Connectez-vous pour cacher cette bannière publicitaire.

La Saison des anguilles

Note: 3.14/5
(3.14/5 pour 7 avis)

L'action se déroule dans le Marais Poitevin où vit une famille ravagée par des passions inavouables, contradictoires et violentes. Pivot de ce récit à la Mauriac (mais découpé comme un polar américain !), une sorte de "simplet" muet qui passe sa vie à courir la forêt et les canaux.


Denis Lapière Sud-Ouest

L'action se déroule dans le Marais Poitevin où vit une famille ravagée par des passions inavouables, contradictoires et violentes. Pivot de ce récit à la Mauriac (mais découpé comme un polar américain !), une sorte de "simplet" muet qui passe sa vie à courir la forêt et les canaux. Le seul espoir de ce monde à la limite de l'engloutissement, c'est la chaleur des peaux, la tendresse fugitive des coeurs.

Scénariste
Dessinateur
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution 01 Janvier 1996
Statut histoire One shot 1 tome paru
Couverture de la série La Saison des anguilles
Les notes (7)
Cliquez pour lire les avis

L'avatar du posteur Noirdésir

Bizarre cette histoire, dans laquelle je n’ai vraiment réussi à entrer. Mon ressenti est au final assez proche de celui de Gaston. Le dessin d’abord, qui n’est pas forcément mauvais, mais qui ne me convient pas, et qui n’a en tout cas pas contrebalancé le manque d’intérêt ressenti à propos de l’histoire. L’histoire se laisse lire, mais ça ronronne, cela manque de surprise, de dynamisme je trouve. Cela stagne comme l’eau du marais dans lequel se déroule l’intrigue. Les relations familiales bien pourries auraient pu être plus captivantes, mais ce n’est pas le cas ici. Peut-être affaire de goût, mais je ne pense pas être le cœur de cible de cet album, dont la lecture m’a déçu.

02/05/2018 (modifier)
L'avatar du posteur Agecanonix

Ce genre de tragédie familiale, ça ressemble à des romans contemporains au contexte un peu ancien comme Vipère au poing, ou certaines oeuvres de Mauriac, encore que je ne sois pas très familier de cet auteur. A première vue, il y a quelques analogies avec Silence, mais bien des éléments l'en éloignent ensuite. Le récit est imprégné de mélancolie, et son décor y participe grandement, celui du Marais Poitevin surnommé la Venise Verte ; je connais bien l'endroit et je l'aime particulièrement car il est idéal pour évacuer le stress. Le marais mouillé est d'un vert permanent où la nature influe beaucoup sur l'esprit de ceux qui s'y abandonnent. Lorsque la yole ou la plate avancent dans ce lacis paisible de canaux en glissant doucement sur l'eau, sous les voûtes de feuillages tamisant la lumière, on ressent une profonde sérénité ; le silence qui règne, troublé seulement par le coassement des batraciens ou le chant des oiseaux, la végétation touffue, et la lumière filtrant à travers les ramures procurent un sentiment intense d'apaisement. En dépit d'un petit côté psalmodiant un peu agaçant surtout au début, cette histoire se laisse lire ; le dessin au trait épais n'est pas gênant, mais je n'aime pas trop ce style graphique. Je dois avouer cependant que si l'action ne se déroulait pas dans ce décor du Marais Poitevin que le dessinateur a bien restitué (avec les frênes tétard caractéristiques), je n'aurais sans doute jamais lu cette Bd..

30/09/2014 (modifier)
Par Gaston
Note: 2/5
L'avatar du posteur Gaston

Je suis complètement passé à coté de cette histoire qui m'a ennuyé du début jusqu'à la fin. Je n'ai pas vraiment aimé le dessin. Il n'est pas illisible et je n'irais pas jusqu'à dire qu'il est moche, mais c'est le genre de dessin qui ne me donne pas du tout envie de lire une bande dessinée. Ensuite, le scénario ne m'a pas intéressé et notamment parce que je ne me suis pas du tout attachés aux personnages sauf peut-être au muet et encore je ne me suis assez attaché à lui pour que j'ai vraiment envie de lire ce qui lui arrivait et ce qu'il voyait. J'en avais rien à cirer du baron et de ses héritiers.

05/01/2014 (modifier)
Par DamBDfan
Note: 4/5

Aaahhh Denis Lapière avec ces histoires souvent marquées de beaucoup d’humanité, je ne m’en lasse pas. La preuve encore avec cette petite merveille « La saison des anguilles » qui conte l’histoire d’une descendance subissant la débauche et le mépris du chef de famille cruel et immorale. L’ensemble est teinté de pas mal d’émotion, de mélancolie rendant le tout assez savoureux. J’ai beaucoup apprécié les couleurs et les dessins stylés, expressifs illustrant de beaux décors campagnards (les marais, forêts..) et les différentes saisons traitées avec soin. Mention spéciale pour les dernières planches à la fois bouleversantes et sereines. A lire.

20/07/2013 (modifier)
Par jul
Note: 4/5 Coups de coeur expiré

Découvert récemment. J'adore ! superbes dessins (surtout les paysages de foret et de marais). Très belle atmosphère plutôt triste (très triste), avec ce changement des saisons. Famille déchirée, tout le monde est seul. J'adore ces histoires plutôt pessimistes et misanthropes où l'être humain est mauvais, cynique ou lâche. Seuls les simples d'esprit ou marginaux sont humains et souvent proches de la nature. (ça peut paraitre lourd et appuyé pour certains je le reconnais). Rassurez-vous il y a de l'amour dans cette histoire; et puis un épilogue très beau ( mais très triste également).

12/02/2013 (modifier)
Par Erik
Note: 3/5
L'avatar du posteur Erik

L'action se déroule dans le marais poitevin où nous vivons la chute d'une famille de nobles. Le dernier baron de cette lignée dépense tout son argent en futilités pour ne rien laisser à ses héritiers qu'il juge indigne. Pourtant, à bien y regarder, ce n'est pas vraiment le cas. Son fils vit dans la terreur partagée entre une femme un peu dominatrice et un père réellement tyrannique. Au milieu de tout cela, il y a une sorte de simplet qui passe sa vie à courir dans la forêt et à capturer les anguilles dans la rivière. On passera en revue les quatre saisons en terminant par l'hiver. Le trait du dessin m'apparaît un peu gras. Il n'est ni bon, ni mauvais. C'est juste une histoire d'adaptation de ce qu'il apporte à l'ensemble de l'histoire. La couverture est également un brin provocatrice et ne reflète pas vraiment l'ensemble de l'oeuvre. Bref, la forme n'est pas vraiment crédible. Pour autant, cela se laisse lire à condition d'accepter quelques exagération dans le caractère des personnages quelque peu stéréotypés. Oui, cela ne sera pas forcément l'oeuvre du siècle...

02/10/2009 (modifier)

Au fil des saisons on apprend à s'attacher aux personnages que l'on découvre au printemps et dont l'épilogue se termine en hiver. Le dessin est adapté au rythme de l'histoire qui parle du quotidien d'une famille aux contours flous et aux moeurs. Le comte dilapide ce qui lui reste d'argent, ses enfants vivent au château avec lui, le cadet, fils de la bonne, un peu simple s'attache à une muette découverte dans les marais... c'est un huis clos pesant par moment dans le marais poitevin, les membres de la famille vont donc gérer les événements en fonction de leur caractère et tout va s'accélérer rapidement !

04/02/2009 (modifier)