La Gloire d'Héra

Note: 3.31/5
(3.31/5 pour 26 avis)

Iphiklès et Alcée sont les fils jumeaux d'Alcmène… Nés le même jour, à quelques instants l'un de l'autre et de la même mère, les frères sont pourtant de deux pères différents : alors qu'Iphiklès est bien le fils d'Amphytrion, Alcée est l'enfant adultérin de Zeus, qui avait pris l'aspect du mari d'Alcmène.


Au temps de la Grèce Antique Jumeaux, jumelles Serge Le Tendre

Iphiklès et Alcée sont les fils jumeaux d'Alcmène… Nés le même jour, à quelques instants l'un de l'autre et de la même mère, les frères sont pourtant de deux pères différents : alors qu'Iphiklès est bien le fils d'Amphytrion, Alcée est l'enfant adultérin de Zeus, qui avait pris l'aspect du mari d'Alcmène. Un adultère qui déclenche la terrible colère d'Héra. La déesse persécute Alcée dès le berceau. Destiné par Zeus à régner sur Mycènes, Alcée se fait dérober la couronne par son cousin, un plan manigancé par la déesse jalouse. Toujours d'humeur sombre et imprévisible, le héros est aussi irrité par son frère, qui cherche sans cesse à rivaliser avec lui. Une situation familiale pour le moins tendue, qu'Alcée choisit de laisser derrière lui pour aller affronter son destin en se rendant à Mycènes, bien décidé à récupérer une couronne usurpée par les stratagèmes malveillants d'Héra…

Scénariste
Dessinateur
Coloriste
Editeur
Genre / Public / Type
Date de parution 25 Septembre 1996
Statut histoire Série terminée 2 tomes parus
Couverture de la série La Gloire d'Héra
Les notes (26)
Cliquez pour lire les avis

17/03/2002 | Kael
Modifier


L'avatar du posteur Noirdésir

Tiens, cette histoire, traitant de la mythologie grecque, le fait de manière relativement originale. En effet, nous avons là retracés les événements qui vont « créer » un des héros les plus célèbres (du moins de nos jours) : Héraclès. Le Tendre a donc choisi de présenter « Héraclès avant Héraclès », ses démêlés avec son demi-frère et surtout sa volonté d’échapper à la haine que lui voue Héra, tout en récupérant le trône de Mycènes, qu’il pense lui être dû. Le centaure Agrios apporte quelques touches d’humour à cette histoire plutôt tragique (d’ailleurs Agrios lui-même finira tragiquement). J’ai été surpris par le dessin de Rossi – ici semi-réaliste –, assez éloigné de celui que je lui connaissais. Mais finalement cela passe. Un album à redécouvrir.

03/09/2017 (modifier)
Par sloane
Note: 4/5
L'avatar du posteur sloane

Voilà une BD que je trouve d'une grande utilité. En effet elle nous retrace la jeunesse d'Hercule qui dans ce temps s’appelait encore Alcée. Sans en faire trop dans le registre du gros plein de muscles, elle est au travers de son humour dans un registre qui, mine de rien, amène à une introduction à la mythologie. Tout cela est fait de manière non didactique, au sens chiant du terme, et sans trop rentrer dans des détails généalogiques, qui devrait permettre aux jeunes générations d'y trouver leur compte. Si l'on y regarde de plus près cette "Gloire d'Héra" n'est en rien comique. Meurtres, violence, tout cela atteint son paroxysme dans un final hallucinant, magnifiquement mis en images par Rossi. Voilà donc une lecture riche et qui sait être divertissante malgré son caractère de tragédie. Alors instructif, plaisant, bien dessiné, du rythme. Messieurs Le Tendre et Rossi, bravo.

14/03/2015 (modifier)
L'avatar du posteur Agecanonix

Serge Le Tendre reste ici dans un domaine similaire au ton humoristico-aventureux qu'il a donné dans La Quête de l'Oiseau du Temps. Il écrit un récit qui utilise de nombreux éléments et personnages de la Mythologie grecque qu'il adapte à sa façon ; je possède 2 dictionnaires de Mythologie greco-romaine, et je peux vous dire qu'il a parfaitement respecté tous les épisodes de la jeunesse d'Héraklès, c'est la génèse de la vie héroïque du personnage bien avant ses nombreux exploits et ses fameux Douze Travaux. Il se nomme pour l'instant Alcée, et part revendiquer le trône de Mycènes occupé par son cousin Eurysthée ; son frère jumeau Iphiklès et son neveu Iolaos partent à sa poursuite (dans la Mythologie, Iphiklès a un rôle plutôt secondaire). Ce qui est intéressant dans cette aventure, ce sont les nombreuses épreuves et les rencontres, comme celle du centaure pittoresque Agrios qui donne le ton de ce peplum mythologique haut en couleurs et pimenté d'humour. Ce one-shot est l'occasion d'une collaboration très réussie où Rossi tranche avec son style habituel et adopte ici un dessin plus caricatural, mais très plaisant et aux belles couleurs. J'ai lu ce récit en 1995 dans le mag A Suivre, puis en album de 88 pages chez Casterman, avec une couverture bien plus séduisante que cette pitoyable couverture d'intégrale Dargaud en 2011, qui n'est pas représentative ; pour moi, c'est le seul défaut de cette Bd.

03/01/2014 (modifier)
Par jul
Note: 4/5 Coups de coeur expiré

Une toute petite série que je trouve vraiment magnifique, le trait de Rossi étant vraiment à son paroxysme d'excellence (son plus beau travail). J'admire vraiment cet auteur (Jim Cutlass un excellent western du niveau de Blueberry, ce qui n'est pas un mince exploit, ou encore Julius Antoine un autre petit chef d'oeuvre). Son trait semi-réaliste est vraiment unique et superbement maitrisé. Le scénario mi-historique, mi-fantastique de Le Tendre est également très bon comme d'habitude avec cet auteur. L'univers de la Grèce antique (formidablement reconstitué) est superbe et on est vraiment envouté. Le héros musculeux, les superbes femmes méditerranéennes, la colère des dieux ... C'est lyrique, violent, ensoleillé et même parfois drôle... La scène dans le tome 2 où Alcée combat la statue d'Hera ( et finit par tuer son fils) est vraiment un sommet de la bd. C'est superbe ! Un véritable peplum fantastique de haute volée. Donc pour ceux qui ne connaissent pas cette oeuvre, ruez vous dessus, vous ne serez pas déçu du voyage.

29/06/2013 (modifier)
Par Miranda
Note: 4/5 Coups de coeur expiré
L'avatar du posteur Miranda

Puisque tout le monde y va de sa préférence entre Tirésias et « La Gloire d’Héra », pour ma part j’ai légèrement préféré cette dernière, plus riche en évènements, plus humoristique et moins dramatique que la première, bien que la fin prenne le contre-pied à cette caractéristique, comme si l’humour étalé tout au long du diptyque, éclatait dans un éclair de violence et partait en fumée sur les dix dernières planches. Cela peut s'avérer surprenant, mais achève le récit comme il se doit, en bonne tragédie grecque, riche de fureur et coucheries. Par ailleurs, non seulement cette lecture est très divertissante mais en plus elle est instructive. J'aurais tout de même souhaité que les auteurs se lancent dans les Douze Travaux d’Héraclès, même si connaître le passé d’un héros est déjà pas mal. Tout ceci est soutenu par le dessin de Rossi, dont j’adore le style, il apporte par ses mimiques beaucoup d’humour aux personnages, ainsi qu’un fort attachement, notamment pour Agrios le centaure. Les couleurs sont très agréables et offre une belle dynamique à l’ensemble.

06/12/2011 (modifier)
Par Jérem
Note: 2/5

Les bonnes notes du site concernant cette série ont piqué ma curiosité. Si la lecture de ces deux tomes n'est pas désagréable, elle n'est en rien indispensable. La BD ne retrace qu'une petite partie de la vie du héros. En terminant le dernier tome, je suis resté sur ma faim. J'ai vraiment eu le sentiment que histoire était inaboutie et qu'elle aurait mérité un traitement plus poussé. Si les dessins sont de bonne facture, les nombreuses scènes d'action manquent cruellement de dynamisme et d'intérêt. De plus, le personnage humoristique qu'est le centaure est inutile et en complet décalage avec l'ambiance sombre et tragique. Enfin, à l'exception des deux frères, j'ai trouvé que les personnages manquaient vraiment de profondeur. A réserver aux amateurs de mythologie grecque.

03/10/2011 (modifier)
Par Seb94
Note: 3/5

J’avais beaucoup aimé « Tirésias » des mêmes auteurs, j’été donc curieux de découvrir cette nouvelle histoire abordant la mythologie grecque. Comme beaucoup, je dois avouer avoir trouvé ce récit moins abouti que le fameux « Tirésias », aussi bien du point de vue du scénario, que de la qualité du dessin. Toutefois, l’histoire reste attrayante et se lit avec plaisir, on suit avec intérêt la destinée d’Alcée et sa confrontation avec la déesse Héra. Le récit se déroule à un rythme soutenu et la narration découpée en trois actes est parfaitement fluide. Le récit dramatique se veut assez sérieux, seul le personnage du centaure amène un peu de légèreté à l’ensemble, ce qui peut parfois créer un léger décalage avec l’ambiance générale. Sans atteindre la qualité de « Tirésias », cette histoire narrant le destin d’Alcée, qui deviendra plus tard le fameux Hercule, est de bonne qualité.

19/11/2010 (modifier)
L'avatar du posteur Mac Arthur

Là, clairement, erreur de casting pour ma pomme. Il faut vous dire que la mythologie grecque n’a jamais été ma tasse de thé. Je me suis tapé l’Iliade dans ma jeunesse et je garde de cette époque une aversion pour ce que je qualifierais bien de vaudevilles guerriers. Des dieux, des humains, tout le monde couche avec tout le monde, se jalouse, ment, dupe et trucide à l’occasion. J’ai cru trouver dans cet album une relecture plutôt humoristique de ces mythes … et je me suis trouvé devant un récit assez fidèle dans lequel les personnages se prennent au sérieux. J’ai lu, je suis arrivé au bout, mais le côté sur-joué de ces drames grecs m’a empêché de ressentir une quelconque émotion. Bof, donc …

16/08/2010 (modifier)
Par tolllo
Note: 2/5

J’ai commencé cette BD non pas pour la couverture ô combien laide mais bien pour le scénariste que j’affectionne tout particulièrement. Je me permets de dire que la couverture n’est pas belle car elle n’est pas fidèle à l’intérieur de la BD qui est plutôt bien dessinée, exceptée pour la représentation des personnages qui m’a parfois gêné… Pour en revenir au scénario, je trouve que nous sommes à mille lieux des créations que j’affectionne tant de notre scénariste à savoir Chinaman et La Quête de l'Oiseau du Temps. Pourtant « quête » il en est bien question également ici : un fils écarté du trône à sa naissance est bien décidé à retrouver sa juste place. Il y a d’autres ingrédients intéressants qui sont distillés çà et là. Comme par exemple le frère jumeau qui veut sa part du gâteau, et la création d’une petite troupe qui accompagne notre bodybuildé tel que le petit comique de base. Mais là où le personnage rigolo accompagnait bien l’histoire dans La Quête de l'Oiseau du Temps, ici il a plutôt tendance à alourdir le récit. Vous l'aurez compris, pour moi la sauce ne prend pas, le héros n’est pas très charismatique, la quête ne m’intéresse tout bonnement pas… Il y avait un je ne sais quoi, comme un zest de tragédie grecque, qui aurait pourtant pu me passionner. La mythologie grecque reste ce qu’il y a de plus intéressant mais n’est pas des mieux représentée pour moi… (7/20)

17/05/2010 (modifier)
Par Erik
Note: 4/5
L'avatar du posteur Erik

De l’avis général, la gloire d’Hera serait un cran en-dessous de son illustre prédécesseur « Tirésias » des mêmes auteurs. Je confirme mais il n’en demeure pas moins que ce titre reste excellent. La manière de raconter l’histoire ainsi que les différentes péripéties font de ce drame grec un must du genre. Il est dommage que les auteurs n’aient pas continué sur cette lancée pour nous offrir d’autres histoires de cette qualité. La mythologie grecque n’a jamais été aussi bien illustrée. Par ailleurs, le dénominateur commun entre "La gloire d’Héra" et Tirésias est de raconter une histoire originale des grands héros de la mythologie grecque mais avant leur histoire officielle. C’est franchement une démarche novatrice qui nous fait découvrir ces héros sous un autre aspect pour le moins inattendu. J’ai à peine senti l’humour de certaines situations servies par un personnage secondaire sensé apporter un peu de fraîcheur à savoir le Centaure. Le ton reste grave dans l’ensemble et l’essentiel est sauf. On passe un agréable moment en se plongeant dans ce qu’il y a de meilleur. C’est bon signe de prendre encore du plaisir après des milliers de lectures diverses. Je conseille vivement cette lecture.

05/11/2009 (modifier)