Connectez-vous pour cacher cette bannière publicitaire.

Outsiders

Note: 1.67/5
(1.67/5 pour 3 avis)

Des enquêtes policières mêlées de paranormal...


Bulle Noire Gobelins, l'École de l'Image Iles Britanniques

L'histoire débute en Angleterre, et plus précisément à Londres, en 1953... Un cambriolage a été perpétré au British Museum. La fameuse "stèle de Marion", gravée en Hébreu, a disparu. Et avec elle son traducteur : le professeur Clegg. Son assistante -Anaïs Benton- alerte Tony Pollock, un journaliste, qui retrouvera la trace de Clegg dans un cottage isolé. En elle-même, la pierre subtilisée n'a aucune valeur marchande. Mais le savant, allié à la pègre, semble y attendre l'arrivée d'extraterrestres... Une arrivée annoncée par les prophéties de la pierre... Mais pourquoi Clegg s'est-il allié à la pègre ?... et quels secret aurait-il découverts ?... Une bien curieuse histoire dans laquelle Anaïs et Tony vont se trouver malencontreusement embarqués...

Scénariste
Dessinateur
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution Mars 1998
Statut histoire Une histoire par tome 3 tomes parus
Couverture de la série Outsiders
Les notes (3)
Cliquez pour lire les avis

09/11/2007 | L'Ymagier
Modifier


Par sloane
Note: 1/5
L'avatar du posteur sloane

Oh my God !! A ce jour il existe trois tomes de cette série. Le premier épisode est paru en 1998, alors certes ce n'est pas de toute première jeunesse mais ce n'est pas antédiluvien non plus. Et à vrai dire c'est là que je ne comprends pas. A quel type de lectorat s'adresse cette série, quel public ? Nous voici plongés dans l'Angleterre des années 50 où un enquêteur dont on ne sait d'où il sort se penche sur des mystères, aidé en cela par une sorte de secrétaire du British Muséum, niaise de chez niaise. Une petite caution pour faire frémir l'ado, une accorte blonde, j'ai pas compris d'où elle sortait et ce qu'elle faisait. Rajoutez à cela le brave idiot, faire-valoir du héros : le comique qui ne fait rire que lui-même. Quand je parlais du lectorat visé, que l'on en juge. La blonde se fait bousculer dans la rue et s'exclame "Quel rustre !" Qui utilise encore ce terme de nos jours ? Alors oui j'en reviens encore à mon lectorat. Les jeunes de banlieues, ceux de la génération SMS et twitter ? Ou alors quelques vieilles barbes accros à la BD poussiéreuse et totalement indigente ? La question essentielle est de savoir comment un truc aussi plat, mal dessiné, sans relief, figé avec un scénario foutraque qui saute du coq à l'âne sans que l'on sache pourquoi, comment un truc pareil donc a-t-il pu avoir les honneurs d'une maison d'édition, Glénat pour ne pas la nommer, et ce pour trois tomes. Insondables mystères de l'édition, rarement lu un truc aussi naze, j'en éprouve presque un immense regret pour les auteurs que l'on a laissés se fourvoyer.

12/08/2015 (MAJ le 12/08/2015) (modifier)
Par Erik
Note: 1/5
L'avatar du posteur Erik

Il y a des lectures où au bout de 10 pages, je sais que je ne vais pas aimer parce que c'est décousu et insipide, provoquant l'incompréhension des situations. Rien ne m'a accroché dans cette histoire où je suis totalement passé à travers. Je ne me rappelle même pas après lecture quelles étaient les héros tant il y a une multiplication de personnages, ni la cause d'un tel scénario. Cette intrigue m'a laissé de glace ou plutôt dans le brouillard londonien... Mais ici, je ne crois pas que c'est le lecteur qui soit en cause : c'est réellement mauvais ! Ces intrigues manquent singulièrement de souffle ; force est de le constater. Ce dessin figé est totalement imperméable et finalement si commun. Il n'y a vraiment rien dans l'intrigue qui peut nous insuffler l'envie d'accrocher. C'est quand même grave. C'est le lot d'un certain nombre de bd dont celle-ci fait malheureusement partie. Ennui assuré si vous lisez ! Chapeau si vous arrivez tout de même au terme des 3 tomes !

15/03/2008 (MAJ le 23/04/2008) (modifier)
Par L'Ymagier
Note: 3/5

Savant fou, cottage isolé, Scotland Yard : cette série renoue avec la tradition des romans a énigmes anglais. Entre Sherlock Holmes et Blake et Mortimer, les auteurs nous proposent ici des histoires assez captivantes, dont le genre de trame est cher aux amateurs d'énigmes fantastiques. Rivière, le scénariste, est un spécialiste de la littérature policière britannique. Sa collaboration avec Miniac n'est pas nouvelle, ces deux auteurs ayant collaboré précédemment sur des adaptations d'Agatha Christie. N'empêche : savant fou et compagnie, il n'y a quand même pas de réelle innovation, d'originalité probante dans ce premier opus. Le dessin ? Pas mal réalisé, tout en ambiances. Ca ressemble parfois à du Paul Foran, dont les intrigues fantastico-policières paraissaient dans l'hebdo Spirou vers le milieu des années 70. Une série qui ne renouvellera pas le genre, mais agréable de lecture, captivante par moments. De quoi passer un bon après-midi. Pas mal fait quand même. D'où ma "bonne" cote.

09/11/2007 (modifier)