#Nouveaucontact

Note: 3.67/5
(3.67/5 pour 9 avis)

Une fable sur les dangers du monde moderne et de sa main armée : les réseaux sociaux.


École européenne supérieure de l'image Iles Britanniques Le Meilleur de Bamboo Les Réseaux sociaux

Doug vit retranché à Castle Loch. Ancien photographe, il ne montre plus aucun cliché au public. Pourtant, quand au bord du lac, il shoote une créature étrange, il partage le cliché sur le réseau social Twister. Avec ce geste anodin à notre époque de réseaux sociaux omniprésents, il déclenche pourtant des événements qu’aucun n’est prêt à supporter. Le petit morceau de paradis qu’est Castle Loch devient un enfer alors que des légions de journalistes, d’écologistes zélés, de suspicieux ou de simples curieux débarquent pour tenter d’apercevoir la créature. (texte : Bamboo)

Scénariste
Dessinateur
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution 28 Août 2019
Statut histoire One shot 1 tome paru
Couverture de la série #Nouveaucontact © Bamboo 2019

30/08/2019 | Spooky
Modifier


L'avatar du posteur bamiléké

Je LIKE comme c'est l'usage de dire dans notre monde connecté. Plus je lis les ouvrages de Bruno Duhamel et plus j'aime son humour cynique et sa façon de poser de vrais thématiques sous une forme originale et drôle. J'aime bien son trait et ses couleurs qui font un peu BD jeunesse mais avec des figures creusées par les épreuves. Ces mêmes figures sont souvent d'une expressivité forte. J'apprécie beaucoup le soin qu'il apporte aux décors et aux ambiances. De plus je m'identifie assez au personnage de Doug. Brêle en informatique , imperméable aux réseaux sociaux je suis comme Doug incompréhensif devant le nombre de vues d'un chaton qui miaule ou d'un chien qui aboie ( sauf à hypnotiser son bébé devant pour qu'il vous fiche la paix). La critique de la dangerosité du flux d'informations non contrôlées n'est plus à faire. Nous avons vu à quel point cela pourrait changer la face du monde lors de récentes élections. Le temps de la réflexion et de la synthèse n'est plus le temps de l'immédiateté stupide qui semble prendre le contrôle de nos habitudes. Duhamel exagère dans sa deuxième partie comme une spirale folle et irresponsable qui vit de son anonymat et de son immunité. J'aime cette exagération avec des groupes quelques peu stéréotypés qui finissent dans la violence faute de pensée ouverte. Bien sûr le web a apporté de bien belles choses ( ce site par exemple, lol) mais sa juste utilisation nécessite un apprentissage dès le plus jeune âge pour mener au savoir par la sagesse. Sinon le voie à tous les extrémismes violents ,comme dans l'album, est ouverte.

15/01/2022 (modifier)
Par Seube
Note: 4/5
L'avatar du posteur Seube

Eh ben... C'est nul de loin mais loin d'être nul ! Il ne faut pas toujours se fier au premier abord, on peut louper de belles choses. Parce-qu'après un rapide feuilletage, le dessin ne m'attirait pas du tout ! Et puis j'ai commencé à bien aimer la gueule de Doug, assez loufoque, au style et au comportement pas si loin du grand-père dans Rick & Morty (ça n'engage que moi...). Ensuite, eh bah j'ai apprécié le dessin dans son ensemble parce qu'il colle au ton du récit : ne pas se prendre au sérieux pour critiquer sérieusement. C'est d'apparence enfantin pour, peut-être, mieux faire passer le message... Il y a des raccourcis, c'est clair. Mais les clichés sont utilisés pour dégager une critique générale qui semble conforme et vraie aux yeux de beaucoup de lecteurs. Sans nous perdre, l'auteur arrive tout de même à aborder de nombreux thèmes et à les lier entre eux pour y montrer toute l'interdépendance et le risque d'effet boule de neige. A la fin, qu'est ce qu'on a ? Un résumé des dérives de notre système médiatique, du monde hyperconnecté... Et tant d'autres sujets que je traduirais dans cette BD par ce qui définit la connerie humaine. L'intrigue est loufoque et tellement bien choisie! On peut "s'amuser" à comparer le buzz de 1934 avec un buzz équivalent aujourd'hui... Et finalement, bah c'est pareil...Sauf que le temps s'accélère, l'Homme ne maîtrise plus rien, les jugements sont précipités, les critiques sont violentes, les débats et conflits sont démesurés et puis finalement, on passe vite à autre chose et on oublie l'évènement... Au-delà de tout ça, on arrive à passer un super moment parce-que c'est absurde et drôle. Le personnage principal, anti-héros flemmard et apolitique, est aussi bon que ridicule. Les discours des uns et des autres (les clashs entre manifestants) sont, bien que grossiers, un reflet de société qui sonne vrai et qui fait rire. Je conseille carrément la lecture, vous ne serez pas déçu !

28/06/2021 (modifier)
Par sloane
Note: 4/5
L'avatar du posteur sloane

Le terme a été utilisé à de nombreuses reprises pour cet album, à savoir ''sympathique''. Oui ça l'est, de par cette féroce critique des réseaux sociaux et surtout des ravages qu'ils peuvent provoquer. Comme d'autres posteurs, j'ai été emballé par la première moitié de l'histoire, mais il est vrai que dans la seconde les choses partent en vrille d'une manière un peu "too much". Je ne sais pas trop s'il faut qualifier cette histoire de fiction, mais j'ai hélas bien peur que nous soyons finalement assez proches de la réalité. Le dessin quant à lui est là encore sympathique, il fait très album jeunesse, mais il remplit le job. Pas inoubliable, mais sûrement à lire en emprunt.

05/12/2020 (modifier)
Par pol
Note: 4/5
L'avatar du posteur pol

J'avais repéré ce one-shot il y a un certain temps déjà, d'une part grace aux avis positifs ci dessous, et d'autre part car le dessin me faisait de l'oeil. J'ai enfin pu lire cet album et si j'ai passé un bon moment de lecture, j'hésite quand même entre 3 et 4 étoiles. Le propos ici est une critique assez forte des réseaux sociaux et également des médias puisque ils sont également largement égratignés. Notamment le traitement accordé aux faits divers aujourd'hui avec une course à l'information et une surenchère constante dans le traitement de celle-ci. Tout cela est traité dans le récit avec beaucoup de dérision et de second degré, tout est accentué au maximum. Toutes les situations, et les dérives qui vont avec, sont de plus en plus ahurissantes. Forcément cela prête à sourire : les followers, les tweets & retweets, les réactions en cascade, les médias qui balancent les infos sans rien vérifier, le déballage de la vie privée, etc... On a aussi les antis tout qui s'opposent et qui manifestent (j'ai adoré on se croirait dans la vraie vie)... En fait la force de cet album c'est que d'un coté j'ai ri (ou tout du moins souri) à cet escalade de connerie humaine, mais de l'autre j'ai surtout eu peur car j'ai l'impression qu'on en est là aujourd'hui et que c'est pas vraiment une fiction. Cela dit, je comprends tout à fait les avis qui disent que l'album a du mal à se renouveler sur la deuxième moitié. J'ai aussi ressenti un peu cela. Malgré tout c'est bien divertissant, j'ai passé un bon moment et j'ai adoré le dessin, alors ce sera 4 étoiles, même si cette lecture ne me marquera pas non plus pour des années.

20/10/2020 (modifier)
Par Ro
Note: 3/5
L'avatar du posteur Ro

J'aime le dessin de Bruno Duhamel, notamment depuis Les Brigades du Temps. J'aime aussi l'Ecosse et les héros un peu antisociaux qui cherchent à vivre loin de la foule. Et j'aime bien l'idée de départ de ce râleur anxieux et misanthrope qui tombe des nues le soir où un monstre à tête de dinosaure transparent et loufoque sort du Loch sous ses yeux et sous l'objectif de son appareil photo. Par la suite, l'auteur fait le procès des réseaux sociaux en montrant les conséquences abusives et désastreuses du fait de mettre ces fameuses photos en ligne. Très vite, à la vitesse d'Internet et des mouvements d'opinion de masse qu'il implique, ça tourne au grand délire social. Si la critique est juste sur le fond, elle manque de finesse sur la forme. Trop rapidement, les réactions de la foule et des médias m'ont paru exagérées. Comportements de meutes et opinions faites sans aucune réflexion, c'est une facette assez simpliste et trop caricaturale non seulement du monde du Web d'une part mais aussi de l'humanité en général. Les fils narratifs s'en retrouvent malheureusement un peu trop gros pour moi. Et ce qui a commencé par me plaire et m'amuser a fini par un peu me lasser car la surenchère n'en devenait plus très drôle. Il y a pourtant de bonnes choses, de bons personnages, une rapide enquête de la journaliste qui n'est pas idiote et une dénonciation des travers du monde moderne de l'information qui fait mouche par-ci par-là. Mais j'aurais aimé davantage de subtilité dans la narration et moins d'exagération : ça n'en aurait été que plus percutant et plus drôle.

16/12/2019 (modifier)
Par gruizzli
Note: 4/5
L'avatar du posteur gruizzli

Je me suis laissé charmer par cette BD qui, sous des faux airs de pastiche du monstre du Loch Ness, tient un propos réellement bien construit sur notre société et la façon dont l'humain se comporte. Et pour le coup, l'auteur fait fort ! La BD prend le parti d'aller chercher dans la surenchère autour de ce fait banal : poster une photo sur twitter (alors, certes, une photo de monstre marin dans un loch écossais, mais une photo quand même). Et à partir de là, tout s'emballe. Contrairement à d'autres lecteurs j'ai beaucoup aimé la façon dont la première partie démarre gentiment pour déborder en tous sens dans la deuxième partie, sans jamais perdre de vue son humour. Il y a quelques petites perles dans les dialogues, et j'ai apprécié la façon dont l'auteur croque les différents travers de la société en les mettant tous sur un pied d'égalité. Personne n'est meilleur que les autres, chacun veut juste tirer la couverture à soi. Si on peut se dire que c'est aller trop loin pour une telle histoire, je trouve justement que ça lui donne un petit plus. La dénonciation de la bêtise crasse de l'humain, toujours en recherche de sensationnel, complexifiant tout ce qui passe entre ses mains et usant pour cela de tous les moyens dont il dispose, est présente à toutes les planches de la BD. Même le personnage principal trimballe son lot de stupidités qui le rendent attachant car d'autant plus humain. Et dans cette surenchère, on voit jusqu'où les gens peuvent aller. A ce niveau là, j'ai trouvé très bien utilisés les nouvelles technologies et le regard sur les médias. C'est moins manichéen qu'on ne pourrait le penser de prime abord, le propos n'étant pas de fustiger leur existence mais l'utilisation qui en est faite. Sans parler de ces perles de réflexions que l'on récolte par micro-trottoir dans une telle situation ... L'auteur fait mouche dans les réflexions en tout sens sans aucun recul sur ce qui arrive. Tout est dans l'immédiat et dans l'instant. Et l'informatique, les vengeances par diffusion de photos ... Mine de rien plusieurs sujets sont abordés sans qu'on ne s'y attarde, mais dévoilent les travers de l'humain par quantité de chemins. Le dessin est très sympathique, l'auteur n'étant pas à son coup d'essai, et les personnages sont très vivants. C'est un plaisir à lire. Et c'est la grande qualité de cette BD : le plaisir de lecture, accentué par cet humour toujours présent et une réflexion sur notre monde pas si fausse que ça. La conclusion est sans appel pour l'auteur, mais sonne très juste par les quelques notes positives qui semblent s'en dégager. Je recommande la lecture !

04/12/2019 (modifier)
Par Erik
Note: 3/5
L'avatar du posteur Erik

Cet album traite de la thématique de l'emprise des médias en quête de nouvelles fracassantes. Cela se passe en Écosse où un photographe a saisi un monstre dans un lac assez célèbre pour une autre créature. Cela renvoie incontestablement à la nouvelle de ce week-end qui concernait une arrestation en Ecosse de l'un des hommes les plus recherchés de France. Il y a cette quête du sensationnalisme sans même vérifier les sources et cela aboutit à l'arrestation d'un innocent. Comment ne pas faire le parallèle avec ce que dénonce justement cette bd ? Pour le reste, c'est assez bien dessiné. Il y a une belle dose d'humour et de dérision face aux déchaînements médiatiques autour d'un vieil homme qui n'aspirait qu'à la tranquillité. Il est dommage que le récit soit dans sa seconde partie aussi alambiqué avec cette histoire de piratage informatique car tout y passe véritablement. Au final, la lecture reste assez sympathique.

14/10/2019 (modifier)
L'avatar du posteur Mac Arthur

Un album sympathique qui soulève de bonnes questions dans sa première partie mais qui tombe dans la surenchère un peu grotesque dans la seconde. J’ai donc beaucoup aimé la première moitié du livre qui, par ce récit aux portes de l’absurde, se moque des dérives de la communication via les réseaux sociaux tout en nous en montrant les dangers. Le caractère absurde mais sympathique du pitch de départ (un photographe raté a la chance de prendre des clichés d’un monstre aquatique en Ecosse… et les rend accessible sur le web sans trop réfléchir aux conséquences de son acte) et le dessin frais et rond de Duhamel (dans un style qui rappelle les productions du journal de Spirou) ont fait que je suis rentré directement dans l’aventure. C’est amusant et pas con du tout. Malheureusement, comme je le disais, l’auteur tombe quelque peu dans l’outrance dans la seconde moitié du récit. Et ça marche moins bien chez moi. Je ne m’ennuyais pas vraiment mais je voyais la fin arriver d’un bon œil… Une fin très agréable, ceci dit en passant. Je pense avoir plusieurs fois employé le mot « sympathique » dans cet avis… et c’est vraiment l’impression qu’il me reste. Une bonne lecture par une journée ensoleillée, un bon divertissement, un sujet intéressant… mais pas un grand album. Juste un livre sympathique (et c’est déjà très bien !!)

15/09/2019 (modifier)
Par Spooky
Note: 4/5
L'avatar du posteur Spooky

Revoilà Bruno Duhamel, à mon avis l'un de nos meilleurs observateurs de notre société et de ses travers, versant cynique. Cette fois-ci il s'attaque aux réseaux sociaux, non de manière frontale, mais en démontrant la résultante de leur interaction. Et surtout de la dépendance où nous sommes, celles et ceux qui l'utilisent au quotidien, que ce soit pour des raison professionnelles ou pour des raisons personnelles. Cet album raconte comment, de reclus et inconnu, un photographe du fin fond de l'Ecosse devient une star surexposée et provoque une dégradation majeure de l'environnement dans lequel il s'était auparavant reclus. Les différentes factions qui interviennent alors se caractérisent par leurs stéréotypes et leurs travers, dans une confrontation dont l'absurdité amène la lectrice ou le lecteur à rire jaune, très jaune, car il ou elle ne pourra manquer de se reconnaître dans tel ou tel "type". Et de se rendre compte du mal qu'il peut faire à l'humain, et à son environnement. Et la fin,inéluctable mais finement amenée, nous donne une idée de l'ampleur des dégâts. Pour ma part je pense que c'est l'humour qui nous sauve de la folie et du désastre. Duhamel en use, finement, mais c'est de l'humour très cynique. Sur le plan du dessin, c'est d'une grande élégance, avec un souci du détail qui procure (encore plus) de respect envers l'auteur.

30/08/2019 (modifier)