Tout seul

Note: 3.97/5
(3.97/5 pour 34 avis)

50 ans qu'il vit ici, sur ce caillou, dans son vaisseau de granit. Bateau immobile qui ne l'emmène nulle part et qui ne rejoindra jamais aucun port. Et pourquoi quitter ce lieu alors que le monde au-delà de cette satanée ligne d'horizon fait si peur ? Où s'évader lorsqu'on n'a nulle part où aller ? Comment combattre la solitude et empêcher que ce silence perpétuel ne devienne assourdissant ? Des années passées sur son rocher, avec l'imagination comme seule compagne.


BDs à offrir Chabouté Coupés du monde... Les phares Les prix lecteurs BDTheque 2008 Noir et blanc One-shots, le best-of Vents d'Ouest

50 ans qu'il vit ici, sur ce caillou, dans son vaisseau de granit. Bateau immobile qui ne l'emmène nulle part et qui ne rejoindra jamais aucun port. Et pourquoi quitter ce lieu alors que le monde au-delà de cette satanée ligne d'horizon fait si peur ? Où s'évader lorsqu'on n'a nulle part où aller ? Comment combattre la solitude et empêcher que ce silence perpétuel ne devienne assourdissant ? Des années passées sur son rocher, avec l'imagination comme seule compagne. Avec Tout seul, Christophe Chabouté signe un de ses albums les plus surprenants, où se côtoient onirique et quotidien et où s'enchevêtrent subtilement sensibilité, tendresse et humour.

Scénariste
Dessinateur
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution 17 Septembre 2008
Statut histoire One shot 1 tome paru
Couverture de la série Tout seul
Les notes (34)
Cliquez pour lire les avis

23/09/2008 | hervé
Modifier


Par sloane
Note: 4/5
L'avatar du posteur sloane

Est ce le fait de mon origine un brin bretonne? Du fait qu'habitant tout près de la mer je sois sensible aux ambiances liées à ce milieu? Toujours est il que les premières planches de cette histoire ne pouvaient que me réjouir. Oui, j'avoue qu'assez bêtement voir des mouettes, un chalutier sur l'eau et un phare seul face à l'immensité de l'océan, ça me fait un petit truc. Dire qu'ici Chabouté maitrise son trait est une évidence et la formule "on s'y croirait" prend tout son sens. Sur d'autres lectures du même auteur je n'avais jamais ressenti cela en ce qui concerne son dessin, certes les récits en question ne s'y prêtaient peut être pas, mais ici tout est lumineux, en tout cas c'est le terme qui s'en rapproche le plus. L'histoire m'a tenue en haleine, l'auteur prend son temps pour poser le décor, il y excelle même, et peu à peu l'on découvre cet ermite malgré lui qui rêve et s'évade grâce à des objets et surtout un dictionnaire. Mon seul regret? on aurait aimé accompagner ce solitaire dans sa découverte "vraie" du monde, mais c'est aussi la force de l'auteur, nous proposant un récit sur l'imagination, à nous d'envisager le reste. Pour l'instant cette histoire n'est pas encore culte mais il est bien possible qu'à l’instar d'un bon cru tout cela se bonifie avec le temps et qui sait? Si je repasse par là...

18/03/2015 (modifier)
Par jul
Note: 1/5

Alors là je ne comprends vraiment pas les critiques élogieuses concernant cette BD. Pour découvrir l’œuvre de cet auteur, j'avais pourtant choisi un album unanimement apprécié, bref une valeur sûre. Et j'ai trouvé ça incroyablement naïf, ennuyeux et enfantin. Je suis pourtant très client de ce style de récit et de cette ambiance mélancolique (comparable à Silence). Un homme difforme isolé sur un phare qui n'a jamais mis les pieds sur la terre ferme. Merveilleux pitch qui pourrait donner un récit incroyablement fort et poignant. Mais là non, Chabouté passe complètement à côté de son sujet. 367 pages de " néant" quasi muet. 367 pages où le héros difforme passe son temps à choisir un mot dans le dictionnaire puis à " imaginer " ce mot. Cette idée (déjà un peu gnangnan à la base, mais bon une fois ça va) est le moteur du récit. 367 pages de ça ! Je prends le dictionnaire, je le fais tomber, je tombe sur un mot : podologue. J'imagine ce qu'est un podologue. Je prends le dictionnaire, je le fais tomber, je tombe sur un mot : hautbois. J'imagine un hautbois. Je prends le dictionnaire, je le fais tomber, je tombe sur un mot : labyrinthe. Puis les mots choisis au hasard le font cogiter sur sa condition (ex : monstre, solitude, voyage...). Voilà, 367 pages de ce procédé "narratif". Donc c'est très simpliste psychologiquement et plutôt naïf, comme le gentil héros. C'est surtout TRÈS ennuyeux et mécanique (bien que cela se lise très vite). Cela ne m'a pas ému du tout. Dans le genre relisez Silence ou La Saison des anguilles par exemple, plus complexes psychologiquement et plus haletants. Là il n' y a rien. Ce n'est pas cette BD qui me donne envie de découvrir les œuvres de Chabouté.

04/11/2014 (modifier)
Par Puma
Note: 5/5 Coups de coeur expiré

Je relis rarement les BD que je préfère, plus de deux fois ! Je crois que je vais là sur ma 5ème lecture de ce "Tout Seul" (environ une fois l'an) , et mise à part que cette énième relecture se fait plus rapide que les premières, c'est toujours avec le même bonheur et plaisir que je redécouvre ce récit ! Et je devine déjà que je la ressortirai à nouveau l'année prochaine ... Il s'agit ni plus ni moins de l'oeuvre la plus attachante de Chabouté ! Avec un tel niveau de narration graphique, ce n'est plus un Bd, mais un poème ... A découvrir d'urgence si vous ne l'avez pas encore lu.

29/12/2013 (modifier)
Par Alex
Note: 5/5 Coups de coeur expiré

Une bd à avoir dans sa collection selon moi. De l'auteur je n'ai lu que celle-ci et Un peu de bois et d'acier. Ma préférence va à Tout seul car l'histoire m'a semblé plus forte, plus lourde de sens. Avec très peu de paroles, cette BD arrive, en exploitant avec brio une histoire relativement simple, à nous faire réfléchir sur la beauté, la solitude et la connaissance. Graphiquement c'est très bon et adroit. J'ai recommandé sa lecture dans mon entourage, tout le monde a adhéré. Foncez donc les yeux fermés !

26/12/2013 (modifier)
L'avatar du posteur Noirdésir

On peut lire cet album comme l’histoire d’une évasion réussie. De multiples tentatives, par le petit soupirail de l’imagination, via le hasard et un dictionnaire. Puis, la vraie, la bonne, par la grande porte ouverte sur le monde, sur les autres – même si j’ai un temps cru à une autre évasion, définitive, au bout d’une corde… Malgré les quelques 360 pages, cet album se lit plutôt vite. Car il n’y a quasiment pas de paroles, mais aussi parce que Chabouté – dont c’est la première œuvre que je lis – distille suffisamment d’indices pour nous donner envie d’en savoir plus sur cet homme, isolé sur son phare depuis si longtemps. Chabouté prend pourtant son temps, ce qui nous permet d’admirer la qualité de son dessin, vraiment chouette, le Noir et Blanc lui allant très bien. Par petites touches, comme un peintre pointilliste, il représente le décor d’une vie, une vie même. C’est aussi par petites touches que Chabouté « construit » la prise de conscience de son prisonnier, au travers des définitions et des images qu’elles déclenchent : le procédé est intéressant et fonctionne aussi avec le lecteur, qui pénètre dans l'imaginaire du prisonnier par ricochet. Il est amusant que l’être reclus ait vu ses premières « images du monde » par l’intermédiaire d’une victime plus ou moins consentante d’un imbécile, et surtout d’un ex taulard. Il faut croire que la lumière est plus visible dans la nuit. Au final, une découverte pour moi, et une lecture recommandée – l’achat itou d’ailleurs.

02/12/2013 (modifier)
Par DamBDfan
Note: 5/5 Coups de coeur expiré

Un chef d’œuvre !! Je reste sans voix devant tant de beauté, de maîtrise pour faire passer les émotions,…c’est magnifique, quelle poésie ! L’auteur, grâce à une foule de détails très réalistes et à un texte restreint, arrive à nous plonger par la seule force des images, dans la solitude d’un être difforme isolé dans un phare, au milieu de nulle part. Pour un peu, on aurait presque envie de rencontrer cet ermite tant son vécu est touchant. L’immersion atteint ici, des sommets. J’ai presque entendu les vents de la mer, le bruit des vagues, le cri des goélands,...Le tout en noir et blanc. De la très grande BD à posséder et à ranger chaudement auprès des meilleurs Comès. Merci Mr. Chabouté

02/12/2013 (modifier)
Par Blue Boy
Note: 4/5
L'avatar du posteur Blue Boy

L’histoire, très bien construite, sur un pitch très original et intrigant, démarre de façon très visuelle, sur les trente premières pages, avec ces plans virevoltants autour des mouettes, du phare et du chalutier. Impression d’espace, de liberté. Puis viennent les premiers échanges, tendus, entre le pêcheur irascible et son ouvrier taciturne. Retour au visuel. Images de feuillages. Un arbre. Un cheval qui part au galop. Puis de nouveau le chalutier. Début de questionnement et d’empathie de la part de l’ouvrier, ancien taulard lui-même, sur cet être oublié de l’humanité et prisonnier de son phare …retour sur le phare, à l’intérieur cette fois, l’envers du décor, lugubre, suintant la solitude… vues sur des pièces vides, des meubles, une chaise, des objets hétéroclites, seules traces de l’existence d’un autre monde… Tel un sorcier animiste, Chabouté sait faire parler les objets les plus insignifiants comme personne, avec des plans serrés sur une lampe, un briquet usagé ou une vieille tong orpheline. Des objets récupérés au gré des courants comme des trophées dérisoires, exprimant tellement plus que les mots, révélateurs du personnage bien avant qu’on ne découvre son apparence physique… On découvrira que celui-ci, loin de se morfondre, a développé une faculté propre à l’enfermement et l’absence de liberté : l’imagination. A l’aide de son trait joliment déchiqueté, allié à un noir et blanc se suffisant à lui-même, l’auteur nous propose une jolie fable sur la liberté, arguant que la destinée, si elle peut être infléchie par un événement mineur ou une rencontre hasardeuse, devra pour cela toujours être relayée par un choix individuel. Les faits les plus anodins peuvent alors prendre une dimension purement magique. C’est cela que nous montre Chabouté avec beaucoup de poésie et une pincée d’humour aigre-doux en direction de nos us et coutumes modernes. Mon seul regret : ce pavé, malgré ses 370 pages, se dévore beaucoup trop vite…

28/05/2013 (modifier)
Par fab11
Note: 4/5

J'ai découvert il y a peu de temps les oeuvres de Christophe Chabouté et une chose est sûre c'est que je ne le regrette absolument pas car à chaque fois je suis sidéré par son dessin et ses histoires ne me déplaisent pas, bien au contraire. En ce qui concerne cet album je ne peux qu'applaudir devant le résultat. A mon avis c'est le récit le plus réussi de Chabouté. L'histoire est tout simplement magnifique. Comment ne pas être conquis par le récit de cet homme seul depuis de nombreuses années dans ce phare qui s'apparente à une prison, au beau milieu de la mer et avec pour seule compagnie un poisson dans un bocal. Le personnage principal, malgré un physique ingrat est très attachant et sympathique. J'ai trouvé très intéressante l'idée d'utiliser son imagination comme seul moyen de s'échapper de ce "maudit rocher". De plus les autres personnages sont tout aussi attachants. L'ancien taulard devenu marin qui s'inquiète pour le mystérieux habitant du phare m'a beaucoup plu. Même le capitaine du bateau de pêche a un bon fond malgré son air bourru. Tout dans cette histoire m'a enchanté, en particulier la chute, je l'ai trouvée évidente pourtant elle a réussi à me surprendre. Le dessin de Chabouté est tout simplement superbe. Les fans de dessins en noir et blanc ne pourront qu'être d'accord avec moi, car ils sont parfaitement réussis, comme d'habitude. Alors que dire d'autre sinon que j'espère que l'auteur nous offrira d'autres albums de cette qualité. Merci monsieur Chabouté.

15/04/2013 (modifier)
Par Jérem
Note: 3/5

Tout seul est une belle BD pleine d’humanité. L’histoire sonne juste et le lecteur est happé par cette atmosphère particulière. Côté dessins, c’est une fois de plus magnifique. Par contre, si j’en ai apprécié la lecture, je ne suis pas complètement conquis. L’album est beaucoup trop contemplatif pour moi. Soyons clair, il ne se passe pas grand-chose. De même, le rythme narratif très lent m’a parfois un peu ennuyé. Un beau roman graphique tout de même.

26/10/2012 (modifier)
Par Telenk0
Note: 5/5

Tout seul est pour moi l'oeuvre la plus aboutie de Chabouté. Les personnages sont empreints d'une grande humanité comme souvent dans les ouvrages de cet auteur : le marin pêcheur bourru qui ne veut pas s'immiscer dans la vie des autres, son jeune assistant très curieux d'en savoir plus sur cet ermite enigmatique, et bien sûr cet être solitaire qui, reclu dans son phare, imagine le monde qu'il n'a jamais connu. J'ai d'ailleurs adoré la façon dont ce dernier imagine les choses qui font partie de notre quotidien. Le dessin noir et blanc est magnifique et le lent enchaînement des illustrations participe activement à la mise en place d'une atmosphère mystérieuse. Et surtout, comme on lui en a souvent fait reproche, pourquoi ne pas souligner que pour une fois ce Chabouté possède un dénouement de qualité égale au reste de l'oeuvre ! Superbe.

28/12/2010 (modifier)