Connectez-vous pour cacher cette bannière publicitaire.

Le Silence de Malka

Note: 3.27/5
(3.27/5 pour 15 avis)

Angoulême 1997 : Alph-Art du meilleur album étranger 1997 : Prix du jury œcuménique de la bande dessinée. A travers l'histoire de la petite Malka, un morceau d'Histoire : fin 19e, les Juifs russes fuient les pogroms en émigrant en Argentine. Pas facile, quand on n'est pas paysan, de travailler la terre, entre sécheresse et calamités.


Angoulême : récapitulatif des séries primées Argentine Auteurs Argentins Auteurs espagnols Communauté juive Golem Les Roux ! Prix oecuménique

La famille de Malka s'embarque pour l'Argentine, où le gouvernement promet de la terre et de l'aide pour ceux qui en voudront. Mais entre la sécheresse et les sauterelles, la famille a bien du mal. Le prophète Elias décide de s'en méler, en confiant à l'oncle Zelik la tâche de créer un golem à partir de la terre afin qu'il aide le peuple juif. Mais cet être de boue, mordu par un chien, se transforme en incarnation de la mort, détruisant tout sur son passage. Quelques années plus tard, Malka, devenue adulte et vivant à Buenos Aires, rencontre le golem et parvient à le neutraliser.

Scénariste
Dessinateur
Coloriste
Editeur
Genre / Public / Type
Date de parution Août 1996
Statut histoire One shot 1 tome paru
Couverture de la série Le Silence de Malka
Les notes (15)
Cliquez pour lire les avis

L'avatar du posteur Agecanonix

J'ignorais que des Juifs s'étaient retrouvés en Argentine, dans ce pays très catholique, c'est assez curieux.. C'est le point intéressant que j'ai relevé. Sinon, ce récit ne m'a absolument pas captivé, je n'ai pas aimé l'ambiance, les changements d'époque, le final décevant et surtout la part fantastique insérée là-dedans. Je trouve qu'il aurait été bien plus agréable de conter le destin de cette famille de façon plus simple, comme le laissait supposer la longue intro textuelle en début d'album. Au lieu de ça, on a une histoire au ton étrange et sans épaisseur, avec ce Golem incongru ici et qui n'apporte rien.. je me suis vite ennuyé. L'autre point intéressant, c'est le dessin épais de Pellejero, très reconnaissable et séduisant, j'aime quand il dessine de cette façon et qu'il utilise une mise en page aérée. Une lecture que je n'aurai aucun mal à oublier...

26/11/2015 (modifier)
Par Tetsuo
Note: 3/5

Cet album me fait penser à un film de Terence Malik, avec ce côté parfois très lent, contemplatif, s’attardant sur l’expression du visage des personnages et des grandes étendues des paysages. On suit la vie de Malka au travers trois périodes charnières : son enfance, son adolescence et sa quête étant devenue adulte. Son destin sera marqué, lors de ses années en Argentine, par une terrible tragédie. Tragédie qui conditionnera sa vie future. Une ambiance spéciale se dégage de ce récit, car ce qui démarre comme un banal récit de vie voit s’opérer un petit virage dans l’axe de l’histoire, avec l’apparition d’un aspect fantastique. Ce petit grain de fantastique va amener une dynamique supplémentaire, le petit truc qui va faire basculer la machine bien huilée. A noter d’ailleurs, la brutale rupture dans le récit lors du fameux épisode tragique. On passe de Malka adolescente à 20 ans plus tard, en tournant une page. Au final, un album étrange, sympathique mais qui manque de consistance pour en faire une réussite. Ca se laisse lire une fois sans déplaisir, mais je ne pense pas remettre le nez dedans, même à l’occasion.

15/11/2012 (modifier)
L'avatar du posteur Mac Arthur

J’adore le trait de Pellejero. Et spécialement dans cet album. De plus, les couleurs sont d’une luminosité incroyable. Résultat, « le Silence de Malka » est un ravissement pour l’œil. Le scénario, par contre tient en peu de choses et pourrait être résumé au dos d’un timbre poste. Résultat : je parcours l’histoire, bien plus que je ne la lis, et m’arrête fréquemment pour en admirer le dessin. C’est dommage, car les éléments présents (l’émigration juive de Russie vers l’Argentine, la légende du Golem et l’idée du messager de Yahvé) auraient pu donner naissance à une histoire autrement plus dense. 3/5 grâce au dessin, mais une déception quand même.

31/07/2009 (modifier)
Par Erik
Note: 4/5
L'avatar du posteur Erik

Cette histoire est d'une grande originalité. Sur fond d'exode de la population juive vers l'Argentine après les pogroms ayant suivi l'assassinat du Tsar Alexandre 2, on découvre que la vie des colons était très dure. C'est un pan de l'histoire que je ne connaissais pas et je suis toujours ravi d'en apprendre un peu plus. Cette lecture est à la fois agréable et instructive sans tomber dans un académisme pompeux. Le dessin gras de Pellejero est assez caractéristique et je dois bien avouer qu'il me plaît. Quant au scénario qui mêle vérité historique et fantastique à travers la légende du Golem, il nous plonge dans un récit fascinant et même inquiétant. On peut regretter la couverture de cet album sur un personnage tout à fait secondaire. On peut également s'interroger sur le manque de coordination du dernier chapitre. On se pose des questions sur cette transition un peu abrupte. Mais ceci est plutôt secondaire au vu de la qualité graphique et scénaristique de cet album savoureux. Note Dessin: 4/5 - Note Scénario: 4/5 - Note Globale: 4/5

11/08/2007 (MAJ le 04/03/2008) (modifier)
Par Ro
Note: 4/5
L'avatar du posteur Ro

Le Silence de Malka m’a époustouflé par son dessin. Je savais que j’aimais bien le style de Pellejero mais je crois que je ne l’avais jamais autant apprécié qu’avec cette BD là. J’adore son trait et son encrage gras, j’adore la majorité de ses couleurs (je n’aime pas trop les arcs-en-ciel qu’on voit par moment), et j’adore la façon dont ils s’épousent les uns avec les autres. La plus grande partie des planches de cet album sont proprement épatantes d’esthétisme à mes yeux. Quant à l’histoire, j’aime son cadre original mélangeant mystique juive, golem et décor de colonisation argentine. J’avoue avoir trouvé le début un peu confus. Mais je crois avoir été embrouillé par le texte d’introduction qui présentait le contexte historique mais m’a également fait croire que l’intrigue y serait identique alors qu’il n’est en fait qu’un point de départ à une histoire différente et à thématique fantastique. Dans l’ensemble, je trouve le scénario sympathique et original, mais il m’a nettement moins marqué que le dessin. Mais ce dessin se vaut presque à lui tout seul d’où mon avis très positif sur cette BD.

27/08/2007 (modifier)
Par Spooky
Note: 3/5
L'avatar du posteur Spooky

Je dois avouer que ce sont les dessins qui m'ont d'abord attiré. Des couleurs chaudes, un délicieux trait gras très travaillé et en même temps très lisible. Puis quand j'ai lu l'histoire, j'ai été plutôt charmé par cette histoire simple d'une famille juive qui part pour l'autre terre promise, qui emmène sa culture avec elle, tout en essayant de se fondre dans celle de l'Argentine... Des artisans qui tentent de devenir des agriculteurs, bien avant l'arrivée du sacro-saint motoculteur... Un poil de fantastique n'est pas pour me déplaire. Le gros point noir vient en fait de la fin, que je trouve plutôt ratée... Peut-être qu'une conclusion avec une action plus forte de Malka aurait mieux passé. Malka... Maaaaaalkaaaaaa !

05/02/2005 (modifier)
Par elveen
Note: 3/5

Les dessins, d’un trait gras, sont très beaux. Les couleurs donnent à l’album une atmosphère particulière. J’aime. Le contexte de l’histoire, l’immigration de Juifs en Amérique latine, est d’autant plus intéressant qu’il est peu connu. Le récit est attachant, sensible. On participe un peu à la vie des personnages. Malheureusement, je suis restée un peu sur ma faim, à cause de la fin. Elle manque peut-être un peu de profondeur. Je dirais que l'histoire est peut-être trop simple, mais c’est très beau et je vous conseille cet album.

15/10/2004 (modifier)
Par Pierig
Note: 3/5
L'avatar du posteur Pierig

Voici un petit one shot assez plaisant à lire. La beauté des planches de Pellejero y est pour beaucoup, il est vrai. Le dessin de cet auteur est très agréable à l’oeil. Malgré la grosseur du trait, celui-ci reste fluide et est mis en valeur par des couleurs chatoyantes utilisées à bon escient. En effet, le choix des couleurs suit le ton du récit : de "vives et gaies" pour les scènes paisibles du quotidien, elles s’assombrissent et deviennent plus tourmentées avec les passages plus graves. Sur un fond historique intéressant, l’histoire retrace le destin de Malka, petite fille juive émigrée en Argentine avec sa famille. Bien que les conditions de vie ne soient pas des plus faciles, les gens savent profiter des bonheurs simples de la vie lorsqu’ils se présentent à eux. Le récit n’est donc pas d’une noirceur absolue. La fin peu surprendre mais me satisfait car il reste cohérent avec la trame du récit.

22/08/2004 (modifier)
Par cac
Note: 3/5

Une belle histoire qui parle de religion (juive), une histoire qui n'est pas sans rappeler ce que peut faire Sfar aujourd'hui notamment en terme de symbolique et d'initiation. C'est assez intéressant. Je n'aime pas trop les dessins, les traits des personnages sont assez gras et épais (voir la galerie). Par contre les couleurs sont réussies, elles font bien passer l'idée de soleil et de chaleur.

10/05/2004 (modifier)
Par ArzaK
Note: 3/5

Visuellement, "Le silence de Malka" est un très bel album, le dessin est élégant, les couleurs superbes, comme toujours avec Pellejero. L'histoire est originale, par son cadre historique mais également par l'étrange mélange des genres qui s'y opère. J'ai été sous le charme tout le long de l'album, malheureusement la fin n'est pas à la hauteur, sans gâcher non plus l'album, elle ajoute un bémol à mon enthousiasme.

21/10/2003 (modifier)