Everyday

Note: 2.67/5
(2.67/5 pour 3 avis)

C'est dur de vivre sur le fil du rasoir tous les jours... Alors quand on craque une fois, est-ce la fin de notre relation ?


Josei ou Redikomi La BD au féminin : le manga Maisons closes et prostitution Sakka, l'autre manga Shodensha

Miho travaille comme vendeuse dans un magasin, pendant que son compagnon Seiichi se consacre à la musique. Elle repense souvent à son ex-petit ami, Hagio, mais elle est heureuse avec Seiichi. Le jeune couple, pourtant a du mal à joindre les deux bouts, et Miho doit prendre un deuxième emploi. Devenue hôtesse dans un bar, elle finit par céder, par besoin d'argent, aux avances d'un client. Lorsque Seiichi l'apprend, il ne la comprend pas et s'éloigne d'elle. C'est alors que Hagio ressurgit dans la vie de la jeune femme.

Scénariste
Dessinateur
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution Mai 2005
Statut histoire One shot 1 tome paru
Couverture de la série Everyday
Les notes (3)
Cliquez pour lire les avis

05/03/2006 | Spooky
Modifier


Par Gaston
Note: 1/5
L'avatar du posteur Gaston

Ce manga est l'un des plus ennuyeux que j'ai lus jusqu'à présent. Habituellement, j'aime bien les autobiographies, mais là ça ne m'a pas du tout séduit ou intéressé. Peut être est-ce à cause du dessin qui n'est pas très beau ou encore parce que ce n'est pas le genre d'autobiographie que j'aime. Je m'explique. Pour que j'aime une autobiographie, il faut que l'auteur montre ses sentiments et que le sujet soit passionnant. Par exemple, dans Blankets - Manteau de neige, l'auteur nous narre son premier amour ainsi que d'autres tranches de sa vie. Ici, on a droit à un petit moment dur de la vie de l'auteure et si on peut voir quelquefois ce qu'elle ressent, je n'ai pas ressenti les sentiments. Probablement à cause du dessin un peu figé qui n'aide pas à rentrer dans l'histoire.

30/04/2008 (MAJ le 27/05/2008) (modifier)
Par Hagi
Note: 5/5

Un dessin d'une rare élégance, des cadrages originaux et, surtout, un scénario en or : l'histoire d'un couple qui semble arrivé en bout de course. Dit comme ça, ça n'a l'air de rien, mais la justesse des dialogues, la finesse psychologique dont fait preuve l'auteure et le sentiment de profonde véracité qui se dégage de cette histoire toute simple s'additionnent pour constituer un pur chef-d'oeuvre. Le scénario et les dessins sont signés Kiriko Nananan. Retenez bien ce nom : c'est une géante de la BD contemporaine !

23/02/2007 (modifier)
Par Spooky
Note: 2/5
L'avatar du posteur Spooky

Bon, j'aime bien les romans graphiques japonais, c'est un fait. J'aime bien aussi Kiriko Nananan, dont j'avais apprécié Blue. Mais là, c'est encore plus plat... Il ne se passe à peu près rien dans cette histoire... Miho ne sait plus du tout où elle en est tout du long, que sa situation soit "stable" ou absolument pas... On a un peu envie de la baffer... Bon, certes, Nananan utilise toujours ce style figé qui a fait sa patte, ce découpage étrange (alternance de gros plans de visages, de silhouettes ou d'objets décadrés) qui a fait son succès et sa renommée au pays des sushis. Ce n'est pas désagréable, mais le bâillement guette le lecteur dès la cinquième planche...

05/03/2006 (modifier)