Connectez-vous pour cacher cette bannière publicitaire - Commander en ligne : pourquoi BDfugue ?

Le Signe de la Lune

Note: 3.33/5
(3.33/5 pour 21 avis)

Une petite ville d'Espagne, dans les années 1920. Isolés, les habitants de cette campagne, proche de cette immense forêt, vivent encore avec les croyances d'un monde ancien. C'est ici que vit Artemisa, une jeune fille qui développe une attirance inexplicable pour la lune. C'est aussi dans cette forêt qu'un drame va se nouer. Un conte fantastique noir et fascinant par José-Louis Munuera qui, après Spirou, se livre à un exercice personnel d'une beauté éblouissante.


1919 - 1929 : L'Après-Guerre et les Années Folles Auteurs espagnols Espagne La Lune Petits villages perdus

Une petite ville d'Espagne, dans les années 1920. Isolés, les habitants de cette campagne, proche de cette immense forêt, vivent encore avec les croyances d'un monde ancien. C'est ici que vit Artemisa, une jeune fille qui développe une attirance inexplicable pour la lune. C'est aussi dans cette forêt qu'un drame va se nouer. Un conte fantastique noir et fascinant par José-Louis Munuera qui, après Spirou, se livre à un exercice personnel d'une beauté éblouissante.

Scénariste
Dessinateur
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution 01 Octobre 2009
Statut histoire One shot 1 tome paru
Couverture de la série Le Signe de la Lune

03/10/2009 | ArzaK
Modifier


Par Alix
Note: 4/5 Coups de coeur expiré
L'avatar du posteur Alix

Tiens, je ne suis pas le seul à avoir préféré la première partie de ce récit : un conte noir, enfantin, et cruel (surtout sur la fin). Cette première partie aurait fait un chouette one-shot. La deuxième partie est loin d’être mauvaise, et se déroule plusieurs années après les évènements du premier chapitre. A ce titre, il s’agit vraiment d’une suite, presque d’un tome 2. L’histoire reste belle, mais plus classique, voire un peu convenue. Les personnages sont un peu « clichés », même si je dois avouer que la toute fin a réussi à me toucher. Cet album fut avant tout pour moi un coup de cœur graphique. La couverture m’a interpellé et un feuilletage rapide m’a convaincu d’investir, sans en savoir plus sur l’histoire. Et de ce côté-là je ne suis pas déçu : j’adore le style, le noir et blanc avec des touches de couleur, et les personnages, que je trouve très beaux. Un chouette album, un peu plus classique sur la deuxième partie. A conseiller aux amateurs de contes un peu noirs. PS : ceci est mon 1000ème avis :)

16/11/2018 (modifier)
L'avatar du posteur Noirdésir

C’est un album que j’ai découvert sur le tard, mais c’est avec plaisir que je l’ai lu. Et relativement rapidement, malgré les plus de 130 pages. Racontée par une vieille dame dans un long flash-back, cette histoire est un conte noir et cruel, découpé en deux périodes. La première, lorsque les protagonistes sont de plus ou moins jeunes enfants, la seconde lorsqu’ils ont atteint l’âge adulte. Même si la seconde partie est celle où la violence est plus mise en avant : avec le personnage détestable de Rufo, qui se comporte en véritable dictateur d’Aldéa, c’est dans la première partie que la tension et le drame sont les plus forts (J’ai d’ailleurs préféré la première partie, moins conventionnelle que la seconde (par ailleurs la fin est un peu trop « facile » à mon goût), avec la mort de ce jeune enfant. Mort que ne pardonne pas Artémis, sa grande sœur. Artémis, déesse grecque liée à la lune, censée être protectrice des jeunes enfants (ce sont surtout ces côtés qui lient son nom à l’histoire, plus que le côté déesse de la chasse). Personnage énigmatique, d’autant plus que c’est la seule à apporter une touche de couleur, sa cape rouge qui la fait ressembler au personnage du Petit chaperon rouge. Mise à part cette petite tache rouge, l’ensemble n’utilise que le Noir et Blanc (et toutes les nuances de gris) et ce de belle manière. Plus généralement, le dessin est vraiment très chouette. Simple, classique et rond, très dynamique, le travail de Munuera est une belle réussite. Un album que je vous encourage à découvrir. Note réelle 3,5/5.

09/05/2017 (modifier)
Par sloane
Note: 4/5 Coups de coeur expiré
L'avatar du posteur sloane

Par rapport à sa date de sortie je suis très en retard pour émettre un avis sur cette BD, mais la valeur n'attendant pas le nombre des années c'est avec un réel plaisir que je donne ce "franchement bien". J'ai vu que d'autres lecteurs cherchaient à savoir le lieu et l'époque où se déroulait ce récit. Est-ce vraiment important ? Ce qui s'offre à nous ici est intemporel, c'est un conte. Certes il n'est pas le plus original du monde, mais il dit ce que disent tous les autres ; il aide les plus jeunes à affronter leurs peurs, à se confronter à ce délicat passage qui nous fait abandonner l'enfance et tout son cortège de merveilleux, il aide à ne plus avoir peur du loup, ou en tout cas un peu moins. Graphiquement c'est très beau, ces lavis en dégradés de noir et blanc sont parfaits. La petite note de rouge qui n'est pas placée n'importe où renforce les images où elle est utilisée et participe à la dramaturgie du récit. La forêt, élément important de l'histoire est magnifiquement rendue. Voilà donc une BD visuellement très belle, qui possède un climat, une atmosphère réellement féerique, même si ici il n'en est pas question, que tous les amateurs de contes se doivent de posséder.

15/01/2015 (modifier)
Par Jérem
Note: 4/5 Coups de coeur expiré

Très belle surprise ! Cela faisait un moment que je voulais découvrir cet album et je n’ai pas été déçu. L’univers graphique est incroyable. Les personnages et les décors sont très soignés. L’ensemble est très dynamique avec une approche assez cinématographique. Ce magnifique visuel sert à merveille l’ambiance de la BD. L’atmosphère est pesante, les villageois sont isolés, à la merci des éléments ancestraux comme la forêt ou la lune. Les auteurs jouent subtilement avec le fantastique, distillé à petite touche, pour renforcer l’ambiance déjà inquiétante de ce conte. L’intrigue est passionnante, j’ai avalé l’album d’une traite. Le Signe de la Lune est une BD magnifique, à découvrir absolument. Un grand bravo aux auteurs.

13/03/2014 (modifier)
Par fab11
Note: 4/5

Le Signe de la Lune est une agréable découverte . J'ai acheté ce one shot un peu par hasard et je ne chercherai jamais à le vendre. Je commence de plus en plus à m'intéresser à la bande dessinée espagnole car en règle générale je suis rarement déçu par celle-ci. Ce duo d'auteurs en provenance de la péninsule ibérique à réussi à m'enchanter avec ce très beau conte. L'histoire est assez originale , elle se déroule au XXème siècle dans les années 1920, dans un petit village espagnol , dans lequel une jeune fille nommée Artémis est mystérieusement attirée par la lune. Elle sera confrontée à des événements étranges et à d'autres malheureusement dramatiques , dans ce monde où les anciennes croyances sont bien ancrées dans les esprits. Je suis entièrement d'accord avec certains posteurs qui disaient que cette histoire paraissait se dérouler plus au XVIIIème qu'au XXème siècle, j'ai effectivement ressenti la même chose. Par contre une fois cet aspect mis de côté les auteurs réussissent à nous faire passer un extraordinaire moment . J'ai été hypnotisé par ce récit comme Artémis peut l'être par la lune , cet astre qui fait encore rêver de nos jours les petits comme les grands. Comment rester impassible devant une si prenante et agréable histoire où le fantastique fait de légères apparitions. Il y a bien longtemps que je n'avais pas autant été absorbé durant la lecture d'une BD . Je n'arrivais pas à m'arrêter de lire ce conte et je peux même dire que j'avais l'impression d'être envoûté par celui-ci. Le dessin est tout simplement magistral. Le style graphique de José Luis Munuera ,qui s'adapte quasi-parfaitement au récit, ne fait que renforcer l'aspect attractif de ce one shot. De plus le choix du noir et blanc agrémenté d'un peu de rouge par-ci par-là était très judicieux. Ce dessin est un régal pour les yeux , d'ailleurs je compte bien investir rapidement dans Fraternity, l'autre série de ce talentueux dessinateur qui cette fois est associé à Juan Diaz Canales le scénariste de Blacksad. Vous aurez donc compris que je conseille chaudement la lecture de ce conte aux dessins attirants . Si vous ne connaissez pas ce one shot , n'hésitez pas à l'acheter car votre bibliothèque ne pourra que s'embellir grâce à sa présence sur ses étagères.

31/07/2013 (modifier)
Par Totoro
Note: 2/5

Ah oui, il y a la couverture, comme tout le monde l'a remarqué, qui peut inciter à lire cette bd. Mais, en fait, est-elle vraiment si belle que ça ? Un peu racoleuse (la lune est la plus grande des garces en poésie, non ?), mystérieuse, tout comme le titre, et puis voilà : l'emballage est en fait plutôt fadouille quand on en gratte la surface. J'avoue enfin ne pas avoir été touché par le dessin, incisif et brumeux à la fois, ce qui pourrait être un trait d'originalité, mais qui me semble fait à deux mains, par deux dessinateurs différents. Pour moi, ça ne marche pas. Mais c'est surtout le scénario qui m'a arrêté, dès les premières pages. De l'imaginaire du conte, "Le signe de la lune" ne garde que les empreintes des gros sabots taillés dans le bois d'une forêt pas si enchantée que ça. Cela est vu et revu, bourré de poncifs éculés, jamais surprenant.

12/12/2010 (modifier)
Par cac
Note: 4/5

Une petite ville d'Espagne, dans les années 1920. Ah ouais... J'ai quand même lu l'intégralité de cet album assez dense avec un peu plus de 100 pages, et pour moi c'était en France dans ce que je situais être un XVIIIème siècle. Mais peu importe. J'ai été séduit par cette histoire qui s'avère très poétique et surtout très bien illustrée. Superbe ce dessin noir et blanc de Munuera, et la couverture n'est pas en reste. Une jeune fille fascinée par notre satellite, la Lune, se morfond, accablée par la culpabilité suite à la perte de son petit frère. Les auteurs arrivent à installer une ambiance dans ce petit village, d'abord avec des enfants dans un climat qui n'est pas sans rappeler la guerre des boutons. Puis à l'âge adulte, ayant évolués selon leurs caractères propres. Le deuxième acte en quelque sorte n'est pas foncièrement surprenant pour le lecteur mais il n'en reste pas moins que ce one-shot est bien construit et cohérent si on se laisse porter par ce petit village et ses personnages comme Pif, Brindille, Artémis et Rufo.

29/08/2010 (modifier)
L'avatar du posteur Guillaume.M

« Le Signe de la Lune » : en voilà un titre bien mystérieux qui cultive la curiosité du lecteur. Ma curiosité a été d’autant plus piquée que la couverture est une vrai réussite et dégage une vraie force. Le dessin est dans la même veine. Un superbe noir et blanc peint avec intensité, des gris appliqués avec justesse, des scènes forestières avec pour source de lumière la lune, froide et énigmatique. Le dessin est donc le gros point fort de ce one shot. Pourtant, c’est du côté scénario que ça pèche... je n’ai malheureusement pas adhéré à l’histoire ou à l’atmosphère. Les personnages sont rustres, superstitieux, sombres, inutilement méchants et cruels pour certains, et finalement assez superficiels malgré de fausses apparences de profondeur. Supposé être un conte sombre aux touches fantastiques, « Le Signe de la Lune » ne remplit pas ses promesses du côté fantastique. La magie et le mysticisme sont abordés superficiellement et sans réelle explication ou justification. En conséquence, cet aspect de l’histoire devient inutile et donne un faux volume au scénario... je ne suis pas dupe. Ayant lu cette bande dessinée il y a deux semaines, je suis de plus en mesure d’affirmer que « Le Signe de la Lune » ne laisse pas une trace impérissable dans ma mémoire. Vous l’aurez compris, cet album est une déception.

29/05/2010 (modifier)
L'avatar du posteur Mac Arthur

Cela aurait pu, cela aurait du être mieux. Le dessin est excellent, clair, très lisible, dynamique, expressif, caricatural au besoin et d’une précision sans tâches. La narration est très bonne, vivante, présente sans surcharger inutilement ces très belles planches. L’idée de départ est du genre à me plaire : un conte sombre qui bouscule les conventions tout en restant très classique. Oui, tout était là pour me séduire et pourtant je referme cet album avec un sentiment mitigé. La première partie du récit m’a cependant vraiment bien plu. Elle se clôt d’une manière dramatique et adéquate, tout en ouvrant bien des portes pour une seconde partie … convenue, passe-partout et beaucoup trop gentille. C’est râlant de voir autant de qualités se faner devant le manque de cruauté de ce scénario. L’intensité dramatique s’est étiolée dans cette seconde partie, à mon plus grand regret. Pas mal, quand même, mais décevant vis-à-vis du potentiel artistique que les auteurs m’avaient laissé entrevoir.

22/04/2010 (modifier)

J'ai un souci avec cette BD. Je m'en explique ... Bah oui c'est beau, c'est même très beau. Vraiment le dessin est sublime :o C'est un beau bouquin en plus, assez grand, et pas trop cher. Seulement voila, avec un dessin de cette qualité, une couverture aussi alléchante, et une préface si bien écrite, on place sans s'en rendre compte cette BD à un niveau qu'elle est incapable d'atteindre. Pour tout vous dire à "première vue" je me suis dit : "tient, ça peut avoir la force d'un Peter Pan ce truc." Mais en fait non, il n'y a pas de poésie, et le dessin, aussi bon soit il ne peut s'appuyer sur aucun concept solide. Pire, la noirceur est juste un vernis. Sur le fond, ce n'est pas noir, c'est méchant. La plupart des personnages sont en dessous de tout et certains évènements sont juste une violence bien mal amenée. Du coup c'est parfois bête ... et méchant ... C'est précisément là que ca ne passe pas. On en sort aigri non parce que c'est raté, mais parce que ce n'est pas là le rôle d'un conte, et ce n'est surement pas avec une telle histoire qu'un enfant (ou un grand enfant dans notre cas) peut se construire. Un dernier mot sur le dessin quand même : Tout est génial sauf les "zoom" de certaines cases qui reprennent maladroitement certains dessins d'autres cases. Il aurait fallu les dessiner plutôt que de les massacrer avec un zoom destructeur qui jure avec la qualité qu'on nous sert ailleurs :-/

05/03/2010 (modifier)