Amours blessantes

Note: 2.8/5
(2.8/5 pour 5 avis)

Après Blue, Everyday et Strawberry Shortcakes, le nouvel opus de la très attendue Kiriko Nananan, l'un des plus grands noms de la bande dessiné d'aujourd'hui ! 23 courts récits qui sont autant d'instantanés de l'existence d'une jeunesse nippone en proie aux doutes et à la solitude.


Josei ou Redikomi La BD au féminin : le manga Sakka, l'autre manga Shodensha

Après Blue, Everyday et Strawberry Shortcakes, le nouvel opus de la très attendue Kiriko Nananan, l'un des plus grands noms de la bande dessinée d'aujourd'hui ! 23 courts récits qui sont autant d'instantanés de l'existence d'une jeunesse nippone en proie aux doutes et à la solitude. Images: © CASTERMAN - Nananan K / Nananan K

Scénariste
Dessinateur
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution Février 2008
Statut histoire Histoires courtes 1 tome paru
Couverture de la série Amours blessantes
Les notes (5)
Cliquez pour lire les avis

14/12/2008 | cac
Modifier


Par Gaston
Note: 2/5
L'avatar du posteur Gaston

Décidément, je ne suis pas fan de cette auteure. Je n'aime pas trop son dessin quoiqu'au moins ce n'est pas moche. Le gros problèmes vient du scénario. Ses histoires courtes ne m'ont pas du tout intéressé. Je peux comprendre que certains soient touchés par ces différents récits, mais personnellement je suis resté complètement indifférent du début jusqu'à la fin. Je trouve que les personnages sont sans intérêt et que tout était banal. La seule émotion que j'ai ressentie durant ma lecture est l'ennui.

12/06/2015 (modifier)
Par sloane
Note: 3/5
L'avatar du posteur sloane

Je viens donc de lire un josei, si j'avais su avant ce que cela signifiait j'y aurais sans doute regardé à deux fois avant d'entamer ma lecture. Josei, style de manga à l'attention des jeunes filles, ce que je ne suis certes pas! A la lecture de ces histoires courtes, une petite dizaine de pages, j'ai bien vite compris que je ne faisais pas partie de la cible à savoir celle qui se délecte des petits tracas de la vie quotidienne et amoureuse quand on est un jeune fille japonaise. Cependant je dois reconnaître que certaines de ces histoires sont empreintes d'une certaine forme de poésie, après les problèmes existentiels de ces dames me touchent peu. Il reste le dessin fort joli, très épuré mais en même temps se référençant à des choses comme le look très seventies de la pochette Sgt Pepper Lonely Heart club Band. En tout cas c'est ce que j'y ai perçu. Donc très joli, calme, nous sommes loin de l'agitation vue dans les autres types de manga mais réservé à un public plutôt féminin.

10/06/2015 (modifier)
Par Superjé
Note: 3/5

Note : 3.5/5 J'ai lu ce Josei (manga pour jeunes femmes) car lorsque je l'ai feuilleté, j'ai tout de suite reconnu le trait si particulier de Nananan, que j'aime beaucoup (j'avais déjà eu l'occasion de lire un de ses mangas, Blue avec lequel je n'avais pas forcément accroché mais ce n'était pas vraiment à cause de son dessin), j'étais curieux de voir ses autres scénarios. Et avec ses 23 petites scénettes, j'ai pu lire un large panel du talent de K. Nananan. Dans ces toutes petites histoires (10 pages en moyenne), elle évoque pleins d'éléments qui font les relations (essentiellement amoureuses) entre les gens. D'ailleurs je veux bien croire qu'au Japon, cet auteur est assez marginal dans la production de manga féminin/josei. En effet, les thèmes évoqués (souvent différents pour chaque histoire) sont aussi variés que : la rupture, le souvenir d'un ex, les triangles amoureux, les relations amoureuses avec des personnes plus âgées, la perte de la virginité, une amitié perdue, l'adultère mais plus surprenant (ou disons plus osé) la prostitution (féminine ET masculine), le sado-masochisme ou encore la masturbation féminine (d'ailleurs cette dernière histoire est très bien trouvée et plutôt rigolote, le tout avec une satire de shôjos). Ces histoires, malgré le fait qu'elles ne soient pas toujours assez développées pour être passionnantes sont assez intéressantes. Le fait qu'on ne s'ennuie pas et que chaque histoire possède une introduction, un développement et une conclusion bien trouvée montre le talent narratif de l'auteure, malgré le fait que je ne sois pas le plus grand amateur de Josei. Pour le dessin, c'est toujours aussi magnifique, bien qu'épuré (comme dans Blue, de toute façon, c'est le style naturel de Nananan). Malgré la multitude de personnage, ils sont tous autant reconnaissables, différents, bien dessinés (malgré leur allure filiforme et sensible) et attachants. Et même le manque de décors, caractéristique typique du dessin de l'auteure n'est pas gênant (par contre ce qui est encore moins gênant, c'est, qu'à l'image de certains thèmes, lors de certaines histoires, on frise l'érotisme au niveau des images représentées :) ). Bref, un bon manga pour découvrir le travail et l'univers de Kiriko Nananan et qui dépeint un (pas toujours si) joli portrait de la jeunesse -Japonaise- ; même si les histoires sont très courtes, elles n'en sont pas moins intéressantes.

05/01/2012 (modifier)
Par PAco
Note: 3/5
L'avatar du posteur PAco

Je découvre Nananan avec ce Manga composé de 23 courtes histoires. Ma première impression fut de ne pas m'y retrouver dans ces récits. "Amours blessantes" est en effet très ciblé jeunes femmes post ado, et du coup, même si la curiosité m'a poussé à finir cet opus, les histoires tournant autour de l'amour et de la sexualité ne m'ont pas toutes passionnées. Par contre c'est le coup de crayon si particulier, la composition et les cadrages qui m'ont vraiment plu, d'où cette note de 3. Le dessin ayant grandement remonté ma note de ce manga. Alors, au final je pense que cet album n'est peut-être pas le meilleur pour apprécier pleinement le talent de Kiriko Nananan, mais qu'il est pourtant très représentatif de son talent graphique et du ton quel impulse à ses histoires.

08/07/2009 (modifier)
Par cac
Note: 3/5

Après Blue, Everyday et Strawberry shortcakes, le nouvel opus de Kiriko Nananan ne déroge pas au style de l'auteur. Toujours des dessins très épurés, des personnages aux visages faméliques et des blancs, des pauses dans la narration. J'aime assez, même si tous les récits assez courts c'est à dire le plus souvent entre 5 et 10 pages ne se valent pas, ils ont pour point commun de montrer une jeunesse assez trash, avec un rapport parfois étrange à la sexualité. Certains se vendent plutôt que de travailler dans une société où ils ne trouvent pas leur place et sont assez pessimistes sur l'avenir. D'autres se résignent dans une relation qui ne leur apporte pas que de la joie mais aussi de la souffrance. C'est souvent cru et violent dans les paroles. A lire si vous connaissez déjà l'auteur vous ne serez pas dépaysé, dans le cas contraire c'est un point de vue sur les relations humaines de la jeunesse japonaise vue par l'une de ses membres, ou légèrement plus âgée :)

14/12/2008 (modifier)