A l'Ombre des murs

Note: 2.2/5
(2.2/5 pour 5 avis)

Une ville entourée d'un mur infranchissable dans laquelle vivent une bande de jeunes se débrouillant comme ils peuvent.


Derrière les murs La BD au féminin

En marge du défilé de la reine, un jeune garçon nommé Tache rencontre la jeune et jolie Jude qui affirme s’être échappée d’un orphelinat. Tache lui propose de rencontrer les jumeaux, deux « petits voyous » qui pourraient l’aider à se cacher. Ce petit monde ignore que Jude est recherchée par La Fouine, patron de la pègre locale pour qui elle travaillait, et qu’elle a volé avant de s’enfuir. Réfugiés chez Hernie, un inventeur, Tache et Jude apprennent à se connaître. Peu à peu, on découvre les petits ou grands secrets de chacun, et l’étrange univers dans lequel ils vivent.

Scénariste
Dessinateur
Editeur
Genre / Public / Type
Date de parution 07 Mai 2009
Statut histoire One shot 1 tome paru
Couverture de la série A l'Ombre des murs
Les notes (5)
Cliquez pour lire les avis

26/05/2009 | Miranda
Modifier


Par Spooky
Note: 3/5
L'avatar du posteur Spooky

Après deux récits intimistes le tandem Laurent/Le Roux a changé de style, s'attaquant à une sorte de roman graphique dans un univers un peu steampunk. Mais hélas le manque de maîtrise du scénariste est préjudiciable à l'album. Premièrement l'univers est assez mal mis en place, il est plutôt une sorte d'alibi mal construit qu'un véritable décor dont l'importance aurait pu jouer ; ensuite le récit en lui-même manque de clarté, on a du mal à comprendre où il veut en venir, et après avoir refermé l'album, on s'aperçoit qu'il n'en reste rien. Dommage, parce que le dessin de Marion Laurent, qui affiche et affirme son côté "enfantin" a acquis une certaine grâce, une maturité interne qui le rend assez original et beau, avec cette ambiance pastel (qui aurait gagné à être un peu plus diversifiée cependant).

12/12/2009 (modifier)
Par Erik
Note: 1/5
L'avatar du posteur Erik

L'univers graphique m'avait attiré de premier abord. Mise à part la beauté du dessin, il n'y a pas grand chose à retenir de cette histoire de jeunes réfractaires hostiles au système et à la Reine ou son Chambellan. C'est classique et sans surprise. C'est également plutôt très bavard et on ne retient pas grand chose au final. On a un héros qui refuse de donner son vrai nom et quand il va le dire, cela coupe. J'ai horreur de ces effets. Cela m'énerve plus qu'autre chose. L'éditeur Futuropolis m'a habitué à beaucoup mieux. Ce n'est pas vraiment un loupé car cela peut plaire à d'éventuels lecteurs pour son originalité par rapport à un univers décalé ou une uchronie de style steampunk.

06/11/2009 (modifier)
Par Ems
Note: 3/5

Cette BD est plaisante à lire mais elle a quelques défauts. Le scénario est classique dans son contenu et son déroulement. L'univers mis en place est intriguant mais reste malheureusement mystérieux sur bien des aspects. Les personnages ne se dévoilent pas complètement et manquent de personnalité au niveau des traits, tant graphiques que comportementaux. Le dessin m'a demandé quelques pages pour intégrer ses particularités, notamment sa mise en couleur. Sans être extraordinaire, ce one shot offre une bonne lecture. Je reste quand même déçu de ne pas savoir ce qu'il se trouve derrière ces murs... Les auteurs ont peut être manqué d'ambition et auraient du démarquer leur BD qui a des airs de déjà vu parfois.

02/09/2009 (modifier)
Par iannick
Note: 2/5
L'avatar du posteur iannick

J’aime beaucoup la plupart des bd produites par Futuropolis mais je pense que de temps en temps l’éditeur devrait regarder un peu plus près certains albums… En effet, sans une bonne histoire, il y a des albums que j’aurais laissé tomber comme Les Invisibles où le dessin m’est apparu trop brouillon et d’autres encore qui ne m’ont jamais donné l’envie de les feuilleter. Hélas, « A l’ombre des murs » fait partie –à mon avis- des albums qui auraient pu être captivants s’ils avaient été mieux suivis… Que nous raconte « A l’ombre des murs » ? Eh bien, il faut savoir que ça se passe dans une ville imaginaire encerclée par un mur. Le lecteur suivra les péripéties d’un jeune garçon nommé Tache qui lors d’une manifestation va rencontrer Jude, une adolescente échappée d’un orphelinat. Grâce à Tache, Jude va être prise en charge en quelque sorte par une gentille petite bande de jeunes voyous… En fait, « A l’ombre des murs » nous propose de suivre les aventures de Tache et de Jude au cours desquelles ils rencontreront de nombreux garçons et filles de leurs âges, point barre ! Le lecteur ne saura pas trop pourquoi et comment il y a ces murs, ni comment les habitants de cette cité y survivent. Les auteurs ont pris l’initiative de focaliser leur histoire sur les personnages, ce choix est vraiment préjudiciable à la BD parce que les protagonistes ne me sont pas apparus si attachants que ça et parce que les dialogues ne volent pas très hauts non plus (ça ressemble plus à du bavardage inutile entre adolescents qu’à autre chose…). Il y a bien une intrigue dans ce one-shot qui se résume à une petite course-poursuite entre la fugueuse et des gens qui la recherchent mais ça ne m’a pas intéressé… La situation de cette histoire dans une ville enfermée grouillante de vie, d’hommes et de femmes mais là encore, je suis resté sur ma faim car la dessinatrice n’a pas su –à mon avis- nous présenter des planches détaillées et imprégnées d’une ambiance à la fois enfermée et colorée. Certes, le sépia est une couleur que j’aime beaucoup mais agrémentée d’une autre couleur comme le jaune ou le rouge (le fameux contraste entre le froid et le chaud pour apporter de la vivacité aux dessins. Pour les amateurs de graphisme, jetez un coup d’œil sur « Histoire des aquarelles » le hors-série de Blacksad réalisée par Juanjo Guarnido pour en savoir plus !), ça aurait pu donner un résultat graphique exceptionnel en termes d’esthétisme et d’ambiance, c’est ce que n’a pas su faire Marion Laurent… « A l’ombre des murs » aurait pu être un bon album si les auteurs avaient été mieux conseillés par leurs proches et par leur éditeur. Telle quelle, cette BD souffre d’un scénario inintéressant, de dialogues fades, d’un dessin qui aurait mérité d'être plus fouillé et recherché. Dommage…

11/06/2009 (modifier)
Par Miranda
Note: 2/5
L'avatar du posteur Miranda

Ma générosité envers cette bd ne tient qu'à un fil, celui du dessin plutôt bon, car côté scénario je trouve que c'est un beau ratage. L'histoire se focalise trop sur des personnages assez jeunes pas vraiment intéressants, et ne développe quasiment pas le monde dans lequel ils évoluent, et c'est bien dommage car c'est là que réside tout l'intérêt de cette bd. On nous jette dans un monde dont on ne nous explique rien, j'ai parfois eu l'impression que les personnages eux-mêmes ne savaient pas où ils trouvaient. Un immense mur entoure une ville et on ne nous dit rien sur celui-ci, ni pourquoi, ni comment, ni même quand, le récit parle plus d'une histoire de voleurs et de complots insipides. De plus il n'est nulle part précisé si c'est un one shot ou une série, ce qui peut nous laisser penser à un tome unique, et là ça n'arrange pas les choses, car si c'est vraiment le cas c'est d'un vide total niveau scénario. Graphiquement c'est assez joli, avec des planches sépias et quelques unes dans les tons gris pour les scènes concernant le passé de certains personnages. Cela rappelle l'ambiance des contes, sauf que cette bd est plutôt une bd d'anticipation et que le langage assez médiocre et populeux des personnages n'est pas vraiment enchanteur. Ajoutez à cela que le prix non plus n'est pas enchanteur.

26/05/2009 (modifier)