Trois ombres

Note: 3.72/5
(3.72/5 pour 32 avis)

Angoulême 2008 : album essentiel. Joachim et ses parents vivaient heureux au creux des collines. Puis les ombres apparurent et rien ne fut plus comme avant...


Angoulême : récapitulatif des séries primées Les prix lecteurs BDTheque 2007 Noir et blanc

Joachim vit paisiblement à l’écart du monde avec ses parents. Mais un soir, ne parvenant pas à trouver le sommeil, ils remarquent des ombres qui semblent les attendre sur la colline en face… Ces dernières apparaissent sous la forme de trois cavaliers et s’évanouissent dès que l’on s’en approche. Ces "choses" sont là pour Joachim. Son père aura-t-il raison de se battre contre l’inéluctable ?

Scénariste
Dessinateur
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution 12 Septembre 2007
Statut histoire One shot 1 tome paru
Couverture de la série Trois ombres
Les notes (32)
Cliquez pour lire les avis

18/09/2007 | sejy
Modifier


Par sloane
Note: 3/5
L'avatar du posteur sloane

Je vais me faire écharper mais en fait avant de rédiger cet avis je me suis permis de lire tout ceux qui m'ont précédé. Wouaw! C'est une débauche de louanges de compliments, tant sur le dessin que sur l'histoire. Commençons par le dessin; je lis ici ou là :"faussement naïf" voilà un terme que je ne comprends pas, c'est naïf ou pas ? Faussement ça veut dire que le gars fait exprès. Quoi qu'il en soit ce n'est vraiment pas ma tasse de thé, y a des courbes très jolies, du mouvement mais je ne pige pas pourquoi cela fait crier certains au génie. Des goûts et des couleurs! Pour ce qui est de l'histoire, ben oui le début est très joli, bucolique, c'est frais et ça donne envie d'aller se rouler dans l'herbe fraîche et puis patatras! voilà t'il pas que nous sommes embarqués dans un récit de marins au long court, ne manque plus que la jambe de bois de Long John Silver et le coup de rhum offert par le capitaine. Franchement je me suis dit tiens j'ai sauté une page c'est une autre histoire qui commence à tel point que je suis revenu en arrière voir si j'avais pas loupé un truc. Ben non et voilà qu'arrive une allégorie de la vie, la mort etc...Clotho, Lachesis et Atropos les trois Parques themselves. Au risque de passer pour un cœur sec, un insensible cette histoire au final ne m'a pas fait vibrer que ce soit scénaristiquement ou picturalement parlant. En fait cela est un peu lourd et indigeste (C'est la sortie de fêtes peut être ? )

05/01/2019 (modifier)
Par gruizzli
Note: 4/5
L'avatar du posteur gruizzli

Le trait de Cyril Pedrosa, ça envoie du pâté. Et encore, ce n'est pas le plus important ici. Ca faisait maintenant un moment que cette BD tournait dans ma tête et que je me décidais à l'acheter, malgré le problème de la trouver. Lorsque je l'ai vue en occasion, je n'ai pas hésité, et je ne regrette vraiment pas mon choix. Derrière une histoire qui commence de manière fantastique et semble très simple, le ton est bien sérieux. C'est un conte qui se développe, et progressivement nous arrivons à comprendre ce qui est présent derrière toute l'histoire. C'est beau, et ça m'a touché, la fin a manqué de me faire venir les larmes aux yeux, tant c'est beau de simplicité, et l'émotion passe dans les non-dits, la façon de glisser une case muette mais qui en dit long au milieu des autres. C'est vraiment magique et ça m'a transporté jusqu'au bout, sans que je puisse décrocher. Une BD vraiment bien, que j'ai adoré lire et relire, et qui trône dans ma BDthèque en bonne position maintenant, là où sont celles qu'il faut pouvoir attraper facilement. Je vous recommande franchement de la lire, ne serait-ce que pour découvrir le trait de Pedrosa, mais surtout pour ce magnifique conte. J'ai beaucoup, beaucoup aimé.

10/01/2015 (modifier)
L'avatar du posteur Mac Arthur

Voilà un très beau conte allégorique. J’ai été touché par cette histoire simple et poétique. Le dessin de Cyril Pedrosa sert merveilleusement le propos. Il s’agit d’un noir et blanc très expressif, faussement naïf et tout en rondeur. L’histoire est bien menée et il est difficile de lâcher l’album en cours de route. Je regrette juste certaines longueurs dans la seconde partie de l’album. Je trouve en effet que quelques passages allongent inutilement la sauce. Mais bon, pour l’émotion ressentie, je ne peux que dire « franchement bien ! »

27/09/2012 (modifier)
Par Ro
Note: 3/5
L'avatar du posteur Ro

La réputation qui le précédait m'a fait attendre un peu davantage de cet album. Je l'ai certes apprécié mais je n'y ai pas véritablement adhéré et certains passages m'ont semblé superflus, voire vraiment de trop. Au rayon de ses qualités, j'ai vraiment aimé son graphisme. J'aime le style vivant et très agréable de Cyril Pedrosa. Ses personnages sont toujours très attachants et expressifs. Il ajoute en outre dans cet album une vraie recherche esthétique qui fait plaisir et offre beaucoup de très belles planches. Le sujet du récit est également original et fort, même si un album comme L'Histoire d'une mère présente un thème un peu similaire par exemple. Et pourtant, j'ai trouvé un peu étrange la façon de le traiter. J'ai trouvé que l'intrigue se dispersait un peu trop. Toutes ces péripéties maritimes, le vol du coeur, la poursuite du voleur en question... Je n'ai pas tellement vu l'utilité de ces passages qui embrouillaient à mes yeux la force du sujet principal. Et il y a aussi la façon dont les choses sont appréhendées... Autant je comprends parfaitement l'obsession protectrice du père, autant pourquoi ne partent-ils pas avec la mère ? Et la concernant, elle, tout comme concernant la morale de l'histoire elle-même, comment un père ou une mère peut-il de quelque manière que ce soit être "prêt" à accepter une telle inéluctabilité ? Aussi implacable que soit cette issue, j'ai l'impression que mon instinct paternel ne pourrait jamais être "prêt" à une telle chose, pas même des années après... La réaction de la mère, même si elle est logique et sage, me parait donc un peu étrange. Après une lecture que j'ai donc trouvée un peu trop dispersée et une pré-conclusion (avec la récupération du "souffle vital") que j'ai trouvée un peu hors de propos, j'ai néanmoins été touché par le véritable final de cet album. Touché, oui, mais pas autant qu'un père comme moi aurait pu l'être cependant. J'en conseille donc sans hésiter la lecture mais ce n'est pas pour moi le chef-d'oeuvre que je croyais lire.

18/06/2012 (modifier)
Par pedro
Note: 3/5

Ayant lu la plupart des commentaires élogieux du site, je me suis précipité à acheter la bd chez mon libraire le plus proche ! J’avais hâte de lire ce conte sur la finalité de la vie. J’espérais trouver un voyage initiatique comme dans l’Alchimiste, mais rien de tel ! Ce fut une réelle déception tant graphique que scénaristique. Graphiquement, l’alternance de vignettes, au trait fin, clair et dépouillé avec d’autres au gros crayon, simpliste et peu lisible m’a extrêmement gêné ! Le dessinateur a sûrement voulu amplifier la souffrance des personnes via ces dessins simplistes mais je ne suis pas tombé sous le charme ! Cependant, il faut reconnaître que les dessins sont globalement beaux à voir et que l’idée d’alternance des 2 styles est originale. Au niveau du scénario, j’ai trouvé la fin très décevante et sans logique. En effet, l’auteur après avoir mis du temps à développer le mystère sur les ombres ; qui à mes yeux prend un symbole très fort sur le bateau, où l’histoire prend son envol; il nous fait rentrer, par la suite, dans un monde surnaturel, auquel je n’ai pas adhéré où illogique et dessins aux cases simplistes s’entremêlent créant un méli-mélo ! Ce qui m’a conduit à m’interroger : « Pourquoi venir rajouter l’histoire du joueur/tricheur ? Comment peut-on retrouver sa famille dans la joie et la bonne humeur alors qu’un malheur vient d’arriver ? » Surtout que les proches n’avaient pas suivi le voyage initiatique du père ! Pour conclure, je suis d’accord sur le fait que la morale est magnifique et qu’on se doit de profiter tant qu’on peut de nos proches mais je reste sur un goût très amère, vraiment dommage !

21/05/2011 (modifier)
Par Superjé
Note: 3/5

Je suis légèrement déçu par cet album, car je n'ai pas été touché comme je m'y attendais, à sa lecture, même s'il fut très agréable. Tout d'abord, ce fut une grosse claque graphique. Je connaissais un peu le travail de Cyril Pedrosa, que j'appréciais, mais sans plus. Alors que dans cet album, le graphisme est tout simplement, génialement beau. Pedrosa arrive à alterner des cases simples et d'une grande beauté, avec des cases très chargées ce que j'apprécie particulièrement... Il fait se succéder des cases claires et lisibles qui possèdent des traits fins et sophistiqués, et des cases aux gros pinceaux et à l'encrage plus gras. Les planches possèdent donc avec une grande diversité graphique. De plus, on a l'impression à la lecture que les lignes qui font la perspective des cases sont toutes courbées, ce qui rend des décors étonnants, issus de notre imaginaire, qui font un peu contes de fées. Pedrosa est donc bien polyvalent j'ai vraiment tombé sous le charme du graphisme et de l'ambiance qui se dégageait de l'album ; c'était pratiquement parfait. Cependant, au niveau du scénario, même s'il est très agréable à suivre, je n’ai pas su l’apprécier autant que d’autres. Tout d'abord, en lisant les autres avis, je me suis rendu compte que je n'avais pas compris la métaphore ; le coup de la maladie mortelle représenté par les ombres je n'ai pas compris ça ! De plus, une maladie, est souvent invisible, pas les ombres, c'est peut-être ce qui m'a induit en erreur. Et avec cet hypothèse, la quête initiatique du père et de son fils, perd son sens je trouve. Le tout est assez prenant, il y a de l'émotion, du suspens, c'est palpitant, il y a aussi beaucoup de tendresse et de poésie. Cependant, après que le père devienne un géant, j’ai décroché, je trouvais qu’il n’y avait plus rien à rajouter, le principal était dit, la suite ne m’intéressait pas. Bref j’ai lu le reste de l’album sans grande passion, même si plus tard, il regagne de l’intérêt. La fin ne m’a pas plu, dommage, je l’aurais préféré plus ouverte, et elle ne m’a pas marqué l’esprit. Bref, malgré un dessin excellent et une intrigue accrocheuse, mon impression fut un peu mitigée. Malgré, c’est une réussite pour Cyril Pedrosa, seul au scénario comme au dessin. 3.5/5

31/12/2010 (modifier)
Par Telenk0
Note: 3/5

Ayant lu tous les avis élogieux sur ce livre, je m'attendais à finir ma lecture les yeux embrumés. Et bien non je n'ai pas ressenti d'émotion mémorable lors de ma lecture ! J'ai beaucoup aimé le début, lorsque l'auteur met en scène la vie bucolique et très heureuse de la petite famille, ce qui confère à l'arrivée des trois ombres un aspect encore plus dramatique. Cependant je n'ai pas trouvé la fuite du père et de son fils palpitante. J'aurais bien apprécié des péripéties plus recherchées, un suspens plus présent. Les différents protagonistes rencontrés ne sont pas assez approfondis et certains n'apportent rien à l'histoire (le couple de vieillards rencontrés sur le bâteau par exemple). Le dessin convient bien à l'action, car il est dynamique et les personnages sont très expressifs. Toutefois les cases manquent de détails et le petit format de l'oeuvre m'a laissé l'impression que j'étais constamment en train de tourner des pages. Je conseille tout de même la lecture de ce livre, car j'ai quand même passé un bon moment.

28/12/2010 (modifier)
Par Erik
Note: 4/5 Coups de coeur expiré
L'avatar du posteur Erik

Le thème évoqué est l’un de plus lourds qui puissent exister : comment combattre l’inéluctable lorsque cela concerne l’être le plus cher et le plus innocent qui soit ? Cela n’est pas sans rappeler le combat poignant de « L'Histoire d'une mère » d’après le conte d’Andersen. On devinera assez rapidement qui sont ces trois ombres qui planent sur une famille qui avait tout pour être heureuse. Un jour survient un évènement qui va tout changer et chambouler la vie. Dès lors, c’est une véritable fuite en avant pour essayer d’y échapper. Cette course contre la mort apparaît dès lors comme une lutte désespérée. Ce conte allégorique voire poétique nous fait bien entendu réfléchir. C’est une véritable réflexion intemporelle sur des questions existentielles telles que la vie ou la mort, le fait de profiter de chaque instant de bonheur ou de tout faire pour sauver son enfant. Mais faut-il pour autant se plier à l’inéluctable en le considérant comme un fait certain ? Croire au miracle serait sans doute le pendant négatif de cet axiome. Et pourtant, en se battant de toutes ses forces, on pourrait soulever des montagnes et repousser toutes les menaces. On ne peut qu’approuver la démarche de ce papa d’un petit Joachim qui n’était pas prêt. Qui le serait à sa place ? Le récit semble se perdre à la fin dans une espèce de sous-intrigue à la manière d’un règlement de compte avec les charlatans. Ce n’était sans doute pas très utile pour la suite de cette histoire qui est exprimée de manière si remarquable et si touchante. J’ai été littéralement abasourdi par une telle intensité des sentiments tout en humilité avec un dessin minimaliste qui colle à merveille. Cela ne doit pas être par hasard. Le final est amené avec tant de délicatesse et de subtilité avec une note résolument optimiste sur un fond pourtant sombre. Il le fallait car la vie doit toujours continuer malgré les durs moments de l’existence. Une œuvre profonde et métaphorique qu’il est indispensable de connaître.

07/07/2010 (modifier)
Par Tomeke
Note: 4/5 Coups de coeur expiré

Gloups ! Quelle émotion dans cet album ! J’en suis encore remué… Tout en symbolique, l'auteur nous propose de suivre le combat désespéré d’un père pour sauver son enfant. Franchement réussi, tout est dans le traitement de la thématique qui se révèle être magistral. C’est simple, émouvant, captivant et intelligent. L’auteur évite la niaiserie et les sentiments font mouche. Ce petit pavé se lit d’un coup et s’absorbe avec beaucoup d’intérêt. J’aurais été bien incapable d’arrêter ma lecture. Sans doute ai-je été envouté par le trait de l’auteur ? Tantôt en finesse, tantôt avec un trait plus épais, le dessin tout en rondeur est singulier et réussi. Le choix du noir et blanc est judicieux, et bien utilisé dans l’album. Au final, ce one-shot est une petite perle d’aventure et de sentiment... Il s’en dégage une extraordinaire émotion qui perdure à la fermeture de l'album! Bref, il s'agit pour moi d'un beau coup de cœur…

30/05/2010 (modifier)

"Joachim mène une vie paisible avec ses parents dans un endroit très reculé du monde. Mais un soir, ils remarquent trois ombres qui semblent les attendre sur la colline en face… Ces dernières apparaissent sous la forme de trois cavaliers et s’évanouissent dès que l’on s’en approche. Dès lors leur vie va être bouleversée..." Une très belle et très émouvante parabole de la mort. Cyril Pedrosa excelle dans l'art de faire passer les émotions à travers un dessin simple et sobre. Dès le premier tiers du livre, le lecteur comprend la nature des ces trois cavaliers et sait que l'histoire mènera à l'inéluctable. L'auteur ne tombe jamais dans le stéréotype ou dans le cliché et frappe juste, représentant magistralement chaque étape de l'acceptation de la mort : le refus, le déni, la colère,... La monochromie permet de mieux se concentrer sur le trait très personnel de l'auteur. Une œuvre dont le lecteur ne sort pas indemne. A posséder. SCENARIO (Originalité, Histoire, personnages) : 9/10 GRAPHISME (Dessin, colorisation) : 7/10 NOTE GLOBALE : 16/20

28/03/2010 (modifier)