quitter un lieu où les souvenirs sont omniprésents ne se fera jamais de gaieté de cœur. Elle entre en résistance quitte à mourir les grenades à la main. Un graphisme qui contraste avec les thèmes graves évoqués. Il apporte une certaine touche d'optimisme et de légèreté. Pour finir, voici quelques mots de Barbara : "Depuis, elle me fait des nuits blanches Elle s'est pendue à mon cou Elle s'est enroulée à mes hanches Elle se couche à mes genoux Partout, elle me fait escorte Et elle me suit, pas à pas Elle m'attend devant ma porte Elle est revenue, elle est là La solitude, la solitude"

25/02/2022 (modifier)
Par pol
Note: 4/5
L'avatar du posteur pol

Je n'ai pas tellement été surpris par ce que j'ai lu dans cet album. Simplement car c'est dans la même veine que #Nouveaucontact et Fausses pistes du même auteur, que j'ai lu précédemment. Mais même si je m'attendais plus ou moins à ce que j'allais trouvé ici, j'ai passé un bon moment de lecture. D'abord parce que le style graphique de Duhamel me plait bien. Son trait rond est très sympa. Les personnages ont de bonnes bouilles, les décors sont détaillés et précis. Ce visuel apporte une touche de bonne humeur et de légèreté à l'ensemble. Ça marche et ça me plait. Coté scénario, on retrouve cette pointe d'humour pleine de cynisme. Ici il est moins question de critiquer notre société contemporaine et ses dérives, liés aux réseaux sociaux ou aux fake news, que dans les 2 ouvrages suscités. Mais on retrouve quand même par petite touche ce style d'humour que ce soit dans quelques répliques bien ciselées ou dans les situations. Cette vieille dame aveugle qui ne veut pas quitter sa maison qui menace de s'effondrer donne une dimension humaniste au récit. Elle refuse cela par amour et par choix assumé de décider où finir sa vie. Je trouve que le récit n'en faire pas trop, qu'il évite la facilité, les clichés et qu'il ne tombe pas dans le pathos. Au contraire c'est fait avec justesse et même si c'est loin d'être un roman graphique bouleversant, le sujet est traité de manière sincère et le final se révèle un peu touchant. En conclusion un chouette album.

16/01/2022 (modifier)
L'avatar du posteur bamiléké

Voila un petit conte normand que n'aurait probablement pas désavoué Michel Bussi. Cette histoire livrée par Duhamel est pleine de mélancolie et d'humour. J'aime beaucoup le trait rond de Duhamel. Je trouve qu'il donne aux beaux paysages qu'il peint une vraie poésie. C'était déjà le cas pour les paysages sublimes du Grand Canyon de Fausses pistes. Ici les paysages sont plus modestes mais la beauté des falaises normandes est admirablement rendue. Il en est de même pour les tronches des rudes pêcheurs normands qui savent ce qui l'en coûte de défier l'océan. Madeleine le sait aussi. Notre sympathique petit maire ne fait pas le poids face à une résolution forgée par tant d'épreuves vécues. Au delà du pittoresque des situations, certaines improbables, Duhamel nous esquisse sans approfondir certaines problématiques de plus en plus réelles de notre société européenne vieillissante: la solitude des personnes âgées ou leur maintien dans des centres d'accueils spécialisés souvent très chers et de plus ou moins bonne qualité. Mourir chez soi est presque devenu un privilège aujourd'hui. C'est à ça que tient Madeleine par dessus tout. Pour conclure avec le scénario, le maire pouvait arriver à ses fins grâce à des médecins pratiquant une hospitalisation à la demande d'un tiers et agir par ruse ,mais il n'y a pas pensé. Tant mieux nous aurions raté une sympathique histoire d'amour éternel.

13/01/2022 (modifier)
L'avatar du posteur Noirdésir

Si le fond de l’histoire est quand même triste, le traitement est assez sucré – seuls quelques traits d’humour, autour des réactions surprenantes de la vieille dame (ou des chutes successives des morceaux de falaise devant sa maison) apportent un côté acidulé à ce gros bonbon tendre. Et les révélations finales ajoutent de l’amertume à la recette. L’histoire et le dessin ressemblent pas mal à ce que fait souvent Zidrou dans ses albums. Mais ici cela ne déborde pas trop de gentillesse. La lecture est agréable, très rapide (peu de texte finalement). On oublie assez facilement le côté improbable de certaines situations pour suivre cette petite bonne femme, entrée en résistance (elle ne veut pas quitter sa maison, située au bord d’une falaise qui menace de s’effondrer), qui cache finalement bien son jeu. Je suis d’accord avec Mac Arthur concernant le potentiel comique dynamiteur sous exploité du chat (qui aurait pu être le Scrat de l’album, voire de la vieille dame, que j’aurais volontiers vue plus méchante : son côté pétroleuse sur le retour, avec ses grenades, n’étant pas exploité tant que ça). Cela reste quand même une lecture sympathique. Pas forcément le genre d'album que j'achète (je l'ai emprunté), mais il peut trouver ses amateurs.

05/04/2019 (modifier)
Par Erik
Note: 3/5
L'avatar du posteur Erik

Sur le thème "moi vivant, vous n'aurez jamais ma maison où j'ai vécu toute ma vie même si elle menace de s'effondrer sur la plage". Un maire est aux prises d'une vieille folle, je veux dire d'une pauvre vieille femme qui tient à son chez soi comme la prunelle de ses yeux aveugles. Elle vit encore dans ses souvenirs d'un homme marin qui a perdu la vie en mer. Le ton de la bd est humoristique et l'auteur se place résolument du côté de Madeleine en la montrant sous ses meilleurs aspects. Moi, personnellement je comprends ce pauvre maire qui peut être poursuivi pénalement à tout moment s'il ne prend pas la décision de la sauver contre son gré. On a vu ce qui s'est passé lors de la tempête Cynthia. Les forces de la nature et l'érosion lié au changement climatique sont en toile de fond.

26/05/2018 (modifier)
L'avatar du posteur Mac Arthur

Je trouve la couverture très réussie et le synopsis me laissait espérer une histoire de laquelle ressortirait un peu d’humour et beaucoup d’humanité. A la lecture, je reste un peu sur ma faim. Si le dernier quart de l’album a réussi à me toucher, je dois bien avouer que le début de l’album m’est apparu assez plat et prévisible. Je m’attendais à plus d’humour, plus de dynamisme mais Duhamel joue dans la sobriété et une retenue que je trouve parfois excessive. Ce manque de ‘pittoresque’ empêche les personnages d’exprimer leur plein potentiel humoristique. Même le chat reste finalement très sage alors qu’il s’agissait là d’un électron libre facile à caricaturer à l’excès ! Oui, mais voilà. Il y a ce dernier quart et ces révélations finales qui touchent par leur humanité et leur justesse. Je sors donc de ma lecture avec un bon feeling, et c’est pourquoi je recommande finalement et la lecture et l’achat. Pas un chef d’œuvre mais, quelque part, une histoire ‘juste’ et touchante.

26/04/2018 (modifier)
Par Ro
Note: 4/5
L'avatar du posteur Ro

Chouette petit one-shot sans prétention, Jamais met en scène une vieille dame au caractère très affirmé qui s'accroche obstinément à sa maison au bord d'une falaise qui va s'écrouler d'un jour à l'autre. J'ai apprécié avant tout le décor, celui d'un petit port Normand très inspiré d'Etretat et des ports voisins, et d'une maison juste au bord du précipice. Le dessin de Bruno Duhamel, frais et lumineux, met cela en image de manière très plaisante et belle. L'ambiance est bien rendue. Le conflit entre un maire pragmatique mais assez désarmé et la vieille dame butée est amusant. Il n'y a pas de manichéisme, l'auteur évitant heureusement l'intrigue trop classique d'un harcèlement d'un méchant maire contre une pauvre vieille. Et puis, peu à peu se dévoilent les raisons du comportement de cette dernière et de la folie pas toujours douce dont elle fait la démonstration aux yeux du public. Je n'ai qu'un seul regret avec cet album, c'est que l'histoire se termine un peu vite. J'aurais espéré un peu plus de développements car il y avait de bons protagonistes et le potentiel pour en raconter davantage.

04/04/2018 (modifier)
Par Samsa
Note: 4/5 Coups de coeur expiré

Reconnaissable à son trait arrondi, Bruno Duhamel nous revient avec une nouvelle fable complexe et moderne. Dans ce récit où il abandonne la bichromie pour donner toutes ses couleurs à la côte Normande, Bruno Duhamel nous raconte l'histoire de Madeleine, cette petite vieille aveugle au caractère, il faut bien l'avouer, bien trempé ! En effet, elle va user de toute sa malice pour tenir tête au maire qui veut la faire partir de chez elle. Et on le comprend le maire : une tempête approche et la falaise va encore être grignotée, qui sait si la maison de Madeleine ne va pas chavirer par dessus bord ! Mais comment parvenir à ses fins sans devenir un pourfendeur de petite vieille ? Dotée d'un dessin charmant, cette fable moderne adopte définitivement le ton de l'humour tout en étant pleine de douceur. Si l'on adore Madeleine et son caractère de cochon, on ne peut s'empêcher de trouver le maire sympathique dans son dilemme. Bref un bon petit moment de plaisir !

02/03/2018 (modifier)