Connectez-vous pour cacher cette bannière publicitaire.

India Dreams

Note: 3.1/5
(3.1/5 pour 21 avis)

Dans l’Inde coloniale, le destin mouvementé d’une femme amoureuse.


1930 - 1938 : De la Grande Dépression aux prémisces de la Seconde Guerre Mondiale 1946 - 1960 : L'Après-Guerre et le début de la Guerre Froide 1961 - 1989 : Jusqu'à la fin de la Guerre Froide Inde La BD au féminin Le Colonialisme Une histoire de famille

Londres, décembre 1944. Emy déteste les Indes. Elle y a perdu ses parents, 16 ans plus tôt. Et voilà que resurgit le passé. De façon fortuite, Emy prend connaissance du journal intime de sa mère, Amélia, jeune femme résignée, à peine sortie des principes de l'Angleterre victorienne, et confrontée, au travers d'une Inde dite impudique, au réveil de sa propre sensualité. Janvier 1930. Amélia s'embarque avec Emy sur le premier paquebot à destination de Bombay, pour y retrouver Thomas, son époux, capitaine dans l'armée des Indes à Khalapour, au Radjasthan. Mais les retrouvailles sont décevantes. Thomas semble avoir changé, à moins que ce ne soit Amélia, fort éprouvée par la chaleur suffocante régnant dans cette région située aux confins du désert de Thar. Heureusement, il y a Kenneth Lowther, un ami de Thomas, philosophe athée et précepteur des enfants royaux, qui tente d'expliquer à Amélia l’Inde déconcertante, sa religion, ses coutumes et la magnificence de ses maharadjahs. La jeune femme a bien des difficultés à retrouver ses repères. Le premier tirage de l’album est accompagné de 8 pages de croquis préparatoires.

Scénaristes
Dessinateur
Coloriste
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution Janvier 2002
Statut histoire Série en cours - cycle(s) terminé(s) (2 cycles terminés) 10 tomes parus
Couverture de la série India Dreams
Les notes (21)
Cliquez pour lire les avis

27/01/2002 | Kael
Modifier


L'avatar du posteur Agecanonix

Cette histoire qui mêle drames et passions avec l'aventure, raconte avant tout le destin singulier de 3 femmes dans l'Inde éternelle. Elle s'étale sur 3 générations, de 1927 aux débuts des années 70, et elle est née au cours d'un voyage en Inde effectué par les époux Charles qui sont tombés sous le charme d'un passé prestigieux. "India Dreams" est un bouquet de rêves qui renvoie en effet au temps des dernières splendeurs de l'empire colonial, des derniers feux d'une époque où la grandeur britannique de cet empire trouve sa source dans le beau film de David Lean en 1984 : "la Route des Indes". Est-ce pour cette raison que J.F. Charles a donné à l'un des personnages la physionomie de l'acteur Claude Rains dans Lawrence d'Arabie, autre film légendaire de David Lean ? C'est avant tout une formidable saga romanesque où l'amour transcende ces 3 femmes, dont le côté sensuel de l'Inde leur révèle leur propre sensualité, surtout celle d'Amélia, première des 3 à succomber au charme de Dharma Singh, le maharadjah d'une région du Punjab. Sa fille Emy succombera elle aussi au charme exotique de la chair avec son ami d'enfance, le prince Jarawal, mais elle épousera un homosexuel ami de son père, Kenneth Lowther qui donnera une bonne éducation à sa fille Kamala, née de ses amours avec Jarawal. La progression de l'intrigue et des personnages est remarquable, même si la narration est par endroits confuse; le récit est dense, puisqu'il retrace aussi les étapes politiques du pays après l'indépendance, il faut donc le lire attentivement. Les auteurs sacrifient au festival de clichés qu'on a généralement sur l'Inde, et ses décors réels superbes (le Palais des Vents à Jaïpur, le Taj Mahal à Agra ) contribuent à rendre cette série passionnante ; tout y est : palais de maharadjah, vaches sacrées, chasse au tigre, danseuses exotiques, éléphants, le Gange à Bénarès.... sans oublier la torpeur moite et l'érotisme discret qui font que le lecteur ne lachera pas facilement cette saga envoûtante, enluminée par la qualité graphique de J.F. Charles dans le style aquarelle dû aux couleurs directes. Cette histoire est susceptible de plaire plus à un lectorat féminin. Je n'ai lu que le 1er cycle, et comme il tient toutes ses promesses, achat sans problème.

10/08/2013 (modifier)
Par McClure
Note: 3/5

J'ai bien aimé India Dreams. Cette série présente pour moi plusieurs aspects qui en font le genre de série que j'affectionne. Tout d'abord, graphiquement, j'aime beaucoup. C'est doux, bien dessiné, certaines cases sont très belles et cela rend merveilleusement l'ambiance colonialiste. Les personnages sont plutôt bien croqués même si par moment certains visages et corps semblent moins bien rendus, mais c'est plutôt de menus défauts que de gros ratés. La mélancolie de certains personnages est très bien dépeinte. L'histoire prend pied dans une période colonialiste "fin de règne" et j'aime trouver des récits romanesques sur ce genre de période trouble, qui relève à la fois d'une évasion vers des mondes peu et mal connus mais dérangeants de par l'impérialisme qui s'en dégage. Et je dois dire que le fond est bien rendu, on se perd aisément dans ces méandres familio-historiques. La petite histoire et la grande se mêlent habilement. Le seul gros reproche que je ferais sera sur la longueur, je pense que le T4 n'amène rien, si ce n'est faire trainer la trame familiale et politique de manière inutile en allant rogner sur de nouvelles pistes hippies qui diluent encore le propos, c'est pour moi inutile. Les personnages sont bien traités. Ils sont bien campés et collent assez bien à la période. Une bonne série, malgré tout. Disons 3.5/5, un tome de trop enlève une *.

03/11/2011 (modifier)
Par Erik
Note: 3/5
L'avatar du posteur Erik

Cette série a commencé sur les chapeaux de roues pour terminer de manière bien décevante. J'ai l'impression que les auteurs ont eu du mal à finir cette histoire comme s'ils ne savaient pas à l'avance la direction qu'ils allaient prendre. N'est pas Bajram ou Giroud qui veut. C'est vrai: les dessins de JF Charles sont magnifiques. Je les préfère nettement à l'autre grande saga : Les pionniers du nouveau monde des mêmes auteurs. On découvre l'Inde sous bien des aspects : paysage de savane, paysage désertique, paysage montagneux... On respire véritablement l'air de ce pays merveilleux. Le tome 3 vient rompre un subtil équilibre qui s'était petit à petit installé. La conclusion de ce récit n'est pas satisfaisante pour convaincre totalement le lecteur. Il reste néanmoins une agréable découverte de l'Inde. Je viens de découvrir qu'il y aura un 6 ème tome donc une suite. Je n'ai pas trop envie dans l'immédiat de revenir sur cette série dont le développement m'a déçu. Mais qui sait, peut-être un jour ?

24/08/2007 (MAJ le 26/09/2010) (modifier)
L'avatar du posteur Mac Arthur

Au niveau du dessin, c’est du très beau travail. Le trait de J.-F. Charles est précis, sensuel, chaud, envoutant. Sa colorisation collabore à donner au lecteur que je suis cette sensation de chaleur mais aussi de nostalgie. Au niveau du scénario, je suis nettement moins emballé. Les deux premiers tomes m’ont bien plu, mais la suite m’a franchement gonflé. Au début de cette histoire, j’ai aimé découvrir cette Inde mystérieuse. L’histoire se révèle riche de thèmes (reconstitution d’un contexte historique, éléments fantastiques, quête personnelle et passions amoureuses). J’ai donc bien aimé lire cette partie, apprenant des choses et m’attachant à des personnages souvent ambigus. Seul le côté fantastique me laissait dubitatif. Le côté « grouillant », sale, étouffant de l’Inde n’est pas non plus de nature à m’emballer mais il correspond à l’idée que je me fais de ce pays (de ses grands centres urbains, pour être plus précis). De plus, l’action ne se cantonne pas à cet univers et nous entraine rapidement vers des régions bien plus séduisantes. Ensuite, c’est la débandade. Le troisième tome n’offre plus le même charme mystérieux et retombe sur une histoire très terre à terre remplie de clichés. Quant au quatrième (et dernier du premier cycle), il s’évertue à nous expliquer un événement survenu durant la première partie du récit, faisant de celui-ci (le meurtre du mari de l’héroïne) la pierre angulaire de l’histoire. Or, mon sentiment était tout différent et ce personnage m’était apparu tellement insipide que son décès n’a jamais été pour moi un sujet de préoccupation. Qu’il ait été tué par un maharadja, un espion chinois, russe ou par les services secrets britannique, je m’en tamponnais joyeusement le popotin. Le principal était que, une fois le mari mort, l’héroïne avait la possibilité d’aller à la rencontre d’elle-même. Le cinquième tome, à l’image du dernier tome de « War and dreams » est un récit illustré. J’ai été tellement déçu par le quatrième tome que je ne me suis même pas donné la peine de lire ce récit.

10/08/2010 (modifier)
Par tolllo
Note: 3/5

Bien que je trouve la série dans son ensemble assez irrégulière, elle est néanmoins très belle et incite au voyage. Il y a -à mon avis- quelques maladresses. Cela est peut-être dû à ma propre interprétation de lecteur : certaines parties me plaisent vraiment moins que d’autres. Une jeune femme, dont les parents sont morts en Inde, se fait rattraper par son passé, et va s’aventurer en Inde. Il y a là, plusieurs histoires entremêlées sur 3 générations. Nous suivons donc, pas à pas, notre personnage principal, Emy. Par flash-back, nous apprenons également à connaître sa mère : Amelia, nous pouvons suivre les méandres de son histoire à travers un carnet qu’elle tenait où elle notifiait les grandes lignes de sa vie. Pour clore la dynastie familiale féminine il y a la fille d’Emy (soit la petite fille d'Amélia) Kamala, si mes souvenirs sont bons. Voilà pour les personnages féminins, ensuite vient Thomas le mari d’Amélia. Il y a le maharadjah, qui sera le véritable amour d’Amélia, de plus il y a le fils du maharadjah, qui lui aime la fille d’Emy.... le grand melting pot des sentiments amoureux. Donc… si j’ai bien compris… le maharadjah aime Amelia et le fils du maharadjah aime la fille d’Amelia… Je ne sais pas si mon petit compte rendu est clair, mais pour ma part, on l'aura compris, j’ai trouvé l’histoire confuse par moments… N’en déplaise aux grincheux, l’histoire aussi compliquée soit-elle, est vraiment très agréable. Du moins pour les 2 premiers tomes traitant finalement de la découverte de l’Inde par les protagonistes, et également la découverte de l’amour. Ces 2 tomes sont fort intéressants. Les dessins sont sublimes, les personnages accrocheurs, la magie de l’Inde et les croyances sont très bien représentées. Il y a presque tout ce qu’il faut dans ces deux premiers tomes. Ensuite vient le troisième tome : amère déception pour moi. Ce tome se déroule bien des années plus tard. L’histoire y est beaucoup moins mystérieuse, elle perd de sa magie, et de sa splendeur. Le récit tourne autour de la fille d’Emy, et ne m’a absolument pas captivé. Le dernier tome conclut la série de façon satisfaisante, mais pour moi le mal est fait… Ce qui m’a le plus dérangé ensuite : - les confusions sont faciles et nombreuses, et je dirais inévitables, - tout ce petit monde est bien difficile à reconnaître tout au long de la série, - il y a des parties avec beaucoup de « balourdises », j’en veux pour preuve la romance entre le maharadjah et Amelia. Cette histoire d'amour commence sur les chapeaux de roue, et cela sans aucun signe avant coureur. Du moins s’il y en avait l'ombre d'un, je n’en ai rien vu. Le maharadjah, commence à embrasser notre belle Amelia sur les seins ( ? ) sans préavis, pas un petit bisou sur la bouche, non, directement sur les seins… Pas sûr que ça marche comme approche, un peu direct tout de même... Ensuite je n’ai pas compris la décision prise par l'héroïne à la fin du tome deux… Je ne vais pas en dire plus, mais les explications pour son geste me paraissent vraiment très légères… Reste une série très agréable, très bien dessinée avec une bonne histoire malgré des passages inintéressants mais pas fastidieux. Je n’aurais certes pas été aussi indulgent si les dessins n’étaient pas aussi bons qu’ils le sont. (12/20)

05/05/2010 (modifier)
Par fonch001
Note: 2/5

J'ai profité de l'édition intégrale au format un poil petit (mais toujours très lisible) pour m'offrir cette série à un prix modique (4 tomes pour 15€20, c'est tout à fait correct). Je ne sais trop que penser de cette œuvre, si ce n'est qu'elle n'a pas su me toucher. L'histoire d'amour d'Amélia et de son Maharadja ne m'a pas ému le moins du monde, je ne l'ai même pas vraiment comprise à vrai dire (une page elle critique l'Inde et les indiens, la page suivante elle s'offre au maharadja...). De même la relation entre Emy et son "prince pseudo demi frère" m'a paru toute aussi artificielle. Bref l'aspect fleur bleue très marqué de cette BD ne m'a pas touché. Les complots politiques tournant autour de cette famille auraient pu m'intéresser mais ils sont traités de façon trop sommaire et l'on manque par trop d'éléments pour se forger une opinion, réfléchir et finalement "rentrer dedans". Que reste-t-il alors ? L'Inde, ses superstitions que mon esprit cartésien réfute, son atmosphère et son dépaysement. Je ne suis pas spécialement fan de l'Inde, ce dernier point ne retient donc pas davantage mon attention. Quand aux dessins, que du très bon. Ils rendent à merveille les lieux, l'atmosphère d'un pays, d'une culture. C'est très agréable à regarder et les couleurs collent parfaitement et naturellement aux traits du dessinateur. Rien à redire. Je pense donc que cette œuvre a de grandes qualités et que les lectrices d'Arlequin et/ou les adorateurs de l'Inde trouveront grand intérêt à cette BD (surtout à ce prix) d'où mon conseil d'achat. Mais je n'en fais pas partie, d'où ma note.

02/05/2008 (modifier)
Par L'Ymagier
Note: 3/5

Jean-François Charles s'est cette fois associé à Maryse, sa compagne depuis plus de trente ans, laquelle a imaginé et composé l'histoire. Et c'est un peu leur histoire que l'on retrouve cinquante ans en arrière, juste avant que l'Inde n'obtienne son indépendance. Mais ici, les enjeux géopolitiques ne sont qu'effleurés. Ceux qui aiment l'Histoire pourront néanmoins reconnaître quelques indices clairs des tensions qui existaient alors au pays des maharadjahs. Dans ces tomes, on ressent un besoin d'espace, de nature, de grandeur. Mais Charles reconnaît aussi l'importance du cinéma dans son approche graphique. Une évidence qui saute aux yeux quand on regarde cette magnifique scène de l'attaque du train qui n'est pas sans rappeler celle de "Lawrence d'Arabie". Belle palette graphique générale. Un dessin réaliste, un besoin d'espace et des couleurs étincelantes caractérisent son univers pictural. Bien fait. Et un bon 3,5/5

08/11/2007 (modifier)
Par iannick
Note: 2/5
L'avatar du posteur iannick

Une bd se déroulant en Inde entre les deux guerres mondiales ? Chiche ! Voila une bonne occasion de changer mes idées et de découvrir un pays qui m’envoûte avec ses mystères… d’autant plus qu’un rapide coup d’œil sur le contenu d’ « India Dreams » me fait apparaître un dessin d’une grande beauté ! Le graphisme de Jean-François Charles est franchement magnifique ! Le dessin est en couleurs directes, l’auteur utilise la technique de l’aquarelle. Les tons pastels employés dans cette bd retransmettent parfaitement l’ambiance chaude et envoûtante que je me fais de l’Inde. Rien qu’avec ce dessin, je me suis senti en voyage dans ce pays si lointain de nos contrées. Et le scénario de Maryse Charles ? Eh bien, c’est là que mon enthousiasme lié au majestueux dessin est retombé bien bas ! En effet, résumer l’histoire est un vrai casse-tête ! « India Dreams » regorge tellement de flashbacks que la lecture devient vite lassante et (presque) incompréhensible. A mon avis, cette erreur dans la construction du récit aurait pu être évitée selon deux façons différentes : soit en réalisant un album complet sur chaque période de cette saga, soit en tranchant nettement les scènes des différents passés par des tons différents (ocres pour des scènes se passant 20 ans en arrière, grisâtres se déroulant 40 ans en arrière par exemples). Par conséquent, lassé par ces fashbacks, j’ai souvent eu tendance à tourner les pages sans chercher à comprendre (enfin, bon, un peu quand même, il ne faut pas exagérer !) certaines séquences… « India Dreams » est une bd d’une beauté graphique grandiose. Malheureusement, le scénario est si difficile à suivre à cause de ses incessants flashbacks que la lecture devient vite lassante. Une déception…

14/08/2007 (modifier)
Par Spooky
Note: 3/5
L'avatar du posteur Spooky

J'ai été relativement déçu par cette série. En fait, je crois que j'en attendais trop. L'Inde est un pays-continent, qui exerce une grande fascination sur les Occidentaux. J'aurais aimé que cette fascination soit réellement palpable dans cette BD. Mais j'y ai retrouvé, en fait, les défauts que j'avais déjà constatés dans Les pionniers du nouveau monde, des mêmes auteurs. Quels défauts ? Eh bien c'est surtout au niveau du scénario que ça pêche. La narration est confuse, les deux auteurs usant et abusant du système des flashes-backs, ce qui, comme l'a dit un de mes camarades, plombe le récit. Il eût été plus judicieux de faire un album par époque, afin de donner une identité, une tonalité spécifique à chacun. Et très vite, les personnages m'ont vraiment ennuyé. Cela ressemble un peu à Djinn, mais n'est pas Dufaux qui veut, hélas. Du coup, le seul intérêt véritable de la série est en effet l'évocation du voyage, l'atmosphère qui règne en Inde étant réellement envoûtante. Cette atmosphère est bien évidemment restituée grâce aux dessins magnifiques de Jean-François Charles, avec de belles couleurs. On sent qu'il a mis tout son coeur dans la réalisation graphique de cette histoire écrite par sa femme. Rien que pour le dessin, la série vaut le coup d'oeil.

08/08/2007 (modifier)
Par Jugurtha
Note: 4/5

Une superbe évocation de l'Inde, des derniers feux de son époque coloniale à son indépendance à travers le destin de trois femmes. La première, femme d'officier britannique, s'éprend d'un maharadja dont l'autorité est contestée et remise en causes par différents adversaires. La mort du mari de la jeune anglaise révèle ce scandale, et la vie de la fille, ainsi que de la petite fille de cette femme seront bouleversées. Aventure et romantisme se mêlent à merveille dans cette saga qui évoque aussi bien le contexte politique des époques abordées que le tumulte des sentiments qui lient toutes une galerie de personnages dont les vies sont bousculées par les quêtes de pouvoirs et d'argent dont l'Inde est la toile de fond. Le scénario est très habile : la narration est sans cesse renouvelée par la succession d'héroïnes qui reconstituent chacune le contexte de départ de l'arrivée de leur aïeule en Inde et tente de comprendre ce qui a provoqué la mort de l'officier anglais, cause de tous les malheurs rencontrés. De témoignages de contemporains jusqu'en correspondances de différents proches, la vérité prend forme. Grâce à ce procédé, les scénaristes gardent un grand réalisme en ne forçant jamais le trait tout en ménageant un grand suspense. Chaque personnage a sa personnalité, mais ne réserve au final pas forcément ce que peuvent laisser imaginer les apparences. Le dessin en couleur directe est superbe, il confirme par son sens du détail le côté documentaire du scénario, tout en restituant des ambiances exotiques remarquables. Une grande réussite tout simplement, une virtuosité de scénariste et de dessinateur conjuguée pour offrir une magnifique saga.

09/05/2007 (modifier)