Le Constat

Note: 3.06/5
(3.06/5 pour 17 avis)

Un roadmovie à la française.


Davodeau Road movie

Vincent, 30 ans, fonce sur l'autoroute à bord d'un vieux break. Il va retrouver Anne, la femme qu'il aime, à l'autre bout de la France. Si tout va bien. Car en fait, il a tenté un coup de poker qui est en train de mal tourner, et il est dans les emmerdements graves - avec tueurs à la clé. .

Scénariste
Dessinateur
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution Avril 1996
Statut histoire One shot 1 tome paru
Couverture de la série Le Constat
Les notes (17)
Cliquez pour lire les avis

09/09/2002 | Kael
Modifier


Par Walran
Note: 1/5

Personnellement, après une lecture attentive, je ressors avec un avis globalement négatif sur cet album. Davodeau est connu pour ses chroniques sociales contemporaines, son dessin nerveux, efficace mais peu esthétique se mettant au service d’histoires (en général) crédibles avec des personnages banals, ordinaires, comme on en croise chaque jour. Mais justement, je trouve que Vincent, le personnage principal de ce récit, est un type peu recommandable qui n’a rien d’attachant. Il n’a ni principe, ni morale et sa vie pourrait sans doute être résumée en une somme monstrueuse de mauvais choix qui ont fini par le mettre sérieusement dans la merde. Un loser naïf, lâche et malhonnête à qui on a tout de même du mal à trouver des excuses. Mais ce qui m'exaspère le plus dans cet album, comme l’a souligné un autre membre du site, c’est l’aspect manichéen de certains aspects de l’histoire : lorsqu’on découvre qu’un personnage est d’extrême-droite, mieux vaut l’oublier aussi sec et faire son deuil. Inutile de dialoguer, de chercher à le connaître, de creuser sa personnalité, de comprendre les raisons derrière sa prise de position radicale. Non, il aurait mieux valu ne jamais le rencontrer, ou qu’il soit mort. Bravo ! Quel message de tolérance et d’humanisme ! Quelle ouverture d’esprit ! A retenir de cette rencontre ridicule et expéditive entre un père et son fils qui ne se connaissent pas encore, rien ne peut survivre à une différence d’idées puisqu’il n’existe qu’une seule pensée en vigueur, valable et politiquement correcte. Pourtant, à l’exception d’une Rose naturelle et relativement attachante, les personnages de cet album, qu’ils soient de gauche ou de droite, n’inspirent vraiment pas la sympathie. Tout cela s’inscrit dans une intrigue bien narrée mais riche en invraisemblances (Vincent, un ingénieur ? Vraiment ?), avec quelques silences évocateurs bien placés, des séquences d’émotion plus ou moins réussies (l’auteur fera mieux plus tard, dans un genre similaire). Le destin d’Anne est finalement la seule chose qui m’ait motivé à aller au bout, et j’ai bien aimé cet aspect de l’histoire. Quant à la fin, les deux hypothèses se valent, je choisis tout de même la plus optimiste des deux. Quoiqu’il en soit, ce genre de chroniques sociales ultra-orientées politiquement et qui nous offre à découvrir le destin d'anti-héros vulgaires et antipathiques n’est pas fait pour moi. Ça aurait pu être bien, mais beaucoup d’éléments me rebutent et m’empêchent d’adhérer à cet album. Triste « constat », en vérité.

04/12/2015 (modifier)
Par sloane
Note: 3/5
L'avatar du posteur sloane

Je découvre un Davodeau de jeunesse, pourrait-on dire, et je dois avouer que j'ai bien accroché à cette histoire même si quelques éléments sont un peu tirés par les cheveux. Le principal atout de ce scénariste dessinateur est sa grande et très bonne capacité à retranscrire les rapports humains, qu'ils se déroulent dans des situations de conflits ou de moments plus apaisés. Dans ce récit, j'ai particulièrement apprécié le personnage d'Abel ; ancien membre du parti communiste qui s’exile ensuite en diverses contrées pour porter la bonne parole et la mort au nom de ce même parti. Le hasard est curieux : il y a peu j'ai découvert une BD de Sera, HKO qui justement traite les évènements Cambodgiens. Quoiqu'il en soit ce personnage est intéressant car il combine dans sa vie au moment de l'histoire des valeurs qui me semblent antagonistes. En effet, comment un homme qui a "travaillé" avec les Khmers rouges peut-il se retrouver à éprouver autant d'empathie pour un jeune gars dans la mouise et qu'il ne connait pas ? Curieux vous dis je mais pas inintéressant. Le trait de Davodeau est approximatif mais arrive néanmoins à bien retranscrire les états d'âme de ses personnages, la fin ouverte ne me pose pas problème, encore que j'ai du mal à croire au tueur à gage renonçant à sa mission. Mon seul reproche serait sans doute une certaine dilution des choses qui m'empêche de mettre une note supérieure. Cette BD reste toutefois fort bien fichue et est à lire.

04/10/2015 (modifier)
Par Blue boy
Note: 2/5
L'avatar du posteur Blue boy

Ce road-movie à la française déçoit de la part d’un auteur comme Davodeau que personnellement j’affectionne. On retrouve évidemment les thèmes favoris de l’auteur, humaniste convaincu et contempteur des extrémismes et d’un monde dominé par l’argent et la cupidité. Son dessin faussement imparfait possède toute l’âpreté qu’il faut pour coller à cette histoire pas franchement gaie, et son style de découpage, dynamique, fonctionne toujours plutôt bien. Pourtant, si l’idée de départ est bonne, on a l’impression que Davodeau s’est quelque peu égaré en suivant la vieille R18 des protagonistes… J’ai par moments ressenti une certaine lassitude, alors qu’en général il m’embarque facilement dans ses récits. Les deux passages censés être les points d’orgue de l’histoire sont atténués par une trop grande volonté démonstrative et du coup l’effet de surprise ne fonctionne pas à plein. Quant à cette histoire de course poursuite autour d’un trafic d’uranium, tout ça est un peu « too much ». Au bout d’un moment, on a un peu l’impression que ça tourne en rond. Même si les personnages d’Abel et Rose sont attachants, ça ne suffit pas à rendre le récit captivant. Et puis cette fin en pointillés m’a laissé sur ma faim. De toute façon, on imagine mal un tueur à gages saisi par des états d’âme alors qu’il s’apprête à tuer sa cible, juste parce qu’une jeune fille qu’il ne connaît pas lui dit que c’est pas bien de tuer les gens… Pour parler de « constat », c’est globalement peu concluant. Davodeau a voulu narrer en mode thriller la rencontre hasardeuse entre deux hommes qui n’ont presque rien en commun, si ce n’est de se rapprocher à toute vitesse d’un destin fait de déconvenues. Une histoire d’êtres humains à laquelle il manque juste le rythme et la tension. Un mélange des genres raté. Dommage de la part d’un auteur qui sait généralement bien convaincre ses lecteurs.

11/11/2012 (modifier)
Par GiZeus
Note: 3/5

Franchement pas mal ce thriller/roman graphique. La rencontre d'un vieillard étrange et d'un jeune homme dans les emmerdes jusqu'au cou provoque une alchimie à la senteur agréable. Visuellement, c'est loin d'être la claque. Ou plutôt c'est la claque mais sur l'autre joue. Bon j'exagère un peu, mais c'est loin d'être beau. Pas très détaillé, une gamme réduite de couleurs par case, on sent que l'intérêt n'est pas à la contemplation. L'histoire est quant à elle plutôt agréable à suivre. Bien que lente à démarrer, l'intrigue est bien amenée et devient plutôt prenante par la suite, même si quelques éléments sont prévisibles. Psychologiquement, les trois protagonistes sont bien foutus mais je n'ai pas réussi à m'y attacher; le gros défaut de ce one-shot (apparemment c'est une tare récurrente chez Davodeau) se situe au niveau des personnages secondaires. La classe moyenne, voire pauvre (pour ne pas dire prolétaires), est représentée par des personnages chaleureux, sympathiques et serviables; les "capitalistes" sont brutaux, avides et cruels. Bref, on sent le parti pris, et les tendances de l'auteur qui n'hésite pas à exposer sa vision des choses via la famille d'Abel (vision que je ne partage pas au demeurant, seulement la peine d'Abel). Le message est trop manichéen pour moi. Mais bon, à part ce défaut entachant, force est de reconnaître que Davodeau arrive à nous prendre doucereusement dans les mailles de sa narration et parvient à nous faire passer un bon moment en sa compagnie.

26/10/2009 (modifier)
Par herve
Note: 2/5
L'avatar du posteur herve

Je suis d'habitude un inconditionnel de Davodeau. Mais là, je viens de découvrir cette oeuvre de jeunesse et j'avoue avoir été fort déçu. J'ai trouvé l'histoire invraisemblable voire embrouillée. Si on retrouve les thèmes qui feront la réputation de Davodeau (le compagnonnage avec le communisme, les marginaux, le souvenir....), j'ai très peu adhéré à ce one shot, qui m'a un peu lassé. Davodeau a voulu traiter trop de thèmes en même temps. Même si cette bande dessinée comporte 100 pages, cela finit par devenir indigeste. Et le final, fort énigmatique, m'a laissé sur ma faim. Non, Etienne Davodeau a réalisé depuis de véritables chefs d'oeuvre, mais vous pouvez laisser de côté cette aventure... dommage.

08/10/2009 (modifier)
L'avatar du posteur Mac Arthur

J’éprouve avec Etienne Davodeau le même problème qu’avec Jean-Claude Servais lorsque je rédige un avis sur une de ses productions, tant ses qualités sont évidentes, et ses défauts récurrents. Mais c’est bien là le seul point de comparaison entre ces deux talentueux auteurs, car lorsque le second nommé me charme par son trait académique et son évocation de l’Ardenne d’autrefois, le premier me ravit dans son évocation des rapports humains et la relation de ces petites anecdotes qui constituent sinon le sel du moins l’herbe de Provence de nos existences. Le Constat est l’œuvre qui a révélé Davodeau au grand public. Et c’est bien mérité, tant cet album est prenant. En créant trois personnages (et quelques seconds rôles) charismatiques en diable, l’artiste m’hypnotise : je veux absolument savoir ce qui va leur arriver ! De plus, le scénario est assez dense (à défaut d’être vraiment crédible), et chaque planche apporte son lot de révélations. La fin ouverte en chagrinera sans doute certains, mais, personnellement, c’est le genre de fin que j’adore ! Au niveau des défauts de Davodeau, on soulignera le côté parfois très caricatural de ses personnages. Mais cet aspect des choses ne m’a pas dérangé dans cet album. On notera encore un certain manque de crédibilité dans l’intrigue centrale, mais emporté dans mon élan, je n’y ai pas trop fait gaffe. Enfin, le dessin de l’artiste est ce qu’il est : simple, tendre et au service de l’histoire. Un très bon cru !

06/08/2009 (modifier)
Par Ems
Note: 4/5

Du grand Davodeau !!! Ce road movie BD est une merveille : le récit est dense, ça semble partir dans tous les sens mais du début à la fin ça reste cohérent. Les 3 protagonistes principaux sont intéressants surtout Abel (qui permet d'aborder beaucoup de sujets dont certains chers à l'auteur). Les personnages secondaires ne sont pas en reste. Il y a tant de thèmes abordés que je reste bouche bée devant cette BD qui passe du coq à l'âne pour ne faire qu'un seul et même récit. Graphiquement, c'est du traditionnel pour Davodeau, tant le trait que la colorisation, donc pas de surprises pour ceux qui ont déjà lu une de ses autres productions. Un gros 4/5. Spoiler : La fin ouverte ne l'est pas tant que ça : soit Vincent part avec Rose, soit il prend une balle dans le front : à chacun de choisir ;)

10/11/2008 (modifier)
Par Gaston
Note: 2/5
L'avatar du posteur Gaston

J'ai bien aimé les parties où le vieil homme se rappelle son passé. C'est réellement touchant. Il y aussi la relation entre ce dernier et le jeune fuyard qui est touchant. Davodeau est vraiment bon dans ce genre-là. À part ça.... La course poursuite ne m'a pas convaincu. L'idée était bonne sauf que je n'ai pas vraiment accroché. Il y a pourtant quelques bonnes idées au cours de la centaine de pages, mais la fin gâche tout. Je hais les fins ouvertes. Je trouve cela carrément insultant pour le lecteur qui veut savoir le destin des personnages. Je préfère une mauvaise fin à pas de fin du tout.

07/05/2008 (MAJ le 07/05/2008) (modifier)
Par Erik
Note: 3/5
L'avatar du posteur Erik

Tiens, un road movie à la française ! Je vois que Davodeau n'a rien perdu de sa verve. On retrouve le prêtre devenu garagiste et surtout l'ancien communiste, des thèmes qu'il développera par ailleurs dans les publications suivantes. Le titre "le constat" ne reflète en rien le propos de cette Bd. Quoique: est-ce un constat sur la vie et surtout le passé des trois personnages principaux dont le destin vont les lier ? Sans doute. J'ai vraiment aimé cette BD jusqu'à ce la fin du récit vienne un peu gâcher mon plaisir. Pourquoi arrêter tout net dans l'action au moment le plus intéressant de l'histoire ? On a envie de savoir. C'est trop facile de laisser les lecteurs imaginer une quelconque suite. J'ai horreur de cela. Un auteur doit assumer jusqu'au bout son idée et la faire partager au lecteur. C'est vraiment dommage !

11/08/2007 (MAJ le 04/03/2008) (modifier)
Par Ro
Note: 3/5
L'avatar du posteur Ro

Sans doute la BD la plus ancienne de Davodeau que j'aie lue jusqu'à présent, celle-ci mélange de manière amusante un grand nombre de thèmes et de péripéties qui vont faire partie de ses futures oeuvres. Le récit de base rappelle beaucoup celui de L'Autoroute du soleil de Baru pour l'aspect road-movie et course-poursuite mais à ce récit s'intègrent des éléments qui ressortiront ensuite chez Davodeau : le vieillard au passé de militant communiste rural qu'on retrouvera dans Les Mauvaises gens chez les parents de Davodeau, des discussions en voiture rappelant Quelques jours avec un menteur, une ferme remplacée par une autoroute rappelant Rural !, un militant d'extrême droite rappelant La gloire d'Albert, des routiers rappelant Anticyclone, etc... Autant de détails qui, mis bout à bout dans cet album, forment une grande histoire qui n'est pas désagréable du tout à lire. Le scénario est assez prenant et les personnages sont plutôt réussis, même si la bêtise de Vincent est parfois franchement énervante (comment il a fait pour devenir ingénieur à la Cogema en étant aussi con ?). J'ai lu ce récit avec un certain intérêt, sans jamais être totalement captivé et plongé dedans mais avec un certain plaisir. Ceci dit, j'ai été relativement déçu par la conclusion abrupte et assez peu remarquable de l'histoire. J'aurais aimé une fin un peu plus construite. Cela reste une bonne BD, agréable à lire.

09/02/2006 (modifier)