Blankets - Manteau de neige (Blankets)

Note: 3.79/5
(3.79/5 pour 53 avis)

Will Eisner Award 2004 : Best Graphic Album: New 2005 : Prix ACBD. Une histoire autobiographique d'amour, sincère et vraie.


Adolescence Autobiographie BDs à offrir Comix Ecritures Froid. Neige. Glace Grands prix de la Critique ACBD Gros albums Love Stories Noir et blanc Spiritualité et religion Top Shelf Productions Will Eisner Awards [USA] - Middle West

Drôle d’enfance pour Craig. Il grandit dans un cadre idyllique, celui d’une ferme isolée dans les bois du Wisconsin, où il cotoîe biches, renards, ours, blaireaux… En revanche, la petite ville où il va à l’école est emblématique de l’Amérique profonde : repliée sur elle-même, violente, raciste. Une intolérance subie de plein fouet, à laquelle vient s’ajouter une culpabilité omniprésente entretenue par son éducation ultra-catholique. Lassé de l’autoritarisme de son père et des brimades vécues à l’école, Craig se réfugie dans le dessin, “plaisir frivole” dont s’efforcent de le détourner ses éducateurs. Son sentiment de culpabilité atteint son paroxysme lorsqu’il tombe raide amoureux de Raina, rencontrée dans un camp de vacances paroissial. Une passion qu’il parviendra tout de même à vivre jusqu’au bout… et qui lui redonnera goût au dessin, pour notre plus grand bonheur! (Sources : Casterman)

Scénariste
Dessinateur
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution Mars 2004
Statut histoire One shot (une suite serait prévue) 1 tome paru
Couverture de la série Blankets - Manteau de neige
Les notes (53)
Cliquez pour lire les avis

08/03/2004 | Piehr
Modifier


L'avatar du posteur Noirdésir

Bon, je comprends qu'on puisse être davantage sensible que moi à ce genre d’œuvre. Mais ce n'est pas vraiment le genre de "roman graphique" qui me touche, voire m'intéresse. Ayant eu l'occasion de lire ce qui semblait être un incontournable du genre, j'ai fait l'essai, mais n'en suis pas sorti convaincu. Craig Thompson avance par petites touches. Des flash-backs sur son enfance, avec son frère - dans la chambre essentiellement, voire dans le lit qu'ils ont longtemps partagé, mais aussi lorsqu'il montre l'histoire d'amour naissante entre son alter ego et la jeune femme rencontrée lors d'un camp de vacances chrétien. Cela se laisse lire, et Thompson évite un peu la mièvrerie (en partie grâce à l'absence de pathos inutile lors de l'éloignement des deux amoureux). Mais cela ne m'a pas trop accroché. Le côté étouffant des parents (ultra croyants) et du prêtre (qui le pousse à embrasser une carrière cléricale) est intéressant, mais cela m'a aussi gonflé au bout d'un moment, trop long et trop "gentil" à mon goût. Bref, pour amateur du genre, dont je ne suis pas.

25/05/2017 (modifier)
Par Jérem
Note: 4/5

Je ne suis d'habitude pas « client » de ce genre de roman graphique très personnel. Mais Blankets s'est révélé être extrêmement intéressant. L'album est passionnant de bout en bout en dépit de presque 600 pages. Craig Thompson prend son temps pour développer son histoire. Les personnages sont travaillés et le contexte de cette Amérique rurale, conservatrice et religieuse est habilement rendu. Il entre en résonance avec l'histoire d'amour que vivent Craig et Raina. Cette passion adolescente est évidemment centrale dans le récit mais l'auteur y ajoute avec finesse d'autres thèmes comme la famille, le handicap ou la religion. L'amour que vivent les deux ados est admirablement traité, avec beaucoup de douceur, de pudeur et de sensualité. La BD est autobiographique et l'on sent très vite que Thompson a mis beaucoup de lui, de son passé dans cet album. L'univers graphique est admirable et appuie pleinement le récit. Le style est personnel, le trait toujours soigné ; bref c'est superbe. Blankets est un récit personnel d'une très grande sincérité et un très grand roman graphique.

09/03/2016 (modifier)
Par ob
Note: 5/5

Une BD culte. Un récit autobiographique d'une sensibilité et d'une justesse rares. On est très rapidement en empathie avec le protagoniste principal. A la fin du récit on se sent comme réchauffé par un bon gros manteau en plein hiver (d'ou le titre très bien choisi) et comme envahie par une nostalgie qui n'est pourtant pas la nôtre. Indiscutablement une BD à lire et relire. Chef d'oeuvre !

14/02/2016 (modifier)

Une agréable lecture. Après ma grosse déception sur Habibi, j'avais un peu peur de me lancer dans cette entreprise. En fait, ce pavé de près de 600 pages est très fluide à lire, et d'ailleurs je l'ai lu sur une seule journée. L'histoire est touchante, pas toujours passionnante sur certains passages, mais on sent bien le côté authentique et autobiographique de cette tranche de vie de Craig Thompson. Je me suis identifié à lui sur certains sentiments: la cruauté des enfants/ados à l'école, la remise en cause des écrits religieux, avec une très belle phrase en fin d'ouvrage (page 549 si je me souviens bien), qui signifie qu'il est très peu probable que la pensée de Dieu soit transmise sous une forme matérielle. Les sentiments sont bien exprimés, soit sous forme de dialogue, soit plus finement, et souvent remarquablement, sous forme imagée. Graphiquement, c'est un superbe noir et blanc, qui ressemble beaucoup au trait que l'on peut voir dans Habibi, avec des effets graphiques sur des doubles-pages, des arabesques, des dessins de vitraux d'église. Une franche réussite, qui me réconcilie avec cet auteur. (194)

17/12/2012 (modifier)
Par Blue boy
Note: 5/5
L'avatar du posteur Blue boy

Dans ce superbe roman graphique – un pavé de près de 600 pages ! - plein de poésie, véritable parcours introspectif accompagné de flashbacks sur son enfance, Craig Thompson nous raconte comment une amourette adolescente va avoir une énorme répercussion sur le cours de sa vie que son entourage voulait croire toute tracée… « Blankets » signifie « couverture » en français, et comme le titre du roman l’indique, il y est beaucoup question de couvertures… la région du Midwest semble en permanence sous une « couverture » de neige, accompagnée d’un froid glacial qui pousse à hiberner sous la couette… mais le terme revêt aussi un autre sens, car la couverture qui sert à se protéger peut être aussi morale, elle est celle qui permet de passer inaperçu, de ne pas se faire remarquer, de se fondre dans la masse afin de ne pas être jugé… et c’est bien de cela dont il est question ici : faut-il se satisfaire de ses croyances qui rassurent tout autant qu’elles emprisonnent et sacrifier sa liberté ? J’ai trouvé à cet ouvrage une grande qualité graphique, où le trait noir et blanc est d’une grande finesse, alternant le minimalisme « cartoon » lié à l’enfance et les courbes sensuelles et gracieuses lorsque l’auteur évoque son amour d’adolescence. Quant à l’histoire, elle bénéficie d’une grande fluidité et n’est jamais plombée par son sujet, qui pourtant pourrait vite dévier vers l’auto-apitoiement ou une sensiblerie un peu gnangnan… L’auteur se contente de produire un récit lucide et sensible, sans concession, sans aigreur ni colère, avec juste une touche d’ironie et des images fortes, où il explique comment [SPOILER] à la suite d’une désillusion amoureuse [fin du SPOILER], il s’est détaché de la religion malgré la pression familiale et sociale.

29/09/2012 (modifier)
Par gruizzli
Note: 3/5
L'avatar du posteur gruizzli

Finalement, alors que la première impression avait été très bonne et m'avait engagée à mettre un 5/5, mes nombreuses relectures m'ont finalement conduite à un 3/5 beaucoup plus mitigé. Le récit est assez caractéristique du roman-graphique d'introspection, avec cette histoire du premier amour. J'ai bien aimé aussi le point de vue sur la religion qui accompagne le récit tout au long et la façon dont l'auteur perd progressivement la foi (étant athée, ça n'a pu que me faire plaisir). On peut aussi ajouter que le dessin est pas mal du tout, je reconnais la patte de Craig Thomson, même si je l'ai trouvé un peu en dessous de celui d'Habibi, plus anguleux peut-être. Mais voila, finalement l'histoire a des bons côtés, mais je trouve la relecture assez peu intéressante. J'ai trouvé finalement le récit plus fade que la première fois. Le charme est tombé. Et puis, j'ai surtout eu un peu plus de mal avec le personnage principal, qui m'a agacé au fil des relectures. En résumé, une première lecture très enthousiaste qui se ternit finalement vite au fil des lectures. J'ai donc mis un 3/5 et un achat déconseillé car je l'ai finalement moins aimé que son autre roman-graphique.

01/03/2012 (modifier)
Par Chéreau
Note: 3/5 Coups de coeur expiré

Les critiques très élogieuses de ce roman graphique m'ont convaincu de le lire et j'ai bien fait. L'histoire est en réalité celle de l'auteur, dont l'enfance et l'adolescence ont manifestement été compliquées, entre deux parents extrêmement croyants et puritains. Il raconte ici son histoire d'amour avec une fille à la famille aussi étrange que la sienne. Ces deux asociaux se découvrent au milieu d'un camp de vacances pour jeunes chrétiens où, comme dans tout groupe américain, ce sont les grandes gueules et les plus sportifs qui tiennent le haut du pavé. Le dessin est très poétique et les personnages ne manquent pas de chair. Un joli roman qui laisse une trace. Je ne coche pas pour autant "à acheter". Ce n'est pas le genre d'album que je relirais. Donc, "à emprunter" plutôt.

06/08/2011 (modifier)
Par raistlin
Note: 5/5

Pourquoi culte ? Parce qu'autobiographique, et que moi qui déteste ce genre habituellement, je me suis retrouvé complètement englouti par ce gros pavé de planches en noir et blanc. Et en retour, je l'ai avalé d'une traite ! Culte parce que comme son genre l'indique, il mêle deux mondes littéraires avec qualité, et ce n'est pas un exercice facile. Culte enfin parce qu'il retranscrit parfaitement une tranche de vie. Alors culte en ce qui me concerne. J'aime les dessins plus travaillés (Gibrat, Frezzato, Guarnido) mais il s'agit d'un roman graphique, et le dessin m'a tout à fait convenu. Voire plus sur certaines scènes. Et puis la qualité de cet ouvrage est globale : sincère et sensible, et je me suis senti touché. A la manière d'un Pourquoi j'ai tué Pierre. Des ouvrages difficiles à réaliser ou maitriser, très personnels, mais qui touchent beaucoup...

07/12/2010 (modifier)
Par Pasukare
Note: 1/5
L'avatar du posteur Pasukare

Ouh pinaise, heureusement que je l'ai emprunté ce "Blankets"… Avec autant d'avis positifs, je suis tombée de bien haut… En gros et pour plagier l'avis de Don Lope, c'est vraiment d'un ennui mortel ! Et puis j'aurais peut-être dû me renseigner avant mais je ne m'attendais pas à réviser la Bible en lisant ce pavé… et rien que ça, ça m'a gonflée grave… Les personnages sont relativement inintéressants : à part quelques expressions ou épisodes assez touchants mettant en scène le héros et son petit frère lorsqu'ils étaient enfants, ni Craig adolescent, ni la jeune fille qui fait l'objet de ses tendres pensées (d'une indubitable beauté mais qui n'a d'égale que sa platitude intérieure) n'ont su me convaincre, m'émouvoir ou susciter le moindre attachement, il faut dire que ce puritanisme exacerbé donne surtout des envie de mettre des baffes à tout ce petit monde pour "décoller la pulpe du fond". J'ajoute que, personnellement, je suis très mal à l'aise dans la vraie vie avec les handicapés mentaux et manifestement, en BD, ça me fait le même effet… Je finis avec une remarque sur le dessin qui n'est pas vraiment à mon goût (même si tout n'est pas à jeter), et un format pas du tout facile à manipuler (en faire deux tomes n'aurait pas été du luxe). Pas pour moi.

12/03/2010 (modifier)
Par Totoro
Note: 5/5

Voilà une oeuvre dont il est doux de faire l'objet d'un culte discret. Je comprends que l'on n'apprécie pas la veine autobiographique de "Blankets". Comme pour L'Ascension du Haut Mal, le lecteur est convié à ouvrir la porte d'un foyer qui a de grandes chances d'être fort éloigné de celui qui fut le sien dans son enfance. Le héros est ainsi l'incarnation du jeune WASP : un jeune adolescent américain issu d'une famille puritaine très corsetée. "Blankets" est certes l'histoire, émouvante au possible, d'un premier amour qui finira mal, le récit d'une enfance douloureuse (l'allusion au viol du héros alors qu'il était enfant est tout simplement bouleversante, presque suffocante de noirceur), l'aveu de la perte de la foi ; c'est aussi l'histoire de ce jeune homme qui brisera ses chaînes et est en train aujourd'hui de s'imposer comme l'un des auteurs les plus prometteurs de la bande dessinée. Non ?

09/02/2010 (modifier)