Connectez-vous pour cacher cette bannière publicitaire.

Kookaburra

Note: 3.37/5
(3.37/5 pour 51 avis)

Une tres bonne saga de science fiction, écrite et dessinée par un Crisse très en forme.


BoDoï Kookaburra Lanfeust Mag Space Opera

"5 enfants dieux naitront rassemblés, de leurs mains, des univers créeront. 4 seront bons, 1 ne le sera pas. L'âme du kookaburra en eux s'éveillera et les appelera." Telle est la prédiction, vieille de 20000 ans, qui sillonne l'espace. Le lieutenant Dragan Preko des Space Snipers se moque de cette prédiction comme de se première layette ionique. Il doit sortir ses compagnons du mauvais pas dans lequel ils se sont fourrés. Pendant ce temps, des enfants arrivent à la conscience l'un de l'autre... L'heure du kookaburra est-elle venue?

Scénaristes
Dessinateurs
Editeur
Genre / Public / Type
Date de parution Janvier 1997
Statut histoire Série terminée (Un cycle de 5 tomes + un cycle de 3 tomes) 8 tomes parus
Couverture de la série Kookaburra
Les notes (51)
Cliquez pour lire les avis

12/07/2001 | lon
Modifier


L'avatar du posteur Agecanonix

Quand ça passait dans Lanfeust Mag entre 1997 et 98, j'y jetais un oeil distrait, le visuel me plaisait mais l'aspect SF me rebutait plus ou moins, n'étant pas fan de ces univers. Et puis, je me suis décidé enfin à me lancer dans cette série, même si la perspective de me farcir 8 albums de ce genre ne m'emballait pas des masses, mais bon, c'est une série connue, je voulais quand même voir de quoi il retournait. Bof, c'est un sujet qui lorgne un peu vers Dune, avec une prophétie, des enfants aux pouvoirs étonnants à trouver, une petite équipe d'aventuriers aux tempéraments fougueux, et une histoire de guerre galactique et de recherche de pouvoir aux 4 coins de la galaxie, bref un space opera drôle et mouvementé qui mêle humour, action et mysticisme, en somme un space opera à la Star Wars, sauf que pour moi ça passe mieux en film qu'en BD. Ce genre d'histoire peu originale et même vue et revue, n'est pas assez puissante pour me retenir. Certes, Crisse imagine un futur imaginatif en laissant libre cours à sa créativité visuelle et à la richesse de ses univers imaginaires ; le traitement et les péripéties sont assez bien élaborés, mais au bout d'un moment j'en ai déjà assez, je tiens le coup sans doute à cause du dessin de Crisse, égal à lui-même que j'ai toujours bien aimé depuis Atalante, série que je préfère de lui, même si ce dessin a toujours été maniériste et trop "gadget" à mon goût, mais c'est vrai que c'est joli, c'est un style très esthétique, mignon et très séduisant. Surtout qu'après le tome 3, il passe le relais à Mitric. Son dessin n'est pas mauvais, mais le changement est surprenant, on peine à reconnaitre certaines têtes, et le coeur n'y est plus. Et encore je n'ai pas eu à attendre 6 ou 7 ans entre les 3 albums de Crisse et le tome 4 de Mitric, puisque j'ai pu tout lire à la suite, mais le délai est vraiment trop long, si j'avais lu à cette époque, je crois que j'aurais laché. C'est finalement ce que j'ai fait, j'ai laché après le tome 5, ça m'a suffit ; le point commun avec toutes ces Bd modernes, c'est l'envie de toujours rallonger , de toujours en faire plus pour gagner plus, au bout d'un moment, la sauce ne prend plus, ça s'étire et ça se répète ou ça ne surprend plus, et ça m'ennuie, sans compter les raccourcis scénaristiques qui deviennent fréquents. Il n'est donc pas question que je lise les séries dérivées soit disant complémentaires comme Kookaburra Universe, ça n'en finit jamais, et je crois qu'il faut vraiment accrocher ou être fan pour s'intéresser à tout ça. Je suis quand même content d'avoir essayé.

07/01/2018 (modifier)
Par Erik
Note: 4/5
L'avatar du posteur Erik

Kookaburra est un grand space-opéra où cinq enfants sont à l'origine de la plus grande bataille de l'univers. Tout repose sur une légende qui résonne aux quatre coins de la galaxie : "Cinq enfants dieux naîtront. Rassemblés, de leurs mains, des univers créeront. Quatre seront bons, un ne le sera pas ! L'âme du Kookaburra en eux s'éveillera et les appellera". On pénètre dans un univers de science-fiction à la Star Wars tout à fait passionnant. La série « aurait » beaucoup laissé d’elle-même dans le passage de crayon de Crisse à Mitric. L’histoire n’est pas en soi originale mais d’une grande richesse. Cela se lit très agréablement. Il y a une véritable dynamique des péripéties. Les personnages sont également très intéressants (au contraire d’une série comme Aquablue par exemple). Le dessin de Crisse en harmonie avec les couleurs me plaît beaucoup (personnages au trait arrondi, décors fouillés…). Je trouve personnellement que son successeur ne se débrouille pas mal même s’il faut reconnaître que le trait de Crisse est particulier donc inimitable. Il est à la mode de faire des secondes saisons sur des séries phares. Kookaburra ne déroge pas à la règle d'autant qu'il y a même eu des séries parallèles avec Kookaburra Universe. Crisse n’est désormais plus à la barre. On pourra suivre celle-ci avec un certain intérêt si cette suite apporte quelque chose. Sur le principe, il aurait fallu s’arrêter et ne plus rallonger la sauce. Pour autant, on apprend dans le tome 7 que c'est bien l'avant-dernier de cette formidable saga. Crisse sera même au commande de l'épilogue final. Je trouve que Mitric a fait un excellent travail pour faire revivre cette aventure et qu'il a de la classe de céder la dernière pierre de cet édifice à celui qui fut bien le maître d'oeuvre originel. On a eu un peu de plaisir et finalement, c'est ce qui compte. C'est sûr qu'on n'est plus dans la même veine que les 5 premiers volumes. Il faut dire que depuis, il y a eu beaucoup de space-opéra les plus divers. La conclusion m'a semblé tout de même assez confuse mais bon, c'est la fin d'une aventure. Note Dessin : 4/5 – Note Scénario : 4/5 – Note Globale : 4/5

14/02/2007 (MAJ le 25/10/2017) (modifier)
Par LeVellave
Note: 1/5

J'ai beaucoup apprécié les trois premiers tomes de cette série. C'était tout simplement magique. Les tomes suivants en revanche sont très très décevants. J'ai trouvé la conclusion de la série ridicule. L’histoire en elle-même est devenue brouillonne. On comprend vite que le scénario de départ devait être beaucoup plus développé et qu'il a été considérablement réduit pour tenir en deux albums. Le résultat c’est qu’on découvre de nombreuses incohérences... Grand fan de L'Epée de Cristal et de Crisse je suis terriblement déçu. Du coup, j’ai donné toute ma collection de Kookaburra à la bibliothèque de mon village.

10/04/2013 (modifier)
Par Gaston
Note: 3/5
L'avatar du posteur Gaston

2.5 J'avais pas trop aimé la seule série de Crisse que j'avais lue à savoir Atalante, mais je me suis dit que peut-être j'avais simplement lu la mauvaise série et qu'il avait peut-être fait des trucs biens. J'ai donc lu cette série et j'ai été agréablement surpris... au début. Les trois premiers tomes sont les meilleurs avec un bon dessin et une bonne histoire. Si les personnages ne sont pas très mémorables et un peu stéréotypés, l'univers créé par Crisse est intéressant avec de bonnes idées. Il est aussi capable de mélanger plusieurs histoires en même temps sans que je sois perdu et ce n'est pas tout le monde qui est capable de faire ça. Sauf que j'ai décroché après le changement de dessinateur. Je n'aime pas ce dessin plus réaliste et en plus j'ai eu l'impression que les trucs que j'aimais avaient soudainement disparu. Le scénario m'a aussi semblé contenir plus de scènes d'actions sans intérêt quoique c'est peut-être dû au style de dessin. Je vais tout de même être indulgent et mettre la moyenne parce que les trois premiers tomes m'ont bien diverti. Pour le prochain tome, on annonce que Crisse reviendra au dessin, mais j'ai peur que ça soit un peu tard pour réparer les pots cassés.

19/12/2011 (modifier)
Par Chalybs
Note: 4/5 Coups de coeur expiré

tome 1 à 3 Nous avons ici ce que je considère comme une référence, comme un incontournable de la BD de la fin des années 90. Kookaburra fait parti des séries qui m'ont fait aimer la BD. Dés le premier tome, Crisse a su capter mon attention en mettant tous les ingrédients que j'aime. Tout dans ce premier tome est proche du sans faute. Nous avons à la fois un tome normalement introductif, avec moult personnages et un univers que l'on sent complexe et vaste mais que l'on appréhende avec facilité. Le premier tome, sans sembler trop léger, laisse énormément de point en suspens et donne une furieuse envie de se plonger dans le tome 2 afin de continuer à comprendre tous les tenants et aboutissants. Ce premier tome est loin de se résumer à une simple présentation, laborieuse et lassante. On commence sur les chapeaux de roues et on ne perd plus le rythme avant de refermer la dernière page. Ce premier tome introduit chacun des personnages, chacune des races, dans un fatras de tôle froissée, de métal brulant et de pierre désagrégée… C'est donc à un subtil mélange d'action et de réflexion auquel nous avons droit. L'univers de Crisse continue de se développer au fil des tomes avec une habileté dans le scénario fort agréable car, vu la complexité de l'univers et le nombre de personnages sans cesse croissant, nous n'avons jamais l'impression de nous perdre. L'histoire avance, des mystères sont résolus, d'autres prennent la place. Cependant si la lecture est toujours aussi plaisante. Petit plus, pour moi, à la lecture, depuis le début de la série, on trouve énormément de référence à d'autres séries, tant cinématographique que littéraire, la première étant évidemment "Alien" avec la bestiole noire qui accompagne nos héros. Le tome 3 est surement l'un des plus réussi de la série. Le 5ème élément. Le 5ème enfant apparait enfin. Ce troisième tome de cette belle série nous présente donc le dernier élu. Sa présentation est assez exceptionnelle et Crisse nous délivre une belle histoire et nous introduit le personnage de belle manière. Pendant ce temps, les évènements se précipitent pour Kaino Ladd et L’Lyl. Leur fuite n’est pas passée inaperçue et étrangement ce ne sont pas celles que l’on attendait qui pointent le bout de leur joli minois. Ce passage permet à Crisse de faire preuve d’une inventivité et créativité scénaristique. En même temps, nous avons déjà eu plusieurs clin d’œil et ici j’en trouverais bien un à la mythique série AquaBlue. La puissance des enfants se révèle doucement, lentement mais de manière pour le moins explosive. On se doute d’après tous les éléments en notre possession que ceci n’est qu’une infime partie de leurs possibilités, on en frissonnerait presque ! Ces trois premiers tomes sont portés par une excellente mise en image. Avec Crisse à la plume et à la plume, c'était son heure de gloire avec des dessins magnifiques et novateurs pour l'époque. Il a ouvert une nouvelle voie dans la BD qui est surement à la source du style des éditions Soleil aujourd'hui. Son trait rond pour les dames, carré pour les hommes est enchanteur. La mise en page et les cadrages sont parfaitement maitrisés. De plus, le travail d'Anyk, artiste quasi attitré à Crisse (Perdita Queen, "l'épée de crystal", Atalante"…pour n'en citer que quelques uns), aux couleurs est sans conteste très bon, avec une grande variété, un joli contraste et une palette parfaitement utilisée qui sait mettre les lieux et les décors en valeur afin de donner de la puissance et poser les ambiances. Tome 4 et 5 Les tomes 4 et 5 vont clore le premier cycle de cette série qui commençait sur les chapeaux de roue. Malheureusement, les 6 années d'attente après le tome 3 n'ont visiblement pas permis à Crisse de paufiner son scénario et de nous rendre une copie à la hauteur de nos espérances. Si le tome 4 vont encore le détour en basant son scénario sur l'action et qu'est ce qu'il manie bien l'action et les rebondissements, En revanche le tome 5 est embrouillé voir brouillon. Et je dois même avouer que j'exècre certaines choses dans cet album. Notamment le fait que Crisse prenne des raccourcis monstrueux dans son scénario sous couvert que tout cela est expliqué dans la série spin off "Kookaburra Universe". A plusieurs reprises, certaines personnes sont projetées dans l'album sans avertissement et on se retrouve en retard sur le scénario avec une claque dans la gueule. Déjà qu'on a attendu plusieurs années pour avoir la fin, pendant que Crisse développait les séries transverses, ici on a vraiment l'impression que Crisse se moque de nous avec ces renvois vers ses autres séries. Du coup, certaines choses qui pourraient nous aider à comprendre ce qui se passe ou qui s'est passé, nous restent complètement mystérieuses. Je déteste cette manière de faire quand c'est trop gros. Et puis, autre chose concernant ces deux derniers tomes du premier cycle, le changement de dessinateur ET de coloriste. Argh ! Que j'ai du mal à l'accepter et surtout à l'apprécier ! Mitric n’est pas un mauvais dessinateur, c’est juste que je n’ai pas reconnu la moitié des personnages…Tous ont un gros nez, un visage qui a les même formes et les mêmes proportions… La mère du généralissime, si belle, si sexy dans le tome 3, devient ici quelconque voir difforme dans certaines cases avec un visage bouffi. L’Lyl qui n’était pas un canon de visage mais qui avait les traits fins devient ici dure. Les enfants prennent des allures de petits adultes. Les visages des enfants perdre leur innocence et même en gros plans on dirait des adultes. Bref, je n’aime pas son trait. Mais le pire reste presque la mise en couleur qui a pris le standard Soleil avec des couleurs vives, souvent saturées et visiblement informatiques. Si cela marche pas trop mal sur la représentation de l’espace ou des véhicules et autres trucs métalliques, en revanche pour les vêtements, personnages ou décors cela perd en vie et devient trop artificiel. Bref, je n’aime pas le rendu. Et c’est bien dommage, parce que Kookaburra c’était aussi ça, le dessin de Crisse et les belles couleurs mesurées d’Anyk… Tome 6 Et maintenant la série se poursuit avec le second cycle, laissée entièrement sous la coupe de Mitric. Première impression après lecture de ce 6 tome, Kookabuura a changé. Evolué. A peine si l'on reconnait la série ! Nicolas Mitric a pris les choses en main et imposé son style scénaristique et graphique. Cela ne se sent pas dés les premières pages, qui nous replongent dans les derniers instants du tome 5, mais rapidement, une nouvelle trame se distingue, de nouveaux personnages apparaissent qui nous font rapidement oublier le premier cycle tant le changement est important. Une première constatation, le dessin prend ici sa maturité avec un trait plus fin, même si encore je ne peux m'empêcher de comparer avec Crisse (désolé Mitric, j'aime vraiment trop le dessin de Crisse !). Le coup de crayon de Mitric est régulier, mais je trouve qu'il peine à s'affirmer sur les visages qui ont tendance à se ressembler (et Dragan Preko a toujours un gros nez ! ;) ). Mitric offre en revanche des personnages, des créatures et des êtres avec une belle personnalité. Les boules de poils qui remplissent la grande partie de l'album sont charmantes et très esthétiques dans leur genre. De même leurs ennemis, les Démonarques dans un style différent ont eux aussi une certaine classe. On sent à maintes reprises l'inspiration et l'influence de nombreuses autres séries ou film. J'en arrive presque à y voir des clins d'œil directs à certaines références et grands classiques. Je site au hasard, les chevaliers du Zodiac pour l'armure des Démonarques et certaines armes (notamment les chaines du chevalier dragon), et le plus grand space opera de l'univers "Star Wars" pour le robot de la fin d'album qui ressemble méchamment au général Grevius et les divers E.T. qui peuplent le bar. (d'ailleurs j'en ai eu la confirmation en dédicace et j'en profite pour signaler que Mitric est vraiment sympa :) ) Cela n'enlève rien à la qualité du dessin et montre simplement que Mitric a bon goût :d. Ce dessin est agrémenté de belles couleurs, même si l'emploi de l'informatique est parfois trop flagrant…Enfin, les images sont belles et les couleurs utilisent toute la palette. A noter que ce n'est pas la même personne qui a fait la couv' et les pages intérieures. Presque dommage, tant je trouve les couleurs de la couverture belles et nuancées. Enfin, je ne boude pas mon plaisir, car même si le style est bien différent de celui plus simple et direct d'Anyk, le travail effectué ici est de qualité. Pour le scénario, Mitric se libère aussi des influences de son ainé. Le scénario proposé ici fait la part belle aux nouveaux intervenants et à une nouvelle intrigue. La base des cinq enfants dieux est toujours là, mais sait se faire beaucoup plus discrète afin de permettre à Mitric d'explorer un nouvel univers et de nouveaux horizons. J'avoue que pour l'instant, tout cela reste plutôt obscure et que j'ai du mal à voir où cela va nous conduire. En tout cas, les dernières pages sont pleines de promesses et aiguisent ma curiosité avec force. Seul reproche peut être, là encore en comparaison avec Crisse…Ce qui m'avait plu dans les premiers albums était ce mélange parfaitement dosé de scénario intriguant (ici aussi), de dessins fin, racé, personnel et surtout pulpeux (ici, le trait est plus droit et plus froid) mais aussi d'une pointe d'humour parfois potache, mais jamais vulgaire. Ce dernier point est cruellement absent de l'univers de Mitric et la série perd de son innocence et de ''simplicité'' ce qu'elle gagne en sérieux. C'est dommage c'était ça aussi l'univers de la série mère de Kookaburra… Ce 6ème tomme des aventures du Space Sniper le plus célèbre de la littérature est donc un très bon tome, mais ATTENTION, le style tant du dessin que du scénario n'a rien à voir avec les début de la série. Mitric s'est imposé. Et même si la qualité est bien là, cela est devenu plus conventionnel dans l'ensemble. Au final ? A lire évidemment !

10/07/2009 (modifier)
Par Kobun
Note: 2/5

Je vais faire baisser la note de cette série, que j'ai vraiment aimée au premier abord, mais qui m'a beaucoup déçu. Une fois de plus et après L'Epée de Cristal, Crisse n'arrive pas à finir une série commencée ou en bâcle la fin. C'est vraiment dommage car le scénario et les dessins des premiers tomes étaient de grande qualité.

13/03/2009 (modifier)
Par Duncan
Note: 1/5

Un scénario simpliste, naïf, et pas original du tout. Un dessin sympa de Crisse, mais cela ne suffit pas pour faire une bonne BD. C'est lourd, déjà vu et revu ailleurs en bien mieux fait. Les blagues sont vulgaires et pas drôles, on dirait du sous Independence day d'Emmerich. L'histoire perd de sa cohérence de tome en tome, pour finir en un cycle décevant.

28/07/2008 (MAJ le 12/12/2008) (modifier)
Par pewi
Note: 3/5

Le début de premier cycle est vraiment bien mené. C'est découpé pour ménager le suspense, bien campé au niveau des personnages et pas trop rapide pour l'histoire. Certaines finitions du dessin sont décevantes. L'histoire est agréable mais pas assez bien exploitée par la suite. Je n'ai pas lu les autres bd liées à cet univers mais j'adore ce concept de bd à tiroir (si tu veux comprendre tel détail va voir comment l'auteur l'a développé dans telle bd). Le dessin est vraiment mieux voire très bien à la fin bien que certains effets dans les yeux m'aient agacé. La chute du premier cycle est trop rapide à mon goût mais laisse augurer une bonne suite.

07/07/2008 (modifier)
Par Pacman
Note: 4/5

Pour cette série, on est bien obligé de considérer deux périodes: les trois premiers tomes, dessinés par Crisse, et les suivants, beaucoup plus tardif d'un point de vue parution, dessinés par Mitric dessins de Crisse (tomes 1 à 3) c'est du 5/5 Là, on fleurte avec la perfection en Bd SF : un super background, tous les personnages sont géniaux, des dessins à couper le souffle (quelques exemples : la chasse aux lamentins célestes, la cité Dakoï, l'armada Callystes...), un scénario épique digne du cycle de "Dune", de Frank Herbert, beaucoup d'humour. Que du bonheur! Seul bémol: on ne voit pas trop ou Crisse veut en venir. D'ailleurs je crois bien que lui non plus ne le sait pas trop. D'ailleurs, la série s'arrête, monsieur Crisse passe à autre chose (de nettement moins bon niveau, d'ailleurs). C'est un peu comme si on coupait le film du dimanche soir au niveau de la pub. Frustrant. dessin de Mitric (tomes 4 et 5) Bon, comme préssenti, c'est le clash. Non pas que le dessin de Mitric soit mauvais, mais ça fait vraiment James Bond après Sean Connery. Coté scénario, ça part tout à fait sur autre chose, plus mystique, plus théatral, moins drole. Il y a de nombreuses références à la série satellite, quelques erreurs scénaristiques, et pour finir la prophétie initiale ne s'accomplie pas vraiment, elle se modifie en cours de récit, ce qui semble prouver que Crisse était un peu parti à l'aveuglette dans cette série. Au fait, quel est l'éditeur qui a mené cette série d'une main de maître? Bon, je vais arrreter de persiffler, ça reste quand même un bon space opéra dans l'ensemble, mais j'ai vraiment l'impression que Crisse a légèrement raté l'opportunité de réaliser une série référence dans le genre. On va quand même faire sauter une petite étoile, pour le principe.

12/01/2004 (MAJ le 25/11/2007) (modifier)
Par Chelmi
Note: 5/5
L'avatar du posteur Chelmi

"Kookaburra" le Cinéma avait son Space Opéra, et bien la BD aussi… Crisse a créé un univers de science-fiction mythique. L’histoire est d’une richesse incroyable, il y a de nombreux mondes, races, peuples, croyances, et technologies. Les personnages sont vraiment très attachants, tout particulièrement Dragan, Taman et Skull. Après des siècles de guerre entre les trois secteurs de l’univers connu, une paix précaire règne enfin, mais une prophétie vient tout bouleverser : « Cinq enfants naîtront. Rassemblés, de leurs mains, des univers créeront - Quatre seront bon. Un ne le sera pas - L’âme du Kookaburra en eux s’éveillera et les appellera. ». J’aime beaucoup les deux premiers tomes d’introduction. Le rythme y est excellent et ce n’était pas un pari gagné d’avance avec tous ces personnages à présenter venant tous d’horizons différents et cet effet saccadé en passant de l'un à l'autre aurait pu nuire à l’histoire et bien NON, car c’est ingénieusement découpé. Les tomes 3 et 4, eux, sont un peu plus frustrants car l’histoire n’avance pas beaucoup, ils sont essentiellement basés sur l’action pure et dure. Le tome 4, est celui que j’aime le moins car c’est celui qui est le plus refermé sur lui-même et l’erreur scénaristique de l’amiral qui de l’album 3 à 4 se retrouve miraculeusement téléporté sur l’Enclume me reste un peu en travers de la gorge même si dans le tome 5, les auteurs expliquent ça par une pirouette. Oui, je dis bien LES auteurs car Mitric s’investit aussi dans l’écriture pour conclure ce premier cycle. Et quelle conclusion, je suis resté scotché et j’ai même du mal à m’en remettre, c’est vraiment bien ficelé, j’ai beaucoup apprécié les liens avec Kookaburra Universe. Je suis totalement réconcilié avec la série et je trépigne d’impatience en attendant le second cycle. Que va-t'il bien pouvoir se passer ? J’adore les dessins de Crisse sur cette série, c’est vraiment génial. C’est d’ailleurs ses illustrations qui m’ont amené vers ce que j’appelle la BD franco-belge moderne. Ses personnages sont très charismatiques, il a un style vraiment à part et bien démarqué. C’est pour ça que le passage de relais avec Mitric à partir de tome 4, s’est fait lourdement sentir. Ce tome est pour moi, le moins beau de la série. J’ai beaucoup de mal à m’habituer au nouveau visage de Dragan, et Brigit Nielson est complètement méconnaissable, elle perd son sexe appeal. Sur le tome 5 c’est beaucoup mieux même si je reste nostalgique du dessin de Crisse mais je dois bien avouer que ce qu’il a fait de Skullface et du Chevalier Sorcier est vraiment pas mal. Les couleurs de Anyk sur les tomes 1 à 3 sont parfaites, simples mais efficaces. Celles de Paitreau (Tome 4) sont celles que j’aime le moins, elles font un peu bonhomme en plastique. Celles de Lamirand (Tome 5) redonnent vie aux personnages même si ma préférence reste les couleurs traditionnelles des premiers albums. Comme je l’ai déjà dit, je n’ai absolument rien contre l’outil informatique. Mais ici, je trouve qu' Anyk est celle qui se débrouille le mieux. Cette série est vraiment géniale. Même si elle a quelques défauts, elle mérite largement qu’on s’y intéresse si ce ne n’est pas encore fait. JE DIS BD CULTE car elle m'a fait rêver et continue de me faire rêver.

03/10/2006 (MAJ le 12/11/2007) (modifier)