Connectez-vous pour cacher cette bannière publicitaire.

Le Privé d'Hollywood

Note: 3.14/5
(3.14/5 pour 7 avis)

Hippolyte FINN, le privé, promène son flegme aristocratique, ses intuitions géniales et son automatique dans les studios de Hollywood. Si à l'écran on meurt pour rire, derrière le décor on tue pour de vrai.


1930 - 1938 : De la Grande Dépression aux prémisces de la Seconde Guerre Mondiale Cinéma Détectives privés Ecole Supérieure des Arts Saint-Luc, Bruxelles Los Angeles Whodunit

Hyppolite est un détective privé d'Holywood qui gravite dans les milieux cinématographiques Sous la plume de Berthet il mène 3 enquètes tambour battants, confronté à des espions Nazis, des starlettes nymphomanes... Hyppolite triomphe mais ce n'est jamais un triomphe facile aussi bien dans son déroulement que dans sa conclusion, c'est peut-être ce qui pousse le héros dans un cynisme et un détachement jubiltoire pour le lecteur.

Scénaristes
Dessinateur
Coloristes
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution Juillet 1985
Statut histoire Une histoire par tome 3 tomes parus
Couverture de la série Le Privé d'Hollywood
Les notes (7)
Cliquez pour lire les avis

14/05/2002 | Spooky
Modifier


L'avatar du posteur Agecanonix

Loin de l'univers glauque des privés habituels de romans noirs, Hippolyte Finn exerce à Hollywood et ses alentours, un univers doré de paillettes où tout n'est qu'illusion ; cependant, les auteurs nous montrent l'envers du décor des studios de cinéma en jouant des stéréotypes de l'Amérique et des références au cinéma hollywoodien. On apprend les petits secrets des stars, remplis de faux-semblants, et puis à Hollywood, on tue aussi pour de vrai. Sinon, c'est les ingrédients habituels : filatures, recherches de personnes disparues, chantages.... des sujets usés jusqu'à la corde dans d'autres séries et à l'écran, difficile de trouver de l'originalité dans ces enquêtes. De même que comme c'est souvent le cas avec les privés, un flic officiel (l'irascible inspecteur Whiller) a Finn dans le nez et ne manque pas de lui mettre des bâtons dans les roues, leurs joutes verbales sont souvent drôles ; ce cliché est assez récurrent dans ce type d'histoire. Malgré ça, cette bande se lit sans déplaisir, Finn est bien différent de Marlowe qui pourtant vit aussi en Californie ; c'est un dandy séduisant qui se la joue un peu, alors que Marlowe est plutôt un dur désillusionné. Berthet restitue avec un trait réaliste un tout petit peu épuré le Hollywood des années 30, aux décors précis, sur des scénarios bien ficelés de Bocquet et Rivière, exposant souvent une réalité plus sordide et contraire à celle qu'on voit à l'écran, le tout dans une ambiance typique d'époque, assez envoûtante. C'est ce qui fait regretter que ce privé n'ait pas été poursuivi au-delà de 3 épisodes. A noter que j'ai trouvé facilement le tome 1 en bouquinerie, mais les tomes 2 et 3 sont rares à dénicher.

24/09/2013 (modifier)
Par Spooky
Note: 3/5
L'avatar du posteur Spooky

Je n'avais lu que des passages dans Spirou, avant de relire les deux premiers tomes, c'était pas mal. Le dessin de Berthet était déjà impeccable, et les histoires d'un intérêt rare. En effet les intrigues policières sont assez bien construites, on ne s'ennuie pas trop, même si globalement l'intérêt s'émousse assez vite... A réserver aux inconditionnels de Berthet.

14/05/2002 (MAJ le 31/03/2009) (modifier)
Par L'Ymagier
Note: 3/5

Il s'appelle Fynn, Hippolyte Fynn... Curieux, non ?... Son métier ?... "privé" ; détective quoi... son univers ?... c'est celui d'Hollywood ; en fait plutôt l'envers du décor... Et c'est ça qui m'a plu dans cette série. Son univers n'est pas sombre, glauque, comme dans ces vieux polars US des années 30 à 50. Hippolyte ?... c'est plutôt un "mondain", séduisant, qui -parfois- prend la pause mais possède une intelligence supérieure à la moyenne. Les scénarios ?... bien ficelés, les auteurs "jouant" ici d'une certaine contradiction entre leur héros et ce que le cinéma US veut souvent nous montrer. Le graphisme ?... un trait semi-réaliste, clair, bien lisible ; très bien mis en scène dans un découpage de planches qui ressemblent à des story-boards de films (tiens, on y revient !...). Le "privé" ?... une bonne série au concept peut-être "déjà vu/déjà lu", mais où histoires et dessins font preuve d'une réelle maîtrise ; une série de lecture agréable, potentiellement riche d'idées abouties et caractéristique d'un certain style du début des années 80. Pas mal du tout. Cote perso : 3,5/5.

23/09/2007 (modifier)
Par wiwi
Note: 2/5

J'ai acheté les 3 albums du privé sans réellement connaître le style Berthet, eh bien je n'aime pas ce style. Je trouve le dessin un peu plat, on dirait du Hergé, et les histoires ne sont pas vraiment passionnantes. Dommage car le choix des années 50 à Hollywood aurait pu donner naissance à une série bien plus riche que ce qu'on nous propose ici.

01/06/2006 (modifier)
Par okilebo
Note: 3/5

Le Privé d'Hollywood c'est du polar conventionnel mais terriblement efficace. Ici, tous les parfums du cinéma américain d'avant-guerre vous raviront. Une ambiance si bien rendue qu'à tout moment vous aurez l'impression qu'Humphrey Bogart vous attend au coin de la rue. Le scénario de Rivière est plutôt réussi et donc on suit les enquêtes d'Hippolyte Fynn avec beaucoup d'intérêt. A ce sujet, j'ai d'ailleurs eu un petit faible pour la dernière aventure : "Retour de Flamme" où la secrétaire de notre héros a un rôle prédominant dans le récit. Le dessin de Berthet est superbe. Son trait met bien en valeur chacun des albums. Le Privé d'Hollywood est un polar très convaincant. C'est donc une lecture incontournable pour les amateurs du genre. A conseiller !

29/11/2005 (modifier)
Par Ro
Note: 3/5
L'avatar du posteur Ro

Oui, cette série est bien. Je ne la trouve pas formidable parce que je ne suis pas amateur d'enquêtes policières sérieuses personnellement, mais Le Privé d'Hollywood a beaucoup de qualités. Sa qualité première tient dans son dessin. Berthet y est très bon et son style net et légèrement épuré donne une vraie âme et une vraie ambiance à la Californie de la fin des années 30, la même âme qu'il avait su donner au début de la série Pin-up. Dessin beau donc et surtout agréable à lire. Vient ensuite la construction des récits qui est bien faite et assez intelligente. Cependant, là où je suis un peu déçu, c'est par l'aspect classique des intrigues policières et de leur résolution. Les enquêtes d'Hyppolite Fynn rappellent un certain nombre de films noirs de l'époque transposés dans le décor plus ensoleillé d'Hollywood et du monde du cinéma. Bon dessin, bons récits quoique sans vraie surprise, une série sympathique.

20/11/2005 (modifier)
Par carlito
Note: 5/5

Une BD formidable qui suite au succès assez inexpliqué de Pin-up a malheureusement pris fin. On retrouve déjà présent les éléments qui font aujourd'hui le succès de titres comme Blacksad... un privé solitaire en imper aux Etats Unis, le milieu hollywoodien, l'ambiance des films noirs des années 60 avec Humphrey Bogart... Les cadrages sont plus originaux que ceux que l'on trouve dans les travaux actuels de Berthet et c'est ce qui fait le charme du dessin très fluide. Les deux premières aventures (Le privé d'Hollywood et Amerika) sont un must.

05/08/2003 (modifier)