La Croisière des Oubliés

Note: 2.78/5
(2.78/5 pour 18 avis)

Première collaboration Bilal-Christin


Enki Bilal Environnement et écologie Pierre Christin Sud-Ouest

Les LANDES. Une immense fôret en bordure de l'océan... Une terre de fraicheur et de calme... Malgré le littoral qu'on commence à "ammenager", les usines de pâte à papier qui crachent leurs déchets ici et là, les énormes terrains militaires où l'on expérimente derrière les barbelés, c'est encore, un peu partout, des petits hamaux comme LITERNOS... la vie y coule, immuable, jour après jour, jusqu'à ce que .... l'arrivée d'un homme, ressemblant étrangement à un ennemi du pouvoir en place et rechercher activement par les autorités, coïncide avec la mise en lévitation de certaines maisons. C'est alors que... tout un village s'envole pour échapper aux militaires installés dans ses champ et aux projets d'aménagement des sols... Une fable anarco-écolo, où on se prend à rêver à un monde impossible. Et c'est ainsi que fût racontée la croisière des oubliés...

Scénariste
Dessinateur
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution Avril 1975
Statut histoire One shot (fait partie des "Légendes d'aujourd'hui") 1 tome paru
Couverture de la série La Croisière des Oubliés
Les notes (18)
Cliquez pour lire les avis

05/07/2002 | Hô-Behnit
Modifier


Par gruizzli
Note: 2/5
L'avatar du posteur gruizzli

J'ai l'impression d'avoir raté un truc en lisant cette BD, comme si j'étais passé complètement à côté de ce que l'auteur voulait me dire. Parce que là, à part qu'un village se déplace et quelques considérations sur l'écologie et les militaires ... Ben j'ai pas trouvé grand chose à me mettre sous la dent, et je suis resté assez perplexe ! C'est pas mauvais, mais je ne suis pas du tout rentré dans cette histoire qui me semble fleurer bon le côté "méchant militaire", avec un final que je n'ai pas trouvé très approprié. Niveau dessin ça passe, mais je ne suis pas non plus dans l'admiration totale. Bref, une BD à côté de laquelle je suis passé allègrement. C'est pas pour moi, je pense.

24/10/2017 (modifier)
Par sloane
Note: 3/5
L'avatar du posteur sloane

Voilà une histoire totalement ancrée dans son époque, à savoir les années 70, tant par le dessin que par son propos. Nous sommes en plein dans les revendications écolo-gauchisantes de ces années. L'après Mai 68, les indépendantismes basque, breton et corse ; le camp du Larzac, j'en passe mais une grande agitation des esprits était à l’œuvre. Désuet que tout cela, sans doute un peu extrême dans ses prises de positions, manichéen. Oui il y a de tout cela mais il faut se replacer dans le contexte de l'époque et si ces luttes nous semblent un peu naïves aujourd'hui, n'oublions pas qu'elles ont eu le mérite d'exister, avant les lénifiantes années 80. Alors oui, le propos est daté, oui Bilal n'avait pas encore trouvé son style qui explosera avec Nikopol, il n'empêche que cette histoire fantastique a le mérite de poser, maladroitement sans doute, des questions essentielles, alors décidément c'est pas mal et c'est à lire.

18/07/2015 (modifier)
L'avatar du posteur Noirdésir

Une des premières collaborations entre Bilal et Christin. On a là une histoire fantastique, bien ancrée dans un quotidien lui aussi lié, arrimé à une époque, celle des années 1970. Alors c’est sûr une grande partie de l’histoire, avec ses références aux débats politiques et sociétaux de cette période a franchement vieilli et capte moins l’attention. De plus, la courte première partie – dont je n’ai pas complètement saisi le lien avec la suite – est lourde et m’a un peu rebuté à la relecture. Mais le fantastique poétique de la suite reste intéressant. Ainsi que le dessin de Bilal, très bon – même s’il n’a pas encore (colorisation comprise) cette touche reconnaissable entre toutes qu’il aura à partir de Nikopol. Pas inoubliable, mais à lire quand même, si vous en avez l’occasion.

04/12/2013 (modifier)
Par DamBDfan
Note: 3/5

Mazette ! Quelle histoire mais surtout quelle originalité et imagination dans le propos. Cette BD illustre de façons assez extraordinaires et surréalistes la lutte pour l’écologie et l’antimilitarisme. L’ambiance très particulière, l’humour et le héros assez mystérieux (un espèce de médium révolutionnaire possédant des pouvoirs de téléportation qui lutte pour un monde meilleur et recherché par les services secrets) procurent un bon moment de lecture. Les dessins de Bilal pour l’époque sont déjà très bons avec une abondance de détails correspondant bien à l’univers décalé d’un Pierre Christin (engagé ?). A lire.

22/07/2013 (modifier)
Par McClure
Note: 2/5

Un poil mieux que Le Vaisseau de Pierre. La première petite mise en scène n'est à mon sens d'aucune utilité, sinon de régler des comptes. Ensuite, j'ai bien aimé la poésie qui se dégage de cette croisière dans les nuages. Hélas, 3 fois hélas, comme pour le Vaisseau de Pierre, les dessins et couleurs sont trop outranciers et parfois moches même (les militaires par exemple, les monstres du sous sol dans le prologue) et trop dans le ton 70's. Et puis, là encore, le manque de nuance politique fait passer le bouquin de bonne idée critiquant la société à petit manuel extrémiste... dommage car il gâche toute la bonne trouvaille de cette envolée villageoise.

28/01/2012 (modifier)
Par Gaston
Note: 2/5
L'avatar du posteur Gaston

J'avais lu cette bd il y a longtemps et je n'avais pas aimé. J'ai voulu lui donner une seconde chance et je ne l'aime toujours pas. La première histoire d'une dizaine de pages est sans grand intérêt et ne semble exister que pour que les auteurs ridiculisent les gens qu'ils n'aiment pas. La second qui donne son titre à l'album est pathétique. Tout d'abord, le dessin de Bilal est très laid à ses débuts et ne me donne pas envie de lire l'histoire. Ensuite, le message politique est trop appuyé et peu subtil. Les héros sont présentés de manière très positive et leurs adversaires sont super méchants. Je pense surtout au réactionnaire qui crie tout le temps que c'est un complot communiste si le village vole. Il est trop caricatural pour sembler réaliste, et j'ai pourtant déjà vu des gens comme lui, et je pense qu'il n'a pas tout à fait tort de s'affoler. Vous seriez tranquille si votre village volait dans le ciel ?

17/07/2011 (modifier)
Par Erik
Note: 2/5
L'avatar du posteur Erik

J'ai l'impression d'être passé à côté. Je suis assez hermétique à cette étude sociologique, voire psychanalytique entre villageois et militaires sur une ambiance fantastique. Je n'ai rien compris et ma lecture n'a pas été agréable pour autant. Grosse frustration en conséquence. Par ailleurs, j'avoue avoir été perturbé par les visages volontairement hideux de ces militaires. Cela fleure bon l'ORTF. J'avoue être un peu méchant mais cette bd semble tout droit sorti d'un autre âge. Pas le mien en tout cas. Il est clair que j'aime une modernité que je ne retrouve pas en l'occurrence. Cela a sans doute mal vieilli.

26/09/2007 (MAJ le 23/04/2008) (modifier)
Par Ro
Note: 3/5
L'avatar du posteur Ro

Je n'ai pas relu cet album depuis un moment mais à chacune de mes anciennes lectures, je me souviens avoir bien aimé. Disons que j'ai une certaine affection pour ce genre de récit où le fantastique occupe une bonne part. Et je regarde avec tendresse et un peu de nostalgie l'ambiance écolo-soixantuitarde qui émane de cette BD. Il est vrai que le message manque un peu d'impartialité, avec des gentils villageois, un mystérieux héros charismatique et des méchants militaires et politiciens. Très cliché dans le genre mais comme je prends ce récit avec le sourire, je ne m'en soucie guère. Le dessin de Bilal n'y est pas aussi maîtrisé que de nos jours. Trop de traits, une mise en page un peu fouillis, mais j'aime bien quand même. Ce n'est pas mon album préféré des "Légendes d'Aujourd'hui" de Bilal et Christin, je lui préfère Le Vaisseau de Pierre même si ce dernier est tout aussi partial et assez désuet, mais c'est une lecture qui m'a quand même bien plu.

25/09/2007 (modifier)
Par Kalish
Note: 1/5

Désolé mais je dois vraiment être hermétique au travail de Mr Bilal. Pourtant je ne le trouve pas mauvais, mais là ça manque cruellement de maturité ; il s’éclate comme un gamin en nous dessinant les militaires avec des tronches horribles. Et puis le style je fais plein de traits pour faire un dessin, je n’aime pas du tout. J’avais apprécié Partie de chasse et Les Phalanges de l'ordre noir, j’ai donc voulu me mettre aux "Légendes d’aujourd’hui". Et bah non, ça passe pas, mais alors pas du tout, le message anti-militarisme-écolo est beaucoup trop facile et traité n’importe comment. Le côté fantastique a trop d’importance, peut-être fallait-il y voir de la poésie… Je ne dois pas être un grand poète. En tout cas, je n'ai pas envie de lire les deux autres.

25/09/2007 (modifier)
Par Nijal
Note: 3/5

Etrange BD, où la revendication sociale cohabite avec l'irruption du fantastique... J'en avais déjà eu un aperçu dans le troisième volet des "Légendes d'aujourd'hui", c'est-à-dire La Ville qui n'existait pas, même si le fond tenait plus de la réflexion philosophique que de la dénonciation contre l'ordre établi. Après une assez longue introduction tout à fait déconcertante qui nous présente une sorte d'anarchiste un peu sorcier, "La croisière des oubliés" met en scène les habitants d'un petit village des Landes, qui vivent à côté d'une importante base militaire. Un jour, coïncidant avec l'arrivée de l'anarchiste, leur village s'envole. Suit toute une suite de péripéties... On remarque avant tout une peinture des personnages, qui est une peinture de la société française en miniature. On trouve pêle-mêle des villageois nonchalants de la "France profonde", qui ne refusent jamais un verre de bon gros rouge et un peu de pâté de canard et qui se sentent "oubliés", le maire-adjoint qui se croit le fidèle servant de la République, bien marqué à droite, foncièrement militariste; et puis à l'autre bout tous ces membres de la nomenklatura politique, née à l'époque gaullienne, habitués à gérer le pays entre eux: des politiques, des militaires, des grands poncifs des médias, qui méprisent le petit peuple. Faudrait-il entrevoir dans cette oeuvre la dénonciation d'une "fracture sociale" avant l'heure? Il n'y a qu'un pas que je franchis allègrement. Cette BD se revendique aussi fable écologique, mais convainc moins. Je préfère de loin toute la partie de la "révolte" des petits contre les grands, exécutée de façon bien plus subtile. Le récit ne manque pas d'humour, et c'est bien ce qui explique en partie que cette BD se laisse lire assez facilement. Mais là où le bât blesse, c'est bien que le propos apparaît embrouillé et finalement incompréhensible. Qu'arrive-t'il à ces grands pontes réunis dans un hôtel particulier apparemment maudit? Que se passe-t'il dans la base militaire et quelle est cette étrange expérience? Enfin et surtout, qui est ce gauchiste un peu sorcier au centre de toute cette affaire? Autant de questions primordiales qui restent sans réponse. En fait, on ne comprend PAS DU TOUT les tenants et aboutissants de toute cette histoire, et le fantastique laisse vraiment perplexe. BD atypique aux dessins biscornus et aux couleurs délavées, "La croisière des oubliés" aurait sans doute bénéficié d'un propos traité plus explicitement et d'une fin moins obscure elle aussi. Dommage, car la lecture est plaisante et la peinture sociale réussie.

07/03/2007 (modifier)